Social

Aveca : “La Réunion, ce n’est ni La Guadeloupe, ni La Martinique”

Laurent Boyer, président de l’Association pour la valorisation des entreprises commerciales et artisanales, a confirmé aujourd’hui que l’Aveca ne participera pas à la mobilisation du 5 mars. “Si nos problèmes sont similaires aux autres Dom, les raisons ne sont pas toutes les mêmes”.


Aveca : “La Réunion, ce n’est ni La Guadeloupe, ni La Martinique”
L’Aveca est en parfait accord avec le Collectif “quand on parle du problème de la vie chère. Car, nous sommes tous consommateurs et nous avons tous vu notre pouvoir d’achat fondre comme neige au soleil”, dit son président. Mais, c’est leur seul dénominateur commun à ce jour.
“Car, les solutions proposées par le Cospar mettraient en péril les TPE qui constituent tout de même 90 % des entreprises locales. Augmenter ainsi de 200 € les bas salaires, c’est répercuter cette hausse sur tous les revenus”.
Si cette décision s’applique “cela signifie qu’il y aura des charges sociales et fiscales pour nos entreprises, et des impôts pour des foyers aujourd’hui non imposables. A terme, le remède ne sera-t-il pas pire que le mal ?”
“Car, on se trompe lorsqu’on compare la situation de La Réunion à celle des Antilles. S’il est vrai que nous avons les mêmes problèmes, la plupart de leurs origines n'est pas la même. A regarder de près, La Réunion, ce n’est ni La Guadeloupe, ni La Martinique”.
Parmi les solutions proposées, Laurent Boyer préfère un meilleur soutien aux entreprises et la création d’emploi, “par plus de transparence et de lisibilité de la commande publique pour créer de l'activité et des emplois. A ce sujet, nous n’avons pas d’informations sur le Plan pluriannuel d’investissement de la Région Réunion”.
Le président de l’Aveca pointe du doigt les collectivités locales. “Nos instances doivent privilégier les investissements qui produisent des richesses. Ce n’est pas le cas de la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise”.
“Ce projet aurait dû être réparti sur l’ensemble du territoire, tel qu’il est aujourd’hui il va occasionner un gros budget transport pour les écoles qui voudront se rendre à Plateau-Caillou, à Saint-Paul. C’est un point négatif pour l’environnement et le développement durable”.
Ce sont autant de problèmes que l’Aveca souhaite discuter avec le Collectif. “Nous demandons à rencontrer ses membres à partir du 6 mars”, souligne Laurent Boyer qui a confirmé la non participation de l’Aveca, à la mobilisation générale du 5 mars.
“Nous ne voulons pas prendre le risque d’être à l’origine de certaines dérives. Dans la presse, un parti politique adhérent au Collectif, à appelé les Réunionnais à se servir gratuitement dans les magasins, ce jour-là. Cette grève générale fait aussi peser la menace d’un blocage de l’économie de La Réunion, si la grève devait perdurer…”

Lundi 2 Mars 2009 - 17:45
Jismy Ramoudou
Lu 990 fois




1.Posté par looping974 le 02/03/2009 19:42
Elie Domota a asphyxié la Guadeloupe qui sera le fossoyeur de la Réunion ???

2.Posté par jf.seguineau le 02/03/2009 20:36
Comme Laurent a raison, crier avec les loups, cela n'améliorre pas la pitance.

La Manif du 5, c'est de la récupération de partis politiques en mal de notoriétés et de votes pour avoir le boulot (business dirait les amerlocs).

Nous n'avons pas de pétrole, nous n'avons pas d'uranuim, nous avons avons de la canne à sucre et des ananas Victoria (remplacés pour raison de grosseur et de couleur, par des OGM de l'INRA car ils n'ont pas de pigmentation brune les rendant inacceptables par la " grande distribution" : on marche sur la tête.

Nous sommes dans une économie de consommation et hors cette économie : pas de salut. Alors achetons pour maintenir notre niveau de vie, et aux entrepreneurs de réduire leurs marges, et augmenter les salaires, car point trop n'en faut.

D'accord, y'a des proprios de terre chère (c'est pour la rime), mais qui ne vaudra pas grand chose le jour où la mane de l'Etat nourricier se tarira : abandon de l'octroi de mer, fin des subventions de la CEE , départ des fonctionnaires en mal de retraite bonnifiée, des routes "coupées" à réparer inlassablement faute de projets "intelligents", des communications interrompus faute d'investissement, etc.

Se battre pour une baisse des prix, pour l'augmentation de salaire, c'est pas gagné.

Comment améliorer le patrimoine de certains qui croient que tout cela leur appartient, ils en ont hérités. S'il y a plus rien à gagné, autant s'en aller, penseront-ils rationnellement.

Vive l'indépendance? Qui viendrait s'installer sur un caillou sans ressouces, les mauriciens? les chinois? ils ne sont pas fous, entretenir une danseuse, c'est pas leur truc, il leur faut un retour sur investissement et la conso dans la pauvreté, d'accord, mais subvenir, à des acquis, pas question.


Ouf! nous ne sommes pas au bout de nos peines.

3.Posté par YANN AMARRE le 02/03/2009 20:40
C'est pas "L'AVECA" c'est la "Y'AVAIT QU'A". C'est carrèment anti citoyen. Même M.Robert de L'UMP se joint au mouvement car le problème des monopoles dans les DOM dépasse de loin les clivages politiques. Alors continuez à freiner des 4 fers mais la fin des rentes de situation est inévitable.

4.Posté par Pierre Dupuy Junior le 03/03/2009 07:30
Je souscris à 100% à sa déclaration (encore que je vois pas trop le rapport avec les carnets de commande publique et la MCUR , mais passons) .

3. Il ne dit pas qu'il n'y a pas de problème de monopole et qu'il ne faut pas faire quelque chose. Il dit que les solutions proposées par le collectif sont une énorme erreur, qu'elles ne règleront rien voir empireront la situation... Et sur ce point, je ne peux qu'être d'accord avec lui: oui, il faut règler le problème de vie chère, non ça ne passe pas par une augmentation des salaires ou des aides sociales.

5.Posté par darkalliance le 03/03/2009 08:20
La solution ? : augmenter le salaire de Talonette de 150% ; avec un pouvoir d'achat supplémentaire, il pourra d'avantage nous promettre moult et moult illusions auquel le MEDEF abondera. Les campons acquiesceront.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales