Faits-divers

Assises: Peine de 30 ans de réclusion confirmée en appel pour Cyril Payet


Assises: Peine de 30 ans de réclusion confirmée en appel pour Cyril Payet
Au vu de la teneur du procès et du temps pris par les jurés pour rendre leur décision, la confirmation de la peine décidée en première instance à l'encontre de l'accusé, Cyril Payet, n'a surpris personne. Il est donc condamné en appel à 30 ans de réclusion criminelle, dont 20 années de sûreté et 10 ans de suivi socio-judiciaire, ainsi qu'une peine complémentaire de 7 ans en cas de non-observation des obligations.

L'avocat général, Raphaël Balland, a précisé que pour la première fois dans sa carrière il était amené à faire une telle réquisition, 30 ans de réclusion criminelle. Il rappelle que plus aucun doute n'est permis sur l'identification du meurtrier, sur son intention de tuer ainsi que la préméditation. Même si, jusqu'au bout, Cyril Payet restera dans le mensonge, multipliant des versions incompatibles avec les éléments relevés par les experts. Pour l'avocat général, il s'agit tout bonnement d'une "exécution".

Cyril Payet ne montrera jamais aucun signe de regret, et ces derniers mots ne serviront qu'à parler de sa personne, se victimisant sans cesse.

L'avocat de Cyril Payet, Frédéric Hoarau, surprendra l'assemblée par sa désespérance. "Je me suis demandé pourquoi nous avions fait appel (...) Je rejoint les propos de l'avocat général et la partie civile (...) Qu'est-ce que je suis venu faire dans cette galère? (...) J'ai l'impression de faire l'équilibriste, d'être au cirque (...)", soutient-il lors de sa plaidoirie.

Il atteste avoir attendu que Cyril Payet dise la vérité. "Je lui avais conseillé de se montrer humain, de ne pas attaquer les victimes. Hier j'ai sorti les rames, aujourd'hui je sors les bouées. J'ai abandonné mes éléments de défense", enchaîne l'avocat, dépité.

Son client a eu l'occasion de lui redire qu'il est un "homme parfait dans un monde imparfait". Frédéric Hoarau revient sur la personnalité narcissique pathologique de son client : "Je n'excuse pas son geste, mais je comprend qu'avec de tels troubles, il ait pu agir ainsi. Ce n'est pas parmi les malades mentaux qu'on a le plus de crimes mais parmi les gens souffrant de troubles comme lui".

Cyril Payet a cinq jours pour décider de se pourvoir en cassation.
Mercredi 26 Juin 2013 - 10:22
Emmanuelle Bouveret
Lu 808 fois




1.Posté par Môvélang le 26/06/2013 11:25
en espagne on donne jusqu'à au moins 600 ans de prison!
moi, je lui aurais donné 30 ans, pas un de plus, mais avec obligation de travailler pour indemniser les victimes et l’État t, travailler en même temps que la prison, pas après,

2.Posté par Merdali le 26/06/2013 20:43
Pour l'avocat général, il s'agit tout bonnement d'une "exécution".


Doit on rappeler à ces messieurs les avocats que la peine maximale dans la juridiction française est la prison à perpétuité et non pas 30 ans ?? Ce genre d'individus ne mérite PAS DE PITIÉ, car visiblement il n'en a pas eu pour sa victime lui...

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales