Politique

Assemblée unique, acte II : “L'enjeu, c'est le conseil interministériel”, explique Nassimah Dindar

Nassimah Dindar est intervenue il y a une vingtaine de minutes. La présidente du Conseil général a dit aux élus de ne pas se tromper de débat. La patronne du Département a demandé aux conseillers généraux et régionaux de ne pas manquer le rendez-vous essentiel que sera le conseil interministériel.


Assemblée unique, acte II : “L'enjeu, c'est le conseil interministériel”, explique Nassimah Dindar
Alain Armand, conseiller régional et conseiller de Nassimah Dindar, a été catégorique lors de sa prise de parole : “Le choix de l'Assemblée unique ne se pose plus. Je vois mal comment le gouvernement n'irait pas au bout de ce projet. La seule et vraie question, c'est de savoir comment cela va se faire : dans ou en dehors du droit commun ?”

“Maintenant si cela doit se faire en dehors du droit commun, comment se fera cette évolution statutaire ?” La position du conseiller régional tranche avec celle de Nassimah Dindar qui, quelques minutes auparavant, avait déclaré que ce n'était pas le statut de La Réunion qui était l'enjeu des États généraux, “mais avec quel projet allons-nous construire notre île ?

“Ces États généraux sont l'occasion de définir les outils et d'obtenir les moyens de notre politique future. L'enjeu de ces États généraux, c'est le conseil interministériel du mois d'octobre. La Réunion ne doit pas rater ce rendez-vous, essentiel pour son avenir”, a insisté la présidente du Conseil général.

“Nous ne sommes pas en campagne électorale, nous devons rester dans une démarche constructive. Ne nous trompons pas de débat, de bataille et d'objectif”, a plusieurs fois répété Nassimah Dindar.
Jeudi 30 Juillet 2009 - 16:34
Jismy Ramoudou
Lu 608 fois




1.Posté par joseph maillot le 30/07/2009 17:16
A lire les comptes rendus, la journée d'aujourd'hui a été plutôt ponctuée de palabres et fort heureusement les élus opposés à la "politique unique" voulue par Paul Vergès et Nassimah Dindar ont montré leur cohésion en évitant de tomber dans le piège du président de la pyramide inversée. Contrairement aux propos lénifiants de P. Vergès et aux déclarations poussives de N. Dindar, les débats de ce jeudi ne sont qu'une tentative de légitimer un processus de casse du statut départemental, entreprise dans laquelle le président Vergès s'est toujours illustré. En siégeant aux côtés de Vergès, la présidente du Conseil général décrète la mort programmée du département. Contrairement aux exécutifs des départements métropolitains qui se mobilisent pour la défense et la sauvegarde du département, auquel les réunionnais sont attachés, N. Dindar veut la fin du statut départemental pourtant inscrit dans la Constitution. Voilà une élue qui n'a eu qu'un objectif : affaiblir l'institution départementale qu'elle préside en se ralliant constamment à la position de la Région, en asséchant les finances départementales et en ne proposant aucune perspective d'avenir. Comment donner du crédit à son intervention sur le rendez-vous d'octobre. Non, elle a en ligne de mire les prochaines régionales, quitte à sacrifier le département. Dont acte. Ce n'est pas notre parti, ni notre objectif encore moins notre ambition.

2.Posté par FRANCO le 30/07/2009 17:53
Quel crédit peut-on accorder au triste accapareur Alain Armand, cumulard de revenus, de mandats, de postes, de fonctions, dans une île où les jeunes sont au chômage bardés de diplômes !

uel crédit peut-on accorder à ces élus, le président du conseil régional, la présidente du conseil général qui donnent l'exemple pervers et malsain de la pratique forcenée du népotisme familial ? Comment croire que leurs préoccupations sont celles de l'intérêt général des Réunionnais, surtout des plus démunis d'entre eux, quand on veut leurs cumuls de mandats, de postes, de fonctions, de revenus, quand on constate leur clientélisme au profit de leurs partisans alimentaires ?

Notre île n'est-elle pas devenue une société féodale élective des temps modernes avec ses vassaux, ses suzerains, ses féaux, ses dynasties naissantes, leurs pouvoirs résultant de l'accès à la manne des deniers publics dont ils usent et abusent sans réels contrôles et sans rendre vriament compte ?

Chiche que la région publie les salaires de Françoise et de ses "dalons" à la MCUR , ces jeunes dont l'avenir est assuré en permettant aux dizaines de milliers de jeunes Réunionnais, ces incultes, ces ignares, ces illettrés, de connaître leur passé de descendants d'esclaves !

Est-ce la connaissance du passé de leurs ancêtres grâce à la MCUR qui va leur apporter à EUX une prespective enchanterese pour leur avenir, ou n'est-ce pas plutôt le chômage ou les emplois précaires sous-rémunérés ? Est-ce une assemblée unique qui va leur assurer "des lendemains qui chantent, avec un emploi, une maison, une famille ?

Malheureusement n'est-ce pas par une dramatique illusion, l'assemblée unique remède universel, dont les "chers" ( onéreux ) élus ci-dessus entendent endormir leurs concitoyens pour garder les "revenus" et les "privilèges" que leur octroient leurs mandats si durement acquis ?

3.Posté par darkalliance le 30/07/2009 19:35
L'ENJEU c'est de faire déguerpir les alimentaires patentés qui pullulent dans nos assemblées.

4.Posté par nicolas de launay de la perriere le 31/07/2009 00:56
rappelons que le droit commun, nous le devons à JPV.
à partir de ce moment, comment le gouvernement pourrait proposer autre chose que notre sénateur a pas comme il le dit, ancré dans le marbre..?

faut arrêter du côté de la Région à utiliser un document bidon totalement pipot qui ne se concentre que sur le versant politique publique, en oubliant l'essentiel, le secteur privé...

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales