Social

Baisse des prix de la viande : Les bouchers indépendants ne l'entendent pas de cette oreille

L’annonce de la baisse des prix de la viande péi à partir d’aujourd’hui n’a pas fait que des heureux. C’est en tout cas le son de cloche que font entendre les artisans bouchers, charcutiers et traiteurs de l'île, depuis l’annonce officielle jeudi dernier. Pour ces derniers, l’accord qualifié "d’historique" par les professionnels de l'Aribev (association réunionnaise interprofessionnelle du bétail, de la viande et du lait) ou encore de l’ARIV (Association réunionnaise interprofessionnelle de la volaille) les a exclus du dispositif, alors même qu’ils représentent une part non négligeable de la production locale.


Les prix DEFI sont disponibles depuis aujourd'hui...mais seulement dans les grandes et moyennes surfaces
Les prix DEFI sont disponibles depuis aujourd'hui...mais seulement dans les grandes et moyennes surfaces

Alors que la baisse sur 80 produits dans les grandes et moyennes surfaces s'effectue dès ce lundi, une partie de la filière se rebiffe contre cette baisse "arrangée", selon elle. Mécontents d’être partiellement exclus du dispositif, les artisans bouchers, charcutiers et traiteurs de l’île dénoncent les méthodes de répartition des subventions d’Etat. Subventions qui, rappelons-le, sont à l’origine de cette baisse des prix sur la viande et le lait local. Une aide providentielle qui doit courir sur trois ans avant d’en évaluer les retombées sur le pouvoir d’achat.

Pour rappel, le projet DEFI avait été proposé par l’interprofession dans le cadre des Etats-généraux de l’Outre-mer (EGOM) mi 2009. Plus tard, il avait été retenu par le gouvernement lors du Conseil interministériel comme s’inscrivant "parfaitement dans le modèle de développement endogène" prôné par le président de la République.

Paul Martinel, président de l'Aribev (à droite) et Jacques Guillamot, président de la Fédération du commerce et de la distribution
Paul Martinel, président de l'Aribev (à droite) et Jacques Guillamot, président de la Fédération du commerce et de la distribution
Didier Mazeau, président du syndicat mixte des bouchers, charcutiers et traiteurs (SMBCT) n’en démord pas. Pour lui, les petits éleveurs ont été délibérément exclus du dispositif. Résultat : les prix dans leurs comptoirs ne suivent pas la même trajectoire que ceux des grandes et moyennes surfaces.

Un gonflement des prix ?

Déçu, il ne comprend pas cette mise à l’écart : "nous représentons tout de même près de 50% des produits écoulés dans l’île" précise-t-il. Cette mise à l’écart, le président du syndicat l’a constatée depuis décembre dernier. Alors que des informations concordantes confirmaient cette baisse des prix sur une sélection de produits, le SMBCT n’aurait été consulté que dix jours avant la signature de l’accord.

Un temps imparti trop court pour pouvoir peser de tout son poids dans la négociation. Pour Didier Mazeau, cette discrimination est couplée d’un gonflement des prix depuis quelques semaines pour faire croire à une baisse.

Si les accusations sont graves, le syndicat des petits bouchers, rejoint par des éleveurs indépendants compte interpeller Marie-Luce Penchard pas plus tard qu’aujourd’hui, lors de son bref passage sur l’île. Si cet avertissement n’est pas suivi, le syndicat pense déjà à mener des actions sur le terrain juridique.
Lundi 24 Janvier 2011 - 12:55
Ludovic Grondin
Lu 1588 fois




1.Posté par Caton2 le 24/01/2011 13:55
Un acte fort? Envoyer la flotte militaire de tous les pays riverains sur zone? Coût exorbitant! Envahir la Somalie? Les pirates se délocaliseront. Tant qu'il y aura des zones de non droit, il y aura des pirates. Ça fait partie de l'histoire de l'humanité.

2.Posté par Caton2 le 24/01/2011 13:58
Erreur d'aiguillage. Mon post était destiné à "Jack Lang....."

3.Posté par Tonton le 24/01/2011 16:29
Les petits ne compte plus pour l'Etat.
Rest a le boycotter aussi. Ne payer plus des impots, travaillez au noir !

4.Posté par JUBILATION le 24/01/2011 17:28
Ils ont raison, il s'agit de discrimination et quand, il ya discrimination, on peut demander réparation.

5.Posté par DD le 24/01/2011 17:27
Développement endogène avec des subventions de l'Etat ???
Mi compren pu rien.

6.Posté par DD le 24/01/2011 17:29
Encore des sous pour la grande distribution.......

7.Posté par chocolate cake le 24/01/2011 18:13
donc si j'ai bien compris : charcuterie artisanale = prix fort , et merde industrielle plein de conservateurs juste bon a nous faire cancériser = encore moins cher qu'avant
j'ai cru a une bonne nouvelle a l'annonce de la baisse des prix, mais finalement, pas top

8.Posté par DGS le 25/01/2011 07:23
Ah, les prix DEFI. vraiment un défi.
Quelle baisse 30 centimes sur le poulet c'est énorme, 50 centimes sur le boeuf, c'est une grande avancée, 40 centimes sur le porc, et 5 centimes sur le lait.
On nous prend vraiment pour des cons.
Les charcutiers ont RAISON, déjà ils sont moins chers que les grandes surfaces et de meilleure qualité de viande et là on veut les éliminer.
Le vrai défi doit être l'ARRET de TOUS LES PROFITEURS qui oeuvrent dans l'économie de La Réunion. MDR

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales