Santé

Arrêt maladie des agriculteurs: "Demi-mesure" pour Minatchy, "premier pas" pour Vienne

Les agriculteurs seront, dès 2013, indemnisés en cas de maladie ou d'accident de la vie privée. Pour le président de la Chambre d'agriculture de la Réunion et par ailleurs président de la CGPER, Jean-Yves Minatchy, cette décision est une "demi-mesure". Il dénonce notamment le tarif des indemnités journalières en cas de maladie. Pour son rival de la FDSEA, Frédéric Vienne, "c'est un premier pas" bon à prendre, "compte tenu de la crise que traverse le monde agricole".


Arrêt maladie des agriculteurs: "Demi-mesure" pour Minatchy, "premier pas" pour Vienne
A partir de 2013, les agriculteurs pourront être indemnisés en cas de maladie ou d'accident de la vie privée. Cette mesure met fin à un retard social important, puisque jusqu'à présent les exploitants agricoles ne bénéficiaient d'une couverture qu'en cas d'accident du travail ou de maladie professionnelle.

Pour en bénéficier, ils devront verser dès 2013 une cotisation forfaitaire annuelle de 170 €, annonce le ministère de la Santé dans son projet de budget de la Sécurité sociale. L'indemnité journalière maladie, versée après un délai de carence non précisé par le ministère, sera de 20 € du 1er au 28e jour, puis de 27 € à compter du 29e jour.

Arrêt maladie des agriculteurs: "Demi-mesure" pour Minatchy, "premier pas" pour Vienne
"Croyez-vous qu'un agriculteur va réellement rester assis avec 20 euros ?"

Ces sommes font rire jaune Jean-Yves Minatchy, le président de la Chambre d'Agriculture de la Réunion. "C'est une demi mesure ! Croyez-vous qu'un agriculteur va réellement rester assis en étant indemniser de 20 euros ? S'il paie un salarié pour le remplacer, il devra le payer plus de 60 euros la journée, sans compter les charges patronale", explique-t-il.

Pour Jean-Yves Minatchy, la mesure présentée par la ministre de la Santé, Marisol Touraine "ne satisfait pas les agriculteurs". Il s'en explique : "Dans le monde agricole, on prend beaucoup moins de congés maladie que dans d'autres professions. Il faut vraiment une grave maladie pour qu'un paysan arrête de travailler". Le président de la Chambre d'agriculture préconise "le remboursement de la totalité de la journée de travail".

Arrêt maladie des agriculteurs: "Demi-mesure" pour Minatchy, "premier pas" pour Vienne
"Une très bonne mesure" pour la FDSEA

Pour le représentant de la FDSEA, Fréderic Vienne, le projet de loi est "une très bonne mesure, puisque à part les accidents du travail, les agriculteurs n'avaient pas le droit à des indemnités journalières. C'était une illégalité qui a été rattrapée". Il souligne par ailleurs que cette mesure s'étend "aux exploitants et aux conjoints" et se félicite du travail de son syndicat au niveau national.

Frédéric Vienne constate que jusqu"à présent, "les agriculteurs n'avaient pas d'autre choix que de se tourner vers des prestataires privés. Ils pourront bientôt choisir". Au niveau du tarif de ces indemnités, Frédéric Vienne se montre moins critique que son rival de la CGPER : "C'est un premier pas. Il faut s'en contenter mais la FNSEA restera très vigilante quant à son évolution. Mais il ne faut pas oublier que le montant des indemnités est proportionnel aux montants des cotisations. Il faut être raisonnable et accepter ce premier pas compte-tenu de la crise que traverse le monde agricole".
Mercredi 10 Octobre 2012 - 16:21
Lu 1151 fois




1.Posté par Thierry le 10/10/2012 22:05
C'est comme le verre à moitié vide ou à moitié plein... quand on a soif, on boit ce qu'il y a ... déjà ... plutôt que de rester la gorge sèche... et faire comme le héron ...

2.Posté par polo974 le 11/10/2012 09:06
Ils n'ont qu'à cotiser comme tout salarié...

3.Posté par tarif mutuelle le 11/04/2013 20:24
Bonjour,
Les règlements relatif au tarif des indemnités journalières en cas de maladie doivent être bien en accord. Ce n'est toujours la faute des agriculteurs.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales