Faits-divers

Assises des braqueurs de l'Ouest: Les accusés frôlent l'outrage au tribunal


Assises des braqueurs de l'Ouest: Les accusés frôlent l'outrage au tribunal
Le procès aux Assises des braqueurs de l'Ouest a repris ce lundi matin après une interruption imprévue vendredi après-midi. Alors qu'ils sont cinq sur les sept accusés à risquer la perpétuité, tous demeurent impertinents, provocateurs, dissipés.

Ils l'avaient annoncé sous forme de menaces aux policiers, les jeunes hommes ont multiplié les esclandres durant cette nouvelle journée de procès consacrée au déroulement des faits du 29 mars 2012, lors du cambriolage du bâtiment des Chais de france, du vol de la station Elf et de la boulangerie Trois Epices à Saint-Paul.

La cour a tenté de comprendre le rôle de chacun. Les sept accusés n'ont cessé de répondre de façon évasive, solidaires les uns aux autres. Le président Jean-Pierre Szysz demande par exemple au plus âgé du groupe: "Qui a eu l'idée du vol?" Il répond : "Nout toute!".  Ce à quoi le président rétorque: "Ne nous prenez pas pour des billes. Personne ne sait rien. Il n'y a surtout pas eu préméditation à vous entendre".

Quand l'avocat général, Bruno Badré, demande à Yohann Kiry pourquoi les témoins ne sont pas venus, pourquoi ont-ils eu peur, selon lui: "Mi connais pas monsieur, ou la peur d'moin ou !", répond-il d'un ton provoquant. Les réponses frôlent parfois l'outrage au tribunal. Le président de la cour ne cessera de les rappeler à l'ordre pour maintenir le calme au sein de la salle d'audience.

L'un d'eux quittera la salle après qu'un policier lui ait demandé de se calmer. Le retour à la geôle ne se fait pas sans difficultés. Un peu plus tard, ses camarades se plaignent de ne pas pouvoir fumer entre midi et 14 heures. L'un insiste, se plaint, devient insolent: Il finit par être sorti de force par les policiers.

A la levée de séance, le président de la cour a expliqué qu'après une matinée d'étude des dépositions des victimes, demain, la journée de mercredi sera consacrée aux plaidoiries des avocats ainsi qu'aux réquisitions de l'avocat général avant l'annonce du délibéré, jeudi.
Lundi 2 Juin 2014 - 16:21
Emmanuelle Bouveret sur place
Lu 2082 fois




1.Posté par kréolkouyon le 02/06/2014 17:59
purs gateurs pays...

2.Posté par Papangue le 02/06/2014 18:37
Ce genre d'individu me fait regretter la fin des travaux forcés comme peine.
Casser des cailloux sous le soleil et les arroser de leur sueur les aurais peut être ramené à la réalité, plutôt que le confort d'une prison moderne.

3.Posté par posez-vous la question le 02/06/2014 18:44
j'espère qu'il vont gouter et grave

4.Posté par Bla, bla, bla le 02/06/2014 19:55
Vive le bagne! ça tombe bien il y a des cailloux à casser pour la nouvelle route du littoral. Costume rayé, chaînes aux pieds , comme aux Etats Unis! pour ces types là pas d'autres solutions, ils sont trop bête pour comprendre quoique ce soit.

5.Posté par jess le 02/06/2014 20:28
Ou est la justice !

6.Posté par bg bad boy le 02/06/2014 20:31 (depuis mobile)
Il mérite d''être remis a leur place !! Mais ne penser pas que la zol les moderne car une fois si la kour soit tu te fais respecter soit t la victime... tank il
seront en groupe il feront les fière envoyer les dans les prison de france tous seul

7.Posté par LF le 03/06/2014 09:20
Bah la zistiss va leur donner des peines minimes, vous allez voir... genre 1 ou deux ans et encore avec remise de peine pour qu'ils puissent recommencer aussitôt!
Des fois la Charia me tente...

8.Posté par kadans tropikal le 03/06/2014 10:07
Sa bonn gars komm sa mérit in prix honneur sa, tro for
Fo pense mem di le groupe zéklair fai in séga la dsi tro for

9.Posté par Mwinmidike le 03/06/2014 10:41
"Ce à quoi le président rétorque: "Ne nous prenez pas pour des billes. Personne ne sait rien. Il n'y a surtout pas eu préméditation à vous entendre". "
Il faut arrêter de leur parler comme ça ! Ça mérite une bonne série de claque derrière les oreilles pour les réveiller le matin ...

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales