Social

Assistants familiaux en colère: "Trop de collègues suspectés de maltraitance"

A l'appel du SAMFFA (Syndicat des assistants maternels et familiaux), des assistants familiaux sont en grève devant les grilles du Conseil général ce matin. Ils pointent du doigt le positionnement de la collectivité face aux suspicions de maltraitance en famille d'accueil. "Trop de collègues sont accusés", lâche Marie Lebon, secrétaire départementale du SAMFFA. En attendant une réponse clair du Département, les assistants familiaux entendent continuer à mener leur revendication.


Assistants familiaux en colère: "Trop de collègues suspectés de maltraitance"
Plusieurs assistants familiaux sont en grève - dont une en grève de la faim - devant les grilles du Palais de la Source à Saint-Denis. Ces assistants travaillent pour la collectivité départementale et font office de famille d'accueil pour les enfants retirés de leurs familles.

Aujourd'hui, les assistants dénoncent leurs conditions de travail avec le Département. "On travaille 24 heures sur 24, on s'occupe des enfants retirés et placés chez nous. Ce que l'on ne supporte plus c'est le retrait brutal, sans explications, des enfants en cas de suspicion de maltraitance", explique Marie Lebon. Une méthode "arbitraire" qui place ces assistants familiaux, non titulaires de la collectivité, face à un problème financier. Les assistants familiaux pointent les procédures mises en place par le Département. "Vous savez les enfants disent des choses. Ce sont des enfants en difficulté. On préfère les écouter et on les retire par principe de précaution. On a l'impression que nos compétences professionnelles sont remises en cause. Mais aujourd'hui on ose briser la loi du silence", lâche-t-elle.

"A force de surprotéger les enfants, ce sont eux qui commandent"

De son côté, le Département a assuré par courrier aux assistants familiaux son intention de"revoir le cadre actuel" afin d'apporter des modifications. "Elles permettront de concilier à la fois notre mission de protection de l'enfance et le respect de vos droits en tant que salariés", explique le Conseil général dans son courrier. Une validation du nouveau cadre pourrait se faire au mois de mars 2013.

"Trop long" pour les assistants familiaux. "A force de surprotéger les enfants, ce sont eux qui commandent. On veut maintenant une vraie reconnaissance de notre métier et je rappelle que l'on se bat pour l'intérêt des enfants. Moi même j'ai accueilli un enfant à l'âge de 6 ans qui ne savait ni lire ni écrire et qui est maintenant infirmière à Paris", conclut Marie Lebon.

En attendant une rencontre avec des responsables de la collectivité départementale, les assistants familiaux resteront devant les grilles du Conseil général.
Mardi 27 Novembre 2012 - 16:53
Lu 2014 fois




1.Posté par noe le 27/11/2012 16:18
Personnel corvéable à merci pour des cas d'enfants sans famille ...
Quand on a besoin d'eux , on leur supplie à genoux mais quand on veut les remercier alors on les accuse de tout !

Ils font un boulot formidable pour les enfants abandonnés ...
Félicitation pour leur travail !

2.Posté par Mwa la pa di le 27/11/2012 16:40
La mauvaise gestion par le CG est la cause de cette manifestation stupide de personnes qui oublient qu'elles ont un rôle important auprès des enfants et qu'elles doivent avoir un comportement éducatif. Mais dans sa démagogie la CG laisse faire et ne donne pas le suivi nécessaire à ces "professionnelles". Si on leur retire des enfants, elles semblent oublier que c'est l'interet des enfants qui prime. La remise en cause devrait être un de leur outil....

3.Posté par Papapio, ni macro ni géniteur payeur le 27/11/2012 17:20
Syndicat des assistants maternels et familiaux.... Bravo, ça avait bien commencé puis ça dérape...
Encore une fois, pour les dures d'oreille: "Assistants Maternels" n'existe plus...depuis qu'on reconnait les Pères paritairement complémentaires a l'éducation des Enfants ...
Et même si le Département de la Réunion fait de la résistance a ce sujet pour cause politique sous l’œil bienveillant de la préfecture et de sa seule délégation aux droits des Femmes...

Bin alors M'sieu Julien, seriez vous de ceux qui renonceraient a l'éducation de leurs Enfants ?
autant qu'au droit d'y être assisté au même titre qu'une Maman ? École Journalistique et révision...

4.Posté par Radical le 27/11/2012 19:53
On laisse faire n'importe quoi et après on dépense l'argent public à tour de bras en créant des emplois bidons dans des associations qui ne vivent QUE de l'exploitation du "marché" de la misère sociale....
On aurait mieux fait de stériliser les génitrices de ces marmailles !

5.Posté par PAT974 le 27/11/2012 21:36
pat974
Est ce que quelqu'un sait au moins comment sont les protocoles en métropole entre les familles d'accueil et les CG .ou les ex DASS..?
Vaut mieux toujours tirer vers le haut que se faire tirer vers le bas.........
Les assistants familiaux sont des personnes agréées par le Président du Conseil général, par le service de Protection Maternelle et Infantile (P.M.I.). Ils accueillent, à leur domicile, habituellement et de façon permanente, des mineurs ou majeurs de mois de 21 ans, avec lesquels ils n’ont pas de lien de parenté, moyennant rémunération, – Art L 421-1 du Code de l’Action Sociale et des Familles (C.A.S.F.)


http://assistants-familiaux.cg29.fr/Devenir-assistant-familial/Missions-et-qualites-demandees

6.Posté par Radical n''importe quoi le 28/11/2012 05:30
@ Radical : On aurait mieux fait de stériliser les génitrices de ces marmailles ! ; ça rappel complètement l'histoire du docteur Mengele à Ausch.witz, stérilisation des femmes en bonne santé. Encore un nazi-llon !!!

7.Posté par Radical le 28/11/2012 08:37
post 6

Tu viens de gagner le trophée Godwin du plus gros crétin de Zinfos. Bravo !

8.Posté par SOS Parents Abusés le 28/11/2012 14:52
Les bras m'en tombent, quand je lis de telles choses, on va pas plaindre ces gens qui sont salariés du conseil général:
"sans aucune explication (...) lorsqu’une information préoccupante, voire une suspicion de maltraitance est rapportée à
l’administration. Le principe de précaution est alors automatiquement appliqué"
"victimes de violences institutionnelles dues à ces accusations"
"Nos collègues se retrouvent seules jugées, la présomption d’innocence n’existe pas"

L'ase fait subir exactement la même chose aux parents aimant à qui on arrache leur enfant impunément, sans véritable raison et personne ne s'en offusque pour autant !!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales