Société

Associations et autorités mettent à jour les chiffres des violences faites aux femmes

Les autorités veulent agir en connaissance de cause. Hier après-midi étaient présentés en Préfecture les derniers chiffres clés des violences faites au femmes. Histoire de quantifier un problème de société qui se vit en vase clos, dans le cercle familial.


Ne plus agir sous le coup de l'émotion. C'est pour éviter de rester dépourvues devant des drames humains que les autorités ont chargé, en 2008, l'Observatoire régional de la santé de mener à bien l'état des lieux des violences à l'égard des femmes. Une première salve de données, révélées en 2009 ont été mises à jour et dévoilées hier.

Mieux qu'une réaction à chaud, les derniers chiffres du tableau de bord des violences faites aux femmes ont pour mission de baliser le processus décisionnel des acteurs de cette thématique trop bien ancrée dans le paysage réunionnais.

En 2010, les services de police et de gendarmerie ont enregistré environ 1.500 faits constatés dans le cadre de violences conjugales. Ce sont près de 4 actes de violences conjugales qui sont ainsi dénoncés chaque jour par des Réunionnaises. En 2009, ces mêmes plaintes avaient atteint un pic avec plus de 1.700 faits constatés (soit 5 plaintes/jour).

Un meilleur accompagnement qui brise le silence

Dans plus de 3 cas sur 4, les faits de violences conjugales concernent des coups et blessures volontaires criminels ou correctionnels. Autour de la table, hier, les représentants associatifs et autorités politiques s'accordaient sur un point : la mise en lumière aujourd'hui d'un tel tableau de bord doit être pris avec la plus grande prudence.

En effet, l'évolution des faits de violences conjugales peut résulter soit d'une augmentation effective du nombre de faits, soit d'un taux de révélation des faits plus élevé. Malgré cette imprécision qui demeure, ce tableau de bord est une aide indéniable à la décision.

Une autre lecture garde le côté le plus optimiste de cet état des lieux. Le taux toujours aussi important de faits constatés peut ainsi être considérée comme un signe positif, encourageant, car les victimes brisent de plus en plus le silence.

Par ailleurs, porter plainte suppose que la situation soit bien évaluée par la victime elle-même, notamment avec l'aide d'un professionnel. A l'origine sans doute de cette meilleure détection : l'accompagnement plus précis des victimes avant et au moment des dépôts de plaintes.

Un autre rendez-vous est d'ores et déjà programmé pour le mois de décembre. Un forum doit réunir les mêmes acteurs mais avec une réflexion encore plus poussée et globale sur des thèmes transversaux comme l'image de la femme dans les médias, sans perdre de vue évidemment les violences à leur égard.
Mercredi 31 Août 2011 - 07:54
Lu 1034 fois




1.Posté par Les Yeux ouverts et les Oreilles attentives le 31/08/2011 08:19
Ah ! Que les statistiques sont rassurantes ! Vous pouvez lire le roman qu'Arnold Jaccoud consacre à ces tragiques situations : Le dernier rhum... (en librairie)

2.Posté par Sarkozy 2012 le 31/08/2011 08:52
Le dialogue doit être employé ...les insultes , les coups ne sont pas tolérés ....ça ne sert à rien les menaces , les bastonnades ....

Les difficultés de la vie doivent réglées entre gens civilisés et qu'on cesse d'être "bouché" car on de détient pas et jamais la vérité générale !
Les dialogues renforcent les liens et aident à avoir une vie meilleure ...

3.Posté par papapio, ni macro ni géniteur payeur le 31/08/2011 12:55
C'est vrai qu'il est impossible d'expliquer les conséquences de ces actes de violence, sans aborder enfin et aussi les causes...
Seuls les CHIFFRES PARLENT DE LA VÉRITÉ SUR LES INCITATIONS A LA VIOLENCE
SUBIT PAR LES HOMMES, DE LEUR CULPABILITÉ DE NATURE Décidée et appliquée:

- aux JAFs: 50% des Couples Mariés séparés
- Aux JAFs: env 60% des Couples ( toutes filiation confondues) séparés
- aux JAFs 90% des Pères déboutés de l'application sur la Parité éducative votée depuis 1994
- Refus du Rectorat de faire appliquer l'Autorité Parentale des Pères
- Refus des Organismes sociaux de faire reconnaitre La Parité Educative
- Refus du Préfet et Préfecture de répondre aux courriers de la seule Ass des Droits des Pères
-Refus de la Préfecture d’instaurer une délégation aux Droits des Enfants et Pères
**********************************************

La "belle époque des "héros silencieux", style Alberto BEGNINIE, dans "LA VIE EST BELLE" tourne a sa fin, avec l'éveil d'hommes qui sont prêts a se révolter contre le sort qui leur est réservé, contre leur massacre de GENRE devant les JAFs (originaire de 50% des Violences lors de séparations), correctionnelle et pour lesquels on détourne l'utilisation de la Force Publique de son utilité réelle.

Il faut savoir que 60% du Chiffre d'affaires d'Avocats est constitué de Pères réclamant des Droits Paritaires votés, mais bafoués et refusés aux JAFs... que 60% de ces enfants de couples séparés ne voient plus ou n'ont plus de contact avec leur Père. Que certains de ces derniers sont dépouillés de leur biens, de jusque 90% de leur salaire, souvent évincé de leur domicile, perdant leur travail dans la foulée (pour absentéisme : séances judiciaires, convocations permanentes en gendarmerie pour des plaintes calomnieuses contre lesquelles on ne peut obtenir de poursuite,...etc)

Lorsqu'en 2004 nous avons enfin obtenu que la Médiation Familiale soit mise en place a la Réunion (10 après la Métropole) par Mme GANANCIA (diligentée par le ministère de la Justice), les représentants des Avocats se sont insurgés, expliquant que si la Médiation Familiale était mise en place, ils perdraient jusque 60% de leur chiffre d'affaire... VOILA LA VÉRITÉ sur ce qui se passe, pour nous, dans les TGI...

Lorsque Rachida DATI voulu remettre en cause l'existence du TGI de Saint Pierre (pour cause de rentabilité aussi) la pression fut si forte sur les bénéfices qu'apportait le tribunal civil en Enfants des pouponnières, à la Métropole, que le gouvernement fit aussitôt volte face, garantissant du même coup l'avenir et les chiffres d'affaires des corporations qui en VIVENT (Dont la proportion est ici, inégalée sauf en Guadeloupe).

On voit bien des Avocats, auxiliaires de Justice manifester régulièrement pour la RÉÉVALUATION DE L'AIDE JUDICIAIRE (dont les Mamans sont les essentielles bénéficiaires: ici 1/4 des foyers Monoparentaux, Guadeloup 52%) mais JAMAIS pour le respect des lois Paritaires...
il faut dire que ça rapporte beaucoup et qu'importe qu'on vende des enfants ..

***********************************************************************

Les chiffres des violences subies par les hommes
http://www.zinfos974.com/Les-chiffres-des-violences-subies-par-les-hommes_a22800.html

....../......... Tiens, tiens, tiens, nous ne serions donc pas les seuls a le dire, à le dénoncer et a le combattre ?!...
*http://lapetition.be/list_signs.php?petid=7733&page=3#signs
*La vérité sur les violences conjugales par Elisabeth Badinter
http://laviedeperes.over-blog.com/pages/La_verite_sur_les_violences_conjugales_par_Elisabeth_Badinter-86784.html

*Alors ? ...........PMI ? Ou Protection Parentale et Infantile ?
*Présomption d'innocence pour les seules Femmes ? ou pour les Citoyens ?
*Assistance maternelle ? ou Assistance Parentale (les Parents Éduquent, pas les seules Mères)
*Des Services de Victimologie d'Hôpitaux ouverts le week-end aux Papas du dimanche AUSSI ?
*Protection de la Petite Enfance, CAF, GUT, PMI, UDAF,... prêts a se dissocier des Chiffres d'affaires de la Monoparentalité subventionnée et des Devises, 1er Budget, dans les pouponnières de la France ?

"AU CHIOT" les préjugés, quand il s'agit de l'Essentiel pour CHACUN d'entre NOUS, Homme ou Femme.

POUR UNE VRAIE PARITÉ FEMMES HOMMES Y/C EDUCATIVE DE NOS ENFANTS OTAGES...
POUR QUE LES INCITATIONS A LA VIOLENCES ET LES VIOLENCES QUI EN RESULTENT, CESSENT
le reste, c'est du pipeau pour les Minables qui en VIVENT.....

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales