Société

Aumônerie de l'Université: "Les jeunes doivent trouver leur place dans le monde d’aujourd’hui"

L’Université de la Réunion accueille son nouvel aumônier. Après une mission d’un an, le Frère Dominicain Thomas De Gaborie est sur le départ, passant le relais au Père Jésuite Sébastien Vaast. L’occasion de faire un portrait de deux personnalités qui se croisent.


Aumônerie de l'Université: "Les jeunes doivent trouver leur place dans le monde d’aujourd’hui"
Arrivé à la Réunion depuis neuf mois, le Père Sébastien Vaast est originaire de Provence. Il est tombé "amoureux de l’île" il y a trois ans lors d’un séjour. À 40 ans, il est professeur de Science et Vie de la Terre. Il a enseigné sept ans à Marseille et deux ans à Bordeaux dans un établissement jésuite. Il est vicaire dominical à Sainte-Suzanne en plus de sa fonction d’aumônier de l’Université de la Réunion.

"L’aumônerie est un milieu de vie réservé aux étudiants, collé au campus. La fonction d’aumônier est de coordonner et de faire vivre l’aumônerie. Il y a une longue tradition française entre les aumôneries et les universités, comme avec les prisons et les hôpitaux.
 
"Il faut se battre contre la peur environnante"
 
Le grand défi, c’est la jeunesse, avec toutes les questions autour du monde d’aujourd’hui, du milieu de l’emploi. J’ai eu un éclairage sur les étudiants de l’université. Ici, 60% des étudiants sont boursiers contre 25% en métropole. 1 sur 3 obtient sa licence, certains jeunes sont en grande précarité. L’université la plus proche est à 10.000 km et le classement au niveau national place la Réunion à l’avant-dernière place.
 
J’espère pouvoir collaborer avec le nouveau président d’Université pour former des jeunes intelligents, acteurs de leur vie, de leur île et confiants dans l’avenir. Il faut se battre contre la peur environnante.
 
L’aumônerie est un lieu pour accueillir les étudiants, se poser, partager et écouter. Les lundis soir, nous faisons des soirées film, débats, témoignages, conférences. Le mardi, nous prions ensemble. Le mercredi, nous organisons un grand repas, généralement il y a plus d’étudiants.
 
Nous proposons aussi une formation pour une sexualité adulte et responsable le jeudi midi. Quatre fois dans l’année nous faisons des sorties, généralement des randonnées dans les cirques.
 
Nous proposons également une préparation aux sacrements (baptême, communion, etc). Pour des raisons familiales ou des parcours de vie, plusieurs étudiants n’ont pas eu l’occasion de se faire baptiser par exemple."
 
"On m’a envoyé pour durer"

 
Je suis là pour durer. J’ai proposé de venir à la Réunion et mon supérieur a accepté, en soulignant le besoin auprès de la communauté."

Après trois ans à la tête de l’aumônerie, le Frère Dominicain Thomas De Gaborie est sur le départ pour Manille aux Philippines. Ce médecin de 39 ans en cancérologie à la clinique de Sainte-Clotilde est également chargé des questions bioéthiques pour le diocèse. Il a récemment décroché un master de théologie et enseigne la philosophie et la médecine à l’université. Ordonné prêtre il y a trois ans, il est originaire de Bordeaux.
 
"Le bilan est très positif, je suis très satisfait de l’évolution depuis un an. J’ai repris une aumônerie en ruine, fermée toute la semaine et désertée par les étudiants. Petit à petit, on a tout rénové, dans les murs et dans les personnes".
 
"L’objectif est que ces jeunes puissent trouver leur place dans le monde d’aujourd’hui"
 
On a réussi à rouvrir l’aumônerie tous les jours, pour un passage de 40 étudiants tous les jours. Ensuite, nous avons repris les activités, avec plusieurs thématiques par soirée. J’ai vraiment voulu que l’aumônerie soit animée par les étudiants et pour les étudiants, l’occasion de confier des missions aux jeunes.
 
L’objectif est que ces jeunes puissent trouver leur place dans le monde d’aujourd’hui. On réfléchit sur des sujets de société, d’actualité.
 
Le souvenir que je garderais est la dynamisation de l’aumônerie. Ça a été un énorme boulot mais je garde avec moi chaque étudiant. J’ai également la joie de la confier à quelqu’un de grande valeur, qui poursuivra sur cette lancée.
 
Je vais continuer mes études à Manille, avec un doctorat en théologie. J’y suis envoyé pour deux ans. Je suis envoyé dans une fondation pour les enfants des rues, qui me tient à cœur. J’ai pour projet d’y monter une structure pour personnes âgées qui meurent sur les trottoirs à Manille."
 
Mardi 20 Septembre 2016 - 14:23
Laurence Gilibert
Lu 5014 fois




1.Posté par La vérité vraie... le 20/09/2016 22:05
Effectivement, l'exemple à suivre reste S. Maillot ou la fratrie Leperlier. Voilà des jeunes qui ont réussi grâce à l'aide de Dieu...

2.Posté par A mon avis le 20/09/2016 22:25
On veut interdire le voile musulman à l'université, et on y installe des aumôneries catholiques !
Cherchez l'erreur !

3.Posté par Bayoun le 21/09/2016 05:06
L'Aumônerie Catholique a toujours existé,en France. Il n'y a pas d'erreur ! Voiler des femmes, jeunes, ne doit pas avoir cours en Europe.

4.Posté par Grangaga le 21/09/2016 14:36
Koman y fé po gainll' in byié po lo JMJ, si ou lé dann' lo.....60% boursié......?

5.Posté par Et à mon avis le 22/09/2016 22:20
A "A mon avis", il n'y a pas d'erreur ; l'aumônerie n'est pas dans l'enceinte de l'université mais est destinée aux étudiants. Ce n'est donc pas comparable avec le port de voile dans l'enceinte de l'université, sujet sur lequel je n'en connais pas assez et donc pour lequel je ne me prononcerai pas;

6.Posté par que dire le 25/09/2016 08:05
Thomas De Gaborie un futur pape

7.Posté par A mon avis le 25/09/2016 10:53
@ 3 Bayoun : vous dites :
"L'Aumônerie Catholique a toujours existé,en France"

C'est bien là le problème. C'est une entorse à la neutralité religieuse des établissements scolaires.

8.Posté par mass le 25/09/2016 13:05
A tous ceux qui crachent sur l'EGLISE vous nous et vos enfants auront très bientôt à le regretter.

L'occident et la Réunion abandonnent leurs valeurs spirituelles et religieuses au profit d'une société d'une consommation, d'une société du plaisir encouragée d'ailleurs par nos politiques.
Nous laissons ainsi le champ libre à l'autre grande religion monotheiste. qui elle contrairement à nous préserve ses valeurs de peur de s'y perdre comme nous le faisons nous Chrétien aujourd'hui.

Bientôt vous n'aurez plus le choix que de vous y soumettre !

Continuez dans cette voie.

9.Posté par A mon avis le 25/09/2016 16:11
@ 8 mass : en effet, remplacer l'hégémonie d'une religion par une autre n'a rien de rassurant et n'est certainement pas souhaitable.
C'est bien pour cela que la neutralité religieuse dans l'espace public, et notamment dans les établissements scolaires, est bien préférable.
Vous catholique, serez vous favorable, au nom de l'égalité, à l'installation d'une aumônerie musulmane dans un lycée ou une université ?

La religion doit rester une affaire privée. La croyance est une affaire personnelle et individuelle.
Lorsque la religion déborde dans l'espace public, elle devient politique.
Les religions toutes croyances confondues, envahissent bien trop l'espace public et polluent les discours politiques.

Quant à la société de consommation que vous critiquez (à juste titre), vous constaterez que les principaux promoteurs et acteurs, chefs d'états ou leaders économiques et industriels sont de bons croyants et pratiquants religieux et qui aiment le faire savoir.

10.Posté par Toi yen a pas comprendre ou toi mauvaise foi le 25/09/2016 21:28
a post 2 "A mon avis"
le monsieur te dit que l' Aumônerie Catholique n'est pas dans l'enceinte universitaire,

11.Posté par banane le 26/09/2016 01:08
@post9
La religion doit rester une affaire privée. La croyance est une affaire personnelle et individuelle

= dans ce cas peux-tu me dire pourquoi je me retrouve, dans mon frigo, à avoir acheté des produits hallal sans même que je le sache banane ?

12.Posté par Saint-Pierrois le 26/09/2016 07:08
De beaux CV et de belles âmes...
Merci messieurs pour cette piqûre de rappel :

Le grand défi, c’est la jeunesse, avec toutes les questions autour du monde d’aujourd’hui, du milieu de l’emploi. J’ai eu un éclairage sur les étudiants de l’université. Ici, 60% des étudiants sont boursiers contre 25% en métropole. 1 sur 3 obtient sa licence, certains jeunes sont en grande précarité. L’université la plus proche est à 10.000 km et le classement au niveau national place la Réunion à l’avant-dernière place.

C'est à pleurer lorsque l'on voit la corruption ambiante (sans oublier le favoritisme partout, la haine du pauvre etc), et qu'en plus on apprend ce qui se passe au sein de cette université...

De tout coeur avec les jeunes réunionnais défavorisés qui veulent poursuivre des études.
Et bonne route à Thomas de Gaborie et ses projets à Manille.

13.Posté par A mon avis le 26/09/2016 10:55
@ 11 banane : du hallal dans votre frigo et des curés dans les écoles = même problème. La religion envahit tout souvent contre notre gré !

14.Posté par @ post 13 le 26/09/2016 11:37
post 13 à mon avis
Où avez-vous vu des curés dans les écoles?

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales