Année des Outre-mer : Une exposition rend hommage aux soldats ultramarins


L'année des Outre-mer, très souvent empreinte de musicalité et de festivité artistique, n'en oublie pas moins les épisodes les plus tourmentés de l'Histoire récente. Dans une exposition photographique qui se tient jusqu'à début octobre aux Invalides à Paris, la Nation rend hommage à "ses" soldats venus de tous les océans.


Année des Outre-mer : Une exposition rend hommage aux soldats ultramarins
La Cour d’Honneur des Invalides à Paris met en avant le sacrifice des combattants d'Outre-mer venus épauler leurs frères d'armes métropolitains lors des efforts de guerre du XXème siècle. Cette exposition, qui se tient jusqu'au 9 octobre, rappelle l’engagement des combattants français issus des territoires extra-métropolitains, depuis les tranchées de la Grande Guerre jusqu’aux actuelles opérations militaires extérieures.

Nés dans les îles du Pacifique ou des Antilles, en Guyane, à la Réunion, à Saint-Pierre et Miquelon ou à Mayotte, ces milliers de compatriotes venus des colonies ont combattu sur tous les théâtres d’opérations où furent engagées les armées françaises.

Année des Outre-mer : Une exposition rend hommage aux soldats ultramarins
Si le rôle et le sacrifice de tous les combattants ultramarins, en près d’un siècle de conflits, ne sauraient être représentés de manière exhaustive à travers les 30 photographies sélectionnées, il  va de soi que c’est à chacun d’entre eux que cette exposition entend rendre hommage, à mi-chemin d'une année consacrée à l'Outre-mer.

Des personnalités aux côtés du soldat inconnu

Certaines des photographies exposées soulignent les destins exceptionnels de grandes figures historiques qui se sont illustrées pendant les deux Guerres mondiales, comme, parmi les plus célèbres, le Guadeloupéen Camille Mortenol, le Réunionnais Roland Garros ou le Guyanais Félix Eboué.


L’exposition permet aussi d’évoquer les combattants anonymes de la Grande Guerre, comme les poilus martiniquais, les tirailleurs malgaches (intégrant les soldats comoriens, dont des Mahorais), ou les poilus calédoniens et les tirailleurs kanak.


Sont également honorés, pour la Seconde Guerre mondiale, le célèbre Bataillon du Pacifique, les marins des Forces navales françaises libres défilant à Saint-Pierre et Miquelon dès décembre 1941 ou le Bataillon des Antilles.

Enfin, sont en outre rappelés la présence et le rôle des soldats ultramarins dans les conflits de la seconde moitié du XXème siècle jusqu’à aujourd’hui. Une manière comme une autre de porter le message de lien entre métropole et les territoires d'outre-mer voulu pour cette année spéciale pour l'outre-mer. 

Mardi 13 Septembre 2011 - 07:56
Ludovic Grondin
Notez

Lu 2460 fois, cliquez sur une des icônes ci-dessous pour partager cet article avec votre communauté



1.Posté par William le 13/09/2011 08:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quoi ? le soldat inconnu pourrait être noir !!! ;-)

2.Posté par Bayoune le 13/09/2011 16:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La libération de Paris par des " Whites only

Des documents d’archives inédits révélés le lundi 6 avril 2009 par la BBC indiquent que britanniques et américains, de concert avec De Gaulle, se sont assurés que la "Libération de Paris" le 25 août 1944 soit perçue comme une victoire menée par des « blancs uniquement »...
En dépit d’avoir formé 65% de Forces Françaises Libres et de leur grand nombre de morts pour la France, les héroïques soldats noirs ne devaient bénéficier d’aucun accueil triomphal à Paris.

Toutefois, le document de la BBC apporte la preuve que des soldats noirs des colonies françaises - qui représentaient environ deux-tiers des Forces Françaises Libres - ont été délibérément écartés de la colonne qui a conduit la marche des alliés sur la capitale française.

Lorsque la France a capitulé en juin 1940, 17.000 de ses soldats noirs, principalement des troupes des pays colonisés de l’Afrique de l’Ouest - connues sous le nom de Tirailleurs Sénégalais, furent tués. [1]
Bon nombre d’entre eux furent tout simplement abattus peu après s’être rendus aux troupes allemandes, qui le plus souvent les ont considérés comme des sauvages sous-humains.

3.Posté par William le 13/09/2011 19:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bayoune : je ne connaissais pas cette histoire révélée par la BBC mais finalement je ne suis pas surpris...

4.Posté par Bayoune le 13/09/2011 21:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mi kontinu lo tèks, malérèzman osi la Réniyon, na bonpé i krwa ke zot lé agréé konm fransé :


Retrait des pensions
En fin de compte, presque chacun était heureux. De Gaulle a obtenu son souhait d’avoir une division Française pour conduire la libération de Paris, en dépit du fait que le manque de troupes blanches ait conduit à ce que beaucoup de ses hommes étaient réellement espagnols.

Les Anglais et les Américains ont obtenu leur Libération par « des blancs seulement », en dépit du fait que plusieurs des soldats en question aient été en réalité des Nord Africains ou des Syriens.

Pour les Tirailleurs Sénégalais de la France, il y avait cependant peu à célébrer.

En dépit d’avoir formé 65% de Forces Françaises Libres et de leur grand nombre de morts pour la France, ils ne devaient bénéficier d’aucun accueil triomphal à Paris.

Après la libération du capital français beaucoup ont été simplement dépouillés de leurs uniformes et renvoyés dans leurs colonies. Pour rendre l’histoire encore plus cruelle, en 1959, leurs pensions ont été gelées.
L’ancien soldat colonial Français, le Sénégalais Issa Cissé, aujourd’hui agé de 87 années, jette sur tout cela un regard empreint d’une tristesse et d’un ressentiment évidents.

« Nous, le Sénégalais, avons été commandés par les chefs français blancs, » dit-il.

« Nous avons été colonisés par les Français. Nous avons été forcés d’aller faire la guerre. Forcés d’obéir à des ordres nous dictant de faire ceci, de faire cela, et nous l’avons fait. La France n’a pas été reconnaissante. Pas du tout. »

Nouveau commentaire :
Twitter

Recevoir le journal de Zinfos


Zinfos locales

Actu Ile de La Réunion

Paris : Les pics de pollution aussi dangereux que le tabagisme passif

1 Commentaire - 24/11/2014

Les exportateurs de fruits et la Région se partagent l’addition

13 Commentaires - 24/11/2014

Tranchée couverte de St-Denis: Travaux les nuits du 24 au 27 novembre

0 Commentaire - 24/11/2014

La peste fait son retour à Madagascar

2 Commentaires - 24/11/2014

Le Qatar en passe d'acheter 24 Rafale à Dassault

3 Commentaires - 24/11/2014

Les sanctions occidentales feraient perdre à la Russie jusqu'à 32 milliards d'euros par an

3 Commentaires - 24/11/2014

800 centrales photovoltaïques en 2015 grâce au "chèque photovoltaïque"

8 Commentaires - 24/11/2014

Violences faites aux femmes: Saint-Pierre se mobilise demain

3 Commentaires - 24/11/2014

Une délégation réunionnaise au salon européen Pollutec

0 Commentaire - 24/11/2014

Violences conjugales: 1.700 faits constatés par les forces de l'ordre en 2013

4 Commentaires - 24/11/2014