Politique

Andry Rajoelina sur la route pour convaincre les dirigeants africains

Le président du gouvernement de transition malgache Andry Rajoelina entame une tournée dans les pays d'Afrique membres de la communauté de développement de l'Afrique australe (SADC). Objectif : défendre la légitimité de son poste avant le sommet ordinaire du 20 mai.


Andry Rajoelina sur la route pour convaincre les dirigeants africains
"Je vais rencontrer incessamment le président sud-africain Jacob Zuma mais également d’autres dirigeants africains au sein de la SADC", a déclaré l’homme fort de la Transition hier, à son arrivée à Ivato, nord ouest de la capitale malgache Tananarive. Selon l'Express de Madagascar, Andry Rajoelina n'aurait pas précisé le calendrier et les personnalités ciblées, mais des indiscrétions feraient état d’un possible déplacement qui le mènerait jusqu’en Angola.

Le président s'est investi dans une campagne de sensibilisation dans le but de "défendre la cause de la transition auprès des dirigeants des pays membres de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), avant le sommet ordinaire du 20 mai".

Revenant sur ses déplacements en Namibie et au Mozambique, le dirigeant de la Transition n'a pas manqué d'évoquer les conclusions positives issues de ses rencontres avec les chefs d'états respectifs de ces pays, ainsi qu'avec Joaquim Chissano, médiateur de la SADC. "On peut considérer comme très important le fait que des présidents des pays membres de la SADC m'accueillent", a-t-il soutenu.

Dans son allocution, il aurait mis entre parenthèses une déclaration du président namibien rapportée par la presse locale, qui a insisté sur l'invariabilité de la position du bloc économique régional qui persiste à ne pas reconnaître le changement de pouvoir en 2009.

Effacer le lobbying des anciens présidents

Le président de la Transition se serait montré satisfait de son voyage et aurait affiché son souhait d’"en finir avec la transition". Il a insisté sur le fait de ne pas retoucher à la feuille de route. "Ceux qui veulent y adhérer, peuvent encore le faire", a-t-il lancé avant de conclure que "la signature de ce document devrait intervenir après le Sommet de la SADC".

Avec son programme d'actions concertées, le régime malgache actuel tente de "mettre le paquet dans le but de faire basculer l’opinion des dirigeants de la SADC avant le Sommet ordinaire du bloc économique régional du 20 mai" ont rapporté nos confrères. "Il veut effacer le travail de lobbying effectué par les mouvances des trois anciens présidents, en particulier par le camp de l’ancien président Marc Ravalomanana".

Des mouvances qui doutent toujours des résultats de ses déplacements, malgré une conviction affichée par Andry Rajoelina. "C’est tant mieux s’il a pu convaincre les présidents de la Namibie et du Mozambique. Dans ce cas, la reconnaissance ne devrait pas tarder", ironise Fetison Andrianirina, membre de la mouvance Ravalomanana et fondateur de l’association Solidarité aux victimes du non-droit. "Mais pourquoi alors attendre la réunion du 20 mai avant de signer la feuille de route ?", s'est-il demandé.
Jeudi 21 Avril 2011 - 17:29
Mélodie Nourry
Lu 907 fois



Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales