Société

Arast : Les insultes et la colère explosent au moment de la sortie du directeur de l'AGS


Le directeur de l'AGS, Hery Randriamampianina, est sorti sous les cris et les insultes des ex-salariés de l'Arast, ainsi que de nombreuses autres personnes venues soutenir ce mouvement qui dure depuis plus de 50 jours. Les ex-Arast sont excédés ce soir par un nouveau "mensonge" de la part cette fois-ci de l'AGS. Cet organisme qui pour le moment n'a pas encore signé l'accord de sortie de crise. Une fin de conflit réclamée depuis plus de deux ans par les ex-salariés de la structure.

Un temps évoquée dans la journée, une réponse de Paris, siège de la direction de l'AGS, qui n'est jamais arrivée ce soir provoquant une grande colère, mêlée de frustration et d'incompréhension de la part des ex-Arast. "C'est homme est un menteur, il avait donné sa parole. Il a tout simplement démissionné de son poste et ne cherche pas à trouver une solution. Qu'il dégage !", lâche amèrement Paul Junot, secrétaire départemental de la CFTC.

Ce soir, pas de discussions ou d'annonces de la part du directeur de l'AGS de la Réunion, mais une sortie sous bonne escorte de la police. Les forces de l'ordre qui devront l'accompagner pendant tout son trajet jusqu'à son véhicule.

Pas sûr que demain, Hery Randriamampianina, revienne sur son lieu de travail après cette fin de journée houleuse, sachant que les ex-Arast ont décidé de camper à la belle étoile devant le siège de l'AGS.
Lundi 23 Janvier 2012 - 17:58
Lu 2740 fois




1.Posté par David Asmodee le 23/01/2012 19:26
Dans la grande tradition kaniar, les syndicats dans leurs oeuvres.

2.Posté par james le 23/01/2012 19:33
c'est une honte pour la republique bananiere de la Reunion , demain il fera jour si Dieu le veut

tous ensemble le droit au Réunionnais ,

3.Posté par jyves974 le 23/01/2012 19:45
la solution de la CFDT reste simple.. Vider les caisses pour payer les feignasse et insulter quand personne n'est pret a payer des incompetants. Que la Reunion se rassure. La CDFT est prete a remplacer l'UMP et le PCR pour vider les caisses de l'Ile. La releve est assurée

4.Posté par mauvaise langue le 23/01/2012 19:48
""les femmes de l'ex ARAST qui luttent contre les vraies crapules"(lu dans un post récent,) demandent leur droit, à savoir l'application de l'assurance salaire dont les cotisations payées par l'employeur sont gérées par les AGS qui devaient s'en acquitter dans des temps raisonnables.

Nous sommes à plus de 2 ans de la dissolution de l'ARAST et le nouveau directeur ne semble pas au courant du dossier. De qui se moque t'on? Quant à la PREFECTURE peut elle faire plus que l'effort de médiation qu'elle a , à plusieurs reprises , engagé. ?
Quant à la société civile qui s'était mobilisée le lundi et s'était fendue d'un communiqué de presse appelant à la raison et au droit, elle s'est trouvée confrontée à un ultimatum qui ne pouvait pas être respecté et la manifestation qui l'a suivi fut ainsi récupérée politiquement ce qui n'a échappé à personne.
Sans lire ds le marc de café, après le ralé poussé devant les AGS de ce jour, où le nouveau directeur des AGS est revenu dire, sous la pression du public et la compréhension des forces de l'ordre, fermes mais bon enfant, qu'il attendait les ordres de sa délégation nationale.( Marrant, non? pour un responsable d'un service de cette importance!), sans lire dans le marc de café, donc, on peut s'attendre à l'arrivée d'un chevalier blanc qui annoncera que grâce à son intervention et la pression amicale de X ou Y, que les indemnités seront versées dans un délai relativement bref!
En tout cas, cette affaire de l'ARAST où la solidarité de quelques éléments seulement de ses ex salariés s'est manifestée, apparaîtra comme un révélateur, s'il en était besoin sauf pour les sourds et les aveugles, de la dégradation non seulement de nos institutions et de ceux qui les servent ou qui s'en servent, et, plus grave, de la détérioration du tissu social.

5.Posté par vielle charette le 23/01/2012 19:56
que fait mme brosse la dedant ; elle est méme pas fichu d'assumer son role de presidente de ass contribuable 974 qu'elle s'occupe de ses pauvre gens ;il faut tout faire pour reprendre un electorat aiaiaiaeaiaieiaieiiei

6.Posté par Logique le 23/01/2012 21:44
Post 3
Ahhhh, la qualité intelectuelle de jyves974...

C'est la CFTC qui agit dans ce dossier, pas la CFDT!
Mais ce n'est qu'un détail, pas vrai?
Quand on traite de feignasses des gens dont on ne sait rien, on prouve qu'on n'est qu'un pauvre type frustré avec une vieille boule de haine rance à la place du cerveau.

7.Posté par Paul JUNOT le 24/01/2012 03:48
Pour les derniers qui n'ont encore rien compris du dossier, il faut savoir que ces ex salariés aprés plus de deux ans de dialogue et de concertation avec les autorités de l'état , avec les AGS et le CG , ont dû changer de méthode , car le dialogue et la concertation ne donnent rien face à un systéme hermétique à tout dialogue. Il ne faut pas oublier que ces ex salariés ne réclament que leur dû et rien de plus.
Aussi à ceux qui n'ont pas encore compris, comment feriez vous si votre assurance vous doit de l'argent, que pendant 2 ans elle abuse de manoeuvre dilatoires pour ne pas vous payer et lorsque vous lui demander des comptes, elle vous répond c'est pas moi c'est Paris, S'il est vrai qu'il appartient à la direction nationale de valider l'accord, rien ni personne n'interdit à la direction locale et son cabinet d'avocat de travailler le dossier, de formuler des propositions jurIdiquement solides et de faire valider par leur direction nationale, et non pas attendre que Paris qui ne connait pas l'urgence sociale de ce dossier se réveille pour faire le travail.
Enfin il faut savoir, qu'en janvier 2010 le prefet Maccioni en une journée avait obtenu l'accord de l'AGS UNEDIC national pour payer la totalité des indemnités des 1200 salariés et qu'à l'époque c'est le CG qui avait bloqué. Aujourd'hui le CG a pris sa part de responsabilité, et en bout de procédure il sera remboursé par l'AGS si ce dernier était dans ses torts.
Enfin que le post 1 Asmodee sache que nos ainés se sont battus dans ce pays pour le droit et la liberté et si des abrutis comme lui existait à l'époque il n'aurait rien compris de ces combats comme il ne comprend rien au combat d'aujourd'hui. Si nos aînés n'avaient pas mené les combats pour le droit et la liberté , M Asmodee aujourd'hui vous n'auriez même pas la faculté de vous exprimer sur cette page, comme c'est encore le cas dans beaucoup de pays vous le savez bien;Et encore si vous connaissiez l'histoire de la révolution française, vous auriez compris combien sont déplacées vos remarques, mais de culture vous n'en avez peut peut pas suffisamment pour comprendre ce qui se passe. Apparement vous avez un compte à régler avec les syndicats, et dans ce cas venez le régler en direct et pas derrière votre écran où il est trés facile d'insulter de kaniar une démarche qui vise à faire respecter ses droits qui n'ont pas été respectés pendant plus de deux ans malgré toutes les discussions avec les uns et les autres concernés par ce dossier.

8.Posté par noe 2012 le 24/01/2012 04:44
On ne réclame que les droits , rien que les droits !
Que justice se fasse !

9.Posté par ndldlp le 24/01/2012 05:45
roselyne arrive bientôt...va falloir aller camper à l'aéroport?devant la préf ? mieux, devant l'ars ?

10.Posté par Julien97440 le 24/01/2012 06:03
La CFTC s'affirme indépendante de tout parti et de toute organisation. Pour elle, la référence au christianisme s'entend comme attachement à la doctrine sociale chrétienne (solidarité, fraternité, justice sociale…), pas comme une identité confessionnelle. Les adhérents ne sont pas forcément chrétiens mais se retrouvent dans les valeurs prônées par la CFTC. Phrases extraites du texte fondateur de ce syndicat. Ma réflexion: Mr Junot, pensez-vous vraiment correspondre à ces valeurs, avec vos méthodes qui s"apparentent plus à des méthodes de nervis qu'autre chose? Vous n'avez que l'insulte et la haine. La reconnaissance que vous cherchez viendra peut être voire même certainement, si ce n'est pour vous mais pour des proches.

11.Posté par David ASMODEE le 24/01/2012 06:16
@ Post 6

Moi non plus je ne fais pas trop de différence entre une CGTR, un CFDT, un CFTC, un UNSA, un FSU... y'en a tellement. Mais ils ont la même méthode : ils braillent, ils gueulent, ils insultent, ils cassent, ils agressent. Ensuite quand ils se prennent un lacrymogène dans la tronche, ils pleurnichent, ils se plaignent, ils gémissent.

Si j'écris "syndicat kaniar", c'est pareil ? On va me reprocher une faute de français ? Pléonasme ?

12.Posté par Bayoune Raoul le 24/01/2012 06:32
Avec le semblant d'accord bidon du Conseil Général, la Nassimah et ses acolytes alimentaires n'ont pas tout simplement sû se débarrasser adroitement de l'occupation devant ses grilles. C'est à dire, réussir en fin de compte de détourner l'attention des employées de l'ex-Arast vers l'AGS, n'oublions pas qu'à un moment les AGS avait fait la proposition de payer 50% de ces indemnités, et 50% pour le C.G. L'un rembourserait l'autre en cas de condamnation de l'un des deux. Et puis AGS refuse maintenant d'honorer sa propre propositon. là konm di kréol na in kanar, c'est à dire un arrangement entre l'AGS et le Conseil Général pour faire durer la souffrance inhumaine de leurs victimes, la pa mwin sà, sà ali i dwa pèye azot, et tourner manège. N'est-il pas temps que l'ensemble des réunionnaises et des réunionnais se mobilisent, et sans compter sur des organisations syndicales ou politiques qui se sont dévoyées, renoncées au combat pour la justice, sans doute sur la promesse d'un koukoune pour survivre, étant donné que les syndiqués se font rares. Ousa ilé les différentes Alliances (...) ki sorte dann somin pou fète laniversèr Vergès, tèl le 5 mars 2009 avec le COSPAR, kosa lé dovenu so kadav anbulan, les Raton, Rivière é Yvan Hoarau. (CGT, CFDT, et FO. Té kamarade sindiké, 1200 travayère de l'Arast, sà osi travayèr, arète fé lo bo dann salon koloniyal pou ginye in zo, bouze zot Q pou fé war vréman lé konpétanss zot sindika sate i rète, é zot kouraz romète an koze le sistème koloniyal, si zot i vé pa ète konsidéré par le monde du travail konm in sindika KK... Vous êtes entrain de démontrer par votre inaction sur ce dossier de l'ARAST, votre impuissance à mobiliser les quelques militants qui vous restent pour n'avoir pas sû à temps défendre la destruction de l'appareil productif à la Réunion. Avec le pcr et l'UMP vous avez accompagné, et vous continuer d'accompagner la démolition-destruction des acquits réunionnais, pas seulement, mais la démolition de notre Patrie, la Réunion - comme cela se fait en France avec les syndicats compromis avec le pouvoir capitaliste.

13.Posté par kitouni le 24/01/2012 07:10
On va bien voir si le "asmodee" va avoir le courage d'aller discuter en vrai avec junot ! on parie que non !
Le problème des forums c'est que sous couvert d'anonymat bcp se permettent d'avoir des positions qu'ils n'oseraient pas défendre en vrai ! Il faut avoir le courage de ses opinions les gars !

14.Posté par Logique le 24/01/2012 07:43
11.Posté par David ASMODEE le 24/01/2012 06:16
Syndicat = ceci
Employé = cela
Musulman = machin

Si on juge l'intelligence à la capacité de juger les nuances, il est certain que vous en êtes totalement dépourvu, à l'inverse de l'arrogance et du mépris dont vous semblez être abondamment doté.

15.Posté par JF DESPREZ le 24/01/2012 09:03
A tous à tous les donneurs de leçon qui sévissent sur la toile, les anonymes du clavier qui changent de pseudo plus vite qu’ils ne respirent, tous ces nervis du net qui prennent un malin plaisir (et une petite monnaie aussi au passage ???) depuis des mois à vouloir discréditer la lutte des ex-Arast, je souhaite « rappeler » deux ou trois petites choses qu’ils ne pourront jamais passer sous silence, en dépit, il faut l’admettre, d’un bel acharnement à salir et calomnier des gens qui se battent simplement pour leur droit.

Avez-vous déjà vu, à la Réunion ou ailleurs en France, une entreprise de 1200 salariés couler du jour au lendemain et disparaître corps et biens, entraînant ces 1200 personnes et leurs familles (soit pas loin de 4000 personnes au total) dans la précarité du chômage, en laissant également pour compte durant des mois les populations déjà fragilisées qu'ils accompagnaient, à savoir quelques milliers de personnes âgées et des centaines d’enfants en danger?
L'avez-vous déjà vu? Personne, ici ou là-bas, n’avait jamais osé.

Avez-vous déjà vu, à la Réunion ou n'importe ailleurs où en France, un responsable de département (dont l'Arast assumait les missions par délégation) clamer haut et fort devant les intéressés et la presse, le jour même de la liquidation, que tous les personnels allaient être reclassés par ses soins, sans exception, provoquant ainsi le refus (inacceptable mais « logique » au regard des sommes en jeu et de la dimension provocatrice des propos tenus, qui, de surcroit, n’ont jamais été respectés) des AGS d'indemniser ces « ex-futurs » reclassés du Conseil Général?
L'avez-vous déjà vu? Personne, ici ou là-bas, n’avait jamais osé.

Avez-vous déjà vu, à la Réunion, dans n'importe quel DOM, ou bien n'importe où dans l’Hexagone, le droit des travailleurs bafoué à un tel degré, une telle échelle, au point de confisquer, de voler (oui, voler !!!) en toute illégalité, en toute impunité, au vu et su de tout le Monde, au mépris du code du travail, ce qui est du à tout salarié ainsi licencié, à savoir ses congés payés et ses indemnités de licenciement?
L'avez-vous déjà vu? Personne, ici ou là-bas, n’avait jamais osé.

Et n'oubliez pas, grosse cerise sur le gâteau, qu'après la liquidation, le pôle-emploi a refusé plusieurs mois d'inscrire les ex-Arast comme demandeurs d'emploi, suite, justement aux déclarations du Conseil Général sur le transfert « fantôme » des employés, les privant ainsi de leurs indemnités chômage alors qu'ils ne percevaient plus rien par ailleurs.

Du jour au lendemain, ces femmes et ces hommes étaient ainsi devenus des citoyens sans droit, des sous-citoyens, dans notre propre pays... le vôtre également.
Vous qui les jugez, avez-vous, personnellement, connu pareille maltraitance institutionnelle?

Alors, bien sûr, et heureusement, de nombreuses personnes, et seulement parce qu'il y a eu bataille juridique, manifs et relais médiatique (au niveau local uniquement, pas un mot dans la presse nationale du triangle Dassault, Lagardère, Bouygues), ont pu progressivement et « à l’arraché » percevoir leurs indemnités. D'autres, parfois les mêmes, ont pu retrouver du travail. Mais également, et vous devez l'entendre, certains, trop, sont restés sur la touche: No Job, No money, la double peine...

Alors fallait-il baisser le regard et mourir l'échine courbée? Ou bien fallait-il relever la tête et se battre? Chacune, chacun a fait son choix.

Vous concernant, je crois comprendre que vous auriez opté pour la première option. Vos enfants auraient été très fiers de vous. Heureusement pour eux que vos fesses étaient planquées ailleurs qu’à l’ARAST.

Quoi qu’il en soit, les hommes et femmes de progrès, comme la presse locale, ont compris que dans cette désobéissance civile, dans cette résistance populaire, au-delà des tentatives de récupération politique de tous poils, il y avait quelque chose de fort, d’important, et qu’il ne fallait pas laisser tomber, quelque soit le nombre de combattant(e)s encore debout.
Ils ont compris que ce combat avait valeur de symbole pour tous les autres combats qui se livrent ici quotidiennement contre l’humiliation et l’asservissement rampant qui caractérise notre époque.
Ils ont compris que « couvrir » jusqu’au bout cette lutte, c’était aussi, un peu, beaucoup, protéger la Démocratie et les valeurs républicaines.

Ce qui, par les temps qui courent, n’est pas rien. Je veux dire pour l'humanité.

Car en ce qui vous concerne il y a déjà bien longtemps que vous avez capitulé.
Et tant pis pour vos enfants, qui grandiront peut-être dans ce Monde soumis dont vous rêvez.

Jean-François DESPREZ

16.Posté par Hubert HERVET le 24/01/2012 11:04
Merci monsieur Desprez
Quand il m'arrive d'utiliser un pseudo ce qui est rare , c'est pour des raisons qui ne sont pas celles de lancer des injures impunément .
Le soutien que nous avons apporté aux salariés de l'ARAST, dès le début où nous avons été témoin de tentative de manipulation s politiciennes, jusqu'à ces derniers jours où l'exploitation de la situation a été tentée, ce soutien l'a toujours été , dans ce cas comme dans beaucoup d'autres pour attirer l'attention sur le délitement des valeurs de la REPUBLIQUE .Il a été facile à Pétain d'en récupérer les restes en 40, (les plus jeunes ,et ils sont de plus en plus nombreux devront relire l'histoire des années 30! auxquelles notre époque ressemble par de nombreux aspects) ou en 58 à De Gaulle dont la personnalité a permis un sursaut mais dont l'héritage moral a été dilapidé..
L'appel "aux armes citoyens" fut évoqué par autodérision face aux dangers signalés qui ,visiblement, menaçaient et menacent toujours la République. Ce ne sont d'ailleurs plus des menaces et nous en sommes dans l'état de la grenouille dans son bocal duquel il n'est plus possible de s' échapper, l'eau progressivement chauffée ne lui permettant plus l'évasion.
Une nouvelle Constitution , tenant compte des risques avérés d'un bonapartisme que l'on vit comme un bégaiement de l'histoire(nous avons mêmes notre ou nos FOUCHE aux divers niveaux de l'Etat!) devrait être rédigée pour retrouver les fondamentaux républicains qui supposent une éducation citoyenne dont la destruction semble avoir été objectivement programmée pour que ses bases républicaines ne soient pas posées. Le cas de l'ARAST est donc exemplaire de cette lente destruction avec la complicité des prétendues ou soi-disant élites politiques en place. La récupération le peniste est facilitée et les sondages annoncés font honte à qui connaît les fondamentaux de ce nationalisme populistes qui ne doit pas être confondu avec populaire!!!
Il nous faut donc avoir l'optimisme de la volonté plutôt que le pessimisme de la Raison. Attendons notre" printzems"métropolitain , auquel nous avons à participer, évidemment. .H.HERVET, MRC, UFAL-974

17.Posté par David Asmodee le 24/01/2012 12:25
"Si on juge l'intelligence à la capacité de juger les nuances, il est certain que vous en êtes totalement dépourvu, à l'inverse de l'arrogance et du mépris dont vous semblez être abondamment doté. "

Tout à fait.

18.Posté par Rexel le 24/01/2012 17:17
Bonjour,

Je ne vais pas faire un grand discours et aller droit au but. Ce monsieur porte bien son nom: "à ce maudit".
Il faut être maudit pour de telles idées.

Rexel.

19.Posté par jean le 24/01/2012 23:12
il faut changé tout ses hommes politiques ou est les socialiste , la cfdt la cgt défendeurs les droits des travailleurs, les pauvres ses gens ils vous parlent de la précarité MR Mme ouvrent otres yeux voter holande s'est allez à la casse sociale .

20.Posté par Paul JUNOT le 25/01/2012 03:02
Ce qui est rassurant c'est que sur les 1748 lecteurs de cet article, il reste seulement 2 ou 3 nervis du clavier qui n'ont encore rien compris à la démocratie et aux droits , quelques indécrottables crétins qui se reconnaîtront et qui malgré tout le travail d'éclairage fait par la presse n'ont pas encore saisi depuis ces années l'essentiel du dossier. Cette cause qui est celle de tous les réunionnais, est tout simplement la cause de ceux qui refusent de voir des élus des collectivités maltraiter ceux qui les ont fait rois. Cette cause est un combat pour la dignité et la liberté. Et cela tout le monde a bien compris sur ce site (mis à part évidemment 2 ou 3 )

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales