Faits-divers

Attaque mortelle de requin à St-Gilles : "La houle rentrait et l'eau était trouble"


Un bodyboarder métropolitain de 36 ans, venu avec sa femme et son enfant de 18 mois en vacances pour passer une lune de miel, est décédé des suites d'une attaque de requin, survenu en début d'après-midi, aux alentours de 12h20, alors qu'il surfait sur le spot des Brisants, à Saint-Gilles.

D'après les premiers éléments, Stéphane Berhamel a eu un poignet sectionné et une cuisse arrachée par les morsures du requin.  Stéphane Berhamel était orignaire de Morteau (Franche-Comté). Sa femme, présente sur la plage au moment des faits, a été prise en charge par les secours, en état de choc.

Cette nouvelle attaque mortelle intervient alors que les conditions n'étaient pas réunies pour pratiquer de manière sécurisée le surf. La houle était présente, et il y avait un manque de visibilité. C'est pour cette raison que l'association Prévention Requin Réunion, en accord avec le Radical Surf Club, ont décidé d'annuler leur session de surf libre, encadrée par des vigies, qui se tiennent chaque mercredi et chaque samedi, dès 9h du matin.

"8 à 9 chances sur 10 pour que survienne un problème avec les requins"

Les Maître Nageurs Sauveteurs de la plage avaient d'ailleurs hissé le drapeau orange requin, qui signifie que toutes les conditions étaient réunies pour la présence de squale dans le secteur. Le président de PRR, Loris Gasbarre, confirme : "Sur une échelle de 1 à 10, il y avait 8 à 9 chances sur 10 pour que survienne un problème avec les requins. La houle rentrait et l'eau était trouble", estime-t-il.

Cela n'a pas empêché une quinzaine de surfeurs et de bodyboarders, âgés de 8 à 16 ans, de se mettre à l'eau ce matin, avant que l'attaque ne survienne. "Malheureusement, nos messages de prévention ne sont pas toujours respectés. Peut-être que cet homme, qui était un touriste, n'était pas bien informé", ajoute Loris Gasbarre.

Au moment de l'attaque, il semblerait qu'ils étaient trois à quatre personnes à être à l'eau, d'après nos informations. L'homme s'est ensuite isolé en choisissant d'aller chercher les vagues "au 3è peak", plus loin du rivage. Les autres pratiquants présents dans l'eau étaient restés plus près du rivage, au 2è peak. Ceux-ci auraient d'ailleurs conseillé au jeune bodyboarder de 35 ans de ne pas aller aussi loin. C'est donc au moment où il se trouvait seul et le plus éloigné du rivage qu'il a été chargé par un squale.

Attaque mortelle de requin à St-Gilles : "La houle rentrait et l'eau était trouble"
"L'homme était décédé quand il a été sorti de l'eau"

Malgré une rapide intervention des secours, qui sont arrivés quelques minutes à peine après l'attaque, l'homme n'a pas pu s'en sortir. "L'homme était décédé quand il a été sorti de l'eau", précise Dominique Paulo, commandant de la brigade de gendarmerie de Saint-Paul.

Après l'attaque, survenue vers 12h20, les secours ont déplacé le corps de la victime sur le port de Plaisance, au niveau de la plage des Roches Noires. Celle-ci a été évacuée par la gendarmerie, le drapeau rouge requins hissé. Un hélicoptère de la gendarmerie a ensuite survolé les lieux pour repérer une éventuelle présence de squales.

L'adjoint au maire de Saint-Paul, Emmanuel Séraphin, s'est rendu sur place, notamment pour rendre visite aux MNS, "très choqués" par ce drame.  "Je tiens à saluer le travail des maîtres nageurs sauveteurs de la mairie de Saint-Paul",  explique Emmanuel Séraphin, qui s'est rendu sur place. "Un MNS s'est jeté à l'eau pour tenter d'essayer de sauver le surfeur", a-t-il ajouté. Une cellule psychologique a été mise en place pour les Maîtres Nageurs Sauveteurs.

"L'enquête déterminera s'il y a eu imprudence'

Emmanuel Séraphin rappelle que l'hiver austral est une période dangereuse pour les surfeurs :  "On rentre dans une période d'hiver austral. On sait que les attaques sont fréquentes. On a mis en place des procédures pour informer les usagers, on a mis des plages avaec les vigies pour que les gens puissent surfer dans de meilleures conditions...", rappelle Emmanuel Séraphin, qui appelle à la plus grand vigilance.

"L'enquête déterminera s'il y a eu imprudence ou pas et les circonstances exactes de cette attaque", a informé pour sa part Dominique Paulo, commandant de la gendarmerie de Saint-Paul. D'après les premiers éléments, il semblerait donc bien que toutes les règles de prudence n'aient pas été respectées.
Mercredi 8 Mai 2013 - 17:17
Lu 12858 fois




1.Posté par breizhatoll le 08/05/2013 17:36
RIP à la famille : malheureusement la série continue. comment oser dire qu'il y a eu des fortes pluies alors que les seules gouttes que nous avons eu sur st gilles ont durée cinq minutes et ont a peine mouiller l'herbe.

malheureusement si l'on voulait croire que la disparition de la ferme aquacole allait résoudre le probleme requin on se trompait lourdement. Comment expliquer que les spots des brisants et des roches noires ou les balises de l'ird signalait le plus de présence requins en début d'année 2011 n'aient pas été plus sécurisés ? et quand je dis sécurisé je parle de recherche des phénomènes qui attire ces bestioles autour du port (ravine , rejets de déchets).

la belle image de la réunion entre mer et montagne vient d'être sacrifié a quelques illuminés adeptes du temps lontan qui considère que la mer doit être rendu au dieu requin quelque soit les conséquences .

RIP LA REUNION.

2.Posté par LULULU le 08/05/2013 19:38
A ce que l'on sache le drapeau orange n'est pas un drapeau d'interdiction mais d'autorisation à la baignade avec un certain danger. Les baigneurs et surfeurs n'étaient donc pas hors la loi.
A quoi servent les vigies quelques heures par semaine ????
Comment peut-on à la fois louer le courage d'un MNS qui a risqué sa vie pour repêcher un corps et vouloir garder les requins à La Réunion. Requins que personne ne voit sinon quelques uns (rares) pour se faire dévorer. Cet adjoint au maire n'est-il pas complètement inconscient ???
Les MNS ont parfaitement le droit d'utiliser "le droit de retrait" et de refuser de monter un drapeau orange ou vert et se contenter d'interdire le bain depuis la plage, encore faudrait-il qu'ils soient aidés par des gendarmes en uiniforme pour être obéïs.
A-t-on le droit de faire travailler des agents dans ces conditions sans aller en prison ???
Il faut enfermer ces irresponsables qui ont le cul sur la chaise à la mairie.

3.Posté par la serie des imprudences continue le 08/05/2013 20:34
les pleureuses demandent des solutions pour surfer en sécurité dans les conditions de dangerosité maximale.

C'est pas le risque zero, mais le risque "acceptable" dans l'eau sale ou à la tombée de la nuit. cherchez l'erreur.

4.Posté par depain le 08/05/2013 19:31
ce pauvre homme n'est pas déjà enterré que vous polémiquez et cherchait a rendre responsables tout ceux que vous détestez et/ou n'êtes pas en accord !qui est digne dans cet affaire ?je vous en prie baissez pavillon et ayez un peu de respect vos malheureux RIP perdent tout leurs intéréts a cette heure.

5.Posté par @3 le 08/05/2013 22:37
Tu es un sale type. Vomitif.

6.Posté par L''Ardéchoise le 09/05/2013 00:26
Non, le risque zéro n'existe pas à partir du moment où l'on naît !
Mais la connerie zéro encore moins et l'on en a la preuve dans certains commentaires...
Sale type ? Sales types ? Pauvres types surtout , fé pitiyé !
...

7.Posté par Alexandre le 09/05/2013 06:14
Les surfeurs ne pensent qu'à eux! Des milliers d'euros dépensés en vigie et autre systèmes d'alerte et de protection que pour leur petites personnes! Un surfeur ne fait pas partie du clan? On le laisse prendre des risques! C'est scandaleux! Qui osera à la réunion mettre fin à leurs actions?

8.Posté par Zbob le 09/05/2013 08:39
Si je lis cet article et si ce qu'il dit est vrai , il est clair que la malheureuse victime ( qui reste une victime) a commis peut-être certaines imprudences...
Ce que je constate depuis hier , c'est qu'une fois de plus les passions (dont certaines nauséabondes) se déchainent ( encouragées par les médias qui ont trouvé là quelque chose à "se mettre sous la dent" en cette période de pont et pour changer des sempiternels sujets sur les grèves ,la dette, la crise)

Qu'on le veuille ou non, la nature reste la nature et "gagne" toujours , tout le temps même si ce temps est long.
Pensez par exemple les inondations qui frappent les quartiers de plus en plus urbanisés où l'eau ne peut plus s'infiltrer dans le sol et ne peut que suivre les chemins que l'homme lui laisse c'est à dire les rues et les entrées des maisons construites en dépit du bon sens ( mais pas du bon profit de certains) sur des terres autrefois connues par les anciens comme inondables (anciens dont on se fout aujourd'hui , car n'est-ce pas , "un vieux, ça radote")

Bref, cette nature est plus forte que nous.
il me revient à l'esprit les éternelles querelles d'autrefois concernant les alpinistes.
Dans les années 50 ou 60 , il y eut de nombreux morts lors d'ascensions célèbres et aux rescapés on demandait toujours " mais enfin , à quoi ça vous sert d'aller là haut? , qu'est ce que ça vous apporte? pourquoi continuez vous de grimper malgré les risques?"
Et les alpinistes répondaient: " parce que c'est notre passion, parce qu'on aime se dépasser, parce que le plaisir d'avoir vaincu la montagne est immense..."
Et aucun alpiniste d'alors , après une catastrophe ne cherchait à mettre en cause l'état, à rechercher la responsabilité des uns ou des autres , tous disait: "nous avons une passion, elle est dangereuse, nous l'assumons...et souvent sous entendu- foutez nous la paix , c'est notre vie qui est mise en jeu et par nous mêmes" .D'accord , ils oubliaient parfois que les secouristes se mettaient en danger aussi pour les sauver quand secouristes il y avait mais c'est un autre débat.

Aujourd'hui, le surf est à l'évidence devenu un sport dangereux et connu comme tel .
Alors pourquoi les pratiquants n'adopteraient-ils pas cette philosophie des alpinistes : "je sais que c'est dangereux , je pratique quand même, j'assume"...
Mais c'est vrai qu'autour de cette activité "de nature" il y a aujourd'hui tellement de fric en jeu !

9.Posté par BAMB56 le 09/05/2013 11:01
Depuis quelque temps, on constate une recrudescence des attaques de requins à la Réunion. La plupart du temps, on invoquait des conditions à risques pour les expliquer : période de chasse à l’aube ou au crépuscule, eaux sales (ravines en crues),…

Mais depuis quelque temps, les attaques se produisent en journée par grand soleil et dans des eaux propres, même si le brassage altère la visibilité (normal, les vagues remuent le sable, l’air,…), on ne peut plus invoquer la morsure exploratoire/confusion alimentaire, puisque les squales s’acharnent sur leurs victimes, mais ne les dévorent pas, à l’exception d’un cas.

Depuis 2 ans, les attaques se produisent dans la Réserve Marine, sur la côte ouest, alors qu’il n’y avait jamais eu d’attaques en 50 ans sur cette partie de l’île.

Des scientifiques, mandatés par l’Etat, peu qualifiés (seulement des spécialistes en coraux/poissons récifaux, géographes, stagiaires, …), mais conversationnistes, impliqués dans de nombreux conflits d’intérêt (associations écologistes, réserve marine, kélonia, ex-ferme aquacole,…), font tout pour protéger le requin et préserver leurs intérêts (publications, subventions, notoriété, …). Ainsi, ils sont prêts à sacrifier la sécurité des usagers de l’océan, par la rétention d’informations capitales sur la présence/habitudes des squales sur les spots, au profit de leurs publications. Les scientifiques ont tout fait pour empêcher le prélèvement de 10 requins bouledogues, afin de vérifier s’ils étaient porteurs de la ciguatera, décidée par le Ministre de l’Outre-Mer, suite à l’attaque d’août 2012. A ce jour, 9 mois plus tard, aucun animal n’a encore été prélevé. Ces mêmes scientifiques ont été jusqu’à protéger l’ex- ferme aquacole de filets anti-requins, puisqu’elle attirait les squales ; mais pour eux, il est hors de question d’utiliser de tels filets pour protéger les usagers de l’océan !!! Il faut également savoir que ces mêmes scientifiques travaillent pour la SAPMER, armement de pêche, qui pille les océans et donc les populations de requins pélagiques, qualifiées de prises accessoires. Décidément ces scientifiques ne sont plus à une contradiction près en vue de préserver leurs propres intérêts !!!

Le requin bouledogue est un requin territorial (qui a chassé tous les requins de récif, initialement présents), imprévisible et dangereux, qui n’était pas présent sur cette partie de l’île avant la création de la Réserve Marine. D’ailleurs l’état initial des espèces inventoriées, préalable à la création de la réserve, ne le mentionnait pas. Toute cohabitation de cet animal avec l’homme est impossible, puisque qu’il perçoit l’homme comme un concurrent !!!

Les marquages de requins ont été très prolifiques, plus de 80, dont 40 bouledogues, en 1 an et demi, ce qui suppose une population de plusieurs milliers d’individus.

En métropole, quand une meute de loups menace les troupeaux ovins dans les Parcs Nationaux, on décide de mener des campagnes d’abattage ciblées, afin de réguler leur population, malgré le fait qu’ils soient protégés.

A la Réunion, le requin bouledogue, espèce non protégée, en surpopulation, est protégé par l’Etat sur les conseils de scientifiques conservationnistes. Peu importe qu’il endeuille des familles, estropie les survivants, achève l’industrie touristique, alors que c’est la principale source de richesses de l’île … C’est désormais l’endroit le plus dangereux au monde, que tous les touristes le sachent, qu’ils privilégient des destinations moins dangereuses, ou alors celles menant des politiques de réduction du risque d’attaque vraiment efficaces (cf. Australie, Afrique du Sud, Seychelles,…)

10.Posté par Escaflowne 974 le 09/05/2013 11:06
Il est triste pour ce touriste d'avoir connu une pareille fin.

Je peux comprendre que l'on soit passionné par le surf ou tout autre sport nautique mais cela vaut-il au risque de la seule et unique vie qu'on a?

D'après les informations, il était déconseillé de se baigner et certains surfeurs lui auraient même dit de ne pas aller aussi loin, il n'a pas écouté....et voilà le résultat.

D'un autre côté, si on se met à chasser les requins, je ne vous explique pas les dégâts écologiques que cela va occasionner (et pourtant je ne suis pas écolo).

Je pense qu'il faut trouver un juste milieu pour les deux côtés (animal et humain) et après respecter cette "séparation"!

Enfin! Ce n'est que mon avis, et pour ceux qui pesteraient contre cela... Je n'ai qu'une chose à dire....Je suis en vie et j'entends bien vivre le plus longtemps!

11.Posté par Ginrol le 09/05/2013 11:39
Et encore un kamikaze qui donne de la Réunion une image de sanguinolence et de désespoir qu'elle ne mérite pas, Flamme, avis des surfers locaux négatifs mais non j'y vais quand même, alors stop aux geignards de toute sorte. Le prédateur et la population qu'il faut réguler, ce ne sont pas les requins, mais les idiots qui ignorent toutes les règles de leurs passions, alors stop aux partisans de la chasse aux sorcières, fussent t'ils bouledogues, et oui au renforcement des maîtres nageurs pour pénaliser et éduquer les utilisateurs de notre front de mer !!!

12.Posté par Temoin le 09/05/2013 12:14
Petite rectification, les MNS n'étaient pas présent sur la zone des brisants car ils étaient aux roches noires, La mairie de St Paul fait du zele et les médias modifient encore et toujours la vérité.
La victime n'a pas été sortie de l'eau par un mns mais par un professionnel du port de St Gilles prévenu et rapidement intervenu sur les lieux, et c'est lui qui a eu la lourde tâche de récupérer un corps sans vie de dessous sa planche.....ça c'est la vérité.!!!!!!!!!!!!

13.Posté par Rabbit le 09/05/2013 12:16
@4
Pourquoi tu insultes quelqu'un que tu ne connais pas et qui donne son avis ? Tu te discrédites , toi et ceux de ton bord encore une fois , comme dab ,dommage pour toi !

14.Posté par Rabbit le 09/05/2013 12:22
@1
Tu vois juste les choses de façon trop auto-centrée :
RIP le surf insouciant ok
RIP la Reunion , certainement pas !! Et le Trail et ses montagnes ? , le VTT ? , le canyonnig ? , le parapente , la culture créole , Les pic-nics en bord de mer ou dans les hauts ? etc...etc....etc....

15.Posté par laluno le 09/05/2013 12:35 (depuis mobile)
Que les surfeurs sachent que le requin n"est pas le prédateur de l''homme et qu''il n''a pas on inventé le piège ..les planches et le comportementdu surfeur sur les rouleaux sont devenus des èches pour ce prédateur de gros animaux marin ...

16.Posté par Cactus Masqué le 09/05/2013 12:45
Les haineux de toute part sont de sortie à ce que je vois ! Essayons quand même de voir les choses objectivement.
Premièrement, selon les propos même du président de PRR, il était particulièrement dangereux de se mettre à l'eau hier : "Sur une échelle de 1 à 10, il y avait 8 à 9 chances sur 10 pour que survienne un problème avec les requins.". A ma connaissance, chez PRR on a pas des pro-requins ou des pros-IRD, n'est-ce pas ?
Deuxièmement, malgré les conditions certains s'étaient mis à l'eau malgré les conditions et le bulletin d'info de PRR publié le matin (Pas de vigies requins car mauvaises conditions). Une mauvaise idée en soi, vous en conviendrez.
Troisièmement, la victime qui est touriste souffrait très probablement d'un manque d'information sur le risque requin. Et, c'est sûr que si il a vu des locaux à l'eau, il a dû se dire "c'est jouable".
Quatrièmement, a priori malgré les conseils des gars déjà à l'eau, il a choisi de s'isoler et d'aller au 3ème peak (plus au large donc). Ce qui au vue des conditions étaient certainement l'une des pires idées à avoir. A fortiori sur un spot qui a déjà connu une attaque l'année dernière....

A la lumière des ces éléments, je dirais qu'il y a une grande part d'imprudence dans cet accident notamment du fait que certains aient délibérément ignoré les conditions (les locaux qui s'étaient mis à l'eau) mais aussi du fait que la victime s'est mise en danger seule (surfer seul au 3ème peak dans une eau trouble avec une houle entrante). Néanmoins, ce drame est aussi l'illustration d'un réseau d'information/prévention qui semble encore bien trop défaillant, notamment vis-à-vis des touristes/pratiquants extérieurs et, dans ce domaine, il y a énormément à faire ! Et là, la balle est forcément dans le camp de nos autorités.
Maintenant, il faudrait réussir à dépassionner le débat, car ce matin quand je lis que les requins "pullulent", qu'ils vont bientôt s'attaquer aux baigneurs (ça fait 1 an et demi qu'on le dit) et tutti quanti...
Maintenant

17.Posté par alex le 09/05/2013 12:31
on parle encore d'imprudence après on va nous dire que c'est la faute du requin et qu'il va falloir tous las tuer arrêter d'être imprudent ca nous fera des vacances

18.Posté par Rabbit le 09/05/2013 14:42
@5
Rectification desolé post4 ;-)
Pourquoi tu insultes quelqu'un que tu ne connais pas et qui donne son avis ? Tu te discrédites , toi et ceux de ton bord encore une fois , comme dab ,dommage pour toi !

post 16 : MERCI de rappeler ici ce qu 'a dit le président de PRR :il y avait 8 à 9 chances sur 10 pour que survienne un problème avec les requins -dixit Loris Gasbarre

19.Posté par jaco le 09/05/2013 15:19
l'info est t'elle bien faite?
POURQUOI LE DRAPEAU ROUGE REQUIN N'EST PAS LEVE QUAND MÊME LES VIGIES NE SONT PAS A L'EAU??????????????
LES AUTORITES SONT ENTIEREMENT RESPONSABLES

20.Posté par pat974 le 09/05/2013 15:22 (depuis mobile)
voir le lien de la presse de la region du touriste.
http://www.estrepublicain.fr/faits-divers/2013/05/08/drame-un-mortuacien-tue-par-un-requin-a-la-reunion

Il avait avec lui lors de son attaque une GOPRO attache sur son front. a suivre

Et on apprend qu'il a louer cette planche. Etait-il alors informe du risque requin. et encore un fois, comment a 12h les vigies n'etaient-ils pas present et pourquoi pas de surveillance croise dans la pause meridienne.Nous sommes dans une particularite.
Il va falloir vraiment se poser les bonnes questions............

21.Posté par Réunionnais le 09/05/2013 20:06
Le seul responsable, c'est la victime ! Surfer c'est assumer les risques de se faire bouffer..

22.Posté par un gars la cour le 09/05/2013 21:23
et prendre sa voiture c'est aussi prendre le risque de se faire défoncer par un ivrogne ou un connard de pousseur ? arrétez vos commentaires débiles anti-zoreil à peine dissimulé! bien caché derrière vos ordi vous vous croyez intouchable et plus intélligents que les autres ? au lieu de polémiquer vous feriez mieux de proposer des solutions parce que de prés ou de loin vous etes aussi concerné

ca vaut ce que ça vaut mais moi je propose qu'on installe des caméra monté sur ballon à l'hélium que les mns pourrons dirigé afin de surveiller en hauteur les bords de plage car c'est là qu'on vois le mieux les requins !

23.Posté par woldan le 10/05/2013 01:09
moi je suis d'accord avec "bamb56" totalement!!!voila quequ'un de sensé enfin !!ouf! je respire il en existe encore

24.Posté par O LD le 10/05/2013 14:29
S'il faut interdire le surf, interdisons la baignade, la plongée, le jetski, le windsurf, le kite, le kayak, la voile... puisque toute cohabitation avec le bouledogue est impossible. En effet, le bouledogue est un requin territorial, agressif et très dangereux, et si on maintient ces activités, les accidents à venir vont concerner leurs pratiquants désormais. Avant que le prochain drame ne se produise, tournons le dos définitivement à l'océan pour faire plaisir au lobby écolo squalophile, financé par les pire multinationales pollueuses de la planète.

25.Posté par schmitt catherine le 10/05/2013 23:29
quand ont est novice et que l on ne connait pas il faut etre prudent et nepas se jeter dans la gueule du loup en se croyant invincible resultat une veuve et un orphelin.condoléances.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales