Social

Après le drame de St-Louis, le psychosociologue, Arnold Jaccoud, prend la parole

Ce n'est pas la première fois qu'Arnold Jaccoud, psychosociologue de la Réunion, intervient sur le sujet des violences conjugales. "On n'a pas à faire à des histoires de femmes mais à un problème de société", expliquait-il en mai 2012, lors d'une conférence de presse organisée par le Cevif (Collectif pour l'élimination des violences intrafamiliales). Suite au drame de Saint-Louis, Arnold Jaccoud réitère sa position et interpelle les pouvoirs publics. Voici son "manifeste" dans son intégralité.


Après le drame de St-Louis, le psychosociologue, Arnold Jaccoud, prend la parole
"L'histoire se répète, les hommes jaloux, immatures et tourmentés, spoliés de leur propriété -leur malheureuse ex-compagne- matraquent et tuent sans désemparer. Lorsqu'elle est encore envie, on s'occupera de la victime. C'est indispensable et c'est trop tard… Le problème, lui, demeure intact, plongeant dans une inconscience qui semble générale. Il se trouve en amont, dans la manière dont se transmettent les conceptions de la relation entre homme et femme. Il plonge dans les structures mêmes de la société, patriarcale et machiste, entretenues inconsciemment dans l'ensemble des rapports sociaux, comme dans trop de couples et de familles.

Les meurtres incessants de femmes de ces trois dernières années, les dizaines d'affaires dénoncées à la justice, matraquages, agressions au sabre ou au couteau, au manche de pioche, défenestrations, viols, tournantes, tentatives d'immolation… illustrent bien l'absence d'approche appropriée de la situation des femmes de ce pays. Ce ne sont pas des exceptions ou des accidents, seulement la partie visible de ce dont certains sont capables et qui potentiellement peut toutes les menacer.

La police et la gendarmerie n'interviennent que dans des cadres tellement étriqués qu'elles en sont devenues inefficaces. La justice, tout comme la police, n'agit qu'après coup, lorsque le désastre est achevé. Et uniquement sur les cas les plus spectaculaires, ceux que l'on dénonce. Et forcément pas sur ceux qui demeurent cachés.

Les politiques sociales sont inefficaces. Entièrement. Elles laissent une partie de la population en grand danger. Elles ne sont qu'une façade, parfaitement bureaucratisée qui permet tous les abus. Elles ne s'attaquent pas aux vrais problèmes. Elles les couvrent d'aides, de subventions et de mesures inutiles.

Le social n'est pas une affaire sociale ! Il est d'abord une affaire politique. Les racines du social sont dans le "vivre ensemble". Dans ses déclinaisons institutionnelles. Les choses essentielles ne résident pas simplement dans la nature et le comportement des individus. Elles se jouent dans les décisions politiques, dans les dispositifs institutionnels, dans les pratiques collectives, dans le fonctionnement législatif et réglementaire…

Dans l'indispensable réorganisation, à très long terme, des relations entre hommes et femmes, qui aidera à établir une vraie égalité et à protéger les femmes contre la société machiste, les autorités publiques n'assument pas leur rôle.

En vérité, les femmes restent souvent seules face à la barbarie institutionnelle imposée par les pires héritages du patriarcat. Et que les pouvoirs publics soutiennent par leur inertie. Voire leur complicité intéressée. Et même les quelques femmes qui ont accédé à un pouvoir ne représentent que les alibis du système. Leurs agissements ne sont souvent que la copie des pires modèles machistes.

Les femmes ne font pas la guerre à l'homme, elles la font au système qui donne aux meurtriers toute latitude pour leurs exactions et leurs sévices. Système que les autorités perpétuent dans un aveuglement condamnable. Toutes les femmes sont potentiellement menacées !

Il me paraît important :

1 - Que l'on se mette à agir très en amont des drames conjugaux. Sur les chaînes de causalité et non uniquement sur les conséquences et les symptômes. Que l'on construise des programmes éducatifs bien avant que les épisodes problématiques puissent se déclencher (et on n'ignore plus aujourd'hui tous les mécanismes pathologiques en cause !) et non après, pour secourir des victimes dont le destin était prédit depuis longtemps. Et ça, c'est sur deux générations, au cours desquelles il faut entrer, avec résolution et sans restriction, mais non sans respect, au cœur des sociocultures familiales. Et ça signifie que l'on reconnaisse explicitement que le point focal de tous les problèmes, c'est la place et le rôle de l'homme dans ses habitudes personnelles, dans ses rapports affectifs, dans ses frustrantes évolutions statutaires et dans sa propre souffrance à laquelle il ne sait plus faire face.

2 - Que l'on reconnaisse donc que l'évolution instable de la condition masculine, dès l'âge le plus tendre de l'éducation des enfants, est la source première et universelle des problèmes présents de violences faites aux femmes, et que l'on aborde la question dans ses dimensions causales générales, sociétales et politiques (et non simplement sur le plan d'une approche psychologique individuelle et interpersonnelle). Sans faire de l'angélisme féministe et sans nier la duplicité et la violence possibles de certaines femmes...

3 - Que l'on généralise enfin des démarches éducatives mixtes, individuelles et collectives, fondées sur l'intégration de ses émotions et leur régulation au travers des échanges raisonnés, interpersonnels et sociaux, et des méthodes de négociations non violentes. Cette éducation, loin d'être abordée tel un idéal théorique, devrait s'inscrire dans le concret des relations quotidiennes habituelles, socle de résolutions saines dans la confrontation aux inévitables tempêtes temporaires de toute relation.

Un ensemble de dispositions devrait être exigée par tous les hommes et toutes les femmes sensibles à la situation. Par exemple:

• En matière de prévention

- La mixité de la délégation préfectorale aux droits des femmes et à l'égalité des chances, afin que les hommes assument institutionnellement leur part de responsabilité.

- L'instauration d'un véritable Observatoire départemental de la lutte contre les violences intrafamiliales.

- La publication et la diffusion du "Guide du comportement et du respect, en couple et en famille", dans toutes les familles de la Réunion et dès la constitution du couple.

- L'incitation généralisée des hommes à une participation normale au travail domestique, et notamment à la responsabilité éducative dans la famille. La dimension paternelle doit être valorisée sous une forme moderne. Le père doit être plus proche de ses enfants. Il importe qu'il investisse enfin l'espace relationnel domestique et familial.

- La refonte des programmes scolaires et péri scolaires, dans une alliance explicite entre familles et enseignants, dès la maternelle et jusqu'au lycée, incluant :

° L'entraînement à de nouveaux modes de socialisation en direction des garçons pour une éducation non-violente, pour une éducation proposant une manière d'être un garçon et devenir un homme sans recours à la violence,

° Un travail d'intégration émotionnelle, ainsi que d'éducation à la relation interpersonnelle, introduit dans tous les cycles de formation, en l'adaptant à chaque âge de la croissance,

° Des approches préventives, associant des adultes, relatives aux relations garçons et filles, intensifiées dès l'âge de la formation des couples adolescents, au collège et au lycée.

• En ce qui concerne les bourreaux

- Des espaces d'écoute et de traitement des hommes violents, dans chaque commune.

- Un traitement psychologique effectif des hommes violents pendant la durée de toutes les incarcérations. Il faut développer les thérapies pour hommes violents, les groupes destinés aux hommes. Trop d'hommes sortent notamment de la "geôle" avec, en tête, la seule idée d'aller régler définitivement son compte à leur ancienne compagne.

- La castration chimique proposée/imposée à tous les hommes violents ou non, diagnostiqués en tant que délinquants sexuels.

- La création d'un fichier régional détaillé des auteurs de violences physiques ou sexuelles, avec un accès public.

• En ce qui concerne les victimes

- L'harmonisation des procédures d'accueil et des fichiers d'accueil dans les services de police et de gendarmerie, ainsi qu'auprès des associations qualifiées.

- Une formation approfondie de tous les personnels de police et de gendarmerie en matière d'accueil des victimes de violences intrafamiliales, quelle que soit leur nature.

- L'extension de lieux d'hébergement d'urgence appropriés.

- Même si c'est après les drames, le renforcement des dispositifs d'aide aux femmes victimes de la violence, par une aide immédiate et structurée dans des centres, dans des refuges, des services de conseil, de soins médicaux, etc. et également par un soutien personnel, pour qu'elles puissent briser leurs liens de dépendance et rompre la relation avec l'homme violent.

Nous osons espérer que sous l'impulsion des femmes de ce pays, lasses de voir leurs droits et leurs vies trop facilement jetés en pâture aux criminels, les pouvoirs publics assumeront enfin leurs lourdes responsabilités !
Jeudi 18 Octobre 2012 - 15:44
Lu 1854 fois




1.Posté par merci le 18/10/2012 16:28
On tient là un bon texte qui peut servir de base de travail et de projet programmatique.
il est grand tant de sortir des seules marches blanches qui ont épuisé depuis longtemps ,à supposer qu'elles en aient une un jour, leur capacité réelle d'action.
J'aurai pu évidemment signer de mon nom si je ne le fais pas c'est pour ne pas donner la moindre diversion qui nous éloignerait de de ce texte.
Un réunionnais.

2.Posté par noe le 18/10/2012 16:33
Tonnerre !
Que de conseils !
Tellement long qu'on peine à lire ...
On voit tj les mêmes "bla-bla-bla" par-ci , par-là ....
ça me rappelle la chanson, "Les paroles , les paroles ...." On accuse tj "l'homme" , sa force de frappe ... et jamais "la femme" , tj fragile , pleine de grâce ....
Et comme d'habitude , on met l'alcool à toutes les sauces ...

« Et pourtant, qu’est-ce que le champagne ? Deux fois rien. Des bulles avec de la lumière autour. Mais quelle lumière ! D’une blondeur légère, légère... D’une transparence aérienne, presque musicale. Un autre air de Mozart, peut-être celui de la Reine de la nuit. Où ? Mais dans la "Flûte enchantée", naturellement. » (Pierre-Jean REMY)

Soyons un peu sérieux !

3.Posté par noe le 18/10/2012 16:35
et j'ajouterais s'il n'y a pas la censure :

«Tous les méchants sont buveurs d'eau : C'est bien prouvé par le déluge. » (Louis-Philippe de SEGUR)

4.Posté par Papapio, ni macro ni géniteur payeur le 18/10/2012 16:47
illustrent bien l'absence d'approche appropriée de la situation des femmes de ce pays..... NON....
illustre surtout le seul rôle qu'on attend d'elles dans les Pouponnières de "L'OUTREAU Mère"..
OUVREZ LES YEUX et abandonner vos objectifs de chiffre d'affaire
pour DIRE LA VERITE A TOUS...
En cas de séparation les Pères sont condamnés a 90% aux JAFs a ne plus voir leurs Enfants

Votre déontologie vous empêcherait elle de l'admettre ? Contre les Chiffres eux même ???
1/4 des Foyers Monoparentaux Féminins a la Réunion, 52% en Guadeloupe
Des hommes réduits au rang de Géniteurs Payeurs dépouillés de leurs biens et condamnés de NATURE, GENRE MASCULIN... OSERIEZ VOUS LE NIER ENCORE ? ou espérez vous faire financer vos colloques par le conseil générale chaque année pour proroger la litanie habituelle ?!....

Ces Violences masculines RESTENT INACCEPTABLES, autant que votre silence complice sur le massacre judiciaire des Pères et leurs séparations forcée de leurs enfants...
Allez, courage une réponse en rapport avec le sujet ?

5.Posté par REQUIN le 18/10/2012 16:58
Noe au lieu de te ridiculiser avec tes bla bla à 10 cents; propose quelque chose de mieux ou de même niveau, mais on devine déjà ton résultat (sans préjugés). Au moins ce bonhomme pose le problème pendant que toi, nada...

6.Posté par Papapio, ni macro ni géniteur payeur le 18/10/2012 17:00
Rien sur la Fermeture des Centre de Victimologie d'hôpitaux aux seuls Papas du Dimanche ? Non
Rien sur les termes assistante Maternelle plutôt que Parentale ? Non, bien sure
Rien la seule représentation des femmes en délégation a la Préfecture ? Non, Bien Sure
Rien sur le Faite que 60% des Enfants de couples séparés ne voient plus leur Père ? NON
Rien sur le fait que certain père exténué et a bout de force finissent par tuer leurs enfants
plutôt que d'accepter d'en être séparés malgré eux sous les contraintes et sanctions judiciaires ?
NON, TOUJOURS PAS...
Faut être idiot ou foncièrement de mauvaise foie pour éluder le problème hein ? La OUI

La campagne dans le sens de la Vague implique de se taire hein ?

7.Posté par CRAB le 18/10/2012 17:59
Il faut le nommer à la place d'Elizéon qui parce qu'elle n'a rien foutu a été nommée dans un "machin " gouvernemental. Mais, je crains que M' Jacould ne répond pas aux seulscritères de recrutement exigés par les Annette, Orphé, Bareight, Lurel, et j'en passe...

8.Posté par Papapio, agresseur qui fait peur le 18/10/2012 19:03
Vous êtes verbalement agressif.
Du coup, vous perdez toute crédibilité.
C'est peut être dommage pour vos "idées"

9.Posté par Papapio, ni macro ni géniteur payeur le 18/10/2012 20:29
8.Posté: ... certes, mais encore une fois, vous ne jugez que la forme pour ne surtout pas aborder le fond.... et vous faites ensuite parti de celles et ceux qui s’étonnent qu'en multipliant les frustrations et sanctions de genre chez les Hommes, un infime pourcentage d'entre eux partent vers l’extrême...
Leur laissez vous une autre échappatoire ? a part se taire et subir ? Non ?

Ce n'est pourtant pas difficile a comprendre quand on peut discuter entre gens de bonne fois...
Si 90% des Pères sont séparés de force de leurs enfants en cas de séparation au lieu d'appliquer systématiquement la Parité Éducative (votée depuis 1994 mais bafouée dans tous les Tribunaux), on multiplie le nombre de violences perpétrées par les 1.5% d'entre eux les plus violents... Cf Rapport Badinter

Si 90% des Mères étaient elles aussi séparées de leurs enfants a devant les JAFs
Quel % d’entre elles en arriveraient a des actes extrêmes...? le même ?
D'ailleurs vos commentaires sur les actes de violence féminins sont tellement plus "policés"
Voire inexistants...

Lisez les sites qu'on vous indique et exprimez vous sur le SUJET TABOU... ALLEZ...!
http://www.zinfos974.com/Les-chiffres-des-violences-subies-par-les-hommes_a22800.html

Il sera toujours temps ensuite d'expliquer que la forme ne vous plait pas, comme les JAFs
pour justifier du Refus de la Magistrature d’appliquer les LOIS FRANÇAISE au détriment des Enfants et des seuls Pères... tout en criant a la parité en meute a longueur d'année...

Sans réaction de votre part sur le SUJET ÉVOQUÉ, vous perdriez toute crédibilité et droit de critique sur la forme...
Dites moi quelle est la bonne manière d'obtenir que le sujet soit publiquement abordé
et nous l'adopterons...
sans réponse notre "animosité vindicative" risque d'être de moins en moins audible a vos oreilles

10.Posté par Papapio, ni macro ni géniteur payeur le 18/10/2012 20:56
http://www.zinfos974.com/Les-chiffres-des-violences-subies-par-les-hommes_a22800.html://

- Chaque augmentation de 1 % du taux de divorce est reliée à une augmentation de 0,3 % du suicide des hommes (le droit à se séparer n'est pas contestable, le devoir de tout perdre en tant qu'homme...... (sous le silence complice de toutes les corporations qui en VIVENT)....

- Le taux de suicides des adolescents " mâles " et celui des hommes est de 3 à 5 fois supérieur à celui des jeunes femmes et des femmes. ;

- Les fausses allégations de violences physique et sexuelle de la part des hommes sont en constante augmentation, pourtant aucun protocole scientifique et/ou objectif n'existe pour déterminer la véracité des accusations;

Après le machisme (que les majorité des hommes ont condamné), place donc à l'ultra-féminisme (ou féchisme) (que la majorité des femmes ne condamne pas) .... pas plus que le non respect de la Parité éducative votée mais bafouée... Quelle Crédibilité a réclamer la parité ensuite ?

- Le taux de divorce est passé de 5 %, en 1890, à près de 60 % actuellement (si l'on tient compte des unions de faits et des couples recomposés) ;

- La délinquance féminine n'existe plus officiellement (pourtant, l'histoire démontre qu'elle a toujours existé)

**************************************************
5.Posté par Papapio, ni macro ni géniteur payeur le 08/11/2010

Il semble que la seule vraie règle a en tirer, soit de ne surtout pas distinguer les violences intra-conjugales ou familiales en fonction de la Nature, du Genre de ceux qui les pratiquent.

Ces violences qu'elles proviennent d'Hommes ou de Femmes, ne sont pas plus acceptables (sauf pour les idiots profonds ou ceux qui vivent de ce conflit fabriqué).
Elles méritent bien d'être traitées globalement, s'adressant aux Citoyens, non plus aux seules Femmes... C'EST LE SENS DE LA CONSTITUTION FRANÇAISE...

Si vous espérez une déclaration en ce sens de Mme Elizéon, d'Huguette ou de Nassimah, leur demandant du même coup de renoncer : a leur "Fond de Commerce électoraliste", aux Devises que rapportent ce marché des Femmes et des Enfants, vous pouvez toujours attendre ...
Il y a un tél Bénéfice a entretenir cette politique de la natalité en France et dans les Dom, que le MASSACRE DES ENFANTS ET PÈRES N'EST PAS PRÊT DE S'ARRÊTER...

SAUF SI NOUS L'IMPOSONS PAR LA RECONNAISSANCE DE NOTRE STATUT DE PARENT, AUX JAFs, Correctionnelle, CAF, GUT, PMI, et aux POLITIQUES COUARDS...

*****************************************************

9.Posté par Papapio, ni macro ni géniteur payeur le 08/11/2010
Zorro: c'est malheureusement vrai... mais nous ne devons pas nous contenter du constat, ensuite il faut réagir et aussi durement que les abus sont violents... car c'est bien de violence morale impliquant des conséquences de violences physiques dont il faut parler...

*****************************************************

33.Posté par Papapîo, ni macro ni géniteur payeur le 02/07/2012
Alors OUI, "Femmes qui refusent la crédibilité légitime d'une contrepartie éducative, en criant à la parité, mais féminine seulement..."... se cherchant désespérément une légitimité dans le refus de l'effort intelligent nécessaire a l'équité, au partage, à ,la vraie justice...

Ce qui semble aussi vrai pour les pseudo spécialistes, les mêmes qui se tordent, se contorsionnent dans des explications scabreuses sur la violence des hommes, tout en écoutant d'une oreille distraite chaque année les colloques sur la Place des Hommes et du Père dans la Société Réunionnaise.... SANS JAMAIS EN TIRER AUCUNE LEÇON... bien sure

Perspective professionnelle et déontologie de chiffre d'affaire obligeant...
Ces mêmes personnes vous diront quand le scandale des Enfants de la Creuse aura éclaté
qu'ils n'étaient pas informés, ne se doutaient pas que les traite des Enfants puisse encore exister.

Ils vous le diront tranquillement; sereinement et sans agressivité, car se ne sont pas leurs enfants qui auront été vendus, seulement les nôtres.... Pas de quoi devenir agressif hein ?
N'est ce pas justement le sujet abordé que la manière de rendre agressifs les hommes ?

11.Posté par Hamza le 19/10/2012 05:31
Ce monsieur n'est pas objectif! Le problème n'est pas une question d'homme ou de femme! Le problème est le respect de la dignité humaine! Autant pour une femme que pour un homme!

12.Posté par Mwa la pa di le 19/10/2012 06:24
Arnold, que je connais, a cent fois raison, c'est un fait de société et nous sommes tous responsables. Quand à papaîo, si son combat a une certainet légitimité, sa façon est désatreuse et obsessionnelle. Mais peut être qu'il est en incapacité de faire une analyse objective de son problème personnel...

13.Posté par Simplet le 19/10/2012 07:48
@ Papapio

J'avoue que j'ai du mal à suivre votre raisonnement, tant vous mélangez tous les genres ...

Visiblement vous avez été marqué par la séparation d'avec vos enfants ... mais quel est le rapport avec un homme jaloux qui tue trois personnes ...
Son comportement est liè au mode de vie qu'IL a choisi ... Une femme ... Une maîtresse ... plusieurs enfants de chaque coté ... Et il s'étonne qu'un jour tout son chateau de carte s'effondre ...

Méne ton combat Papapio ... et ne t'occupe pas des fautes des autres ... Tu seras plus audible ... et plus crédible.

14.Posté par Papapio, agresseur qui fait peur le 19/10/2012 09:01
J'accorde beaucoup d'importance à la forme.
Apparemment, je ne suis pas le seul.
C'est une réalité à laquelle vous êtes visiblement confronté.
Bon courage!

ps: soit vous ne le savez pas, ou pire vous n'en tenez pas compte, sur le net, écrire en majuscule consiste à crier.

15.Posté par Mwa la pa di le 19/10/2012 12:18
Attacher plus d'importance à la forme est une façon de ne pas aller au fond et aussi d'être "procédurier"

16.Posté par À Mwa la pa di le 19/10/2012 12:52
Certes, mais la société est ainsi faite.
Ne pas en tenir compte revient à prêcher dans le désert, je ne suis pas certain que ce soit très productif quand on souhaite être entendu... :)

17.Posté par kada le 19/10/2012 18:32
Nous sommes des Hommes socialisés par notre société ! le Résultat lé la

18.Posté par iliade974 le 21/10/2012 18:44
"Range tes poules, je sors mon coq".... je me souviens d'un vieil adage créole qui ressemble a qq chose comme ca....
Force est de constater que dans bon nombre de familles créole l'image du male est encore bien valorisee.... un homme à des maitresses, il sort le soir ??? normal il à le droit LUI il travaille tellement ....
Une femme sort, va à la gym, fait du shopping ??? mais ''elle fait la pionte dans le chemin"....

Ne riez pas de mes propos, je ne suis pas si loin de la réalité

19.Posté par audrey le 22/10/2012 13:14
en effet il y a un probleme de société mais surtout d'éducation!!!!les parents devraient apprendre a leur fils de respecter la femme, et les parents doivent apprendre a leurs filles de respecter les couples, les mariages, qu'on ne prend pas les hommes mariés c'est immoral!!!je n'excuse pas le monsieur qui a commis cet acte, mais il ne faut pas toujours mettre la faute sur l'homme!!!!deja que les parents de la jeune fille acceuillaient chez eux un homme marié et pere de famille et qui couchait avec leur fille mineure au debut de la relation!!!mais bon de nos jours dans cette nouvelle génération la plupart des jeunes filles s'en fiche de prendre un homme plus vieux, marié c'est ce que je constate dans les rues avec des filles mineures marchant en amoureux avec des hommes qui auraient pu etre leur pere!!!!le pire c que dans la plupart des cas les parents soutient cela surtout si 'lhomme a une voiture (pourra emener la mere de la fille faire les courses, bat carré) et surtout si na travail!!!!dans mon quartier meme je vois ca!!!!

20.Posté par iliade974 le 22/10/2012 20:04
@audrey..... et si de surcroit il est zorey..... disons l'apogée !!!!!! MA FILLE largue pas li.......
li ca va emmene a nous au score ek son lauto et son carte bleue ...

21.Posté par audrey le 23/10/2012 08:47
iliade974 hey oui c'est ecoeurant il y a plus de respect!!!c'est plus facile de chercher un homme qui pour nous entretenir plutot que de bosser!!si j'avai eu une relation pareille ma mere m'aurait foutu une raclée bien meritée!!!quand je vois la jeunesse aujourdhui (j'ai 21 ans) je remercie ma mere de m'avoir donné une education severe!!!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales