Economie

Alerte rouge sur les comptes de la CCIR

Assemblée générale mouvementée à la CCIR. Au coeur de la problématique, la sincérité du compte 2013 présenté à l'ensemble des membres titulaires de la Chambre. Dans l'opposition, on dénonce un budget insincère. La majorité rejette cette vision et attaque la politique d'austérité du gouvernement.


Alerte rouge sur les comptes de la CCIR
Pour la première fois de son histoire, la CCIR (Chambre de commerce et d'industrie de la Réunion) a présenté un compte 2013 déficitaire. Si la majorité avance la politique d'austérité engagée par le gouvernement pour justifier des comptes dans le rouge, l'opposition dénonce des comptes insincères et le manque de stratégie de la CCIR. La sortie médiatique de Pascal Plante, élu CGPME de l'opposition, dans la presse de ce matin (le Journal de l'île) a jeté un froid lors de l'assemblée générale de cet après-midi.

C'est d'ailleurs dans une ambiance digne d'une cours de récréation, chacun cherchant à crier plus fort que l'autre, que la CCIR a présenté le budget 2013. "Le budget est insincère. La situation aujourd'hui est critique. Nous sommes à la tête d'une CCIR qui doit servir les ressortissants. Il faut vérifier qu'aujourd'hui et demain, nous ayons la capacité à honorer nos missions", explique Pascal Plante. Pour appuyer ses dires, il n'hésite pas à parler de "jeu d'écriture" pour masquer la réalité. La CCIR présente un résultat net déficitaire de 419.000 euros, là où il était positif de 3,2 millions l'année dernière.

Plusieurs faits sont avancés pour justifier les comptes déficitaires de la CCIR, comme le transfert du port et de l'aéroport. Pour le port, la CCIR a réclamé plusieurs millions d'euros à l'Etat, mais ce dernier n'a toujours pas rendu son avis. "Pour le port vous avez agi avec beaucoup de légèreté. Vous avez remis les clés sans compensation arrêtée. Alors, il reste la voie juridique, mais le seul soucis est qu'il y en a pour des années", fait remarquer un élu de l'opposition.

En face, la président, Ibrahim Patel, ne décolère pas. "On a vu les gens qu'il fallait. Mais avec le changement de gouvernement, il y a eu changement de stratégie. Ce n'est pas une question de légèreté, tout a été fait. On attend et prendra la décision qui s'impose. Un cabinet étudie le dossier", explique-t-il.

Alerte rouge sur les comptes de la CCIR
Avis réservé de la commission des finances

Résultat, sur les comptes 2013, l'avis émis par la commission des finances est "réservé". "La commission attire votre attention sur le caractère très préoccupant de nos finances et les nuages sombres qui planent sur les missions futures (…). Nous alertons l'assemblée, la commission finance après analyse et celle du commissaire aux comptes émet un avis réservé pour l'ensemble des comptes de la CCIR", assure Sandor Rahim Khan, élu de l'opposition et membre de la commission des finances.

Autre avis, celui du commissaire aux comptes. "Pour moi, les comptes 2013 sont réguliers et sincères. Nous les validons sans réserves. Concernant la perspective d'avenir, nous avons demandé la communication prévisionnelle de trésorerie au-delà de 12 mois. S'il y avait eu risque dans les paiements, nous aurions lancé une alerte sur les comptes. Mais à la date d'aujourd'hui, nous ne sommes pas en mesure de lancer cette procédure alerte", précise-t-il.

La question posée par Arzou Mahamadaly, élu de l'opposition de la CCIR, quant au placement, ou non, de la CCIR en procédure d'alerte n'a pas été retenue… pour le moment. Mais tous les membres de la chambre consulaire se disent inquiets unanimement du sort réservé par l'Etat, dans le cadre de sa future loi de Finance. "Aujourd'hui, la majorité des CCIR sont en déficit, certaines dans des situations encore plus critiques que nous. Le gouvernement a une stratégie, redresser les finances. La ligne c'est ça, pour le reste débrouillez-vous", conclut le président de la CCIR, Ibrahim Patel.
Lundi 30 Juin 2014 - 17:12
JD
Lu 1814 fois




1.Posté par noe le 30/06/2014 18:16
Il faut faire des économies et non construire des projets pharaoniques !

2.Posté par non le 30/06/2014 19:36
Bien sur la faute du gouvernement ! facile comme excuse Mr Patel! si vous enleverez tous ces directeurs et administratifs, pistons et maitresses qui profitent un maximum du systême, RTT, missions bidons, voyages tous frais payés pour des formateurs venus de métropole, alors que vous avez les mêmes compétences sur l'île, arrêts maladie abusifs etc.., j'en passe ett des meilleurs, la CCIR serait dans le vert !!

3.Posté par Réunionnais informé le 30/06/2014 20:12
il faut surtout réduire la voilure de cette véritable usine à gaz qui a des frais de fonctionnement beaucoup trop élevés par rapport à ses recettes ne lui permettant pas de jouer son véritable rôle au service de ses mandants !!!

4.Posté par David Asmodee le 30/06/2014 20:57
@3

Il faut surtout supprimer cette usine à gaz qui ne sert strictement à rien.

5.Posté par Ils veulent tuer la CCIR le 01/07/2014 04:51
Depuis le départ de monsieur le président Lin Teng Shee, la CCIR s'est enfoncée peu a peu dans une gestion soviétique d'embauches inutiles et coûteuses. K marade socialiss reviens, ils sont devenus fou.

6.Posté par JANUS le 01/07/2014 09:11
Monsieur PATEL semble ne pas savoir que notre pays connaît une crise financière sans précédent ...

Pour un Président de CCI, cela me semble très inquiétant ...

Que les aides publiques diminuent ... cela concerne toutes les collectivités territoriales et toutes les chambres consulaire ... Tout le monde est prévenu depuis deux ans ... Chacun s'est adapté à ces nouvelles conditions de financement réduites ... Pourquoi pas la CCIR ???

On peut vraiment se demander à quoi sert ce MACHIN ?

7.Posté par Frigidaire le 01/07/2014 19:50
Front froid en vu. Tous les services de l'Etat débauche, bientôt ceux des collectivités et la CCIR continue de créer des emplois c'est bien mais vivre au-dessus de ses moyens à court terme on s'en sort à moyen terme on coule. L'aéroport c'est bon an mal an 1,5 M eur en moins dans les comptes "sincères", pour le port ce sont pas moins de 5 M eur par an. Pour les autres services de la CCI ce sont tous les ans des pertes de l'ordre de- 200 keur /an pour le CRITT, - 1 M eur pour les maisons d'entreprises et - 100 à - 500 keur pour la formation. Ce sont les chiffres depuis des décennies ce n'est pas aujourd'hui que cela va changer. Le port permettait à la CCI de "survivre" avec des "prêts" déguisés, les salaires des employés autre que le port provenaient du placement des fonds propres du port. Pire l'agrandissement de l'aéroport c'est fait grâce au port. Maintenant que la vache à lait n'est plus ce n'est pas la formation qui pourra faire vivre tout ce monde et tous ces élus. Un régime est nécessaire et la suppression aussi bien d'élus que de salariés devient nécessaire pour que le bateau reste à flot.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales