Politique

Budget de l'Université: Un budget modifié contre des emplois?

La députée Ericka Bareigts a interrogé, hier, Geneviève Fioraso, la ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche, à propos de l'état d'avancement des négociations sur le budget menées par le ministère et l'Université de la Réunion. Ericka Bareigts fait notamment référence à la pomme de discorde apparu sur le sujet : la demande de modification du budget par le ministère, refusée aussitôt par le conseil d'administration de l'Université de la Réunion. La ministre a notamment précisé l'idée que "si les engagements réciproques (…) sont tenus", alors le ministère est prêt à donner les 44 emplois programmés entre 2014 et 2015:


Budget de l'Université: Un budget modifié contre des emplois?
Question au gouvernement d'Ericka Bareigts:

"Ma question s’adresse à madame Fioraso, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Madame la ministre, L’Université de la Réunion a traversé cette année une importante crise financière.

Suite à son passage en début d’année en responsabilités et compétences élargies, elle a en effet voté un budget se fondant sur une dotation de l’Etat de 6,7 millions pour compenser les coûts transférés.

En mars 2013, la dotation budgétaire effectivement actée par vos services s’élevait à 1,3 millions. Cela a entraîné une demande d’une décision budgétaire modificative adressée par le recteur au Président de l’université.

Refusant cet état de fait, le Président de l’Université a entamé des négociations avec votre ministère pour obtenir une augmentation de la dotation budgétaire allouée afin, notamment, de compenser les surcoûts liés à l’insularité et à l’éloignement.

Vous n’êtes pas sans savoir, madame la ministre, l’importance que l’enseignement occupe dans l’Outremer.

Gage de la solidarité républicaine et condition sine qua non de notre développement économique, l’enseignement, est une de nos trois priorités pour l’Outremer citées par le Premier ministre dans son discours à Fort-de-France ce 27 juin lorsqu’il appelait de ses vœux une "économie du savoir" dans nos territoires.

Le département de la Réunion occupe, de manière constante depuis que ce classement existe, le bas du tableau du classement des universités selon leur taux d’insertion professionnelle à 30 mois presque toute filière confondue.

Malgré cela, il faut bien reconnaître l’implication de la société civile et des élus autour de cette université, tant il nous apparaît clairement à tous que l’avenir de notre jeunesse se jouera sur les bancs de l’école en général et de l’enseignement supérieur en particulier.

Le principe d’une compensation spécifique aux surcoûts ultramarins doit donc faire consensus, tout en s’articulant avec les nécessaires efforts budgétaires de la Nation, et ce d’autant plus que le contexte économique et géopolitique de nos territoires nous amènera bientôt à être en concurrence avec des puissances mondiales sur lesquelles la qualité de l’enseignement français reste l’un de nos principaux atouts.

Je souhaiterais par conséquent que vous nous exposiez l’état d’avancée des négociations budgétaires que vous menez avec l’Université de la Réunion et s’il y a lieu le dispositif établi par vos soins."



Réponse de la ministre:

"Madame la Députée,

L’université de La Réunion a accédé aux responsabilités et compétences élargies le 1er janvier 2013. C’est une opportunité : celle de construire une politique de ressources humaines conforme à ses choix, celle de mettre en œuvre avec les acteurs locaux les partenariats indispensables à ses ambitions à la fois pour la formation et la recherche.

En 2012, les rémunérations acquittées par l’Etat s’élevaient à 65,43 M€. En 2013, un montant supplémentaire de 3 millions d’euros lui est délégué, soit une hausse de 4,6%.

L’Etat fait un effort exceptionnel prenant des mesures spécifiques à cette université :
•    La prise en charge de la hausse du taux de cotisations pour pensions,
•    La création de 10 emplois supplémentaires,
•    Le financement de la titularisation de 34 personnels actuellement sous statut contractuel
•    Une dotation exceptionnelle de 273 000 €.

Si les engagements réciproques conclus par le ministère et la présidence de l’université sont tenus, cet effort sera encore accentué en 2014 et en 2015 avec la création programmée de 44 emplois supplémentaires en deux ans.

Le ministère soutient donc l’université de La Réunion de façon tout à fait significative. Cette marque de confiance doit avoir pour contrepartie une gestion irréprochable et soutenable, au service de la formation et de l’insertion des étudiants et de la recherche.

Cette exigence est d’autant pour importante pour l’université de La Réunion, dont je comprends les contraintes objectives liées à l’éloignement. L’université pourra faire face à ses missions en s’appuyant sur les créations d’emplois qui sont programmées sur les trois prochaines années. L’Etat accompagnera cette évolution qui contribuera à former les jeunes de l’île, à favoriser leur insertion professionnelle et à développer la recherche créatrice d’emplois."

Mercredi 24 Juillet 2013 - 16:31
Lu 944 fois




1.Posté par J CADET le 25/07/2013 10:06
Ce que je disais s'avère vrai... Deux poids, deux mesures. Que notre députée potiche pose une quelconque question, elle a droit à une retranscription intégrale sur le blog du papa de son attaché parlementaire... Mais personne ne lui demande pourquoi sa question au gouvernement ne porte pas sur le RSTA alors que deux grévistes de la faim campent dans sa circonscription ?

2.Posté par Gromale le 25/07/2013 16:19
@1 : Ca c'est cadeau ça : http://www.zinfos974.com/Fin-du-RSTA-Ericka-Bareigts-interpelle-la-Ministre-Marisol-Touraine_a57805.html

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales