Blog de Pierrot
J-P Virapoullé et Didier Robert : "Le mariage, ce sera en septembre"...
Les choses s'accélèrent sur l'échiquier politique local et chaque pion est en train tout doucement de trouver sa place.

Jusqu'à maintenant, quelques positionnements étaient déjà acquis.

Didier Robert avait réussi à réaliser l'union autour de lui à Droite, et il pouvait d'ores et déjà compter sur le soutien de 11 maires en vue des prochaines départementales et régionales. Un socle suffisamment fort pour espérer peser de façon décisive lors du 3ème tour des départementales, lorsqu'il s'agira de désigner le ou la présidente de la nouvelle assemblée.

A Gauche aussi, les choses se sont décantées, même si toutes les cartes n'ont pas encore été étalées sur la table. Comme on pouvait s'y attendre, une réconciliation entre le PCR et le PS est toujours impossible, tout comme entre le PCR et le PLR d'Huguette Bello. Si certains avaient des doutes, il suffit de se reporter aux dernières déclarations de Paul Vergès hier dans la presse pour s'en convaincre.

Huguette Bello, qui est trop faible seule (elle ne peut compter que sur le soutien du maire du Port), va sans doute prendre la tête de la liste du PS en décembre prochain, même si la chose n'a pas encore été annoncée officiellement.

Le parti de Paul Vergès se retrouve donc esseulé et affaibli et, sans doute pour la première fois de son histoire, il ne présentera pas de candidats dans tous les cantons de l'ile.

Nassimah Dindar semble avoir compris dans quel sens le vent tournait dorénavant et elle a accepté de rentrer dans le rang en intégrant la majorité qui est en train de se dessiner UMP/Objectif Réunion/UDI/Centristes, et de prendre ses distances avec Thierry Robert. Elle semble avoir compris que la présence de ce dernier dans sa future majorité était impossible et espère ainsi sauver son poste de présidente de l'assemblée départementale.

Le député-maire de Saint-Leu de son côté a réussi à se mettre à dos l'ensemble des maires. Pour deux raisons essentielles. Dans sa volonté de contrôler l'ile, il a présenté des candidats aux dernières municipales dans chaque commune, ce qui a profondément déplu aux maires en place. Mais surtout, ses dernières sorties médiatiques ont convaincu ces derniers qu'il était totalement incontrôlable, certains se demandant même publiquement s'il n'était pas bon pour l'asile, en les confortant dans l'idée qu'il fallait absolument lui faire barrage.

Ce n'est donc pas tout à fait un hasard si Jean-Paul Virapoullé, un des poids lourds politiques locaux, a accéléré la programmation de la visite du président de Région Didier Robert ce matin dans sa commune.

Les deux hommes n'ont cessé de se faire des sourires devant les caméras. Il ne s'agissait nullement d'une posture. Le courant passe à nouveau entre les deux hommes et l'annonce officielle de leur rapprochement politique n'est plus qu'une question de timing électoral.

A plusieurs reprises, Jean-Paul Virapoullé a affirmé que l'heure était pour le moment aux dossiers économiques, "dans l'intérêt de la Réunion et des Réunionnais", et que le moment des retrouvailles politiques serait pour plus tard. Pour septembre, a-t-il dit à deux reprises. Et alors que nous voulions prendre leur photo devant la plaque de la salle des mariages, le maire de Saint-André nous a déclaré dans un grand éclat de rire : "Le mariage, ce sera en novembre"...




Vendredi 6 Mars 2015 | Commentaires (9)
Quand Ibrahim Dindar traite Gilbert Annette de menteur...
Que retenir du débat télévisé de ce soir sur Réunion 1ère, qui opposait Ibrahim Dindar (Droite sociale et UDI), Gilbert Annette (PS), Ivan Dejean (PCR), Jean Claude Otto-Bruc  (FN), et Pascal Basse (Parti de gauche), sous la houlette de Jean-Marc Colienne et d'Emmanuelle Haggai de Réunion 1ère et de Yves Montrouge du JIR ?

Sur le fond, pas grand chose. On a très vite compris que les compétences du nouveau Conseil départemental, qui restent à préciser par une loi, devraient essentiellement tourner autour du social. Dont les modalités d'application sont décidées par le gouvernement. Autant dire, comme l'a fait Ibrahim Dindar, que les marges de manoeuvre seront très étroites...

Si l'on ne peut choisir ses candidats préférés en fonction de leurs capacités à exprimer des idées nouvelles ou à amender des projets, que reste-t-il?

L'étiquette politique des candidats? Probablement. C'est -malheureusement- le principal critère de choix. Et nul doute, selon les derniers sondages, que l'on en reviendra à un affrontement Droite/Gauche, où cette dernière devrait payer cher les promesses non tenues du candidat Hollande.

Alors, à quoi peut servir un débat comme celui de ce soir, si les programmes de tous les candidats sont identiques?

A plusieurs choses. Tout d'abord à s'apercevoir -ou à confirmer- que certains représentants de partis politiques feraient mieux de réviser leurs classiques avant de venir sur un plateau de télé car ils ne connaissent même pas les compétences d'un Conseil départemental. On a ainsi vu un Jean-Claude Otto-Bruc manger une bonne partie de son temps de parole à évoquer des problèmes liés à la fonction de député, et donc aux législatives, malgré les tentatives désespérées des animateurs de le ramener dans le droit chemin.

Ca permet aussi de constater que d'autres candidats, à l'image de Pascal Basse du Parti de Gauche, parlaient pour le plaisir de s'écouter. Il s'est contenté de mettre des phrases bout-à-bout, sans réelles propositions. Quand il s'est tu, on se demandait encore ce qu'il avait voulu dire...

Le PCR par la voix d'Ivan Dejean, a été égal à lui même. Bien conscient qu'il n'avait aucune chance de gagner ces élections, il s'est d'ores et déjà dit prêt à travailler avec tout le monde, y compris la Droite, pour former une majorité au futur Conseil départemental. Le PCR a depuis longtemps établi comme priorité de participer, quelque soient les partenaires, aux majorités dans les assemblées. C'est le meilleur moyen de garantir des indemnités élevées aux apparatchik du parti et d'espérer grappiller quelques contrats aidés pour faciliter les futures élections...

Non, si on ne devait retenir qu'une seule chose de ce débat, ce serait l'altercation entre Ibrahim Dindar et Gilbert Annette, où on a vu le porte-parole de l'UDI traiter le maire de Saint-Denis de menteur. Et force est de constater qu'il n'était pas loin d'avoir raison. Il est vrai qu'il est difficile à Gilbert Annette de reconnaitre qu'il a soutenu Nassimah Dindar jusqu'au bout, jusqu'à voter son dernier budget il y a encore quelques semaines, et ensuite venir la combattre sur le terrain en critiquant son bilan et affirmer qu'il ne la soutient plus depuis 2012... C'est ce qu'on appelle faire le grand écart. Et il arrive parfois qu'on se fasse une déchirure musculaire...


Jeudi 5 Mars 2015 | Commentaires (23)
Newco avait prévu de voler sur des Boeing 767-300 ER (Photo Boeing)
Newco avait prévu de voler sur des Boeing 767-300 ER (Photo Boeing)
Le projet de compagnie aérienne Newco, concocté par Gabriel Pinelli et Gérard Ethève, risque fort de ne jamais voir le jour.

L'annonce, le 24 février dernier, d'une nouvelle liaison directe Gillot-Mayotte-Paris par Air Austral, est en effet venue ruiner les espoirs de ceux qui espéraient la création d'une nouvelle compagnie, basée à Pierrefonds.

Denis Hermann est  le patron des "Nouvelles de Mayotte" et probablement le meilleur spécialiste de l'aérien dans la zone. C'est par exemple lui qui avait sorti le scoop du projet de rachat de Corsair par Air Caraïbes, bien avant la presse nationale. Selon lui, voir deux compagnies s'affronter "sur le même créneau ne serait pas viable", ce qui l'avait amené à laisser entendre, dès le 25 février dernier, que l'ouverture de cette nouvelle liaison directe entre Mayotte et Paris par Air Austral allait "faire capoter le projet "Newco" de Gabriel Pinelli, qui (...) se voit couper les ailes d'entrée".

Depuis, d'autres informations nous sont revenues laissant entendre que Gérard Ethève et Gabriel Pinelli avaient jeté l'éponge.

Newco devait être lancée fin décembre 2015, sous réserve de l’obtention des fonds et du certificat de transporteur aérien (CTA). Aux dernières nouvelles, le tour de table avait pu être réalisé. Il ne devrait finalement ne jamais voir le jour.

Newco visait à commercialiser des billets "20% moins cher" que les tarifs pratiqués aujourd’hui, grâce à l'utilisation de Pierrefonds où les coûts d'exploitation sont bien moindres que ceux de Gillot.

Nécessitant un investissement initial de 20 millions d'euros, le lancement de la nouvelle compagnie devait être financé à hauteur de 30% par les communes du Sud de l'île (Civis et Casud), les 70% restants l'étant par des investisseurs privés. Parmi eux, Gérard Ethève, fondateur et ancien dirigeant d’Air Austral.


Jeudi 5 Mars 2015 | Commentaires (20)
Medef : Yann de Prince sur le départ de la présidence?
La rumeur court depuis une semaine environ dans les milieux patronaux de la Réunion : Yann de Prince serait sur le point de démissionner de la présidence du Medef.

Les personnes qui font courir ce bruit donnent même les noms des deux prétendants qui seraient susceptibles de le remplacer : Frédéric Narassiguin, le président d'Optique de Bourbon et d'Alain Afflelou à la Réunion, et Jérôme Isautier, de la distillerie Isautier, par ailleurs président de l'ADIR.

Contacté par nos soins, Yann de Prince dément formellement cette information et affirme qu'il n'y a aucune probabilité pour qu'elle survienne.

Même chose pour Frédéric Narassiguin qui nous a affirmé n'avoir jamais été candidat.


Jeudi 5 Mars 2015 | Commentaires (18)
A 22h, les voitures font la queue devant la station 24/24 du boulevard Lancastel
A 22h, les voitures font la queue devant la station 24/24 du boulevard Lancastel
La rumeur avait commencé à circuler dans l'après-midi, et était arrivée aux oreilles de plusieurs gérants de stations-service : les transporteurs avaient l'intention de bloquer la SRPP. Leurs motifs étaient assez flous, mais Caroupaye et ses amis trainent une telle réputation que tout de suite, l'information devenait crédible.

Au fil des heures, l'info a circulé. Notamment par le biais de Facebook.

Résultat, les files s'allongeaient hier soir vers 22h devant les rares stations ouvertes. On se serait cru revenu au plus fort de la grève des employés de la SRPP, ces derniers jours.

La pagaille a continué à s'installer ce jeudi matin, aux abords des stations-service. Craignant un nouveau mouvement, les automobilistes se ruent vers les pompes. Aucune nouvelle grève n'est prévue.

L'entrée de la SRPP est déserte
L'entrée de la SRPP est déserte
La rumeur, en s'amplifiant, s'est renforcée et s'est vue adjoindre au fur et à mesure de nouveaux éléments. Jusqu'à ce que certaines pages sur Facebook n'annoncent que les transporteurs bloquaient la SRPP au Port.

Rien sur Freedom. La nouvelle nous est parue néanmoins suffisamment importante pour que nous nous déplacions au Port.

Pour rien. Comme le prouve la photo ci-contre, tout était calme devant les trois entrées de la SRPP.

Enfin une bonne nouvelle...

Demain est un autre jour. Avec son cortège de nouvelles rumeurs... ou de rumeurs qui entre-temps seront devenues des réalités !
 


Mercredi 4 Mars 2015 | Commentaires (29)
Grève SRPP : Tout ça pour 2.200€. Patrons et salariés se sont foutus de notre gueule !
La grève de la SRPP s'est donc achevée ce soir vers 20h, après que la direction a accepté de verser aux grévistes une prime exceptionnelle équivalent à un mois de salaire, soit en moyenne 2.200€.

J'ai envie de dire : "Tout ça pour 2.200€ !!!"

Voila 30 énergumènes qui ont bloqué toute la Réunion pendant 6 jours, qui ont foutu en l'air l'économie de l'île, qui ont fait perdre des centaines d'euros à des petits salariés qui ne touchent que le SMIC, et non pas 2.200€, plus les primes, plus le 13ème mois...

Tout ça pour 2.200€ !!!

J'espère que le cari de langoustes qu'ils mangeront pour fêter leur victoire (ils ont les moyens maintenant) leur restera en travers de la gorge !

Et que feraient-ils si demain, nous allions tous au Port et que nous bloquions nous aussi la SRPP ? Le pire, c'est qu'ils s'en moqueraient éperdument. Ils exigeraient d'être payés quand même, et la direction cèderait de peur d'une nouvelle grève.

Et puisqu'on en est à parler de la direction... Ils étaient heureux dans leurs fauteuils en cuir d'assister à la paralysie de l'île, pour une prime ridicule de 2.200€ ? On nous dit que les grévistes étaient une trentaine. 2.200€ x 30 = 66.000€.

Les grands patrons de Total et Shell n'étaient pas gênés? Avoir fait perdre des millions à l'économie de l'île pour 66.000€ ??? Ils n'ont pas honte ???

Pour mémoire, Total a réalisé l'an dernier un bénéfice net après impôts de 12 milliards d'euros. Oui, vous avez bien lu, 12 milliards d'euros.

Quant à la SRPP, entre 2005 et 2008 (dernier chiffre disponible), elle a réalisé un bénéfice net moyen après impôt de 12,5 millions d’euros !!! C'est quoi 66.000€ par rapport à plus de 12 millions d'euros de bénéfice ???

Conclusion de tout ça : cette grève a été menée par deux catégories d'immenses égoïstes. Les patrons d'un côté, et les salariés qui n'ont pensé qu'à leur gueule de l'autre, sans avoir une seule pensée pour les Réunionnais qui souffraient à cause d'eux.

Et c'est volontairement que je place les deux, patrons et salariés, sur un même pied de responsabilité.

Reste un troisième interlocuteur qui s'est fait très discret : le préfet. Y a longtemps qu'à sa place, j'aurais envoyé les gendarmes mobiles dégager ces 30 pingouins qui emmerdaient tout le monde. Le droit de grève est un principe constitutionnel, certes. Mais encadré par la loi. Et ce n'est pas une raison pour prendre 830.000 habitants en otage.

Enfin, dernier point : si un accord a été trouvé ce soir, c'est aussi et surtout parce que toutes les parties prenantes, et le préfet en premier lieu, avaient eu vent de menaces de troubles très graves susceptibles de se produire cette nuit au Chaudron, au Port et dans d'autres coins de l'île. Il était donc vital pour tout le monde de conclure cette grève qui n'avait que trop duré. Des jeunes du Port avaient notamment menacé de venir s'occuper des grévistes si les stations n'étaient pas ouvertes demain matin.

Courageux mais pas téméraires, les grévistes. Ils ont vite compris où était leur intérêt et c'est la raison pour laquelle ils ont accepté une prime d'un mois de salaire, alors qu'ils demandaient beaucoup plus...


Mardi 3 Mars 2015 | Commentaires (96)
Ce n'est pas à la Réunion que cela arriverait...
Il est directeur d’un des départements de l’IUT. Une fois élu, ce sympathique universitaire décide de faire le ménage chez les administratifs comme chez les enseignants du département. Un ménage sans s’embarrasser des procédures et expéditif, certaines personnes apprenant par mail qu’elles sont débarquées avec effet immédiat. Pour les remplacer par des proches du directeur du département, dont nous ne doutons absolument pas qu’ils avaient tous les titres et compétences nécessaires. On est à l’Université et on est en France que diable, et en 2012 !

Evidemment du côté des débarqués, la situation est appréciée différemment. Ils saisissent les instances chargées de régler ce genre de différents au sein de l’institution, se considérant comme victimes de décisions injustifiées et arbitraires. Mais on est dans un établissement universitaire et en 2012, les réponses ne viendront jamais, abandonnant les plaignants à leur situation et légitimant le directeur du département à poursuivre ses agissements. On ne change pas une pratique qui rapporte, on le sait tous !

 A moins qu’il ne faille voir également autre chose. Par exemple que parmi les débarqués il y avait une très grande majorité de femmes qui vont être remplacées exclusivement par des hommes. Par exemple que le directeur se nomme Zouhhad Rachid, que les bienheureux recrutés sont tous des proches de ce dernier tels Laib Nacer, Hamid Belakhadar ou encore Ahedda Driss. Ainsi vont les choses jusqu’à ce que les étudiants s’en mêlent, qui dénoncent  la pagaille régnant dans ce département de l’IUT, tant sur le plan de l’organisation, des enseignements que du climat.

A la rentrée 2014 le directeur de l’IUT, Samuel Mayol, décide de prendre les choses en main. Le conseil de l’IUT destitue Zouhhad Rachid de ses fonctions de chef de département et nomme une nouvelle équipe. Mal lui en prend car le directeur de l’IUT devient la cible d’intimidations répétées puis de menaces de mort, dont certaines écrites en arabe, avant d’être agressé physiquement par deux inconnus à la sortie d’une réunion.

Suite à cette agression, le président de l’Université, dont dépend l’IUT, finit par saisir l’Inspection générale de l’Education Nationale en décembre 2014. Le rapport rendu est accablant pour l’université et sa présidence, pointant notamment le clanisme et le communautarisme en œuvre.  Depuis, l’affaire est dans de nombreux médias.

C’est à Saint-Denis, dans ce qu’on appelle le "9-3" que s’est déroulée cette affaire. Une affaire qu’on n’est pas prêts de voir à la Réunion et ce n’est ni Mohamed Rochdi, président de l’université, ni Khalid Addi, directeur de l’Ecole d’ingénieurs de La Réunion, qui nous contrediront…
 
Comprenne qui pourra… ou qui voudra ! N'est ce pas M. le recteur ?


Mardi 3 Mars 2015 | Commentaires (24)
7,6 millions de vues sur Facebook pour un combat de rue amateur au Port
Thomy Manieca ne pensait sûrement pas devenir un jour aussi célèbre. C'est ça la magie de Facebook.

Il y a quelques jours, il a filmé un combat de rue au Port entre un grand costaud et un petit trapu. Une opposition tellement disproportionnée que l'issue ne faisait aucun doute... Contre toute attente, c'est le petit qui a gagné au terme d'un KO obtenu à l'issue d'un combat extrêmement rapide. Une esquive et un crochet à la mâchoire (ou à la tempe) et c'était fini. Eteignez les lumières, il n'y a plus personne...

Thomy a ensuite posté la vidéo sur sa page Facebook et il a enregistré à ce jour 7,6 millions de vues !!! Et elle a comptabilisé 2 millions de vues supplémentaires en 24h !

Du coup, il a plus de 1.000 demandes d'amis en attente...

Si Thomy Manieca avait posté sa vidéo sur TouTube au lieu de le faire sur Facebook, il aurait déjà empoché plus de 7.500 euros. YouTube rémunère en effet ses posteurs à hauteur de 1.000 euros par million de vues...



Mardi 3 Mars 2015 | Commentaires (28)
Des internautes menacent de s'en prendre physiquement aux grévistes de la SRPP
L'exaspération des automobilistes empêchés de se rendre au travail à cause d'un réservoir d'essence vide grandit.

Une page Facebook a été créée, dont nous tairons volontairement le nom de façon à ne pas jeter d'huile sur le feu, qui a publié la photo des grévistes (voir ci-contre) sur laquelle les visages sont parfaitement reconnaissables et que nous avons pris soin, pour notre part, de flouter.

Des commentaires sous les différents articles de presse publiés en ligne ou sur Facebook vont plus loin. Comme celui que nous publions ci-dessous, où des internautes souhaitent connaitre les noms et adresses des grévistes afin de leur rendre une petite visite "amicale".

Il est temps que cette grève s'achève...

Des internautes menacent de s'en prendre physiquement aux grévistes de la SRPP


Lundi 2 Mars 2015 | Commentaires (52)
Jean-Mathieu Taristas du Front national, "le dernier singe" de la Réunion...
Je crains que ça ne devienne le dernier feuilleton à la mode... Nous avons eu "Amour, gloire et beauté". Place maintenant à "FN, grandeur et décadence" grâce à Jean-Mathieu Taristas, le candidat du Front national sur Saint-Paul.

Après la vidéo du débat sur le complot conspirationniste avec son copain Rastafaraï 974 que nous avons déjà publiée, voici maintenant celle où notre candidat frontiste se met en scène dans une production intitulée "Le dernier singe à la Réunion".

Je vous promets de vous offrir de temps en temps comme cadeau une des productions de notre Jean-Mathieu Taristas national. Nul doute qu'il va vite devenir célèbre. Dans le registre comique, et non pas politique, malheureusement pour lui...

Et nous avons pris soin de sauvegarder les vidéos qui nous ont semblé intéressantes car Jean-Mathieu Taristas a déjà fait disparaître de YouTube les meilleurs de ses chefs d'oeuvre, et notamment une vidéo où il montrait ses fesses à la caméra.

J'en profite d'ailleurs pour lancer un appel aux Zinfonautes : si l'un d'entre vous a pris soin de sauvegarder cette oeuvre d'art, sachez que je suis preneur. Nul doute que les télévisions nationales seraient ravies de lui donner l'audience qu'elle mérite...



Dimanche 1 Mars 2015 | Commentaires (41)
1 2 3 4 5 » ... 229



Recevoir le journal de Zinfos

Derniers articles

Blog de Pierrot

J-P Virapoullé et Didier Robert : "Le mariage, ce sera en septembre"...

12 Commentaires - 06/03/2015

Quand Ibrahim Dindar traite Gilbert Annette de menteur...

23 Commentaires - 05/03/2015

Le projet de compagnie aérienne Newco de Gérard Ethève a du plomb dans l'aile

20 Commentaires - 05/03/2015

Medef : Yann de Prince sur le départ de la présidence?

18 Commentaires - 05/03/2015

La fausse rumeur d'un nouveau blocage de la SRPP par les transporteurs

29 Commentaires - 04/03/2015

Grève SRPP : Tout ça pour 2.200€. Patrons et salariés se sont foutus de notre gueule !

96 Commentaires - 03/03/2015

Ce n'est pas à la Réunion que cela arriverait...

24 Commentaires - 03/03/2015

7,6 millions de vues sur Facebook pour un combat de rue amateur au Port

28 Commentaires - 03/03/2015

Des internautes menacent de s'en prendre physiquement aux grévistes de la SRPP

52 Commentaires - 02/03/2015

Jean-Mathieu Taristas du Front national, "le dernier singe" de la Réunion...

41 Commentaires - 01/03/2015