Société

CGSS: Une augmentation des accidents du travail "désastreuse" en 2013


"C'est désastreux". C'est l'avis d'Alain Iglicki, ingénieur conseil régional de la CGSS en regardant les chiffres des accidents du travail avec arrêt de 2013. Si pour Nicole Ethève, présidente de la CGSS, c'est un bilan "mitigé", Alain Iglicki ne mâche pas ses mots: "Les chiffres sont mauvais".

Une augmentation de 16,5% des accidents du travail et de 34% des accidents du trajet... c'est ce que constate la CGSS pour l'année dernière. "Il y a une très nette dégradation, explique-t-il, et si la gravité moyenne des accidents a tendance à diminuer, l'incident de cette semaine nous montre que la gravité extrême existe toujours", faisant allusion à la chute d'un homme qui a été grièvement blessé à la Saline les Bains lundi.

Avec une augmentation dans le secteur des collectivités, les soins à la personne, la restauration, l'automobile ou la maçonnerie, le bon élève est cette fois le BTP qui connaît une baisse de ses accidents, soit 451 en 2013. "On leur a mis la pression et ça marche. Il faut peut-être faire pareil avec d'autres secteurs", précise-t-il. Comment expliquer cette baisse? "Il y a aussi eu des changements juridiques et une nouvelle coordination. Les préventeurs sont très présents sur le terrain".

Les collectivités quant à elles battent tous les records: 1.000 accidents pour un effectif total de 25.000 agents. Le secteur qui suit est celui des soins privés qui enregistre lui 400 accidents pour 3.000 employés. "Les collectivités ont des activités très variées, explique Alain Iglicki, il y a les activités de bureau, d'ateliers, d'espaces verts, le contrôle de routes... La CGSS n'enregistre pas les statistiques des agents titulaires qui eux sont souvent dans les bureaux mais plutôt de ceux qui occupent d'autres postes. Ça pourrait être une explication possible".

Les activités d'industrie hors BTP, comme le bois, l'ameublement, etc, connaissent, elles, la plus forte fréquence d'accidents avec un indice de 39,4.

38,6 millions d'euros de coûts

Et tout cela a un coût, soit 38,6 millions d'euros. "C'est la première fois que l'on dépasse les 30 millions", précise Alain Iglicki.

Nicole Ethève rappelle qu'une convention d'objectifs et de gestion 2014-2017 de la branche "Accidents du travail et maladies professionnelles" a été signée entre l'État et la CNAMTS (Caisse nationale de l'assurance maladie des travailleurs salariés), qui cible les collectivités, les secteurs des soins et les TPE de maçonnerie, réparation automobile, transport, et restauration traditionnelle.

Aucune tendance n'a encore été établie pour 2014.

Vendredi 5 Décembre 2014 - 12:40
SH
Lu 1366 fois




1.Posté par TI BOB le 05/12/2014 14:02
par contre c pas a la cgss qu il auront un accident du travail,la bas c plutot arret maladie pour cause de grosse paresse aigue

2.Posté par David Asmodee le 05/12/2014 14:32
Les collectivités quant à elles battent tous les records: 1.000 accidents pour un effectif total de 25.000 agents.


Sans blague ? Et si on contrôlait un peu ? Ca éviterait pas mal d'accidents imaginaires. Je me souviens d'un loustic...

3.Posté par un chef d'entreprise le 05/12/2014 15:42
un de mes salariés pas content dans sa vie privé suite à un coup de fil , frappe violement une porte en fer. Résultat , après le travail il va chez le médecin et se met 1 mois en accident de travail.
j'ai contesté l'accident de travail et je me suis fait emmerdé par la CGSS , malgré les salariés témoins.
l'accident de travail a été confirmé.

alors ne vous plaignez pas, vous n'avez qu'à payé les accidents du travail frauduleux.

en tout cas l'inspectrice de la CGSS , c'est clair que elle vu sa zenitude et du "ce n'est pas moi mais la commission qui décidera" alors tu fais quoi dans mon bureau, tu te balades ?

virez moi tous ces gens qui nous coutent chers a la CGSS et qui ne servent à rien.
vous verrez que vous ferez de belles et grosses économies

vous n'avez pas honte.......


4.Posté par David Asmodee le 05/12/2014 18:01
@3

Ce problème va continuer comme ça pour plusieurs raisons :
- pas de contrôle de la part de la CGSS. La parole de l'employé ne peut pas être mise en doute
- le faux accident du travail est mieux indemnisé que l'arrêt maladie bidon
- en plus, l'entreprise voit ses cotisations augmenter. Pourquoi le fonctionnaire se priverait-il d'envoyer une petite crotte de nez dans la face du chef d'entreprise ?

Pas d'employés, pas d'emmerdes.

5.Posté par veridique !!! le 05/12/2014 19:34
Anecdote véridique qui montre dans quel monde on vit et pourquoi les vrais travailleurs seront toujours les cochons de payeurs pour espérer boucher le trou abyssal de la SS.
Une salariée de mon entreprise a pris 3 jours d'arrêt et avec déclaration d'accident de travail parce qu'en faisant de l'entretien, il y a eu une petite poussière dans l'oeil et se frottant trop fort ( ça devait être le 1er effort d ela journée ), elle s'est mise de suite en arrêt. A son retour , en voulant avoir des explications, la version change. En se baissant pour soi disant ramasser un papier, la tige d'une plante à proximité lui serait rentré dans l'oeil….

6.Posté par alékons le 05/12/2014 21:44
C'est la démonstration-hélas-Mr Iglicki de la vanité de vos actions dans ce peï ou le grd'ki est mieux considéré que le smicard. A quand une médaille anti zémoroid ?

7.Posté par Marx le 05/12/2014 22:04
Bientot mes camarades communistes triompheront! Ils n'ont jamais ete aussi pres de la victoire dans ce pays! C'est extraordinaire!

8.Posté par Horaeau le 05/12/2014 23:59
Il ne faut pas mettre tout le monde dans le même panier ! ! Il y a de vrais accidents de travail, aux conséquences parfois dramatiques parfois.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 5 Décembre 2016 - 09:32 Saint-Pierre: Un requin bouledogue prélevé

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales