Social

Appel à la grève dans l'Education nationale le 31 janvier

A peine la rentrée scolaire effectuée que les représentants syndicaux (CGT/FSU/Solidaires) s'activent pour mettre en œuvre un appel à la mobilisation nationale prévue ce 31 janvier dans toute la fonction publique. La CGTR Educ'Action appelle l'ensemble du personnel de l'Education Nationale à y participer.


Photo d'archive
Photo d'archive
La CGTR Educ'Action appelle l'ensemble des personnels de l'Education nationale à participer à un mouvement de grève. Les revendications sont nombreuses. D'abord, la CGTR Éduc’action s’est exprimée contre le projet de loi de "refondation de l’école". L'aménagement de plusieurs réformes (bac pro sur 3 ans, lycées, socle commun), "à la marge, ne peut nous satisfaire", indique le syndicat.

L'intersyndicale est également contre le projet de décret sur les rythmes scolaires. Rappelons que le nouveau recteur de la Réunion annonçait, lundi à l'occasion de la rentrée scolaire, un retour à la semaine de quatre jours et demi. Les élèves iront donc à l'école le mercredi matin à compter de la rentrée 2013. Mais pour la CGTR Éduc’action, sans allègement des programmes, pas de réelles modifications des rythmes des enfants !
"Quant à l’heure ou à la demi-heure prise en charge par les mairies, on peut légitimement s’interroger sur la qualité des activités et de l’encadrement, lorsque l’on sait que pour faciliter la mise en place, le premier ministre annonce un assouplissement du taux d’encadrement en centre de loisirs", précise-t-on.

La CGTR Educ'Action dénonce enfin la "précarité qui grandit dans l'Education nationale", et exige "des moyens à la hauteur des besoins".

Dans ce contexte, la CGTR-Éduc'action continue à exiger:

 Le rétablissement de tous les moyens perdus depuis 2002
 Des postes d'assistants sociaux et infirmiers et un véritable cadre A pour ces professions
 L'abandon du dispositif ECLAIR, de la notion de socle commun, du Livret Personnel de Compétences (LPC)
 La remise à plat de la réforme du bac pro 3 ans et de celle du lycée général et technologique
 Le recrutement par concours au niveau licence, avec une formation de deux ans payée et débouchant sur un master
 La titularisation sans condition de concours et de nationalité de tous les personnels précaires avec une vraie formation
 Une augmentation immédiate des salaires de 70 points d'indice (soit plus de 300 euros pour toutes et tous)
 L'abandon de l'évaluation professionnelle pour les ATSS
 La suppression de la Prime de Fonctionnement et de Résultat (PFR) pour les administratifs
 Une vraie réduction du temps de travail
 L'abandon du jour de carence
 L'abrogation du SMA (Service minimum d'accueil)
 La retraite à 60 ans à taux plein avec 37,5 annuités maximum
 Des CHSCT au plus près des personnels.
Mardi 22 Janvier 2013 - 14:58
.
Lu 2230 fois




1.Posté par web le 22/01/2013 14:30
Ce que veux faire le ministre de EN c'est très bien. L' immobilisme défendu par les syndicats avec leur slogan touche pas à mes privilèges ou le besoin de l'enfant n'est sûrement pas pris en compte. Dans leur revendication le rythme scolaire n’apparaît jamais .Si nous demandions au prof de faire autant d'heure que les enfants font à l'école je crois qu'ils demanderaient a ce que les journées soient moins longues, au passage une augmentation de salaire. Les syndicats font jamais gréve pendant leurs vacances au moins cela leur rallonge leurs congés. Peuvent ils nous rappeler le nombre de jours de vacances ainsi que leurs salaires

2.Posté par noe2013 le 22/01/2013 16:16
Tiens ! L'état de grâce est fini ...on va grêver , on va grêver !
Super !
Bizarre , des syndicats se réveillent ...il était temps , je commençais à désespérer ...On nous pond plein de circulaires pour "changer l'école" , sans concertation avec les professionnels et les syndicats les acceptent ?
Ouf ! si c'était Sarkozy , il n'aurait pas encore pêté que les syndicats avaient déjà pressenti l'odeur !

3.Posté par blacko le 22/01/2013 17:58 (depuis mobile)
Semaine de trois jours...est ce bon ?

4.Posté par Soj le 22/01/2013 22:45
Et les assistants d'education...on les oublies aussi eux qui ont des contrats precaires???

5.Posté par bob le 23/01/2013 13:01
A "web"

Quand tu entends ou vois des parents qui n'arrivent pas à élèvés correctement (le respect, l'apprentissage, les bonnes manières autant dans la vie personnel qu'en société,...) leurs enfants, imagine ce qu'un enseignant doit endurer tous les jours avec en moyenne 24 élèves. Malheureusement pour beaucoup (heureusement pas tous) l'école c'est une garderie pour se soulager de ses progénitures! Crois moi si tous les enfants étaient des enfants normaux, les enseignants seraient d'accord pour augmenter la cadence, malheureusement il faut d'abord se faire respecter, ensuite obtenir le calme puis gérer les cas difficiles et enfin sur les minutes restantes travailler.
A bon entendeur.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales