Faits-divers

"C’était mon ex-meilleur ami": C’est pourquoi il a voulu l’écraser !

Tribunal correctionnel de Saint-Pierre, 14 août 2014.


"C’était mon ex-meilleur ami": C’est pourquoi il a voulu l’écraser !
L’affaire s’est passée au Plate Saint-Leu en avril 2013 et, sans le coup de pouce du destin, aurait pu finir aux Assises pour l’un et au cimetière pour l’autre.
 
Le mini-drame, en fin de compte, se révèle très simple, mais le prévenu, à la barre, ne dit rien. Il ne consent à s’expliquer qu’après moult interventions de la présidente Tomasini qui, exaspérée, finit par dire tout à trac : "Il faut vraiment vous arracher les mots de la bouche !"
 
En ce jour de grâce du 20 avril 2013, 16 heures, Jean-Jacques B., au volant de sa Visa, aperçoit sur le bas-côté de la route son ex-meilleur ami. Son sang ne fait qu’un tour, il se déroute brutalement et lui fonce dessus. Celui qui a bien failli ne plus être qu’un ex tout court ne doit qu’à son agilité de ne pas finir sous les roues de l’irascible. Un roulé-boulé dans l’herbe après avoir été touché à la jambe ; il se relève furibard et balance un galet (providentiel ?) dans le pare-brise qui ne lui avait rien fait.
 
Ce qui fait que lorsque les gendarmes arrivent, c’est le chauffeur qui veut d’abord se plaindre du bris de glaces !!! Avant d’admettre qu’il a failli écraser sa cible.
 
Et tout ça pourquoi ? "Parce que depuis des mois ça ne va plus. Ca a commencé quand il m’a accusé de lui avoir volé ses pieds de zamal". Dans ces histoires-là, il y a toujours un galet et du zamal quelque part.
 
"Depuis, il cherche tout le temps à se disputer avec moi. Cinq minutes plus tôt, il m’avait encore donné un coup de poing. Moi, je voulais juste avoir une explication avec lui. Je ne sais pas comment cela s’est passé, je ne voulais pas l’écraser".
 
Madame le procureur Tanguy a mis en avant la dangerosité du procédé utilisé par le prévenu pour régler ses comptes, tandis que Me Saint-Bertin plaidait l’absence d’intention malveillante.
 
Il en coûtera au sieur Jean-Jacques deux mois avec sursis. Plus 100 et 50 euros d’amendes : en venant constater le délit, les gendarmes se sont également aperçus que notre bonhomme roulait sans assurance ni contrôle technique. De là à prêter une attention sournoise à la voiture, alors que ressort en DVD l’excellent et angoissant "Enfer mécanique"…
Jeudi 14 Août 2014 - 14:23
Jules Bénard
Lu 1930 fois




1.Posté par Antipode le 14/08/2014 16:53
Peine étonnement clémente :/

2.Posté par dègue le 16/08/2014 10:56
puuuu, c pas possible d'être bête à ce point !

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 4 Décembre 2016 - 08:15 Saint-Paul: Un scootériste décède

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales