Social

Après la Séchilienne, la CGTR EDF dépose son préavis

Il fallait s'y attendre, après le mouvement de grève entamé par les employés de la CGTR Séchilienne Sidec dans la nuit de dimanche dernier, c'est au tour des syndicalistes CGTR d'EDF d'entrer dans le mouvement. Un préavis de grève a été déposé il y a quelques minutes, à 9h précisément.


Les syndicalistes de la CGTR avaient déjà débrayés, c'était en septembre 2010
Les syndicalistes de la CGTR avaient déjà débrayés, c'était en septembre 2010

La direction d'EDF a cinq jours à compter de ce matin 9h pour ouvrir le dialogue avec les représentants de la CGTR. Joint à l'instant, Maximin Banon, son représentant, confirmait la transmission à la direction de Saint-Denis d'un préavis de grève courant jusqu'à lundi matin. Une information confirmée à l'instant par le service communication d'électricité de France.

Maximin Banon et avec lui l'ensemble des "futurs" grévistes, devra compter sur leur direction dans les jours qui viennent pour ne pas arriver aux extrémités qui ont amené les agents de la Séchilienne à pénaliser une bonne partie de la population depuis trois jours.

Une revendication qui court depuis des mois

"Notre revendication court depuis septembre (mois au cours duquel des premiers débrayages avaient eu lieu), nous avons eu en octobre le renouvellement de nos représentants ce qui fait que nous avions mis de côté les actions", rappelle le syndicaliste.

La balle est dans le camp de la direction (ici Patrick Vabret, directeur adjoint d'EDF Réunion)
La balle est dans le camp de la direction (ici Patrick Vabret, directeur adjoint d'EDF Réunion)
Pour l'heure donc, le préavis de grève communiqué à la direction reprend presque mot pour mot celui des agents de la Séchilienne. La raison est simple : "La loi de février 2000 stipule dans son article 14 al.6 que le personnel IEG (pour Industrie Électrique et Gazière) en service dans les territoires d'Outre-mer doivent bénéficier de l'intégralité des indemnités coloniales applicables aux fonctionnaires de l'État dans les mêmes territoires". En jeu, toujours cette revalorisation des indemnités vie chère jusqu'à 53% (actuellement 22%).

Mettre la pression avant la table ronde de vendredi

La majoration réclamée par le personnel de la Séchilienne s'applique aussi aux agents EDF. Pour bénéficier de ce "statut national des personnels IEG", l'entreprise concernée doit délivrer au moins 8 Mw d'électricité.

S'il se dit déçu de l'attitude de la direction, Maximim Banon attend beaucoup de la réunion programmée pour ce vendredi à Paris entre le PDG de Sidec France et trois représentants locaux, mais aussi d'une réunion élargie le 12 février prochain en présence d'un représentant du ministère de l'industrie.

D'ici lundi prochain, Maximim Banon prévoit une réunion vendredi après-midi avec les employés afin de s'accorder sur les actions à mener après le week-end si rien n'a abouti d'ici là.
Mercredi 5 Janvier 2011 - 11:29
Ludovic Grondin
Lu 2535 fois




1.Posté par Zkaèl le 05/01/2011 11:33
zkael
"La loi de février 2000 stipule dans son article 14 al.6 que le personnel IEG (pour Industrie Électrique et Gazière) en service dans les territoires d'Outre-mer doivent bénéficier de l'intégralité des indemnités coloniales applicables aux fonctionnaires de l'État dans les mêmes territoires".
------------------

Qui a dit que La Réunion n'était plus une colonie ?
Les agents de la SIDEC et d'EDF réclament des primes coloniales !!!

2.Posté par noe974 le 05/01/2011 11:36
On rebelotte , et c'est bien !

La masse va tj souffrir : ceux qui ont un boulot cherchent à gagner plus et c'est légitime !

Encore des perturbations en vue et avec EDF , il faut s'attendre à pire !

Propositions :

"Aujourd’hui , force est de constater que les syndicats de représentent qu’à peine 6 à 7 % des travailleurs (au regard des cotisations) , et pourtant ils peuvent bloquer l’économie d’une entreprise , d’une région et même d’un pays ! Il leur suffit d’avoir des meneurs bien rôdés et un motif qu’ils jugent « valable » pour eux …

"Pour certains secteurs , comme la production d’énergie (raffineries , électricité , gaz …) , les transports divers (trains , métros , routiers …) , les services publiques (écoles …) , les grèves affectent le bien-être , la sécurité d’un très grand nombre de personnes" .

Ces grèves , ne doit-on pas les règlementer plus sévèrement ? -Ou tout simplement les interdire quand l'intérêt d'une région , d'un pays est en jeu ?

3.Posté par David le 05/01/2011 11:52
Ils s'appellent tous Banon à la CGTR ? Décidément, la préférence familiale joue à fond dans ces sectes de gauche...

4.Posté par Surcouf le 05/01/2011 12:24
J'ai entendu un auditeur dire récemment CGT = Cancer Généralisé du Travail
Ça m'a fait rire! En plus, c'est tellement vrai...



5.Posté par Rascal le 05/01/2011 13:23
On est déjà à 5000 euros/mois, encore un petit effort...
Communiste CGT : tout pour ma gueule...

On s'aperçoit qu'on paie très cher l'électricité pour tous ces gratteurs d' fesses

La revanche des Verges sur Robert, sur le dos des usagers
ça continue...


6.Posté par Caton2 le 05/01/2011 13:43
Faut savoir si la Réunion est une colonie ou un département français!

7.Posté par anonyme le 05/01/2011 14:09
Oté la CGTR, arrête fais le couillon!

Zot les entrain d'affaiblir et donner une mauvaise image des syndicats.

A la fin du mois néna le service public d'éducation po défendre. Plus de 175 postes supprimés dans l'académie.

Continue comme cela, et le patronant avec sarko nora la voie royale po faire tout sat zot y vé.

Aller demander un peu bon conseil à Paul Vergès.

8.Posté par run974 le 05/01/2011 14:24
Tout cela est très navrant pour notre petite et une économie déjà très fragilisée. Je propose de créer un collectif d'usagers et de faire des contre manifestations contre ces terroristes du travail. Citoyens réveillons nous pour barrer la route à ces fainéants.....

9.Posté par mwa la pa di le 05/01/2011 14:30
L'article 39 abroge les dispositions suivantes :



1° Différentes dispositions de la loi du 15 février 1941 qui conféraient des pouvoirs exorbitants du droit commun au ministre en matière de gaz de ville. Ces dispositions ne correspondant plus à la réalité actuelle, tant d'un point de vue technique que politique, leur maintien n'est plus nécessaire ;



2° Différents articles de la loi du 8 avril 1946 susmentionnée devenus obsolètes du fait du changement de statut des opérateurs, de l'évolution des marchés ou qui ont épuisé leurs effets. Il s'agit des articles relatifs :



- aux modalités d'organisation et de fonctionnement, à la gestion financière, au contrôle des comptes et à la responsabilité des administrateurs des deux établissements publics nationaux à caractère industriel et commercial (articles 4, 20, 24 et 29 à 32) et à la constitution de leur capital (article 16) ;



- à la nationalisation et plus particulièrement :



au transfert des biens, droits et obligations des entreprises dont la totalité ou une partie de l'activité a été nationalisée en application de la loi de 1946 (articles 6, 7, 19 et 34) et au sort des biens qui ne sont pas affectés à une activité nationalisée (article 15) ;



aux modalités d'indemnisation des actionnaires ou associés des entreprises nationalisées (articles 9 à 11, 12, 13, 14 bis à 14 quater et 18) ;



aux modalités de liquidation des entreprises nationalisées (articles 11 bis, 14, 14 quinquies et 17) ;



- aux établissements publics régionaux de distribution (articles 21 et 22) ;



- à l'adoption d'un décret, jamais pris, sur les distributeurs non nationalisés constitués sous forme de régie (troisième alinéa de l'article 23) ;



- à la Caisse nationale d'équipement de l'électricité et du gaz, dissoute le 1er janvier 1993 (articles 25 à 28) ;



- aux dispositions transitoires (titre V) et d'exécution (articles 42 à 44, 46, 48, 52) de la loi du 8 avril 1946 susmentionnée ;



3° Enfin, l'abrogation du III de l'article 4 de la loi n° 97-1026 du 10 décembre 1997 portant mesures à caractère fiscal et financier qui constitue une mesure de coordination avec les dispositions adoptées à l'article 33.




10.Posté par Caton2 le 05/01/2011 14:45
Est-ce que tous les salariés réunionnais peuvent se vanter d'avoir déjà 22% de bonus sur leur feuille de paie?
C'est le toujours plus! Mais ça c'est fini les gars!

11.Posté par maurice974 le 05/01/2011 15:32
et ça continue le délire de la caste des privilégiés du service public
qui ne paient que l'abonnement à l'électricité sans payer la consommation, et 32 heures de travail hebdomadaire, une sur rémunération déjà importante, la retraite à 55 ans, plus autre primes et habillement etc...
bref on est en plein délire, ils sont ridicules en fait
ouvrez les yeux messieurs les électriciens et regardez autour de vous vous n'avez pas honte avec les RMIstes à moins de 500 euros mensuels ?
plus on vous en donne et moins vous voulez en faire chez moi on appelle ça des fainéants
et la majorité de la population est contre votre grève, écoutez free dom deux minutes et vous aurez vraiment honte et pas question de zoreil ou bien créol mais de bon sens.

12.Posté par Zig le 05/01/2011 16:17
La CGTR est une personne civile selon la loi. La logique voudrait donc que l'on puisse demander des réparations pour les préjudices subis à cause de la grève DIRECTEMENT à la CGTR. Si j'en crois ce site :
http://www.cadresonline.com/actualite/droit/fiches_droit.php?id_article=3759

"La responsabilité civile d’un syndicat ne peut être engagée que si 3 conditions sont remplies :

une participation effective du syndicat aux agissements fautifs
un préjudice (économique)
un lien de causalité directe entre le préjudice et les agissements."

Tous les éléments sont réunis dans notre cas, non ? Si un spécialiste du droit passe par là ...

13.Posté par inconnu retraité le 06/01/2011 07:35
Sur le site de la CGT de Dunkerque il apparait qu'à EDF les personnels d’exécution touchent en moyenne 2.573 euros, les agents de maîtrise 3.288 euros et les cadres 5.637 euros. Les primes comptent pour 15% de ces rémunérations. Ce qui veut dire qu'à la Réunion il touche encore plus avec la surrémunération de 25%. Un professeur à la Réunion démarre au alentour de 2100 euros après 5 à 6 années d'étude ! Je pense qu'il ne sont pas à plaindre ces personnes en ce temps de crise et qu'il doit vivre décemment. Alors la grève pourquoi ?

14.Posté par Preum le 06/01/2011 11:55
Moi aussi je veux d'une revalorisation de 53% de mon salaire! Na

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales