Social

Bientôt expulsée, SDF, elle risque de perdre aussi ses enfants

Parce que la Caisse d’allocations familiales ne verse plus d’aide au logement, directement à son propriétaire depuis octobre 2004, la SIDR lui réclame la part de la CAF, soit 9 819 euros. Comme Marie-Yolaine M’Némosyne et ses trois enfants ne peuvent pas payer, la police a reçu l’ordre de les expulser de leur appartement du Port à la fin du mois.


Bientôt expulsée, SDF, elle risque de perdre aussi ses enfants
Marie-Yolaine M’Némosyne a 54 ans. Cette mère de huit enfants vit au Port depuis 32 ans. Cela fait également trente-deux ans qu’elle est serveuse dans un restaurant du Port. Elle ne sait ni lire, ni écrire.
Marie-Yolaine M’Némosyne ne connaît ni le montant de son salaire, ni celui de son loyer.
Pour une raison que personne ne lui a précisée, Marie-Yolaine M’Némosyne, serveuse, a perdu son aide au logement en octobre 2004. “Moin l’avait encore quatre enfants dans la case”. C’est le début de son calvaire. C’est par téléphone qu’un employé de la SIDR lui indiquait de temps en temps, le montant de son loyer, un montant fluctuant.
Mais son salaire de serveuse ne permettait pas d’absorber son loyer, l’application des 35 heures dans la restauration avait également réduit sa rémunération. Les dettes se sont alors accumulées. Au mois de juin 2008, sa dette vis-à-vis de la SDIR, s’élève à 9 819 euros. “Moin l’a verse 2300 euros déjà, moin l’a emprunte avec ma famille”.
Mais c’est insuffisant. Marie-Yolaine M’Némosyne a reçu son avis d’expulsion de la sous-préfecture de Saint-Paul, le 31 juillet 2008. Un huissier toujours par courrier lui a confirmé la décision, huit jours plus tard.
La semaine dernière, “la police l’a appelle à moin dans mon travail, pou dit a moin que mi doit partir, sinon zot i vient avec un camion pou mette à moin dehors. Et ce sera à moin de paye 3 000 euros pour le déménagement”, dit Marie-Yolaine M’Némosyne en larmes et dans une grande détresse psychologique. “Tous les jours, mi pleure, mi connaît pu quoi faire”.
Là où le bat blesse, c’est que c’est à elle de trouver l’argent avant la date fatidique : “moin l’a point le droit fait un prêt”, alors qu’elle a toujours droit à l’aide au logement.
Ce qu’il y a à faire pour débloquer cette situation ne dépend nullement de Marie-Yolaine M’Némosyne, 54 ans et illettrée, mais du bon vouloir d’un(e) employé(e) de la Caf et de la SIDR.
La SIDR veut savoir le montant du rappel que le CAF doit à Mme M’Némosyne depuis octobre 2004. Sa demande, la SIDR l’a notifiée par fax, le 28 juin 2007. C’était il y a dix mois.
Menacée d’expulsion, Mme M’Némosyne est partie chercher elle-même l’information à la CAF pour la ramener à la SIDR au Port, c’était le 22 août 2008. “Moin l’a pris une demi-journée travail”.
La Caf, a son tour, réclame des informations à la SIDR : l’attestation confirmant que l’allocataire réside toujours dans le logement indiqué ci-dessus ; est-elle à jour dans le paiement de ses loyers (si oui joindre justificatifs, si non joindre attestation avec date début et montant d’impayé, plus plan d’apurement…)
Aujourd’hui, l’employé(e) de la SIDR l’a dit a moin que zot i veut rien savoir, que mi doit trouve l’argent avant la fin du mois de septembre, sinon, quitte l’appartement”.
A partir de ce lundi 15 septembre, Marie-Yolaine M’Némosyne, 54 ans, ses trois enfants, 10, 11 et 19 ans, ont quinze jours pour rassembler 7 500 euros et payer la SIDR, s’ils ne veulent pas se retrouver à la rue.
Le compte à rebours a commencé le 31 juillet 2008. Ce lundi 15 septembre 2008, nous sommes à Jour J-15…

Lundi 15 Septembre 2008 - 06:15
Jismy Ramoudou
Lu 1722 fois




1.Posté par GRENADE974 le 15/09/2008 08:48

PIERROT vu votre 'poids' dans le département, ne pourriez-vous pas intervenir auprès de la CAF, La SIDR, la mairie du PORT, voir département, pour dans un premier temps, repousser l'échéance et étudier le problème... certes nous ne connaissons pas le fond de l'affaire, mais humainement c'est difficilement supportable. Elle travaille et mérite d'être aidée à ce titre.... Qu'en pensez-vous ?
Si elle ne sait ni lire ni écrire il est sûr qu'elle n'a pas dû répondre, à un certain moment, à une demande de situation de la CAF.

2.Posté par curebien le 15/09/2008 12:02
Ok "Si elle ne sait ni lire ni écrire il est sûr qu'elle n'a pas dû répondre, à un certain moment, à une demande de situation de la CAF. "

mais ce qui me géne dans cette histoire, c'est que les employés de la CAF ou de la SIDR ont un comportement aussi inhumain, face à une telle détresse. Qu'il n'y ait eu personne dans l'entourage de cette femme pour lui venir en aide avant d'arriver à une telle situation... Mais où va t'on?


3.Posté par Choupette le 15/09/2008 15:38
Et les assistantes sociales de la CAF. Elles sont passées où ???

Il n'y a pas de contrôle à domicile, de temps en temps ? Surtout si aucun document récapitulatif n'est rentré - une fois tous les 6 mois, je crois.

4.Posté par anonyme le 15/09/2008 20:46
Malheureusement il y a beaucoup de cas similaires dont je fais partie. Et même en se défendant, on vous met la tête sous l’eau quoiqu’il arrive. J’ai du rembourser 4000 € à la CAF pour des allocations logement soi disant non dues !!! L’attitude des assistantes sociales est particulièrement honteuse. Et quand bien même vous demandez de l’aide, elles font tout pour vous enfoncer un peu plus avec des rapports faux, des mensonges. Rapports auxquels vous ne pouvez pas accéder ni rectifier. Votre bonne foi est mise en doute et vous êtes considérés comme fraudeur. Beaucoup trop de gens sont concernés par ces difficultés de ne pas pouvoir payer leur loyer à un moment ou un autre. La SIDR fait la sourde oreille et ne respecte pas les lois (voir loi Borloo) et cela devient très vite le pot de terre contre le pot de fer. Aucune chance de gagner. Leurs avocats sont de connivence avec tout le système judiciaire. La CAF marche aussi avec eux.
Il faudrait s’unir contre toutes ces malveillances. Mais la peur des représailles est trop forte. Quand on est dans la misère quel moyen a-t-on de se faire entendre et d’être aidé ?
Le Préfet cautionne-t-il les expulsions ?
Monsieur Pierrot Dupuy vous pouvez faire quelque chose, rassemblez, unifiez, il faut lutter pour la défense des pauvres gens, pour le respect des lois, pour une vie décente.
Merci à tous ceux qui peuvent nous aider, lancer l’alerte….

5.Posté par Fabienne couapel-sauret le 15/09/2008 23:41
Le Conseil Général à présent dirigé par la coalition PC /PS ne peut-il rien faire pour accompagner cette mère de famille en détresse ? Le social est pourtant de sa compétence.

6.Posté par anonyme le 16/09/2008 07:24
Ce qui me surprend, c'est qu'il s'agit d'une situation datant d'octobre 2004 : lorsque son allocation logement a été interrompue, sa démarche pouvait être de se tourner vers la CAF, pour savoir pourquoi. Que s'est il passé pour qu'elle suppose que cette rupture soit normale ?

Aujourd'hui, si elle continue d'honorer son loyer, une des solutions serait que la SIDR lui propose un plan d'épurement, en attendant que soit régularisée sa situation auprès de la CAF : il n'est pas acceptable qu'elle soit expulsée.

Les assistantes sociales font ce qu'elles peuvent, mais encore faut il que les personnes qui rencontrent des difficultés viennent en parler. Et pas au dernier moment, de préférence.


7.Posté par Trouillomètre au maximum le 16/09/2008 08:22
Salaire de serveuse ?
Huit enfants ?
Bon j'arrête là car je vais me faire incendier ...
Cela dit (ou plutôt sous entendu ...), c'est une situation attristante.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales