Santé

Biologie médicale de proximité en danger : Les labos d'analyse seront fermés mercredi


Biologie médicale de proximité en danger : Les labos d'analyse seront fermés mercredi
Les principales organisations et réseaux de biologistes, réunis au sein d’une Plateforme d’Exercice Professionnel (PEP) durcissent le ton. Elles ont décidé de la fermeture pendant une journée complète, le 17 avril, des sites de biologie médicale et poursuivent l’arrêt des télétransmissions des feuilles de soins.

Une action coup de poing pour être entendus !

Les baisses de nomenclature prises par décision de l’UNCAM (Union Nationale des Caisses d'Assurance Maladie) en date du 26 février 2013 ont été publiées au Journal Officiel du 27 mars dernier. Les nouvelles cotations entreront en vigueur 21 jours après la publication, soit le mercredi 17 avril 2013.

La profession estime que cette date marque la fin de la biologie médicale de proximité de qualité. "La décision de l’UNCAM entraînera la fermeture de nombreux sites, générant ainsi de nouvelles désertifications des soins et du diagnostic, et se traduira aussi par la perte de 8 000 emplois à court terme dans le secteur de la biologie médicale en France", indique-t-on dans un communiqué de presse.

Restant sans réponse à leur mise en garde et en l’absence de réel dialogue avec les pouvoirs publics et la CNAMTS (Caisse Nationale de l'Assurance Maladie des Travailleurs Salariés), l’ensemble des membres de la PEP ont donc décidé la fermeture complète de tous les laboratoires d'analyse de l'île.

"Plus de 60% des diagnostics reposent aujourd’hui sur la biologie médicale et le maillage territorial que représentent les 3 700 structures de proximité de biologie médicale implantées en France. Celles-ci permettent
de répondre à la nécessaire qualité et à la permanence des soins. Les mesures de baisses récurrentes du PLFSS tel qu’il est conçu actuellement ne tient absolument pas compte de cette nécessaire proximité
", déclare Cécile Tallet, biologiste et porte-parole de la PEP à La Réunion.

Augmenter la pression financière sur les structures de biologie médicale libérale, implique non seulement la destruction de milliers d'emplois mais aussi l'obligation, pour des centaines de milliers de patients, de parcourir de nombreux kilomètres pour accéder à un site de biologie médicale et avoir une chance d'être diagnostiqués ou suivis. Il s‘agit aujourd’hui de savoir si la logique comptable doit prévaloir sur la qualité et la sécurité des diagnostics et des suivis médicaux, défend-on dans le communiqué.

Les jours à venir seront lourds de conséquences pour la santé publique en France. A défaut de dialogue avec les pouvoirs publics, la profession appelle les élus – députés et sénateurs – à faire preuve de "réalisme et faire pression avec les biologistes médicaux sur les pouvoirs publics".

La Plateforme d’Exercice Professionnel (PEP) regroupe tous les syndicats nationaux et régionaux, les réseaux de laboratoires, les syndicats de jeunes biologistes et les associations. L’urgence de la situation économique et l’absence de dialogue constructif avec les tutelles ont poussé l’ensemble de ces acteurs à se regrouper pour faire entendre une vérité commune à tous : "Depuis 2008, sous l’effet notamment des mesures draconiennes des différentes Lois de finance de la Sécurité sociale (LFSS), les emplois salariés au sein des laboratoires de biologie médicale sont en chute".

Aujourd’hui, les chiffres avancés unilatéralement par les représentants de la CNAMTS font craindre de lourdes conséquences. Près de 20% des effectifs du secteur (45 000 actifs équivalent temps plein) seraient menacés voire condamnés à court terme si la situation ne se débloquait pas, avertissent les syndicats nationaux et régionaux, les réseaux de laboratoires, les syndicats de jeunes biologistes et les associations signataires de la PEP.

Pourtant des mesures conjuguant équilibre budgétaire et santé publique existent. Les membres de la PEP en proposent plusieurs (contrats quinquennaux avec la CNAMTS via une maîtrise médicalisée des volumes, contrat de prévention avec le Ministère de la Santé…) mais encore faut-il qu’ils soient entendus des pouvoirs publics.
Lundi 15 Avril 2013 - 16:26
Lu 2850 fois



Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales