Société

Attaque de requin à St-Leu: Les associations écologistes contestent l'opération post-attaque

Le porte-parole des associations environnementalistes adresse une lettre ouverte au préfet de La Réunion. L'origine de cette nouvelle prise de position, trois jours après leur doute sur le bien-fondé de l'étude ciguatera, tient dans la mise en oeuvre de l'opération post-attaque de requin à Saint-Leu :


Attaque de requin à St-Leu: Les associations écologistes contestent l'opération post-attaque
Le collectif des associations Asesb, Aspas, Fondation Brigitte Bardot, Longitude 181, Requin Intégration, Sauvegarde des requins, Sea Shepherd , Tendua,Vague, vous fait part de son incompréhension après le déclenchement d'une pêche post-attaque de 72 h.

Il n'y a aucun fondement à ce type de pêche qui s'apparente à une opération de représailles. Le requin "responsable", si tant est qu'on puisse évoquer la responsabilité d'un animal, peut se retrouver en 5h à l'autre bout de l'ile comme l'a montré le programme CHARC.

La pêche post-attaque vise uniquement à tuer du requin, n'importe quel requin, pour satisfaire les plus bas instincts humains.

Nous présentons tous nos voeux de rétablissement à la victime, mais nous soulignons que :

-  L'accident s'est déroulé dans une zone où les activités nautiques sont interdites par la Préfecture pour cause de risque
bouledogue.

 - Monsieur le Préfet, vous aviez souligné il y a peu l'aggravation du risque avec l'arrivée des conditions hivernales.

- Les conditions de mer, d'horaires, de présence dans l'eau,  et de météo étaient extrêmement propices à une attaque.

Nous demandons donc l'arrêt immédiat et définitif du dispositif post attaque, qui n'a aucune justification.

Pour le collectif
Dr Jean Bernard Galves, porte parole
Jeudi 24 Juillet 2014 - 16:18
Lu 1165 fois




1.Posté par noe le 24/07/2014 17:32
La vengeance est un plat qui se mange froid comme la chair humaine , dit mon requin !

2.Posté par jmr974 le 25/07/2014 09:16
Les requins sont dangereux. Tout le monde le sait. Lorsqu'ils s'attaquent à l'homme, ils le font pour se nourrir. C'est le propre de tout être vivant. Nous humains avons réglé le problème différemment, nous tuons pour nous nourrir et nous élevons pour tuer. Le requin, lorsqu'il s'attaque à un nageur ou à un surfeur ne sait pas qu'il s'attaque à l'homme. Dès lors, il est monstrueux de "se venger" en allant "tuer du requin". Mais ce n'est pas l'essentiel de ma réaction. L'essentiel c'est plutôt que, se réclamer aujourd'hui de l'écologie est une énorme connerie. Le mot, les braillards de la rue, les barbes hirsutes et les sandales flap-flap ne font plus recette depuis longtemps. Ils ne l'ont pas encore compris. Ils font fuir les citoyens, à cause de leur bêtise, de leur intransigeance, de leur extrémisme. Je parle bien entendu des écolos, pas des écologistes, qui sont des scientifiques et qui, eux, savent de quoi ils parlent.

3.Posté par lorema le 25/07/2014 10:13 (depuis mobile)
Bann de totoche zot manman d associatkions zot la pancor compris qoue y gait kan un requin y morde in moune. Allez mette zot fesse dann lo pou protege a lu. Zot va war kossa y arrive a zot.

4.Posté par Oscar DUDULE le 25/07/2014 10:14
Mais c'est bien sur ! il faut protéger les requins! Les pauvres petits! ils faut bien qu'ils bouffent non.
Maintenant qu'o,n y est on devrait aussi protéger les moustiques les rats et tous les animaux.
L'endroit où le surfeur s'est fait attaquer était interdit certes. Mais de nos jours il y a de plus en plus t'interdit: ramasser du bois das la forêt, pique niquer sur le chemin volcan, faire du surf, se baigner, lors d'une éruption volcanique interdiction d'aller la voir.

Le parti des Verts est le partisan le plus acharné de ces privations de liberté. Un groupuscule qui veut instaurer un tas d'interdiction à l'ensemble de la population.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 10:02 Cap requin: Trois requins prélevés

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales