Economie

Bouclier qualité prix: Les premières réunions de négociation, la semaine prochaine

Dans le cadre de la mise en œuvre du bouclier Qualité/Prix, Le préfet de La Réunion a réuni ce matin les acteurs économiques qui portent une responsabilité économique dans le processus de formation des prix à La Réunion afin d’initier un cycle de négociations visant à déterminer une liste de produits de consommation courante dont les prix à la consommation devront être modérés. Voici le communiqué :


Bouclier qualité prix: Les premières réunions de négociation, la semaine prochaine
Le gouvernement a fait de la lutte contre la vie chère dans les départements d’outre-mer sa priorité. La loi relative à la régulation économique outre-mer du 20 novembre 2012 vise à s’attaquer aux fondements structurels de la vie chère dans les DOM.

Cette loi prévoit plusieurs dispositifs :
- L’établissement d’un bouclier qualité/prix qui permettra la modération des prix, par la négociation, d’un panier de produits de consommation courante ;
- Le renforcement des pouvoirs de l’Autorité de la concurrence avec un pouvoir d’injonction structurelle ;
- Le plafonnement des tarifs bancaires ;
- L’extension des compétences des Observatoires des prix et des revenus, des Marges et des Revenus ;
- L’interdiction des exclusivités d’importation, etc.

Conformément au décret d’application n°2012-1459 du 26 décembre 2012, le préfet de La Réunion a saisi le 27 décembre dernier l’Observatoire des prix et des revenus, lui demandant de formuler un avis sur l’évolution du coût de la vie sur le territoire.

Par ailleurs, le préfet a réuni ce matin les acteurs économiques qui portent une responsabilité économique dans le processus de formation des prix à La Réunion (transporteurs, importateurs, producteurs, industriels, distributeurs…). L’objectif étant d’initier un cycle de négociations visant à déterminer avant la fin du mois de février, conformément à l’article L410-5 du code du commerce, une liste de produits de
consommation courante dont les prix à la consommation devront être modérés.

Le préfet a noté la qualité des premières discussions et les propositions faites par les acteurs pour enrichir et amender le document de travail qui avait été préalablement envoyé. Tous semblent en effet conscients de la nécessité de proposer une réponse équitable et réaliste aux consommateurs réunionnais. Si les producteurs locaux semblent disposés à participer à cet effort commun, il est cependant évident que rien ne pourra se faire au détriment de l’activité économique et de l’emploi.

Afin de garantir que le consommateur réunionnais ait accès à des produits de qualité et correspondant à ses attentes, l’Etat a souhaité que participe à ce cycle de négociation un professionnel de santé spécialisé en nutrition.

La liste sera déterminée entre les acteurs économiques concernés au cours de plusieurs réunions (produits locaux, produits alimentaires importés, produits non alimentaires). Une fois fixée, cette dernière sera présentée à l’Observatoire des prix et des revenus, des négociations spécifiques, notamment avec les acteurs de la logistique, permettront alors de déterminer la modération qui s’y imposera.

Les premières réunions débuteront dès la semaine prochaine.

C’est un moment important de la vie socio-économique réunionnaise car la mise en oeuvre du Bouclier Qualité/Prix instaure un rendez-vous annuel de négociations sur le coût de la vie.

L’objectif poursuivi est d’améliorer la transparence dans la formation des prix tout en renforçant l’équité et la durabilité du modèle économique réunionnais.
Mardi 5 Février 2013 - 11:27
.
Lu 911 fois




1.Posté par UN SIMPLE CITOYEN le 05/02/2013 11:47
LUREL A fixé UN CADRE : c'est ,maintenant ,aux associations de consommateurs ,aux organismes de contrôle des prix ,aux collectivités locales ,à la Préfecture de veiller à ce que les importateurs , les grandes surfaces ...jouent le jeu de la transparence !

2.Posté par WQS le 05/02/2013 18:22
J'ai constaté depuis le début de l'année des augmentations non-négligeables sur beaucoup de produits.
Des hausses de 5 à 15% selon les articles, principalement dans l'alimentaire.
Ce "machin" Lurel est une arnaque , les grandes surfaces vont faire 5 ou 6% de baisse après avoir tout augmenté de 10%...Un "geste commercial" en forme de bras d'honneur ! LoL !

3.Posté par YenAMarre @ WQS le 06/02/2013 05:36
C'est exactement ça. Les grandes surfaces ont d'ores et déjà augmentés leurs prix, pour anticiper la future baisse.

Je dis que cette liste c'est de la MERDE. On doit baisser tous les prix. Il faut créer une commission de surveillance efficace et HONNÊTE. C'est pas normal qu'on paye aussi cher sous prétexte qu'on soit une île. Même les produits fabriqués sur l’île sont hors de prix.

Une plaquette de yaourt vendue plus de 5 € est achetée à 2 € chez les producteurs locaux. Même chose pour les autres produits, ils sont vendus plus du double de leur prix d'achats, en toute impunité. J'appelle ça de l'escroquerie. Oui, on nous ARNAQUE légalement et l'état ne réagit pas. Les élus sont parfaitement au courant de l'immense arnaque des grandes surfaces, mais personne ne réagit. Je vous laisse deviner la raison...

Donc si on veut que les choses changent sur notre île, il faut se mobiliser c'est la seule solution. Cette fameuse liste Lurel ne changera rien à la donne, la preuve les produits Cospar ont quasiment disparus des grandes surfaces sous prétexte de "rupture de stock".
C'est tout le système qui est à revoir, aussi bien politique que social. Tant qu'il y aura des "vereux" pour soutenir des "pourris", le créole continuera de se faire baiser au porte feuille.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:47 La Réunion monte à bord du Train des Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales