Social

CGTR ou CGT ? Le syndicat réunionnais va devoir rapidement faire un choix

Une page de l'histoire syndicale réunionnaise pourrait se tourner prochainement. Selon un document interne à la Confédération nationale que nous avons pu consulter, la CGTR va devoir faire un choix rapide sur son avenir en tant que structure syndicale.

La CGT demande en effet à l'ensemble des antennes des départements d'Outre-mer, et donc à la CGTR, de s'affilier complètement au syndicat national ou de prendre leur indépendance.

Soit la CGTR conserve sa forme actuelle, avec la certitude de se retrouver isolée sans affiliation directe avec la confédération nationale, soit elle dit adieu à son nom et son histoire pour se retrouver affiliée directement au national.


Photo d'illustration
Photo d'illustration
Le Conseil exécutif extraordinaire de la CGTR qui se réunit ce samedi matin à Saint-Denis risque d'être une nouvelle fois animé. Si le problème de désaffiliation de l'Union régionale Sud sera forcément évoqué (voir ici), un autre problème, beaucoup plus lourd de conséquences, pourrait y être discuté. Celui de l'avenir de la CGTR.

Depuis le début, la CGTR, créée en 1967, a fait le choix de son indépendance. Bien qu'en relation par convention avec la CGT au niveau national, la CGTR est toujours affiliée à la Confédération syndicale internationale (CSI) et à la Commission syndicale des travailleurs de l'océan Indien (CSTOI), selon les statuts internes du syndicat (voir extrait du document adopté lors du dernier congrès de 2010). Pas un problème en soit sur le papier. Sauf qu'en 2008, une nouvelle loi réorganise la représentativité des syndicats en France.

Depuis cette année, l'Etat reconnait cinq confédérations syndicales dans notre pays, la CFDT, la CFTC, la CFE-CGC, la CGT-FO et la CGT. Dans les faits, la CGTR se retrouve face à un problème, car non affiliée directement à la CGT, mais à la CSI et la CSTOI, non représentatives au niveau national.

Pour la Confédération nationale, la situation ne semble plus pouvoir continuer sous cette forme. Dans un document interne que nous avons pu consulter, le national demande à la CGTR de se positionner rapidement sur son affiliation directe à la CGT. Et il reste quelques semaines au syndicat pour faire son choix.

Extrait des statuts de la CGTR adoptés lors du 11e congrès tenu en novembre 2010
Extrait des statuts de la CGTR adoptés lors du 11e congrès tenu en novembre 2010
Adieu CGTR, bonjour CGT ?

Une décision qui fait suite à la réforme de 2008 et aux derniers résultats des élections professionnelles de 2013 présentés au Haut Conseil du dialogue social. Ce Haut Conseil sera amené au cours des prochaines années à donner son avis, après vérification des critères de représentativité (indépendance, transparence financière, implantation territoriale) exigés par la loi de 2008, sur la liste des organisations syndicales représentatives au niveau national et dans les branches. La CGT souhaiterait récupérer directement les votes des départements d'Outre-mer, histoire d'asseoir un peu plus sa position de premier syndicat de France.

Reste que le choix ou non de s'affilier directement à Paris aura certaines répercussions pour la CGTR. Au-delà de la perte symbolique de son identité "Confédération générale du travail de la Réunion", le syndicat ne pourra par exemple plus utiliser de logos ou de drapeaux autres que ceux de la CGT. En revanche, ce choix permettrait l'application pleine et entière des conventions nationales dans certains secteurs économiques.

Cette option aura d'autres conséquences. Si le choix de l'affiliation est retenu par la commission exécutive de la CGTR, toutes les branches affiliées à la CGTR devront changer leur statut et procéder à de nouvelles élections internes avec, au bout, l'organisation d'une grande assemblée générale extraordinaire. Soumettre l'idée d'abandonner la CGTR au profit de la CGT pourrait faire grincer des dents certains militants attachés à leur culture syndicale, voire certains leaders syndicaux confortablement installés dans leur fauteuil depuis plusieurs années...

Cette décision pourrait remettre de l'ordre dans la maison syndicale, confrontée à des dissensions internes depuis près d'un an. Actuellement, plusieurs branches sont directement affiliées au national. Situation à laquelle il faut ajouter la demande récente de l'Union régionale Sud. Au pied du mur, la CGTR va devoir faire un choix rapide.
Vendredi 18 Juillet 2014 - 16:43
Lu 2260 fois




1.Posté par unanime le 18/07/2014 18:26
une mesure plus que légitime pour les militants réunionnais !!! assez de ces commandeur costaud à la pèche au gros intérêt perso ! C'est une juste démarche et longtemps attendu par les militants et une excellente nouvelle.

A tous les militants et syndicats d'entreprise allons battre le pavé pour réclamer ce qui nous reviens de droit la CGT ....et ces valeurs

Ne pas saisir cette opportunité serai contraire au principe d’égalité social réunionnais! avec l'affiliation CGT les accords nationaux renterons en vigueur pour nous salariés réunionnais. finit les conventions fraudés fait par des mauricianoréunionnais ...... des connivences pour faire tomber des honnêtes salariés SHLMR, HOPITAL, et j'en passe.

Nous verrons bien si les marmottes ont peur de vider leur terriers. on verra qui se bat réellement pour l’intérêt des réunionnais.

ALLEZ I.H KOSA LA FAIT OU REMPILE ou REPLI !!! mi attend po voir... et bana aussi ...


ENSEMB MAIS PA PO OU .....

2.Posté par Bayoune le 19/07/2014 08:43
La volonté impérialiste de la CGT française et de son gouvernement aura t-elle raison, malgré ce que l'on peut pensé, de notre CGTR, de la CGTR des vieux camarades, Bruny Payet, Fabien Lanave, et tous ceux qui l'ont constitué, et donné une âme réunionnaise aux revendications des travailleurs réunionnais. C'est vrai que dès le début, cela semblait ambigu, mais quand même, les réunionnais avaient un syndicat avec une identité, un peu baroque. Le R ajouté à la CGT française en 1967, laissait entendre que notre syndicat était et restait un appendice du syndicat français. Aux Antilles, nos camarades de Guadeloupe et de Martinique ont sût s'affranchir de la tutelle des organisations Maîtropolitènes, ils ont créé leur propres organisations de défense des travailleurs . Ici, malheureusement les vieux géniteurs de la CGT/R étaient encore sous l'influence du Front Populaire, de la France éternelle, du PCF, du PCR. La cgt-R a été le produit de cette confusion. Cette CGTR avait le mérite d'exister, de participer à des combats pour l'émancipation des travailleurs. Nos vieux camarades méritent le respect, mais les camarades d'aujourd'hui se doivent de réparer cette confusion, pour que les réunionnais, aient comme aux Antilles, leur centrale syndicale, en maintenant bien sûr les liens fraternels et militants avec les autres centrales dans le monde et en France. Refuser, bien entendu la caporalisation du syndicat Réunionnais par une centrale étrangère, française ou autre. Nous ne sommes plus en 1967, nous voilà au XXIème siècle. Allons camarades de la CGTR, un peu de courage pour une Réunion Réunionnaise. Il va falloir, comme des hommes libres, ou à volonté de l'être, engager le tournant, rompre les liens secrets de domination non avoués avec la puissance coloniale. Qu'en pense nos députés de cette loi colonialiste qui reconnaît que les syndicats français, mais refuse l'identité réunionnaise. Le peuple réunionnais est-il, de par les lois franSSèz destiné à disparaître, nou la vu kosa la départementalisation la fé avèk nou, un peuple ignoré et dominé. Ainsi commence le démantèlement, le déni d'un peuple, le déni des travailleurs RÉUNIONNAIS - malgré les dissensions en son sein, que vont faire les camarades de la cgt-R. Il est entendu que la division créée par les sudistes sont condamnables, mais est ce une raison pour ces camarades sudistes de trahir les fondamentaux du syndicat réunionnais. Pourquoi ne pas créé une vrai Centrale réunionnaise, au lieu de s'attacher aux organisations de la Maîtropole ?

3.Posté par Jean rigole le 19/07/2014 09:24
Les dirigeants de la confédération sont au courant depuis des mois de l'ultimatum lancé par la CGT a la CGTR
Cette question n'a pourtant jamais été abordée avec les adhérents de la CGTR POURQUOI ?
La décision va t'elle être prise par une seule personne comme d'habitude ou demander l'avis des adhérents au travers d'un congrès ? Comme le prévoient nos statuts

4.Posté par kersauson de (P.) le 19/07/2014 12:48
ca touche 1% de salariés
et les ex coco .. ca m en bat une sans toucher l autre (comme dirait CHOUPETTE)

idem pour PCR

5.Posté par Clodeau le 19/07/2014 14:30
Je propose la KJT, Konfederasion Jeneral Twavay

6.Posté par alex du sud le 20/07/2014 09:03
"Qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait le pognon". C'est à mon avis ce qui préoccupe les dirigeants de la CGTR actuellement, le reste n'est que comédie pour amuser le petit peuple

7.Posté par tiorpia le 23/07/2014 18:43
mette sur un ring yvan contre clara avec des gants le gagnant sera l elu .......

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales