Social

BTP : La grève, les blocages et les embouteillages continuent mercredi


23h20 : Bernard Sirieix, représentant du patronat, s'exprime à la sortie de la préfecture
23h20 : Bernard Sirieix, représentant du patronat, s'exprime à la sortie de la préfecture
6h mercredi : premiers blocages de ronds points au Port. Comme hier, la journée s'annonce difficile pour les automobilistes.

23h20 : La grève se poursuit ce mercredi. Intersyndicale et patronat ne sont pas parvenus à un accord malgré 5h de discussions, arbitrées par le secrétaire général de la préfecture, Maurice Barate. Le patronat a proposé 1% de revalorisation salariale (+0,8% jusqu'à maintenant). Les syndicats de salariés passent leurs revendications de 3% à 2,90%.

Jacky Balmine (CGTR BTP)
Jacky Balmine (CGTR BTP)
Jacky Balmine (CGTR BTP) : Dans l’attitude, on est toujours dans la construction d’un conflit (du côté du patronat). On confirme que demain la mobilisation continue. On restera debout tant qu’on pourra. On ne peut pas accepter ce genre de discussion, c’est irrespectueux vis-à-vis des organisations syndicales alors qu’on vient nous parler de dialogue social…Encore une fois c’est petit, c’est tout ! On nous dit « vous signez et puis vous allez vous coucher ». C’est ce qu’on a compris ce soir. On aurait été prêt à faire des propositions mais du fait de nous dire « c’est ça ou c’est rien », alors on revenait à la case départ. Donc la mobilisation demain reste d’actualité.

-Même en pénalisant les autres travailleurs ? Si tous les habitants de la Réunion sont avec nous demain ça ira 10 fois plus vite. Ils vont être bloqués peut-être une heure et ça va être réglé. La mobilisation, la solidarité de tout le monde va faire qu’on va sortir de là. (…) La FRBTP nous montre encore ce soir qu’on nous donne un bonbon – c’est bien on peut pas dire qu’ils ont rien donné – mais « je donne un bonbon et allé crever », voilà ce qu’ils nous ont dit ce soir. Et la population elle nous écoute, elle doit comprendre aussi. Est-ce qu’on doit être rien, d’être des zéros ? c’est ça le vrai sujet. En tout cas s’il y a une partie de la population qui est en colère - et je les comprends - je dis : quand il y a eu le blocage des transporteurs j’ai vu personne faire trop de bruit. Nous on est devant nos entreprises, on essaye de construire une mobilisation et je suis persuadé qu’on va réussir. Mais face à nous il n’y a pas quelqu’un qui veut écouter, qui veut échanger. Nous on est dans une mobilisation qui doit grandir et qui est plus que justifiée. En tout cas je suis encore plus motivé.

Bernard Siriex (FRBTP) : "Je suis fortement déçu. Je tiens à informer la population qu'on a fait tout ce qu'on a pu. Ils viennent de condamner les salariés et les entreprises à être au chômage dans peu de temps. Il faut que tout le monde le sache : qu'ils vont avoir des collègues qui vont aller au chômage parce que l'activité est en train de se casser la figure, on l'a répété à l'Etat. Aujourd'hui on ne peut pas aller au-delà. Je répète que nous avons accordé +1,07% mutuelle au 1er janvier et +1% à partir du 1er avril, plus les cartes que nous avons sur le CICE. Ce n'est pas possible, nous sommes à +2,07% cette année en cumulé, nous sommes supérieurs à l'année dernière. C'est terrible, aujourd'hui je suis fortement déçu. Maintenant si les automobilistes sont bloqués sur la route, qu'ils s'en prennent à nos camarades syndiqués mais pas à nous."

Jean-René Esther, secrétaire général FO-BTP : "ça été un échec de part et d'autre. la grève continue. On est plus que jamais mobilisé. Il faut qu'on trouve un accord. Il n'y a pas de rencontre (mercredi, ndlr) de prévue pour l'instant mais la porte n'est pas fermée. Je ne peux pas vous dire s'il y de nouveau des blocages. On doit discuter avec l'intersyndicale"

21h : Pause repas pour les syndicalistes
21h : Pause repas pour les syndicalistes
19h50 : Jean-René Esther, secrétaire général FO-BTP, sort quelques minutes de la préfecture et va à la rencontre de la presse : "on ne savait pas que la FRBTP était conviée aussi. Donc on est resté sur notre insatisfaction. Maintenant, monsieur le représentant de l'Etat discute avec la FRBTP dans un premier temps, la FRBTP sort. Monsieur le représentant de l'Etat discute ensuite avec nous, comme si que c'était une négociation. On est un petit peu, Je ne dirai pas que je suis choqué, mais estomaqué, on dirait que maintenant on négocie avec l'Etat. Voilà ma première réaction. Donc là on va recommencer. La FRBTP avec le représentant de l'Etat, nous avec le représentant de l'Etat, je trouve ça bizarre."

Vers 17h15, un chef d'entreprise en colère s'immisce dans le protocole validé par la préfecture, retardant l'entrée des représentants syndicaux des salariés du BTP. Ce chef d'entreprise exigeait d'être reçu en même temps que les syndicalistes alors qu'il ne fait pas partie des grévistes. Après de longues minutes de confusion, la préfecture a accepté de le recevoir, mais séparément. Il devrait être reçu par le cabinet du préfet.
Celui qui s'est présenté comme un chef d'entreprise (à gauche sur la photo) a du coup retardé l'entrée des syndicalistes dont les noms avaient été clairement envoyés au service de sécurité de la préfecture
Celui qui s'est présenté comme un chef d'entreprise (à gauche sur la photo) a du coup retardé l'entrée des syndicalistes dont les noms avaient été clairement envoyés au service de sécurité de la préfecture

Jacky Balmine (porte-parole intersyndicale), en arrière-plan, au centre
Jacky Balmine (porte-parole intersyndicale), en arrière-plan, au centre
Vers 17h comme convenu, représentants du patronat et des salariés sont arrivés en préfecture pour tenter une conciliation via la médiation que propose le préfet de La Réunion.

Rappelons que les négociations annuelles obligatoires débouchent depuis mercredi dernier sur un dialogue de sourds entre les deux camps du secteur du BTP.

Le patronat reste ferme sur sa proposition de revalorisation salariale de 0,8% cette année, alors que l’intersyndicale continue de réclamer une hausse de 3%.

La FRBTP estimait hier soir que sa toute dernière proposition de +0,8% allait même au-delà de l'augmentation du coût de la vie qui est de 0,4%. De plus cet revalorisation venait s'ajouter, toujours selon le patronat, à l’'accord 'mutuelle' qui représentait 1,07% d’'augmentation au 1er janvier 2016.

Cette tentative de médiation intervient alors que tous les barrages filtrants disposés ce mardi sur les axes routiers menant au Port ont été levés vers 14h45.

Le patronat se concerte avant d'entamer les discussions avec le préfet. Ses représentants étaient les premiers à entrer dans la cour de la préfecture
Le patronat se concerte avant d'entamer les discussions avec le préfet. Ses représentants étaient les premiers à entrer dans la cour de la préfecture

17h : Bernard Sirieix (au centre), représentant du patronat
17h : Bernard Sirieix (au centre), représentant du patronat
Mardi 12 Avril 2016 - 17:12
Lu 15503 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

52.Posté par Droits du citoyens le 22/04/2016 16:38
NON AU BLOCAGE DES ROUTES

Rejoignez le mouvement et signez la pétition pour que cela ne se reproduise plus.

http://www.petitions24.net/non_au_blocage_des_routes

51.Posté par Zero le 13/04/2016 20:02 (depuis mobile)
Finalement cette situation rend bien service à ces grosses sociétés qui seront qu'une poignée à faire la pluie et le beau temps, à croire que balmine perçoit dès pots de vin pour générer ces conflits

50.Posté par Zero le 13/04/2016 19:59 (depuis mobile)
Cette situation engendre des difficultés financières que les multinationales seront gérer mais pas les petites entreprises réunionnaises
Demain se sera le chômage pour certain salariés mais Mr balmine lui sera toujours en poste

49.Posté par Pro No Stick le 13/04/2016 13:04 (depuis mobile)
Siriex..prends ta retraite et bon vent!

48.Posté par Ga...la... le 13/04/2016 10:25
En lisant tout ses commentaires on comprend aujourd hui d'ou vient cette asservissement esclavagiste de la classe dites moyenne...Certains osent se battre et manifester pour ce qu ils croient être juste "une negociation obligatoire sur les salaires"et d autres au contraire se revoltent de voir qu on ose contredire un mensonge gros comme le monde "qui dit que le patronat de ttes ses grosses entreprises aux actionnaires multinational seraient en deficit". Les comptes administratifs sont controlés par l etat qu il les rendent publics pour que tt le monde sachent vraiment qui prend qui en otage...!! Soyons kreol,soyons fier,soyons solidaire, soyons tous ensembles !! Pour que cesse les abus du patronat,du gouvernement et de ces actionnaires qui finiront sans doutes sur les panamapapers.La maniere penalise la population je l accorde et c est desolant mais a bien i reflechire il n y a aucune autre solution.. L etat ne reagit qu a la pression du peuple et c est exactement ce que veut faire le patronat contre les grevistes( monte kreol contre kreol meme).Rouve lo zieu kreol arett laisse a nous etes manipulé par bann gros zozo la téé!!!

47.Posté par moinmem le 13/04/2016 11:44
monsieur Baleine ...na pas l'air fé tro pitié ..lé pou crier , pou gesticuler , pou fout la Réunion a ter ...mais lu lé bien gras mi trouve !!!

Allez joué cart don ! lé là rienk pou kas ban patron !!

Nout Réunion fé pitié !!

46.Posté par lolo le 13/04/2016 11:30 (depuis mobile)
Les transporteurs les où.

45.Posté par Nono le 13/04/2016 11:20
Tous ceux qui en appellent à la préfecture me font marrer. Si vous aimez les 'spécificités locales', ne vous plaignez pas, les grèves bloquantes, c'en est une.

44.Posté par pénible le 13/04/2016 11:14
Non mais c'est n'importe quoi !
Comment est-ce qu'on peut laisser quelques types qui n'ont pas obtenu l'augmentation qu'ils réclament bloquer 850.000 personnes ?!! Il fait quoi le Préfet, il est à la plage ?
A ce compte, demain si mon patron ne me donne pas mes tickets resto, je bloque la route.
Et ces imbéciles voudraient qu'on les soutienne ? C'est une plaisanterie j'espère, moi je suis OK pour qu'on leur envoie un bon bataillon de CRS pour leur expliquer la vie

43.Posté par Victor Payet le 13/04/2016 10:09 (depuis mobile)
Ne lâchez rien. Les patrons doivent respecter les ouvriers.

42.Posté par Le clapotis nauséabond du marécage syndical ne peut cacher la vérité. le 13/04/2016 09:55
Pourquoi cette tendance des syndicats à saboter les entreprise dans lesquelles ils opèrent, surtout si ces entreprises sont grassement subventionnées par l’État ?
régulièrement, on note des efforts syndicaux pour accroître le chômage à la réunion . Exactement à l’instar de l’État dont seul les naïfs pensent encore qu’il est là pour les aider, et dont le seul but réel est sa propre survie, au détriment logique et terminal de son hôte, les syndicats sont de véritables bastions d’un autre âge, arcboutés sur leurs méthodes et qui visent non pas à protéger les salariés, mais à perdurer par toutes les manigances et magouilles possibles. Parfois, cela peut se faire au bénéfice du salarié (et dans ce cas, comptez sur une publicité maximale des actions menées). Le plus souvent, c’est à son pur détriment, que ce soit par l’organisation de grèves dont il aura à souffrir, ou … en attaquant obstinément les entreprises qui l’emploient.
Oui, le syndicalisme, c’est bien pour les syndicalistes, mais moins choupinet pour les salariés qui en « bénéficient ». Ceux qui se retrouveront au chômage suite aux belles actions de blocages apprécieront sans aucun doute les prochaines fermetures d'entreprises du BTP.
Les syndicats sabotent les entreprises de l’intérieur Je ne vois pas très bien comment le pays pourrait échapper au sort qui l’attend. Pour moi, cela me semble clair : ce pays est foutu.
La France croule sous le poids des inutiles, des profiteurs, des assistés en
tout genre, qui ne font aucun effort et qui demandent tout.

41.Posté par candide le 13/04/2016 09:31
"La liberté de circulation s’est affirmée peu à peu, notamment dans la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948." cf le site vie publique...

"L'article 2 du protocole additionnel n°4 à la Convention de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales énonce La liberté de circulation est le droit pour tout individu de se déplacer librement dans un pays, de quitter celui-ci et d'y revenir. Elle est garantie par l'article 13 de la Déclaration universelle des droits de l'homme. En pratique, cette liberté est limitée pour de nombreuses raisons, comme : la nationalité (pour les immigrés clandestins), la propriété (pour les non-propriétaires), la loi (pour les prisonniers) :

Quiconque se trouve régulièrement sur le territoire d'un État a droit d'y circuler librement et d'y choisir librement sa résidence, exceptées, entre autres, pour les personnes sous le statut de mineur." cf wikipedia

Alors que les services de l'Etat se sont mouillés hier soir dans une discussion où ils n'ont aucune légitimité, la grève continue avec 1 % d'augmentation....
Qu'ils grèvent, oui, mais chez eux, pas sur le domaine public avec les conséquences que cela entraîne... Se posent-ils la question de ceux qui travaillent ? De ceux qui sont malades dans les bouchons ? De ceux qui doivent se déplacer à tout prix ? Non, ils s'en fichent et ils voudraient que l'on soit solidaires....

40.Posté par almuba le 13/04/2016 09:24
Quand il n'y aura plus de salariés ces syndicalistes n'auront plus de raisons d'être.
Ils sont la gangrène de notre nation.
Ailleurs ça bosse et ça progresse.

39.Posté par Portois97420 le 13/04/2016 08:44
Moi, je dis qu'il faudrait une sorte de diplôme ou de capacité (formation) pour être syndicaliste. Parce que voir ceux qu'il y a actuellement dans le BTP ou chez les docker, le niveau ne vole pas bien haut. A part foutre la merde, ils ne savent rien faire d'autre (même pas parler correctement). Enfin, peut être que c'est le mieux qui existe dans leur corporation. Dans ce cas, la Réunion est bien mal barré mes amis.

38.Posté par jpleterrien le 13/04/2016 08:37
Tout est dit dans le post 13 !
Comment peut-on laisser une poignée d'irresponsables bloquer l'économie et les travailleurs de l'île ?
Sans compter le risque de rompre le fragile équilibre de la paix sociale....Mais ce n'est pas leur problème...Seuls comptes leurs revendications corporatistes...l'intérêt général, ils s'en foutent !

Pourquoi le préfet n'a t-il pas fait occuper les zones stratégiques par les forces de l'ordre pendant la nuit ?

Petit quizz pour Mr le préfet :
Empêcher la libre circulation des biens et des personnes, c'est :
a) une contravention
b) un délit
c) un crime
d) emm...er le monde

37.Posté par Dugland le 13/04/2016 08:16 (depuis mobile)
Bah les reunionnais c'est une second nature d'enmerder le mone. .....après faudrait mettre cette même nrj en bossant....Ben hein

36.Posté par Panama papers le 13/04/2016 08:14 (depuis mobile)
Qui sont véritablement ces personnes qui représentent le patronat ? Les grands patrons où sont-ils? Le préfet sait très bien que le patronat peut consentir aux 3 % . Il dispose des résultats (C.A, bénéfice...) déclarés de ces patrons. Tous ensemble !

35.Posté par david le 13/04/2016 08:13
c'est vraiment n'importe quoi. je suis a fond pour le droit de grève. mais en aucun cas on n'entrave la liberté de circulation des autres. sinon tout le monde faisait pareil, personne ne circulerait. la question que je me pose c'est que comment se fait il que ces personnes sont dans l'illégalité, que manifestement il y a trouble de l'ordre publique et que les forces de l'ordre n'interviennent pas ? ça doit être plus facile de tapper les lycéens et les collégiens !

34.Posté par Ga...la... le 13/04/2016 06:03
On reconner bien la le patronat..... "DIVISER POUR MIEUX REGNER" mais qui est ce qui empoche tout ses millions d euros de benefice..??? "TJS LES MEMES" Arétt ek sa té...!! Demander a ce monsieur du sindicat patronal qu il divulgue son salaire annuel et on verra si le BTP est vraiment en crise..!!!

33.Posté par Travailleur discret le 13/04/2016 07:58 (depuis mobile)
Marrant ça parle pourcentages... Personne ne parle de la passion du métier... Les négociateurs syndicaliste ne sont pas des communiquants ils ont de très grosses lacunes dans ce domaine, dommage c''est la base pour les négociations!

32.Posté par Nanouch le 13/04/2016 07:31
Demain vous pourrez grever toute la journée car si vous continuez comme ça vos entreprises vont fermer. Demandez une augmentation même aussi minime qu' elle soit alors que les petits patrons ne se donnent même pas de salaire c'est affreux !

31.Posté par Possessionais le 13/04/2016 07:17 (depuis mobile)
Quel bande de cons ces syndicats
Arreter de nous faire chier et laissez nous aller travail.

On s''enfout de vos problèmes, on a les notres aussi et c''est pas pour ça qu''on va faire chier tout le monde.

30.Posté par Laurent le 13/04/2016 07:16
Arrêtez de prendre la population en otage ! Laissez ceux qui veulent travailler faire leur bout de chemin ! Moi je ne suis pas solidaire à vos revendications !

29.Posté par Fidol Castré le 13/04/2016 07:13
@13 : un jour, il y aura un mort sur les barrages. Dans notre société violente, c'est inéluctable. C'est arrivé avec les blocages Domota aux Antilles. En plus depuis ces derniers jours, on ne parle que des armes en circulation au Port. En bloquant justement cette belle ville, on se demande ce que veulent les chemises rouges. En tout cas, ce n'est pas beau.

28.Posté par Soso974 le 13/04/2016 07:12 (depuis mobile)
Bjr tt le monde je comprends votre colère ms svp pensez à ns petite entreprise ki compte sur vs pour alimenté ns chantier je ne demande pas d accepte ms de servir knd meme il faut k on bosse ns on a nos famille à nourrir 🙏 Arrêtez tt ca

27.Posté par Fidol Castré le 13/04/2016 07:08
Syndicats tueurs d'emplois, comme d'hab.

Combien d'emplois ont-il détruit ces dernières années ? Combien d'entreprises sont à bout de souffle à cause du diktat de kaniars en chemises rouges, violents, bloqueurs de routes ? A cause des dernières grèves, mes ventes ont baissé, mes marchandises ont été livrées en retard, des commandes ont été annulées par des clients qui ne voulaient rien entendre ; conséquence : deux licenciements économiques sur les 5 qui me restaient. Qui a été sanctionné finalement ? Les salariés.

Aujourd'hui, je m'en tape. Je n'ai presque plus d'employés et j'ai pour objectif "effectif zéro". Pas d'employés, pas d'emmerdes.

Je ne suis pas dans le bâtiment. Par contre, je connais un mec qui posait des menuiseries. Il avait 20 employés. Aujourd'hui, il travaille tout seul avec sa femme. Il refuse les gros chantiers qui ne servaient qu'à payer les employés, les charges sociales et qui ne lui rapportaient rien. Maintenant, il peut même prendre des vacances !

Aux patrons de s'adapter !

26.Posté par Ludo de la Possession le 13/04/2016 04:58
Je suis d'accord avec KLD!!!
Mais les grévistes si zot lé mal payé rouv zot l'entreprise!!!! Et après viens kosé!!!

Zot i veut fé un vrai combat social??? Allé voir la CGSS, CCPB, SITBI, CRR ET TRÉSOR PUBLIC. Demande à zot de baissé toute ses charges qui sont calculées en fonction de l'assistanat , de la masse salarial de la fonction public à payer et bien sur notre gouvernement qui se rémunère encore sur le dos des salariés !
Vous salariés du BTP, gréviste ou non, regarder votre fiche de paye prenez juste la case caisse des conges payé calculé combien de prélèvements à l'année et comparer ce que vous toucher!!! La différence est 3%
Idem sur la Cgss , comment peut on prélever
550€ de chargé sur une personne qui démarre dans le btp et 50% sur une personne avec un coef plus élevé exemple :
Coefficient 137= 1800€ net pour 1800€brut!
Sa tâche de tâche de travail na pas changé mais les charges ont augmenté!!! Voilà un vrai combat social Mrs les grévistes!!

25.Posté par MJG le 13/04/2016 06:39 (depuis mobile)
La Réunion domoune lé pas solidère, BTP y bataille pour vivre. Gros patron y remplir seulement zot poches

24.Posté par titurbo le 13/04/2016 06:23 (depuis mobile)
Yo.et les patrons qui ne peuvent plus rester içi parce que trop riche pour les impôts court a Maurice nana un tas.zot y veut des noms.attention cela risque de faire du bruit.

23.Posté par Normal le 13/04/2016 06:19
il faut monter des milices pour faire ce que l'état n'ose pas faire ? faire régner l'ordre!!

22.Posté par Manue le 13/04/2016 06:00 (depuis mobile)
Ce sont des lâches qui n'ont d'autres choix que de prendre la population en otage pour satisfaire leurs propres revendications. Heureusement que toutes les travailleurs ne sont pas comme eux !

21.Posté par Eno2016 le 13/04/2016 05:55
A cause de quelque magouilleurs , les automobilistes vont payer les pots cassés !

Encore des soucis de circulation ce matin !

20.Posté par Pili le 13/04/2016 05:41 (depuis mobile)
La population toujours prise en otage! Aujourd''hui on mercredi, les enfants quittent l''école à 11h... Comment feront les parents si ces égoïstes de grévistes continuent les barrages?


19.Posté par Manu 5h30 le 13/04/2016 05:41 (depuis mobile)
Le droit de libre circulation n existe pas ?
Pourquoi les services de polices et des armées n interviennent pas.
C est donc ça la paix sociale : l asphyxie de la population complète ?
il me semblait que 1ère valeur en france LBERTÉ

18.Posté par Tr le 12/04/2016 23:47
Adieu France, adieu travail, adieu le respect. Si demain les routes sont bloquées, j'espere que l'Etat et la préfecture auront les couilles de faire interdire les barrages qui bloquent la circulation. Les patrons font des efforts, les syndicalistes font n'importe quoi. Personne a part votre petit monde n'est solidaire de votre greve de merd*. La liberté s'arrete la ou commence celle des autres... Grevez si vous voulez mais en pensant que les gens que vous bloquez sont des clients que vous n'aurez plus et d'ici quelques temps c'est pour un maintien de votre emploi que vous reviendrez faire chier les gens. Tout le monde travaille et essaye de s'en sortir. Vous pensez qu'a vous! Et si les vendeuses et vendeurs de petits commerces aux salaires misereux, si les cuisiniers, les emplois verts ou n'importe qui d'autre dont le salaire est malheureux faisaient comme vous, vous empechant d'aller sur un chantier, ayant pour conséquences des pénalités de retard, ayant pour conséquence de fermer l'entreprise. Defendez vos droits mais arretez de nous faire chier!

17.Posté par Pascal le 12/04/2016 23:33 (depuis mobile)
Voilà comment on travaille et...on reste debout: les zinfos sur la grève à 23h22. Et rien sur les autres médias de l'île, RIEN!! Bravo Pierrot. Grâce à Zinfos, je peux prendre mes dispositions pour demain grand matin. Encore bravo

16.Posté par almuba le 12/04/2016 22:47
Mais c'est qui ce con qui impose sa loi ?
Après les 4 nanas qui ont bloqué les manifestations sportives à St Louis et avec qui il a fallu négocier.
C'est vraiment du n'importe quoi dans ce pays.

15.Posté par Michel le 12/04/2016 22:39
Ras-le-bol de ces exploiteurs qui ne paient pas les primes paniers, trajet-transports, ni les heures supplémentaires !
Assez de ces patrons qui refusent d'augmenter les salaires de 3 % mais qui s'en octroient 100 fois plus !
Lo bann volèr arnakèr déor !

14.Posté par quelqu un le 12/04/2016 21:41
Bravo "Ras le bol de ces empêcheurs d''''aller bosser". 100%ok avec vous!
partie à 7h de la Possession et de retour au point de départ à 10h30 après avoir laissé la voiture en bord de route et rentrée à pied....Plus de 3 h de blocage etune journée de travail foutue !. Quand arrêtera t on ici de prendre les réunionnais en otages ? On a tous un boulot, du travail à faire..et on prend du retard... .Quand vous nous paralysez nous faisons quoi ?? Est ce que l'on vient vous e..........r quand on a des pbs nous ? Assumez, soyez réalistes et prenez vos responsabilités bordel ! Arretez de pleurer pour un oui pour un non ,de quémander, de bloquer ! Des fois j'ai honte d'être réunionnaise quand je vois ça ! et JE NE SUIS PAS DU TOUT SOLIDAIRE !! Mon fils a un concours demain si vous bloquez sa seule possibilité d'avenir je serai ......et pas de comment

13.Posté par réaliste le 12/04/2016 19:10
J'aimerai voir ces grévistes à la tête d'une société voyant les tonnes et les tonnes de charges se présenter à eux, ils comprendront que c'est pas le fait d'augmenter les salariés le problème, mais c'est est-ce vraiment raisonnable dans le contexte économique actuelle ou n'est pas en fait le meilleur moyen de se tirer une balle dans lé pieds...

12.Posté par kld le 12/04/2016 21:00
ha , c'est celui qui tient le poteau ........

11.Posté par kld le 12/04/2016 20:38
bloquer holcim , la gtoi , ou le medef .............les gros de la place ,quoi . mais pas la population ! oté .....

10.Posté par Eno2016 le 12/04/2016 19:56
Comme quoi il y aura tj un pour semer le trouble !
Une fessée s'impose à ce pseudo chef d'entreprise !

9.Posté par Fidol Castré le 12/04/2016 19:03
Pour les grévistes, un lien utile à mettre dans vos favoris : cliquez ici les copains.

8.Posté par Ravachol le 12/04/2016 18:29
Je le connais: il est chef d'entreprise avec un seul salarié: lui-même. Donc il est en grève! Bon courage au préfet avec des rigolos de cet accabit qui, au demeurant, pullulent sur notre île...

7.Posté par Dugland le 12/04/2016 18:12 (depuis mobile)
Je comprend pas faites comme tout le monde profiter des aides de la métropole et faites pas chier

6.Posté par lolo le 12/04/2016 18:09 (depuis mobile)
Les sindica ont peux. Il tremble. Aller baisse le patron va gagner

5.Posté par Ras le bol de ces empêcheurs d''''aller bosser. le 12/04/2016 18:05
Voilà, comme toujours, ils vont négocier et avoir ( en partie ), ce qu'ils voulaient.
Déjà, ils ont laissé les tas de bordel sur les routes ( palettes etc…). les éboueurs ayant déjà, la semaine dernière fait grève, j'espère qu'ils les ramasseront.
Alors, demain, c'est le dockers, après demain, c'est qui ?
C'est beau une île, surtout lorsqu'elle est prise dans le couperet des revendications.
Je suis auto-entrepreneur du BTP classe menuiserie. Je n'ai pas fait grève, je n'en ai pas les moyens.
Je suis dégouté de voir qu'une poignée de revendicateurs règnent sans partage en empêchant les autres d'aller travailler en bloquant leur passage. Eux, ils vont au boulot au moins.
La pression se fait devant les structure préfectorale et non à la boucherie commune pour défendre son seul et unique bifteck.
Merci aux détracteurs de ne pas intervenir sur mon post, je n'en vois pas l'intérêt, à moins qu'ils aient été parmi les empêcheurs d'aller bosser.
Un auto-entrepreneur de 15 années d'activité qui perdure dans ses charges.

1 2
Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales