Faits-divers

CLSPD : Un conseil pour ceux qui "participent et luttent" contre la délinquance à Saint-Denis


CLSPD : Un conseil pour ceux qui "participent et luttent" contre la délinquance à Saint-Denis
Le CLSPD (Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance) de Saint-Denis s'est réuni ce matin à la mairie. Autour de la table, le maire de Saint-Denis, Gilbert Annette, mais également la préfecture, le Conseil général, la Direction Départementale de la Sécurité Publique, le Rectorat ou encore la Mission Locale Nord et des associations (AMAFAR, CEVIF, CAP...)

Le CLSPD est une instance qui réunit sur un même territoire l'ensemble des acteurs oeuvrant dans les domaines de la sécurité et de la prévention de la délinquance. Chaque commune de plus de 50 000 habitants est dotée de ce conseil. En pratique, le CLSPD est l'outil permettant de coordonner toutes les actions de l'ensemble des partenaires pour une politique commune et efficace de prévention et de lutte contre la délinquance. "Ce conseil réunit tous ceux qui participent et luttent contre la délinquance à Saint-Denis. Le volet prévention est très important", rappelle Gilbert Annette, maire de Saint-Denis. Avec un budget de 1,3 millions d'euros par an, la lutte contre la délinquance est une des priorités de la mandature actuelle.

Et la ville de Saint-Denis peut se targuer d'avoir vu sa délinquance baisser selon Gilbert Annette. Par rapport à 2011, la délinquance a reculé de 15% dans le chef-lieu en 2012. Une situation qui s'explique par la mise en place par la mairie de "dispositifs de prévention et d'insertion depuis 2009". En 2012, 6920 faits de délinquance ont été recensés par les services de l'Etat à Saint-Denis, soit 47 faits pour 1000 habitants. Un chiffre que compare le maire de Saint-Denis par rapport à d'autres villes de métropole, comme Dijon ou Nîmes, de même taille. "Alors que tout le monde voit se dégrader le contexte économique et social dans l'île, paradoxalement la délinquance recule à Saint-Denis", souligne-t-il.

Pour autant, la municipalité dionysienne n'entend pas s'arrêter en si bon chemin. "On veut réduire encore ce taux de délinquance", rappelle Gilbert Annette. Pour mener à bien cette action, la ville de Saint-Denis a décidé de mobiliser une quarantaine d'agents sous la forme de médiateurs de quartier. "Tous embauchés en emploi d'avenir et recrutés d'ici trois ou quatre mois", précise-t-il.

Si le CLSPD se réunit deux ou trois fois par an, à terme le maire de Saint-Denis souhaite mettre en place des commissions pour suivre "les actions opérationnelles" sur le terrain. De plus, la municipalité a décidé de "territorialiser" ses actions en ciblant les zones où le nombre d'actes de délinquance est le plus élevé.
Lundi 29 Avril 2013 - 17:54
Lu 1164 fois




1.Posté par social democrate le 29/04/2013 20:00
Julien Delarue vous faites un piètre journaliste. Illustrer un propos sur la délinquance par une photo lors d’émeutes c’est résumer de manière arbitraire la délinquance à des mouvements sociaux. Or que pèse les délits commis lors de tels évènements sur un ensemble de faits délictueux ? Même si les casseurs sont à ranger dans cette catégorie ce parti pris révèle une tournure d’esprit tordue. La délinquance est avant tout les atteintes aux personnes (violences) et aux biens (cambriolages etc…).
A croire que le désordre social vous obsède et que l’assimilation d’émeutes et Saint Denis vous manque!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales