Economie

Aquaculture: Un nouveau directeur à l'Arda pour "un nouveau souffle"

Six mois après leur manifestation devant les bassins d'aquagol de l'Etang Salé, les professionnels de l'aquaculture réunionnaise guettent la reprise de la filière. Un nouveau directeur a été désigné et les intentions des uns et des autres semblent aller dans le même sens.


La grogne des aquaculteurs a atteint son paroxysme en février dernier lors d'un blocage du site de l'Etang Salé. En médaillon, le nouveau directeur de l'Arda
La grogne des aquaculteurs a atteint son paroxysme en février dernier lors d'un blocage du site de l'Etang Salé. En médaillon, le nouveau directeur de l'Arda
Un nouveau directeur a été désigné à la tête de l'Association Réunionnaise de Développement de l'Aquaculture en juin dernier en remplacement de Pierre Bosc, démissionnaire, partie au terme d'une rupture conventionnelle.

La Région semble, de son côté, résolue à tourner la page. Un tour d'horizon des aquaculteurs de la place laisse aussi transparaître des discours plus optimistes qu'il y a quelques mois même si des réserves persistent.

Professionnel à Sainte-Suzanne, Hervé Sinama est de cela. "C'est une filière qu'il faut absolument soutenir, qui est en plein boom dans le monde", exhorte-t-il. Les relations houleuses avec l'Arda, il les range au rayon du passé désormais. "L'Arda nous fournissait les juvéniles et avait pour mission de développer la filière, ça c'est bien passé comme ça dans les premières années mais après il n'y a plus eu de suivi", regrette-t-il.

Hervé Sinama compte désormais sur la mise en place d'un technicien diligenté par la Région pour faire repartir la filière. "C'est un spécialiste qui travaille en Afrique et qui vient tous les 4 mois nous donner des conseils", avise-t-il.

De l'autre côté de l'île, à l'Etang-Salé, Max Dyckerhoff éleveur aquacole, se félicite des premiers contacts avec le nouveau directeur mais ne passe pas non plus sous silence les conclusions d'un rapport sur la filière qui fait état d'une situation catastrophique. L'éleveur de l'Etang-Salé n'est pas surpris mais se désole simplement que cet audit n'en soit resté qu'à l'évaluation de la filière sans évoquer précisément le rôle joué par l'Arda dans sa chute, surtout lorsque celle-ci "a fait couler la coopérative aquacole - un outil qui marchait bien - à partir de 2007 lorsqu'elle est devenue actionnaire de la SAM" (société aquacole des mascareignes).

Les aquaculteurs réunionnais, qui ne se comptent plus que sur les doigts d'une seule main (4 voire un 5e qui souhaite se relancer), cristallisent désormais leurs attentes autour de l'étape fondamentale que constitue la production de juvéniles. "Une filière est envisageable que lorsque l'on aura assuré cette question", répète en forme de message aussi destiné à la Région, Max Dyckerhoff. Un courrier en ce sens doit être envoyé en milieu de semaine prochaine pour le rappeler. Nous aurons l'occasion d'y revenir. "Je préfère en garder le contenu aux destinataires pour l'instant", formule l'aquaculteur.

"Responsabiliser les aquaculteurs"

"Nous avons tenu quatre réunions avec les professionnels", avise Emmanuel Tessier, le nouveau directeur de l'Arda et ex-directeur de la réserve naturelle marine de la Réunion. En poste depuis juin, il prend ses marques tout en ayant à l'esprit de "trouver un équilibre entre les deux interfaces de l'Arda, entre centre de recherche et production".

La communication officielle est assurée par la conseillère régionale Colette Caderby, présidente de l'Arda. "Nous voulons responsabiliser les aquaculteurs sur leurs propres bassins". Des difficultés de trésorerie mises en avant par les professionnels lors de leur mouvement de grogne de début d'année, Colette Caderby affirme qu'une remise gracieuse d'alevins a été faite. Le temps de voir passer l'orage avant d'envisager 2015 sous de meilleures perspectives.

"Il n'y a plus de poissons actuellement sur les étales", fait savoir Max Dyckerhoff, dépité mais prêt à rebondir. Il espère désormais que l'Arda privilégiera la production locale. "L'Arda a toujours oublié notre pays. C'est très bien la coopération dans la zone, la coopération régionale, mais l'essentiel à sauvegarder est ici. Il n'y a rien du tout à la Réunion sauf sur l'aspect recherche où là, oui, des millions ont été injectés effectivement".

"Nous voulons donner un nouveau souffle à la filière"
, poursuit la conseillère régionale en charge de la filière.
Vendredi 8 Août 2014 - 17:02
LG
Lu 1740 fois




1.Posté par Borlo le 08/08/2014 18:38
Ok, un super directeur mais une presidente toujours aussi debile: Monsieur Robert, nous pouvons comprendre la nécessité d'"occuper" ou de "neutraliser" la stupidite de certains elus bien encombrant mais ceci ce fait au detriment d'une filiere entiere!
La Reunion paye deja cher l'inefficacite totale de Qualitropic pour la meme raison: recaser une haute fonctionnaire catastrophique a un poste de direction, ne serait-il pas temps de changer de Politique et de reserver ces postes a des gens competents plutot qu'en faire des "faire-valoirs" pour des imcapables notoires?...

2.Posté par ARDA le 09/08/2014 10:31
Borlo quand tu n'as plus à rien dire pour critiquer l'efficacité de la présidente : tu la fermes ! C'est grâce à elle que la filière va se reprendre et les aquaculteurs lui font confiance. Elle fait tout son possible pour que l'ARDA rayonne à la Réunion et elle a des valeurs. C'est une femme très simple. Elle ne peut pas plaire à tout le monde ....Merci au Président de Région d'avoir désigné Mme CADERBY à ce poste. C'est une personne discrète certes mais elle agit au moins elle ! Alors Borlo le plus débile c'est toi ! Moi qui travaille à l'ARDA, je suis fier de ma présidente. Car pendant 20 ans, j'ai subi les frasques d'un directeur qui ne pensait qu'à lui...Aujourd'hui, notre présidente nous valorise...Nous ferons tout pour qu'elle encore présidente de l'ARDA ! Vas te faire voir....

3.Posté par musée a l'o le 09/08/2014 11:19
ont a les zélues qu'on merite...a mediter!!.

4.Posté par Réunionnaise attentive le 09/08/2014 20:24
il faudra être très attentif aux aides versées à l'ARDA par La Région pour le nombre d'emplois effectif représenté et surtout le coût du poisson proposé sur les étals pour ne pas recommencer les erreurs du passé où les copains scientifiques se sont gavés sans vergogne !!!

5.Posté par tito le 10/08/2014 00:56
Mme CADERBY est une présidente engagé et compétente. C'est sure qu'elle ne peut pas plaire à tout le monde, mais zinfos n'est pas un endroit pour versé toute son amertume. L'ARDA ne peut être comparé à QUALITROPIC renseigne toi BORLO. comme j'ai l'habitude de le dire " Chef d'équipe i trouve toujours mais travailleur sa na point". Après 20 ans de stagnation, l'ARDA depuis 6 mois et grâce à madame CADERBY est en marche avance avec le recrutement de ce Directeur, la filière regarde devant. Mme CADERBY a pu redonner confiance aux aquaculteurs, qui encore une restent maître de leur destin. Merci à Mme CADERBY pour cela et bonne continuation. A post 4, je pense que le processus de la formation du prix t'échappe un peu, en effet le prix du poisson est déterminer par l'offre et la demande. En conclusion BRAVO à mme CADERBY pour le travail que vous faites à l'ARDA, j'espère que resterez Présidente encore longtemps car vos compétences et vos qualités relationnelles aident l'ARDA à être meilleur et à avancer.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:47 La Réunion monte à bord du Train des Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales