Economie

CCIR : Première AG mouvementée, Narayanin nouveau président de la Société aéroportuaire

Première assemblée générale à la Chambre de commerce et d'industrie de la Réunion (CCIR) sous la nouvelle présidence d'Ibrahim Patel. A l'ordre du jour, la mise en place des présidents de commissions, un point d'information sur la Zic du Port, l'augmentation des indemnités globales de frais de mandat et, point le plus important de cet après-midi, la nomination de Guito Narayanin comme nouveau président de la Société aéroportuaire simplifiée unipersonnelle (la SASU), en lieu et place d'Eric Magamootoo.


CCIR : Première AG mouvementée, Narayanin nouveau président de la Société aéroportuaire

Pour une première assemblée générale à la CCIR, l'ambiance était quelque peu électrique entre Ibrahim Patel, fraichement élu à la tête de la Chambre de commerce, et les représentants du Medef, emmenés par Daniel Moreau et Jérôme Isautier.

Premiers dossiers, les votes de désignations des présidents de commissions, pour lesquels le Medef votera systématiquement contre. Élus à la tête des principales commissions : Cyrille Rickmounie (Ports), Joël Mongin (Aéroport), Bernard Caroupaye (Transports), Pascal Ponapin (Tourisme et Loisirs), Claude-Yvès Hoarau (Mobilité et Développement International), Robert J.Pierrick (Formation) et Andy Hutson (BTP).

1,8 million d'euros par an de manque à gagner à la Zic du Port

A l'ordre du jour, "l'information aux élus concernant la Zic N°1 du Port". La première zone d'activité de la Réunion, créée dans les années 60, accueille 109 entreprises industrielles, commerciales et de services sur près de 32 Ha. Un des plus gros problèmes de cette zone d'activité : le montant de la location au m2, actuellement de 0,19cts/mois alors que "selon une étude, il devrait être de 0,70cts/mois, soit un manque à gagner de 1,8 millions d'euros par an", souligne Ibrahim Patel.

La réévaluation des loyers était une mesure prise en 2005, sous la présidence d'Eric Magamootoo. "Elle n'a jamais été mise en place pour des raisons qui m'échappent", ajoute le président de la CCIR. "De plus, des sociétés louent à la CCIR des bâtiments qu'elles sous-louent ensuite pour beaucoup plus cher à d'autres sociétés. Il n'y a pas eu d'autorisation de sous-location donnée par la CCI. On ne peut pas continuer à favoriser ce genre de pratique", explique Ibrahim Patel.

Deux solutions vont être instaurées : une procédure amiable et le cas échéant une procédure de contentieux "et nous irons jusqu'au bout", prévient-il.

Augmentation des indemnités de frais de mandat et de déplacement

En milieu de séance, il a été soumis au vote des représentants de la CCIR une augmentation de l'indemnité globale pour frais de mandat et de l'indemnité pour compenser les frais de déplacement. Il a été attribué "600 points d'indices et 150 points d'indices (ndlr : un point d'indice équivaut à 4,6 euros) respectivement à Ibrahim Patel et Ary Claude Caro, ainsi que le passage du barème d'indemnisation des déplacements automobiles des membres élus à 100 euros pour une journée, prise en compte d'un déplacement par journée maximum", explique Mohammed Ahmed, Directeur Général des Services de la CCIR (ndlr : c'était sa dernière séance avant de partir en tant que DGS de Didier Robert à la Région). Une annonce à laquelle a réagi le Medef : "On vous demande de retirer cette proposition car l'image donnée est inadaptée au contexte actuel. La Cour des Comptes nous avait épinglés à ce sujet, estimant que les indemnités étaient supérieures de 60% à la normale", explique Jérôme Isautier. Une décision soumise au vote et validée.

Guito Narayanin au moment du vote de la présidence de la SASU
Guito Narayanin au moment du vote de la présidence de la SASU
Guito Narayanin, nouveau président de la SASU

Le plus gros point à l'ordre du jour de cette première assemblée générale de la CCIR était la nomination en lieu et place d'Éric Magamootoo du nouveau président de la SASU (Société Aéroportuaire Simplifiée Unipersonnelle). "Nous actons la révocation d'office d'Éric Magamootoo qui n'est plus présent en qualité de membre de la CCI", explique Ibrahim Patel.

Guito Narayanin, actuel trésorier de la CCIR, est proposé au poste de président de la SASU. Réaction immédiate du Medef : "Un candidat à la présidence de la SASU ne peut pas être trésorier de la CCIR, il ne peut pas être juge et partie. Va-t-il à l'avenir privilégier les finances de la chambre de commerce ou de l'aéroport ?", s'interroge Arzou Mahamadaly, désigné comme représentant du Medef à ce poste de président de la SASU.

Au terme d'un vote à bulletin secret, exigé par le Medef, c'est finalement Guito Narayanin qui est désigné président de la SASU par 20 voix pour contre 13. "Qui de mieux qu'un trésorier qui connait les coûts et les finances pour s'occuper de l'aéroport?", se réjouit Ibrahim Patel.

Dès jeudi prochain, le président de la CCIR présentera les futurs chantiers et projets qui seront mis en place durant sa mandature.
Lundi 14 Février 2011 - 18:07
Julien Delarue
Lu 4211 fois




1.Posté par Momo le 14/02/2011 18:16
première décision: un peu plus dans nos poches; ça promet pour al suite alors que beaucoup de monde "tire la langue" en fin de mois. Honte à vous...............

2.Posté par Conclusion le 14/02/2011 18:19
Les pieds nicklés entrent en action.

Tous des ringards !

3.Posté par Bibi fricotin le 14/02/2011 18:49
Attention, il y a maintenant une association de contribuables.

4.Posté par nicolas de launay de la perriere le 14/02/2011 19:39
ma foi, tous les élus ne sont ils pas des chefs d'entreprise...? ainsi, en quoi la qualité ès trésorier de monsieur Narayanin, le distingue t il de ces autres confrères ...? monsieur Patel, celui qui a milité pour le MODEM (au prétexte que ce parti préconisait des avantages pécuniers pour les emplois) au moment des dernières élections présidentielles, ferait il ainsi l'aveu d'incompétence en matière de gestion financière ?

5.Posté par b.a-ba le 14/02/2011 21:04
Une augmentation de 65% comme première décision, il fallait oser, Patel l'a fait !
C'est la honte.

Patel n'est que le pantin de Narayanin

6.Posté par condor le 14/02/2011 21:24
vous n'avez rien compris! dans chambre de commerce il y a COMMERCE
ils vont faire du commerce la bande a patel. le MEDEF vous etes des enfants de coeur vous ne savez plus commercer

7.Posté par FiOuuuuu...... le 14/02/2011 21:25
A l'exception de ceux qui ont voté contre et du tandem patel et narayanin, ce sont tous des imbéciles!!!!!! Nan, mais j'allucine!!! Et tout le monde il est beau il est content ! Il y en avait pas un dans les rangs de patel pour oser se présenter et tenter sa chance, il n'y a aucune personnalité dans ce lot de nouveaux élus ??? Ma parole, vous êtes tous là pour parader comme des béni oui-oui devant patarayanin!!! Et l'autre qui accepte comme un grand seigneur, et qui cumule les mandats et salaire! Nan mais je rêve!!!!!

8.Posté par c du cabrel le 15/02/2011 07:42
otéééé ben là lé joli ! oui lé joli parce que pour une fois un chef d'entreprise i sa prend des décisions économiques ... et faisant fi (encore heureux) de tous les médisants, qu'on cantonne d'ailleurs à un forum ... il faut pas leur donner la clé pour sortir de là :) le SASU, societé de portage au régime adapté pour gérer la passation des responsabilités devra prendre des tournures et décisions essentielles à la meilleure gestion de l'aéroport donc courage aux équipes, et faites pas attention à ceux qui se prétendent "sachants" comme il y a beaucoup ici...ils sont triste c'est tout ....

9.Posté par ASSENJEE.M le 15/02/2011 10:08
A quoi ça sert, le pouvoir, si c'est pour ne pas en abuser?
(Coluche)

10.Posté par curebien le 15/02/2011 11:04
Il y a plusieurs choses qui ressortent de cet article.

Les recommandations de la cours des comptes ne sont pas suivies. A mon sens ça peût vouloir dire que la cour des comptes ne sert à rien.
Malgré la conjoncture économique, malgré les revenus qu'ils ont par ailleurs (ils sont chefs d'entreprise faut pas l'oublier), ils estiment qu'ils meritent une revalorisation de leurs indemnités. Si ils pouvaient avoir la même démarche quand leurs salariés viennent demander une augmentation, ce serait bien. Juste comprendre que si c'est compliqué pour eux, qui ont des revenus comfortables, que c'est encore plus compliqué pour ceux qui ont des revenus nettement plus modeste.

11.Posté par Kabodfon le 15/02/2011 12:03
Les CCI, établissements publics de l'Etat, sont soulises à la tutelle, notamment financière, des préfets et certaines de leur délibérations (budgétaires par exemple) ne sont éxécutoires qu'après approbation par la tutelle. Ne pas hésiter donc à alerter la préfecture, si des délibérations paraissent injustifiées ou illégales.

12.Posté par begue guy le 15/02/2011 20:27
Bon il faut laisser la nouvelle equipe faire ces preuves , au moins c'est bien .
je suis aussi responsable et je n'aime pas qu'un employé subalterne vienne me voir et me dire ce que j'ai à faire ...moi j'ai fais des etudes ! et j'etais en metropole ...
allez les rigolos , a+

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:47 La Réunion monte à bord du Train des Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales