Société

Baignade interdite tant qu'un moyen de surveillance n'est pas mis en place

Suite à la réunion en mairie de Saint-Paul cet après-midi à propos du risque requin, la décision a été prise que la baignade resterait interdite jusqu'à nouvel ordre à Boucan Canot et Roches Noires. En effet, tant qu'un moyen de surveillance pérenne ne sera pas mis en place, le drapeau rouge flottera sur les deux plages.


Baignade interdite tant qu'un moyen de surveillance n'est pas mis en place

La réunion de cet après-midi ne devait pas déboucher sur des conclusions très significatives. Au final, une confirmation, annoncée du bout des lèvres, est finalement venue conjointement de la mairie de Saint-Paul et de la Préfecture : la flamme restera rouge tant que les moyens en mer, voire terrestres, suffisant ne seront pas en mesure de rassurer les pratiquants de sports nautiques et les baigneurs.

"Nous nous donnerons le temps qu'il faut" répète à l'envie l'adjoint Emmanuel Séraphin. A la question d'un nouvel accès à la baignade si aucune menace n'est détectée mardi matin, il répond que quoiqu'il arrive, avec ou sans observation de requins, le drapeau restera rouge.

Benoît Huber, directeur de cabinet du Préfet complète la réponse municipale. "Il sagit pour nous d'avoir la certitude de proposer des moyens de surveillance permanents sur site. Aujourd'hui, la présence d'un hélicoptère était vraiment exceptionnelle". Une expérience qui ne sera d'ailleurs pas renouvelée.

"Il faut d'autres zodiacs, des jets-ski car il faut penser à tous les aléas, les pannes" ajoute le représentant du Préfet. Après le matériel, les moyens humains sont également évoqués. "Nous avons une trentaine de profils intéressants via Pôle Emploi". Des personnes qui pourraient venir compléter le dispositif humain qui serait dédié complètement à l'observation des requins à proximité des zones de plage.

"Ce qui a été déployé ce matin est le maximum de ce que nous pouvions faire, à mi-chemin entre ce que fait l'Australie (observation uniquement terrestre) et l'Afrique du Sud (observation au niveau des postes MNS surrélevés et des patrouilles en mer)" continue Benoît Huber.

Comme pour justiifer que les autorités prennent à bras le corps la menace requin, sur les vies mais aussi sur l'impact économique, le directeur de cabinet précise, à l'attention des sceptiques, que "l'action se maintient sur un rythme important".
  
La réunion d'information avait aussi pour but de démystifier la rencontre semble-t-il furtive avec un squale ce matin. "Il y a bien eu un constat de fait ce matin. Je réponds à quelques réactions que j'ai pu entendre depuis sur le fait qu'il n'y aurait pas eu de rencontre avec le squale".

Le lieutenant-colonel Dominique Fontaine précise : "Il s'agissait d'un squale presque aussi grand que le zodiac, soit un peu plus de 3,50m. Il a été observé à environ 300 mètres du bord de la plage des Roches Noires", un peu à droite du spot lorsque l'on fait face à la plage. Suffisant pour convaincre les sauveteurs de laisser la flamme rouge et interdire ainsi la baignade. Demain, les observations reprendront.
Lundi 3 Octobre 2011 - 17:30
Lu 2701 fois




1.Posté par noe le 03/10/2011 17:54
Il y a des gens comiques qui s'amusent à faire peur aux gens de la mer ....
On veut détruire le petit commerce du coin ...

Mais s'il y a un risque pour les baigneurs , il faut hisser le drapeau rouge ...
Les baigneurs pourront toujours faire du surf à Saint Benoît , il y a de belles vagues et pas un requin à l'horizon ....Sensations fortes garanties ...On est tout de suite dans la haute mer avec de belles vagues qui vous emmène vers le firmament céleste ...Frissons en plus !

2.Posté par William le 03/10/2011 19:07
en fait, c'est ça la solution... une belle grosse pancarte !

3.Posté par Dominique le 03/10/2011 19:22
Mais quand ton corps va rester dans la gueule d'un requin, n'appelle pas tes potes et ta famille pour manifester ! Tu es un être irresponsable, le requin vit dans la mer, tu vas frimer sur son territoire, ne dis pas qu'il faut trouver une solution ! Les requins ne vivent pas sur la terre, à part les requins à 2 pieds comme toi... A bon entenduer, non à bon lecteur... Salut !

4.Posté par ndldlp le 03/10/2011 19:51
imaginons que du fait de l'absence de rochers tombant depuis l'installation de filets, le pieds des falaises soient utilisés pour installer on ne sait trop quoi qui attirerait éventuellement, nombre de pratiquants... vous me diriez..et le risque de chutes de rochers .???

tout à fait le même problème qu'ici.

rocher l'a tombé ..Requin l'a dévoré .. même combat pour les autorités ? ne pas céder à la pression populaire pour la mise en place de solutions coûteuses (la nouvelle route du littoral) au profit de solutions intelligentes..

5.Posté par Caton2 le 03/10/2011 20:35
N'est-il pas possible de prendre l'avis de gens compétents au lieu de continuer indéfiniment les palabres?
http://blog.surf-prevention.com/2011/07/13/facteurs-de-risque-requin-ile-de-la-reunion/

6.Posté par fiuman le 03/10/2011 21:44
Tant qu'il restera un requin dans la mer, la baignade sera interdite à boucan, hugh j'ai dit

ps : vend une paire de palme et un masque a un bon prix

7.Posté par La Légèreté.... le 03/10/2011 21:59
LA SOLUTION :http://www.youtube.com/watch?v=uynYth9fSAw
://
EL TIBURON !!!!
Ramenez Loona et toute sa bande sur les plages de l'Ouest et du Sud, mettez ce son dans les boites de l'ouest et du Sud ! Sans aucun doute que ces ondes sonores éloignerons les "tiburon" de nos plages !!
(..et oui, on peut peut-être même en faire un attrait comme le Fait "si bien" Loona....)

8.Posté par ndldlp le 03/10/2011 22:25
le temps de l'étude, combien de victimes s'ajouteront ?
j'ai le souvenir d'un panneau à port elisabeth, en RSA, dans les années, 90.. beware sharks..qui ne m'a pas empêché de faire trempette..

le risque existe, chacun prend ses responsabilités.
le risque existe, le politique ne sait quelle solution prendre, surtout au vu des finances publiques et au coût ramené à l'utilisateur surfeur (alors que cela concerne tout le monde, surfeur et baigneur).

la solution du shérif lalande, à l'instar de celle développé par Spielberg, est une solution en trompe l'oeil, à court terme. faut il envoyer l'armée déloger le requins ? faut il installer bien plus loin en mer, des DCP, éviter le poisson aux abords de nos côtes et ainsi casser la chaîne alimentaire... bien sûr que non.

toute passion a des limites, les surfeurs viennent de trouver la leur. et peut être aussi l'IRT. gaspillons l'argent public ailleurs, ce ne sont pas les sujets vecteurs de bonne gestion des deniers publics qui manquent dans notre département.

si les pêcheurs ou amateurs de big game fishing veulent traquer du requin, qu'ils le fassent. on verra alors si les autorités "les taclent" judiciairement.

tout cela n'empêche bien évidemment en rien, la nécessité de parfaire l'étude du poisson en question.

9.Posté par Raz le bol de Riz le 03/10/2011 22:43
STOP!!!!! arrêtons de s'entre-déchirer.....voilà la solution....les requins vivant et nous dans les vagues....on sort quand ils arrivent....vivement demain!!!!

10.Posté par Sansblague le 04/10/2011 01:06
8/ "....faut il envoyer l'armée déloger le requins ?""
---------------------------

Vous allez voir qu'au train où vont les revendications, le futur candidat Nicolas, interpellé, nous enverra le Charles de Gaulle et les "gênants" de l'affaire Karachi comme appâts...

11.Posté par Anonyme le 04/10/2011 09:12
En réponse à Noé, pas la peine d'envoyer les surfeurs de l'Ouest dans l'Est. Il y a aussi des requins dans l'Est ( voir même plus) !! Dans l'Est il pleut toujours, et il y a deux embouchures !!
La réponse aux problèmes des requins a déjà été donnée...! Réouverture de la zone Boucan-Les brisants a la chasse sous marine. Ça ne coute rien, beaucoup de chasseurs sont des surfeurs donc on vous avertira des la présence de requins. Rappelons que celle ci a été mise en place par grand nombre de plongeur en bouteille. Résultat a trop vouloir gagner ils ne peuvent même plus sortir et donc moins de business pour eux .

12.Posté par u jelly? le 04/10/2011 11:24
y'en a marre, on pense jamais aux profs!

on est en vacances nous, et on peut même plus aller à la plage près de chez nous!

pas question d'aller à l'autre bout de l'ile, c'est sale, et y a pas l'ambiance comme à Boucan ou on est entre nous.

nous on a bossé toute l'année, des horaires de fous, le stress, les gamins insupportables!
on a à peine deux semaines de vacances, et comme par hasard, les requins attaque à ce moment la! et comme par hasard la plage ferme...toujours contre les enseignants!

faudra pas vous plaindre si on fait grève après. Quand on travaille dur et qu'on peut meme pas profiter de ses vacance, forcément on n'a pas envie de retourner travaillé de sitot!

moi en tous cas, ce sera congé maladie jusqu'a ce que je puisse me baigner à boucan.

13.Posté par ceugnart le 04/10/2011 18:18
vous en avez pas marre de ce racisme a la con il y a les meme en metropole et si ils arrivent au pouvoir ceux qui ne pensent pas comme eux vont se retrouver en camps de concentration mefier vous tous les zozos et les k k de cette escalade debile il y a toujours un parti qui en profite

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 14:30 Un train pour valoriser les Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales