Politique

Ancien cimetière de Basse-Vallée : "Le degré zéro de la politique existe bel et bien"

En réponse aux attaques dont il a été la cible concernant les travaux de nettoyage mécanique réalisés à proximité de l'ancien cimetière de Basse-Vallée, le maire de Saint-Philippe, Olivier Rivière s'est exprimé ce matin sur ce qu'il considère comme une "manipulation politique".


Olivier Rivière n'a pas beaucoup apprécié les critiques qui lui ont été adressées il y a une semaine concernant les travaux réalisés sur le site jouxtant l'ancien cimetière de Basse-Vallée. Selon le maire de Saint-Philippe, les informations transmises à la presse par un certain nombre d'élus relève plus de la "manipulation politique" que d'une sensibilisation au patrimoine historique local.

"Il s'agit avant tout d'une récupération indécente de la part de politiques en mal de notoriété" lance Olivier Rivière qui a souhaité faire la lumière sur une affaire qui prend, selon lui, des proportions incompréhensibles. "On m'a accusé de profanateur, de destruction de lieu de mémoire alors qu'il n'y a aucune preuve qui permette de lancer de telles propos" poursuit le premier magistrat qui envisage une action en justice.

L'ancien cimetière classé en zone constructible depuis 1995

Après avoir effectué un certain nombre de recherches, les élus de Saint-Philippe ont pu mettre la main sur une série de documents attestant de la présence de Raphaël Piras, l'actuel président du musée "Au bon roi Louis", comme second adjoint au maire de Saint-Philippe entre 1989 et 1995. C'est d'ailleurs Raphaël Piras lui même qui avait dressé les premières critiques à l'encontre du maire il y a une semaine. Délégué à l'urbanisme, il avait participé à un certain nombre de réunions relatives à la révision du Plan d'occupation des sols (POS) de 1995. Un procès-verbal précisant même que l'ancien adjoint au maire avait contribué au classement de la parcelle concernée en zone constructible

"Aujourd'hui ce que je découvre, c'est que de 1989 à 1995, sous la mandature de Hugues Salvan, Raphaël Piras avait participé en tant que 2nd adjoint chargé de l'urbanisme au déclassement d'une zone agricole en zone constructible. Il était donc parfaitement au courant de ce qui se passait dans ces différentes zones puisqu'il s'est même porté acquéreur de certains terrains avant ce déclassement" explique le maire. "Il savait parfaitement qu'il y avait des vestiges à cet endroit là. Ce que j'ai du mal à comprendre, c'est que l'on me parle de préservation du patrimoine alors que d'un autre côté, on a pas hésité à déclasser toute une zone agricole sur laquelle était implantée le cimetière marin" poursuit l'élu qui évoque également les pierres qui auraient appartenu à des sépultures.

Des pierres taillées venues de Sainte-Suzanne et une "couronne mortuaire en caoutchouc"

Confronté aux demandes répétées de logements à l'échelle communale, Olivier Rivière estime qu'il est du devoir d'un maire d'agir en matière de réalisation de logements sociaux. "Il y a eu des incompréhensions récupérées par des élus sans scrupules. Nous avons 53% de chômeurs à Saint-Philippe et des centaines de familles qui attendent depuis des années voire même des décennies des logements sociaux. Il est donc normal que l'on prenne à bras le corps ce problème de logements et que l'on construise des logements sur des poches foncières constructibles" ajoute le maire.

Autre réplique adressée à ses opposants, la présence d'une couronne mortuaire dans les gravats déblayés par un engin de chantier. Sur ce point, l'élu semble clair : "Ce qui a été présenté comme une fameuse couronne mortuaire. Après vérification, il s'avère que cette fameuse couronne n'est plus ni moins qu'un morceau de pneu découpé. Je doute que ce morceau de pneu date des années 1820 à moins que le premier pneu ait fait son apparition avant la première voiture vers 1900" lance avec ironie Olivier Rivière.
L'occasion également de revenir sur l'affaire des pierres taillées retrouvées dans ces mêmes gravats. Des pierres qui avaient été apportées du cimetière de Sainte-Suzanne, car inutilisées, dans le but de reconstruire une partie des sépultures. Mais elles sont restées, pour certaines d'entre elles, stockées dans un recoin de la parcelle où des travaux de nettoyage ont été réalisés.

L'imbroglio né le 19 août dernier réserve donc son lot de surprises. Reste à savoir quelles seront les réactions des personnes qui avaient manifesté leur mécontentement sur le site même de l'ancien cimetière. Un site dont personne ne semble se préoccuper et où la végétation règne en maître depuis maintenant plusieurs siècles.
Jeudi 26 Août 2010 - 12:45
Ludovic Robert
Lu 3209 fois




1.Posté par Saint-Denis le 26/08/2010 13:34
Exactement, quand on ne sait pas, on se tait c'est faire signe de grande sagesse. A méditer

2.Posté par XIII le 26/08/2010 15:07
Il est en congé de la mairie du Tampon aujourd'hui ou quoi?

3.Posté par Arrete de mentir le 26/08/2010 17:50
N' AGGRAVEZ PAS VOTRE CAS MR LE MAIRE.

VOUS AVEZ PASSE UN BULLDOZER SUR UN CIMETIERE ANCIEN QUI EST REPERTORIE DEPUIS LONGTEMPS C'EST TOUT.

SOIT C'EST PAR INCOMPETENCE SOIT C'EST PAR MALFAISANCE.

SI C'EST PAR INCOMPETENCE TAIS-TOI.

4.Posté par philippoiserie le 26/08/2010 20:24
Oté le mer, arrete bouche nout zieu.
Ou apporte rien de plus, même pas de quoi défend a ou.
Ou répond a la polémik par la polémik.
La mairie du Tampon y doit bien compte dessus ou pou fai avance a zot. si Paulé y compte dessus ou, pou épaule a lu lu lé bien barré ek un spécimen dan out genre.
allé plutot brule un sierge pou les pauv' zame ou la dérrangé


5.Posté par hypocrate le 26/08/2010 21:29
personnellement, je chercherais l'incompétence chez ceux qui ont déclassé un cimetière! franchement, chapeau!!!

6.Posté par Basse Valléen le 27/08/2010 07:36
philippoiserie, qui bouche lé yeu de qui?? essay faire croire à nou que le tas de roche taillée té des tombes, que la couronne té une couronne mortuaire alors que c'est un vulgaire bout caoutchouc... c'est vraiment prend à nou pou couillons! ouve un coup ton yeu bouché, et répon pas par un autre polémique sur la mairie du tampon. au moins, le maire la passe un concours pour gagne son travail, c'est pas le cas d'out camarade!

7.Posté par Profane le 27/08/2010 09:20
"le degré 0 de la politique existe bel et bien"! voila qui est bien dit. Ca résume assez bien cette affaire qui au final accouche d'une souris.

8.Posté par lio le 27/08/2010 09:43
il faudrait savoir ce que la population de st philippe veut réellement: le foncier dans cette ville se réduit comme peau de chagrin cependant que la population augmente (même si certains prétendent que JAMAIS il n'habiteraient cette bourgade,à bon entendeur....) , les demandes de cases "sociales" explosent, CQFD: il faut bien trouver des terrains pour loger les gens. Il n'y a pas encore 2 semaines tout le monde s'en foutait comme mathusaleme de l'existence de ce cimetière excépté quelques initiés (genre faire crac crac sur les pierres et là on parle pas de non respect des morts)....et là on tire à boulet rouge sur le maire, de plus on lui reproches ben tout simplement de ....travailler!!!! qu'est ce que cela peut faire qu'il bosse au tampon ou à st pierre, il paie ses impôts comme tout le monde! néanmoins à st philippe on est hyper influençable, quand un ancien adjoint, aujourd'hui Roi son bon Louis n'arrive plus à tirer profit d'une majorité qui l'a evincé il dit cochon vole et les couillons suivent! le maire ferait bien d'annuler ce projet pour une seule raison : ça ke le besoin la case avec zot grappe marmail, allez demande le maire st jo donne à zot un ptit pièce!

9.Posté par archéologue le 27/08/2010 11:45
Tiens, il y a un service com à la mairie de Saint-Philippe?

Ou bien Didier ROBERT a prêté son staff à son employé?
Tous ces commentaires ne sont là que pour DEFENDRE l'INDEFENDABLE: que le maire a f... un coup de bull sur un cimetiere connu des archéologues.

Personne ne dit qu'il ne faut pas faire de logements, arrêtez de CARICATURER.

On dit que dans un pays au patrimoine fragile comme LA REUNION il faut faire l'expertise acheologique préventive comme les TEXTES L'IMPOSENT.

RIVIERE ne l'a pas fait parce qu'il est incompétent? Ou bien parce qu'il est pressé de nourrir les promoteurs et spéculateurs?
A la population de juger.

En tous cas une chose est sûre: en tant qu'archéologue j'avais été sensible à la proposition de l'UMP de valoriser le patrimoine archéo.

MENSONGES. Je saurai maintenant pour qui voter.u[

10.Posté par gynécologue le 27/08/2010 11:56
hum! hum! plutôt louche cet archéologue! il ne doit pas fouiller que de la terre lui!!!

11.Posté par Murin le 28/08/2010 06:09
Nos morts sont SDF,si, aujourd'hui en réponse à la démographie dans les communes ,les Maires à La Réunion construisent des logements sociaux sur des anciens cimetières."Zot té dan bloké koué"
Saint Philippe ne mérite pas cette "médiatisation nulle" qui est à contre sens de la réelle identité collective du "sud sauvage":C'est à dire le respect des valeurs .

12.Posté par Yves COLETTE le 01/09/2010 20:36
Cet ancien cimetière a fait l'objet d'une opération de restauration en fin des années 90. Je n'ai plus la date exacte. Il a fait l'objet de recherches de la part des stagiaires qui sous ma conduite (APR) se sont enthousiasmés à cette oeuvre de réhabilitation du passé autour du nom : Eustache Hoareau - 1818-1855. (Voir ADR 15 K 7 aux Archives). Décrit en 1820, il a vu passer Bory de Saint-Vincent avant d'être tansféré en 1857.
Dans l'excitation de réussir cette restauration, oui, un transport a été consenti par la municipalité de Saint-Philippe et des stagiaires sous la responsabilité de mon collègue, maître-maçon François Rivière sont allés récupérer des pierres "tombales" en surplus dans le cimetièe de Sainte-Suzanne.
Pour ce qui est de mon intervention j'ai encore là sous les yeux une petite liasse de documents -projets - traités par les stagiaires : Cédric, Laetitia, Fabiola, Luciano, Sébastien... convertis ternporairement en paysagistes-botanistes et qui souhaitaient ardemment mener à bonne fin cette opéation : respect et restauration des tombes, le tout dans l'environnement végétal de l'époque.
Las ! Hélas !
Cela pour exprimer un immense regret : celui du gaspillage de l'énergie du Réunionnais et des jeunes en général qui est insulte au respect des valeurs, de son identité, de ses racines.
Mais qui devrait-il finalement incriminer ?
C'est juste une précision ! Je n'ajouterai pas Domaine Vidot à Mont-Vert les Hauts ...et...et...

.


l

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales