Faits-divers

Attentat à Charlie Hebdo: Colère et tristesse des médias

Les médias locaux, comme nationaux, réagissent avec colère et tristesse à l'attentat survenu au siège de Charlie Hebdo, à Paris, hier.



Le syndicat national des journalistes (SNJ) déclare que "C'est la liberté d'expression qu'on assassine" dans un communiqué publié le jour-même du drame. "Le massacre perpétré contre la rédaction de Charlie-Hebdo est une horreur qui nous frappe toutes et tous. Quand on tue des journalistes, c’est pour faire peur à toute une profession, c’est pour faire taire. Attaquer un journal, c’est vouloir museler la liberté d’expression dans une démocratie", affirme le syndicat.

Le SNJ rappelle également que "depuis l’été 2014, pas moins de 5 journalistes sont directement menacés de mort pour des articles publiés sur des sujets divers. Hier encore, mardi 6 janvier 2015, un de nos confrères du Monde à reçu une quatrième menace de mort". Le SNJ demande donc  un rendez-vous au ministre de l’Intérieur pour avoir connaissance de l’état de l’enquête sur l’attentat commis contre Charlie-Hebdo ce terrible mercredi 7 janvier et des autres enquêtes concernant tous les journalistes menacés.
 

Zinfos974 a publié le message "Je suis Charlie" comme bon nombre de médias, en réaction au drame. Pierrot Dupuy, rédacteur en chef du site d'information, a appelé à participer le plus largement au rassemblement organisé par les journalistes en soutien aux victimes de Charlie Hebdo sur le parvis des Droits de l'Homme à Champ-Fleuri et place de la Victoire à Saint-Pierre ce jeudi à 13 heures.

Le Jir a également publié en Une "Nous sommes tous Charlie" avec les photos de quatre dessinateurs "morts pour la liberté".

Zap.re a décidé de mettre en berne son site: "C'est notre façon de rendre hommage aux victimes de cet acte de barbarie. Au nom de la liberté d'expression, contre l'obscurantisme: Merde au terrorisme".

Le journal Témoignages a déclaré: "Si Charlie Hebdo a été attaqué, c'est parce que ses écrits dérangent. C'est donc la liberté de la presse qui est clairement visée. Ce tragique attentat vient de rappeler que la lutte pour la liberté d'expression reste un combat quotidien, même dans un pays aussi développé que la France".

Antenne Réunion s'associe aussi "à la douleur des familles et proches des victimes de l’attentat de Charlie Hebdo et exprime son entier soutien et toute sa solidarité aux journalistes et policiers qui œuvrent tous les jours pour le respect des libertés les plus élémentaires de notre société".
Jeudi 8 Janvier 2015 - 10:16
.
Lu 664 fois




1.Posté par JD974 le 08/01/2015 11:50
CE N'EST PAS LA LIBERTE QUI EST ATTAQUEE, C'EST LE BLASPHEME

La rédaction de Charlie Hebdo n’a pas été attaquée par des fous de religion mal déterminée divisée en fractions, comme autrefois les Armagnacs et les Bourguignons, mais par des personnes ne supportant pas la liberté de la presse, comme le gouvernement français veut nous le faire croire à toute force.


Mais non voyons ! La vérité est que la rédaction de Charlie Hebdo a été attaquée parce qu’elle a osé critiquer, avec l’aide de dessinateurs talentueux, ceux qui osent ou qui aiment caricaturer le prophète Mahomet. Comme aux Pays-Bas.


Je parierais volontiers que les vidéos qui montrent clairement les intentions religieuses des tueurs (Le prophète est vengé) vont peu à peu disparaître. La liberté de la presse, voilà leurs motifs !


Seulement voilà contrairement à ce que l'on entend le plus souvent, les tueurs ne se sont pas attaqués à la liberté de la presse. Elle est déjà bien limitée à la XVIIe chambre correctionnelle, par la loi Pleven et suivantes et avec l'accord évident de nos dirigeants qui aujourd’hui s’en souviennent.


Non, ce qui a excité les musulmans armés, c'est le blasphème : Allah, Mahomet, l'islam, les musulmans en dérision. Tout ce qu'il a de ridicule dans ces croyances ne peut pas être moqué.


On pourrait reprocher à Charlie Hebdo d'avoir été de mauvais "politiques" en se limitant à de petites facéties contre les islamistes et tout en continuant à critiquer ceux, les rares, qui s'opposent vraiment frontalement et avec sérieux à la source des maux : le coran et l'islam.

Non le blasphème, je vous dis le blasphème. C'est parce qu'il y a le blasphème visant les sottises religieuses, qu'il y a tant de croyants chrétiens qui se sentent tout aussi stigmatisés que les musulmans.


Ils acceptent la critique, mais faut le dire vite, mais absolument pas la moquerie, la dérision en laquelle on peut tourner les 72 vierges du paradis d’Allah autant que la prétendue virginité de la mère de Jésus.

Les fanatismes n'ont pas de frontières. Ils ont des degrés de nocivité. Les djihadistes ne font jamais que le sale boulot d'une St Barthélémy actualisée.


La quête d'œcuménisme de nos hautes sphères chrétiennes n'a pas d'autre objet que de lutter en commun contre l'incroyance, le mécréant, l'athée, seul ennemi qui manie la plume et ne tue personne.


Et plus encore s'il se fait moqueur, tourneur en ridicule de croyances irrationnelles. Certains ici vont dire que l'athéisme a tué ? L'URSS ? Le communisme ?

Mais cette idéologie est aussi une véritable religion avec la promesse du paradis sur terre. Les communistes, non plus, n'ont jamais apprécié la dérision à leur endroit.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 10 Décembre 2016 - 09:45 Saint-Louis: Un conducteur heurté par un bus

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales