Social

Arast : Enchaînés comme des esclaves


Quelques ex-salariés de l'Arast ont quitté, un temps, les locaux du Département pour mener une action tout à fait symbolique sur le parvis des droits de l'homme à Champ-Fleuri, à Saint-Denis. Enchaînés aux pieds et au cou, la dizaine de femmes entend dénoncer les conditions indignes dans lesquelles elles sont laissées.

Ce soir, près de 8.500 pétitions ont été obtenues. Les ex-salariés souhaitent en obtenir 10.000 et les présenter notamment demain à l'occasion de la réunion avec un membre du cabinet de Nicolas Sarkozy.

Lundi 18 Janvier 2010 - 18:49
Melanie Roddier
Lu 1191 fois




1.Posté par jill le 18/01/2010 20:11
COURAGE LES AMIES.
On est tous avec vous, ce n'est pas digne de la République française de traiter les gens comme cela. Vous devez tenir ensemble, continuez votre combat, il est nécessaire qu'on vous entende

2.Posté par ti colon le 18/01/2010 20:13
Tenez bon !!!
Nassima joue sa dernière carte pour cacher toute cette pagaille qu'elle a crée !!!
La situation Réunionnaise est tout de même trouble a plus d'un titre .......

3.Posté par Xlord le 18/01/2010 22:48
Chères ex collègues,
Je suis de tout coeur avec vous, notre combat continue, c'est pas fini!!!
A demain.

4.Posté par Soutenons Ratenon et toute sa clique le 19/01/2010 00:03
Et pendant ce temps, que fait l'Alliance des Réunionnais contre la pauvreté ? Monsieur Ratenon et sa clique sont omniprésents : partout mais nulle part. Représentants les 52 % de la population réunionnaise, quelle(s) solution(s) proposent-ils pour les salariés de l'arast ?

5.Posté par Cédric le 19/01/2010 02:33
Je vois pas tellement le rapport avec l'esclavage. Faudrait pas aller trop loin quand même. Ces gens se comportent comme ça parce qu'il sont nombreux à être dans le même cas et qu'il se crée un effet de groupe. Mais ces femmes ne sont pas les seules à être sans emploi. Moi ça me gêne beaucoup quand j'entends "les frigos sont vides" parce qu'elles ont l'habitude qu'ils soient pleins. Beaucoup de gens vivent avec juste ce qu'il faut. Ca m'étonnerait qu'elle "crèvent" de faim. Regargez un peu vers Haïti : là il y a vraiment de la famine. A la Réunion on a toujours de la famille pour nous soutenir nous aider. Je ne pense pas que le cas de ces femmes doit être négligé mais manifester sur la place des droits de l'homme est abusif : vous n'êtes pas les seules sur terre qui ont des difficultés dans la vie ! !

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales