Blog de Pierrot
Thierry Robert victime d'un attentat... à la roue crevée ?
Thierry Robert a posté un article sur sa page Facebook en début de soirée affirmant qu'il a été victime d'un attentat... à la roue percée ! Tout au moins est-ce une des hypothèses qu'il envisage : "Intimidation, malveillance ou agression ?", même si on sent bien dans le texte qui suit que c'est la dernière hypothèse qu'il privilégie...

Je le cite : "Hier soir, j’étais l’invité du journal télévisé d’Antenne Réunion. En quittant le site et après quelques minutes de route, je me suis rendu compte qu’un de mes pneus était à plat. Je suis allé au rendez-vous que j'avais prévu dans la capitale mais ensuite j'ai préféré par prudence ne plus rouler avec cette voiture. Le véhicule a donc été déposé à Saint-Denis en attendant de faire le changement de pneu le lendemain. Un problème de voiture anodin me direz-vous. Sauf que ce matin, le garagiste a clairement identifié 2 vis plantées selon ses dires "volontairement" dans mon pneu avant droit. 2 vis insérées dans une même roue par un tiers ! C’est tout bonnement un acte de malveillance, pour lequel je vais d’ailleurs déposer une main courante. Qui sait ce qui aurait pu m’arriver si j’avais continué à rouler jusqu’à Saint-Leu avec ce pneu rendu volontairement défectueux ? Pourquoi, au nom de quoi, au nom de qui mener des opérations aussi vicieuses et d’une telle bassesse ? La question mérite d’être posée d’autant qu’il est évident que je gêne certaines personnes dans l'île. Seulement, je tiens à rappeler ici ma détermination à faire avancer La Réunion, à me battre pour les intérêts des Réunionnais. Je déplore ces exactions qui renvoient aux temps sombres de la politique "broquette" mais elles ne me feront pas abandonner le combat que je mène au quotidien pour mon île".

Des pneus crevés, même avec des vis, ça arrive tous les jours. Ca m'est même arrivé.

De là à en déduire que ces vis ont été plantées volontairement, c'est déjà franchir un pas de géant dans les hypothèses. Mais alors, d'imaginer qu'on est victime d'une agression, on atteint le summum.

Un conseil, M. le député-maire : Allez en urgence consulter un bon psychiatre. A votre stade, c'est peut-être encore guérissable !

La photo du pneu, telle que publiée par Thierry Robert sur son compte Facebook
La photo du pneu, telle que publiée par Thierry Robert sur son compte Facebook

Le texte accompagnant la photo, toujours sur le compte Facebook du député-maire de St-Leu
Le texte accompagnant la photo, toujours sur le compte Facebook du député-maire de St-Leu


Lundi 20 Octobre 2014 | Commentaires (37)
A quoi servent nos députés ?
Jeudi dernier, trois amendements essentiels pour l'économie de la Réunion, et en particulier pour le secteur du bâtiment, ont été soit retirés, soit non défendus... du fait de l'absence de nos députés qui les avaient pourtant ou signés, ou soutenus. Il s'agissait du relèvement du plafond de la défiscalisation (de 10 000 à 18 000 €) pour le logement intermédiaire, de la meilleure prise en compte des DOM dans les travaux éligibles au Crédit d'Impôt Transition Énergétique (ex-CIDD), et enfin de l'extension du bénéfice du crédit d'impôt pour la rénovation des programmes sociaux vieux de plus de 20 ans.

Résultat : la Rapporteure générale Valérie Rabault a eu beau jeu, sans risquer de se faire contredire, de demander le rejet de ces amendements, au motif que "ça coûte trop cher".

C'était oublier qu'il s'agissait là de la simple mise en oeuvre de promesses faites par le président de la République lui même lors de son dernier déplacement à la Réunion en août dernier. Une fois de plus, les Réunionnais peuvent mesurer ce que vaut la parole de François Hollande !

Reste qu'on peut s'interroger sur les raisons de l'absence de nos députés dans l'hémicycle ? Où étaient passés Monique Orphé, Ericka Bareigts, Jean-Jacques Vlody, Patrick Lebreton, Jean-Claude Fruteau, Huguette Bello et Thierry Robert ? Le vote du Budget est l'acte le plus important de l'année parlementaire. S'ils n'assistent pas à cette séance, à laquelle vont-ils assister, surtout quand des amendements essentiels pour l'avenir de notre île devaient y être débattus !!!

Rappelons juste pour mémoire que Thierry Robert, Patrick Lebreton et Jean-Claude Fruteau sont tous trois membres de la commission des Finances de l'Assemblée...


Lundi 20 Octobre 2014 | Commentaires (17)
Nassimah va les mener en bateau...
Ca y est. Nassimah Dindar a donc enfin rencontré Didier Robert, Michel Fontaine et Joseph Sinimalé, vendredi dernier, pour discuter d'un éventuel accord en vue des prochaines élections départementales de mars 2015 et régionales de décembre de la même année.

Le marché qui lui est proposé est simple, et semble être gagnant/gagnant pour les deux parties : en échange d'un soutien unanime des 11 maires de Droite et du Centre aux départementales, elle s'engage à soutenir Didier Robert aux Régionales...

Sauf qu'avec Nassimah, rien n'est simple !

Il y a d'abord sa très grande proximité avec Thierry Robert. Il n'y a qu'à voir comment elle a manigancé pour lui permettre de prendre la parole à la manifestation en faveur de la continuité territoriale jeudi devant la Préfecture. Elle savait parfaitement comment cette mascarade allait s'achever, ce qui ne l'a pas empêchée de tout organiser avec le député-maire de Saint-Leu. Et ce qui devait arriver arriva, pour le plus grand bonheur de Thierry Robert et de Nassimah Dindar. Ce qui ne l'a pas empêchée, quelques minutes plus tard, de repartir en compagnie du président de la Région cette fois. Car elle est comme ça, Nassimah. Un coup d'un côté, un coup de l'autre, mais au final il n'y a que son intérêt qui compte...

La réunion de vendredi avec Didier Robert, Michel Fontaine et Joseph Sinimalé n'a évidemment rien donné. Je vous fais le pari que ce n'est que la première de nombreuses réunions... Elle va les faire patienter le plus longtemps possible, jusqu'aux prochaines élections de mars.

Et même si elle devait signer un document avant, je ne peux que recommander aux trois représentants de la Droite et du Centre de se souvenir de ce que valent pour elle les engagements signés. Et s'ils ont encore un doute, ils peuvent toujours demander à Michel Lagourgue ce qu'il en pense, lui qui garde précieusement le document signé l'an dernier par Nassimah Dindar où elle lui jurait qu'elle le soutiendrait aux municipales... avant de se présenter contre lui.

Ils peuvent également demander à Jean-Jacques Morel qui détient lui aussi un document signé à la même période où elle s'engageait à le soutenir aux prochaines départementales dans le 2ème canton de Saint-Denis... avant de pousser aujourd'hui Serge Hoarau.

Je suis prêt à parier que Nassimah signera en bonne et due forme un document dans lequel elle négociera le soutien de la Droite et du Centre pour son élection, en échange de son soutien à Didier Robert aux Régionales. Et une fois réélue à la présidence du Département, elle n'en fera qu'à sa tête. Car, encore une fois, elle ne se détermine qu'en fonction de ses seuls intérêts du moment...


Lundi 20 Octobre 2014 | Commentaires (14)
Seuls 2% des Français souhaitent que Hollande se représente !
Qui souhaite voir Hollande à nouveau candidat à la prochaine présidentielle de 2017 ? A cette question posée il y a un mois lors d'un sondage Opinion Way/LCI, seuls 2% des Français estiment que l'actuel président de la République serait le meilleur candidat pour le PS.

Le meilleur candidat de la gauche serait Manuel Valls avec 23% (-3 points), devant Martine Aubry (14%) et Arnaud Montebourg.
Il serait intéressant de savoir le score que ferait François Hollande à la Réunion, département où il a obtenu un de ses meilleurs scores aux dernières présidentielles (72%).

Aujourd'hui, difficile de trouver quelqu'un qui se souvienne encore avoir voté pour lui. La crise d'amnésie est générale. Même le député-maire de Saint-Leu aimerait faire oublier qu'il avait appelé à voter pour lui. Quant aux députés socialistes, ça fait belle lurette qu'on ne les entend plus. Pour vivre heureux, vivons cachés...


Lundi 20 Octobre 2014 | Commentaires (5)
Jean-Pierre Philibert, président de la FEDOM
Jean-Pierre Philibert, président de la FEDOM
Toute l'équipe de la FEDOM (Fédération des Entreprises d'Outre-Mer) a passé une dizaine de jours à la Réunion et Mayotte pour se faire une idée, sur le terrain, de la situation économique dans ces deux départements de l'océan Indien.

Jean-Pierre Philibert, son président, Philippe Mouchard, son délégué général, et Samia Badat-Karam, sa secrétaire générale, ont repris l'avion hier avec une vision plus claire, mais surtout encore plus pessimiste que ce que laissaient présager les dossiers analysés depuis leurs bureaux parisiens : "Les entreprises réunionnaises n'ont pas le moral", affirme d'entrée le président Philibert. "L'ile de la Réunion souffre plus que la Martinique", qui est pourtant le plus touché des autres territoires d'outre-mer. 10.000 emplois ont été perdus dans le BTP en quatre ans, les commandes publiques sont rares, les dotations de l'Etat aux collectivités diminuent, ce qui réduit considérablement leurs marges de manoeuvres. Et on s'attend à une situation encore plus difficile cette année.

Au mieux, les choses pourraient commencer à s'améliorer légèrement en 2015. Mais Maurice Cérisola, le président de la Réunion économique, s'empresse d'ajouter : "Si nous sommes encore vivants en 2015"...

De la montagne de chiffres et d'analyses délivrés aux journalistes au cours de cette rencontre avec la presse, il en est un qui est passé presque inaperçu, et qui est pourtant révélateur.

Alors que nombre d'observateurs politiques en métropole ne cessent de laisser entendre que la Réunion, et les autres DOM coûtent cher à la France, Jean-Pierre Philibert et Philippe Mouchard ont révélé que d'après leurs calculs effectués à partir de chiffres tout à fait officiels, l'Etat dépenserait 5% de moins par habitant à La Réunion qu'en métropole. Très exactement 4.52 milliards d'euros pour 841.000 habitants, soit 5369€ par habitant, contre 5657€ en métropole (360,19 milliards d'euros divisés par 63,655 millions d'habitants.

A noter que ce pourcentage est de 9% plus faible pour l'ensemble de l'outre-mer, et de 41% à Mayotte...

Voilà qui devrait calmer ceux qui n'ont de cesse de nous qualifier de "danseuses de la République"...


Dimanche 19 Octobre 2014 | Commentaires (30)
Manif pour la continuité territoriale : une grande réussite
Entre 4.000 (source police) et 6.000 manifestants (source organisateurs) : L'évidence est là, la manifestation de ce matin devant la Préfecture contre la diminution des budgets alloués à la continuité territoriale par le gouvernement est un succès. Il faut remonter loin pour retrouver une telle mobilisation.

Les esprits chagrins retiendront le nombre important de bus et d'employés communaux. Certes. Mais outre le fait que ça a toujours existé, dans tous les partis politiques, il est indéniable que cette cause a rencontré une grosse adhésion populaire. Il suffit pour s'en convaincre de voir à quel point les réseaux sociaux se sont enflammés ces derniers jours.

Autre leçon à tirer : la capacité de mobilisation en une semaine des 11 maires de Droite et du Centre réunis autour de Didier Robert. Avec des bémols selon les communes. Si Saint-Paul a fait le plein avec près de 2.500 personnes transportées, d'autres communes ont été loin des chiffres qu'ils avaient annoncés. Il appartiendra aux organisateurs d'identifier les mauvais élèves pour qu'ils fassent mieux la prochaine fois.

Car des prochaines fois, il y en aura. D'abord à Saint-Paul au mois de novembre et à Saint-Pierre en décembre. Avec des mots d'ordre élargis : plus question de se cantonner à la continuité territoriale. Didier Robert a bien l'intention de surfer sur la vague de mécontentement dont fait l'objet le gouvernement socialiste avec par exemple de nouveaux slogans contre les hausses d'impôts, celle de la redevance audiovisuelle, les diminutions des dotations de l'Etat aux collectivités, ou encore les attaques contre les familles.

Aucun doute cette fois, les campagnes électorales pour les départementales de mars et les régionales de décembre sont bien lancées...

Reste l'accueil réservé à Nassimah Dindar et Thierry Robert au cours de la manifestation. Si la présidente du Conseil général a pu s'exprimer normalement, il n'en a pas été tout à fait de même pour Thierry Robert. Par certains élus restés amis avec les deux Robert, Didier et Thierry, le message avait été passé au député-maire de Saint-Leu qu'il ne serait pas le bienvenu à la manifestation et que, s'il voulait venir quand même, il ne pourrait pas s'exprimer au micro. La raison ? Les attaques virulentes qu'il lance régulièrement contre le président de la Région, l'organisateur de la manifestation.

Thierry Robert, avec l'esprit de "Ti Coq" qu'il affectionne, lui qui affuble de ce sobriquet son adversaire, s'est mis en tête de jouer le provocateur comme il sait si bien le faire. Il a commencé par amener sa propre sono, qu'il n'a malheureusement pas réussi à utiliser, le véhicule n'ayant pas réussi à se garer à proximité.

Il aurait pu en rester là. Mais non ! Son "gros coeur" l'a alors poussé à s'approcher du podium et à tenter de grimper dessus. S'en est suivi un ralé-poussé avec quelques militants et le député-maire de Saint-Leu, en bon comédien, s'est laissé tomber à terre. Tout juste s'il n'a pas crié qu'il venait d'être victime d'une tentative d'assassinat !

Dans le même temps, des militants de son parti qui se trouvaient là comme par hasard avec leurs appareils photos, se sont empressés d'immortaliser la scène, avant de la poster immédiatement sur les réseaux sociaux. Le coup était parfaitement monté, le piège tendu, et les partisans de Didier Robert sont tombés dedans à pieds joints !

Il ne restait plus à Thierry Robert qu'à se répandre devant les caméras en dénonçant les "violences" dont il venait d'être victime. En oubliant ses provocations et surtout ses propres méthodes, en septembre 2012, lorsque ses nervis avaient frappé quasiment au même endroit, non pas un homme, mais une jeune journaliste qui n'avait pour seul tort que d'avoir voulu faire son métier. C'est l'histoire du loup qui essaie de se faire passer pour un agneau...

Il n'en reste pas moins que je pense que ça a été une erreur de l'empêcher de parler. On lui aurait accordé la parole, comme à Nassimah Dindar, et il aurait été pris à son propre piège et n'aurait pas pu attirer autant les projecteurs sur lui comme il a loisir de le faire actuellement.

Surtout que j'ai beaucoup apprécié le discours de Jean-Hugues Ratenon mettant en avant la nécessité pour tous les Réunionnais de faire l'union sacrée autour de certains sujets, pour justifier sa présence, lui un homme de Gauche.

Il est des causes qui doivent transcender les frontières politiques...


Jeudi 16 Octobre 2014 | Commentaires (48)
Manif de demain : la mobilisation ne faiblit pas sur le net
Comme nous l'annoncions dans notre article du 14 octobre (lire ici), la mobilisation ne faiblit pas en faveur de la manifestation de demain matin destinée à protester contre la décision unilatérale du gouvernement de diminuer sa subvention en faveur de la continuité territoriale.

Entre 5 et 10.000 personnes sont attendues à partir de 9h devant la Préfecture et il est demandé à ceux qui le peuvent de venir soit habillés en bleu-blanc-rouge, soit de se munir d'un chapeau de paille.

La mobilisation a continué sur le net, avec l'apparition de deux buzz distincts. Certains ont pris leur main en photo avec écrit dessus au feutre "#Liberté, égalité, continuité", tandis que d'autres mettaient en avant probablement un exemplaire d'une affiche qu'on devrait voir fleurir demain avec écrit dessus "I love Liberté, Egalité, Continuité".

Le mouvement a pris une telle ampleur que les pages Facebook ont été inondées de ce type de photos. Dans le même temps, la page Facebook créée il y a seulement quelques jours pour soutenir cette manifestation a dépassé le cap des 1.100 fans.

Tout cela laisse présager une forte mobilisation demain matin, à l'image de la manif de Coup' Pa Nou en 2000...

Manif de demain : la mobilisation ne faiblit pas sur le net

Manif de demain : la mobilisation ne faiblit pas sur le net


Mercredi 15 Octobre 2014 | Commentaires (17)
Vers un tandem Nassimah Dindar / Gino Ponimballom dans le 1er canton de St-Denis?
Il était évident pour tous les observateurs politiques que Nassimah Dindar formerait un tandem avec René-Paul Victoria en vue des prochaines départementales dans le 1er canton de Saint-Denis. On sait que depuis la dernière réforme, le nombre des cantons a été divisé par deux, avec comme obligation de présenter un binôme composé de deux candidats, un homme et une femme.

Le nouveau 1er canton de Saint-Denis étant maintenant composé de la Montagne, du Bas de la Rivière et du centre-ville, c'est tout naturellement qu'une solution Nassimah Dindar / René-Paul Victoria apparaissait comme évidente, à la suite de leur alliance aux municipales.

Aujourd'hui, tout semble remis en cause, la présidente du Conseil général n'appréciant apparemment pas que René-Paul Victoria se prenne toujours pour le leader de l'opposition de la Droite et du Centre à Saint-Denis, et qu'il veuille à ce titre placer ses propres candidats dans chaque canton dionysien.

C'est dans ce contexte qu'il pousse Serge Hoarau, le conseiller général du 6ème canton, à se présenter à nouveau dans le nouveau 2ème canton qui couvrira l'ancien 3ème (Bellepierre, la Source), l'ancien 6ème (une partie des Camélias, Saint-François et Montgaillard) et l'ancien 5ème (l'autre partie des Camélias).

Or, il se trouve que dans le cadre des négociations de l'entre-deux tours des municipales, un accord avait été signé entre René-Paul Victoria et Nassimah Dindar d'un côté, et Michel Lagourgue et Jean-Jacques Morel de l'autre, duquel il ressortait que Lagourgue et Morel s'engageaient à soutenir la candidature Dindar / Victoria en échange de leur soutien à Jean-Jacques Morel aux cantonales. Le tout en présence de Serge Hoarau qui était d'accord. L'encre de l'accord n'était pas encore séché que René-Paul Victoria incitait Serge Hoarau à être candidat contre Jean-Jacques Morel...

En mesure de rétorsion, Michel Lagourgue qui en a marre de voir les accords qu'il signe avec Nassimah Dindar être systématiquement violés, a annoncé qu'il serait candidat dans le 1er canton, face à elle. Ce qui a le don d'inquiéter la présidente du Conseil général car si tout le monde est d'accord pour dire qu'elle a de fortes chances d'être réélue à la présidence du Département, encore faut-il au préalable qu'elle soit élue dans son canton. Or, la candidature de Michel Lagourgue pourrait la mettre en difficulté, voire même l'empêcher d'être élue...

Comme dans le même temps, elle constate que René-Paul Victoria est en perte de vitesse sur la Montagne, elle s'est récemment mise en quête d'un autre candidat. Nous avions évoqué la possible candidature d'un directeur d'école de la Montagne. Aux dernières nouvelles, contact aurait même été pris avec Gino Ponimballom, le conseiller général sortant du canton...


Mercredi 15 Octobre 2014 | Commentaires (9)
Le forcené qui a voulu rencontrer Christiane Taubira est un ancien policier qui se dit victime de harcèlement moral
Ce matin, un homme est entré en courant dans la salle dans laquelle se trouvait Christiane Taubira au tribunal de Champ Fleuri. Il n'a pas eu le temps d'arriver jusqu'à la ministre de la Justice. Les gardes du corps sont immédiatement intervenus et l'ont plaqué au sol, avant de l'évacuer manu militari (voir ici l'article de Julien Delarue).

Renseignements pris, il s'agit d'un ancien policier aujourd'hui à la retraite qui souhaitait interpeller la ministre sur sa situation personnelle, persuadé qu'il est de subir une injustice qui a abouti à sa mise à la retraite forcée.

C.M. était policier. Le 29 mars 2008, il affirme s'être déplacé sur une scène de crime rue de Nice à Saint-Denis en compagnie d'un commandant de la police pour procéder aux premières constatations après le décès d'un homme de 46 ans, victime d'un coup de fusil tiré par son père.

Une fois sur place, il affirme que le commandant de police qui l'accompagnait aurait eu une attitude étrange, allant même jusqu'à altérer certaines preuves. Au point qu'il l'aurait soupçonné de connaitre l'auteur des coups de feu.

Dans les jours qui ont suivi, il affirme toujours avoir subi des pressions du même commandant pour qu'il rectifie son rapport dans lequel il avait signalé sa présence. Ayant refusé, il se serait fait insulter et aurait alors commencé une longue période de harcèlement moral qui a abouti à son départ en retraite de façon précipitée.

A la suite de cette affaire, il a porté plainte auprès de la gendarmerie de Sainte-Marie pour harcèlement moral et a rencontré le procureur de la République de l'époque, François Muguet. Sans suite.

Et ce matin, c'est cette affaire qu'il souhaitait évoquer avec Christiane Taubira. Son seul tort ayant été de se précipiter en courant vers la ministre, entrainant automatiquement l'intervention des services de sécurité...


Mercredi 15 Octobre 2014 | Commentaires (12)
Christian Annette renoncerait aux cantonales à Ste-Marie
L'information fera l'effet d'une bombe dans le Landernau politique ste-marien. Christian Annette, l'opposant socialiste de Jean-Louis Lagourgue à toutes les dernières élections, pourrait décider de ne pas se présenter aux prochaines élections départementales (anciennement cantonales) de mars prochain, préférant se réserver pour les Régionales de décembre.

Contacté, Christian Annette n'a pas démenti l'information. Il nous a déclaré qu'il étudiait plusieurs pistes actuellement, dont celle là, mais que sa décision n'était pas prise et qu'elle se prendrait en accord avec les militants. Avant d'ajouter que, candidat ou pas, il sera de toutes les façons présent dans le combat.

Dans l'hypothèse où il ne serait pas candidat, ce pourrait être Céline Sitouze qui serait désignée pour défendre les couleurs du PS.

Restent à savoir les raisons qui pourraient bien pousser Christian Annette à renoncer à se présenter. Les mauvaises langues assurent qu'avec son frère Gilbert, le maire de Saint-Denis et patron du PS, ils seraient arrivés à la conclusion, au vu des derniers résultats des municipales à Ste-Marie, qu'il ne réussirait jamais à battre Jean-Louis Lagourgue. Et qu'il profiterait donc du fait que Gilbert ait encore de l'influence au sein du PS (avant sa retraite politique qui pourrait intervenir avant la fin de son mandat de maire de St-Denis) pour en user afin de le caser en position éligible sur la liste du PS aux Régionales. Mais, ça, ce sont les mauvaises langues...


Mercredi 15 Octobre 2014 | Commentaires (8)
1 2 3 4 5 » ... 209



Recevoir le journal de Zinfos

Derniers articles

Blog de Pierrot

Thierry Robert victime d'un attentat... à la roue crevée ?

44 Commentaires - 20/10/2014

A quoi servent nos députés ?

21 Commentaires - 20/10/2014

Nassimah va les mener en bateau...

15 Commentaires - 20/10/2014

Seuls 2% des Français souhaitent que Hollande se représente !

5 Commentaires - 20/10/2014

L'Etat dépense 5% de moins par habitant à la Réunion qu'en métropole

31 Commentaires - 19/10/2014

Manif pour la continuité territoriale : une grande réussite

48 Commentaires - 16/10/2014

Manif de demain : la mobilisation ne faiblit pas sur le net

17 Commentaires - 15/10/2014

Vers un tandem Nassimah Dindar / Gino Ponimballom dans le 1er canton de St-Denis?

9 Commentaires - 15/10/2014

Le forcené qui a voulu rencontrer Christiane Taubira est un ancien policier qui se dit victime de harcèlement moral

12 Commentaires - 15/10/2014

Christian Annette renoncerait aux cantonales à Ste-Marie

8 Commentaires - 15/10/2014