Social

CGT EDF : Bois-Rouge et le Gol à 100% mais seulement pendant 24 heures

La CGT EDF tenait cet après-midi une conférence de presse au cours de laquelle a été annoncée la réouverture de la tranche de 25% des productions de Bois-Rouge et du Gol non utilisée depuis une semaine et le conflit de la Séchilienne.


Cette réouverture ramène donc le niveau de capacité électrique des centrales thermiques de Bois-Rouge et du Gol à 100%, mais seulement pendant environ 24 heures à compter de ce soir 18h. En effet, cette réouverture en pleine capacité ne se fera que le temps de la réparation des avaries intervenues au Port et au Gol ces dernières heures.

Ce matin, une avarie sur le moteur PC4 (qui produit jusqu'à 20 Mw) suivie d'une autre sur la tranche 3 de la centrale du Gol (53 Mw) a annihilé la capacité totale des deux productions.

Au travers de ce geste temporaire, Patrice Atchicanon, secrétaire général adjoint de la CGTR EDF, évoque une prise en compte de l'intérêt de la population. "Si on ajoute à ces avaries les pluies qui ont fait diminuer le rendement des fermes photovoltaïques, nous entraînerions des coupures d'électricité dans l'île, et nous ne le souhaitons pas" affirme-t-il. Dès les réparations terminées (probablement dans la journée de demain), la capacité repassera à 75%, comme le confirme le représentant de la CGT.

Une réponse du préfet

Cependant, le syndicaliste reste menaçant quant aux actions à porter dans les jours qui viennent. "Si on n'utilise pas ce moyen de pression, on ne sera pas écouté" rappelle-t-il. Il attend d'ailleurs une réponse du préfet : "Nous avons sollicité les ministères de l'industrie et de l'économie, jusque-là lettre morte. Si le préfet, qui est le garant de la parole de l'Etat sur notre territoire, n'est pas capable de décrocher son téléphone pour solliciter ces ministères, c'est qu'il y a un problème" conclut-il.

Après la réunion en préfecture jeudi matin à10h, Patrice Atchicanon envisage une nouvelle assemblée générale, "probablement vendredi".
Mardi 11 Janvier 2011 - 18:43
Ludovic Grondin
Lu 1873 fois




1.Posté par boyer le 11/01/2011 19:50
saluons le sens des responsabilités et du service public des grevistes de la cgtr pendant que les patrons d'EDF et de la sechilienne nous prenne en otage en laissant pourrir la situation.

2.Posté par Tanbi le 11/01/2011 21:10
Ainsi va le monde...les salariés sont sympas tant qu'ils se font avoir (je reste poli)...

3.Posté par berael le 11/01/2011 22:09
Faire la grève est un droit, mais la prise d'otages de beaucoup de gens mis en difficultés par un manque d'électricité nécessaire à la bonne marche des foyers est un délit qui mérite d'être puni. les syndicats EDF, non contents d'être bien payés et ayant beaucoup d'autres choses avec leur entreprise et l'Etat sèment la pagaille dans l'ile. Dans ce cas, mobilisons nous , l'union fait la force, avec une association nous pourrions porter plainte pour prise d'otages contre les syndicats de l'EDF Réunion.
Pourquoi ont ils le droit de nous emmerder et le reste de la population doit se taire. Debout réunionnais non fonctionnaires, faisons notre loi, cassons les syndicats qui posent problème dezvant la justice .

4.Posté par reunionou le 12/01/2011 10:47
Le droit de grève ce n'est pas le droit de pourrir la vie des gens, des entreprises, de la société. Ce n'est pas le droit d'entraver à libre circulation des individus. Ce n'est pas le droit de couper l'eau, l'électricité ou le carburant à la population. Ceci a un nom : c'est ce qu'on appelle totalitarisme. Autrefois féodal, esclavagiste, fachiste, communiste et aujourd'hui (du moins en France) : syndicaliste. Comme tout modèle totalitaire il est bien évidemment amené à être renversé. Puisque nous sommes au 21ème siècle, la voie pacifique et civilisée est recommandée (l'action en justice par exemple est intéressante face à des actions que l'on peut penser parfaitement illégales). Mais ce qui serait encore mieux c'est que le citoyen lambda n'ait pas à se substituer au rôle de l'Etat, représenté ici par le Préfet. A savoir, ses missions de base : maintient de l'ordre et du bon fonctionnement des services publics, protection des libertés individuelles et collectives.

5.Posté par mwa la pa di le 12/01/2011 15:11
Je ne souhaites pas que la CGT nous prennent à nouveau en otage. Car c'est toute la population qu'ils mettent en obligation de payer pour leur confort supplémentaire. L'augmentation des factures pour compenser sera prise en charge par tous les réunionnais, donc les classes les plus pauvres. C'est une honte et je souhaite si cela devait se produire une grande marche de protestation vers les sièges de la la CGTR. Où le peuple pourra leur faire comprendre que l'on ne peut obliger les plus démunis à payer pour que des nantis s'enrichissent sur le dos des plus pauvres !

6.Posté par pacotte le 12/01/2011 16:09
Voilà comment une minorité prend en otage toute une population pour ces intérêts personnels, c'est une honte !!!

"Si on n'utilise pas ce moyen de pression, on ne sera pas écouté" : je vous propose de faire une grève de la faim qui n'engagera que vous !!! au lieu de nous prendre en otage, et c'est bien plus courageux !!!




7.Posté par Tanbi le 12/01/2011 17:13
Post4.
Les agents EDF ne coupent pas le courant, c'est du fait de leur absence pour cause de grève que la courant est coupé. L'exercice de leur droit degrève est légal et inscrit dans la Constitution Française. Et si vous êtes contre les lois et la Constitution votées démocratiquement, alors c'est vous qui êtes totalitaire...

8.Posté par amstersin le 13/01/2011 00:40
DÉCLARATION DES DROITS DE L’HOMME ET DU CITOYEN


Article IV

La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres Membres de la Société, la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la Loi.




En gros la liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres, ceci étant encadré par la loi et dans la loi il y a le droit grève et il y a aussi le service minimum qu'ils n'ont pas respecté.

Quand à la liberté des autres n'en parlons même pas, celle de tous les entrepreneurs et artisans à exercer leur métier, celle des gens à disposer de l'eau courante (certains ont eu 4 jours de coupure consécutifs), la liberté de pas voir son stock de nourriture partir en fumée, la liberté de pas perdre son matériel hi-fi et électroménager à cause de coupures intempestives, la liberté de pas avoir un gosse qui crève de chaud et arrive pas à dormir toute la nuit faute de ventilo ou de clim, et la liste est encore très (trop) longue ...


Quand on a privé autant de gens de leur liberté je crois pas qu'on puisse qualifier qui que ce soit de totalitaire.

9.Posté par Tanbi le 13/01/2011 17:36
Sauf qu'il n'y a rien d'illégal là-dedans...Si le droit de grève ou la menace du droit de grève ne s'inscrit pas un contexte de rapport de force, malheureusement le salarié n'obtient jamais rien.

Mais le gêne qui s'ensuit relève tout autant de la responsabilité du patronat, qui joue souvent sur le pourrissement pour le rendre impopulaire.

Maintenant, beaucoup ne pensent qu'à rendre responsables que les seuls salariés. De plus l'homme d'aujourd'hui de plus en plus individualiste, supporte de moins en moins que son confort soit ainsi troublé.

Nul doute que les patrons aidés des médias qui souvent sont leurs propriétés, vont jouer sur ce sentiment pour mettre fin au syndicalisme.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales