ZinfosBlog

Air Corail jette l’éponge et Int’Air Iles revient


Si le petit monde l’aviation dans la région est sous pression avec l’arrivé de French Blue sur la Réunion, ce qui rebat les cartes du transport vers la métropole, à Mayotte et dans la zone comorienne, c’est de la folie furieuse.

Alors que l’aviation entre Mayotte et ses voisins directs les Comores, l’Afrique de l’Est et Mada, prenait ses marques et que la concurrence était plutôt saine entre AB aviation, Ewa et Int’Air Iles, voilà que soudain tout est devenu fou et est parti en vrille. La faute à qui ? Au début, aux autorités françaises qui ont fait des embrouilles à Inzoudine Seffoudine patron d’Inter Iles devenue ensuite Int’Air Iles. Il faut le reconnaître, la DGAC a été particulièrement enquiquinante envers cette compagnie qui, en s’installant sur Mayotte a fait de l’ombre à Ewa et Air Austral, ce qui n’a pas été bien vu du tout du côté de la direction générale d’Air Austral dont les amitiés entre le PDG de la compagnie réunionnaise et le patron de la DGAC sont connues.

Si l’arrivée de la concurrence créé une saine émulation, dans le monde l’aérien ça fait plutôt des dégâts et savonner la planche au petit copain fait partie du jeu. Quoi qu’il en soit, le patron d’Inter Iles a tenu bon et il a réussi à s’implanter à Mayotte avec en sus sa flotte de Cessna Grand Caravan basée à Dzaoudzi. Changement de braquet et changement de nom, Inter Iles est devenue Int ‘Air Iles avec l’arrivée le 5 décembre à Mayotte de l’Airbus A 320 de la compagnie comorienne. C’est cet avion qui allait changer la donne et accessoirement mettre le feu aux poudres dans la zone. L’Airbus A 320 ambitionnait de déployer ses ailes vers les Comores, mais aussi vers Mada, l’Afrique de l’Est, Maurice, la Réunion et Dubaï. Une volonté  affichée de faire son trou mais aussi… de l’ombre aux autres compagnies desservant ces lignes comme Air Austral et Ewa Air. Pour brouiller les pistes, voilà que les autorités aériennes malgaches ont commencé à se faire plus pointilleuses sur les conditions de vol sur son territoire de l’A 320 d’Int’Air iles. De petites embrouilles en chicayas, Inzoudine Seffoudine, le PDG de la compagnie commençait à comprendre qu’on lui cherchait vraiment des poux. Malgré tout, il s’est plié de bonne grâce à tous ces tracas, mais c’était sans se douter que c’est dans son propre pays que les coups seraient les plus rudes.
 
En effet, l’homme d’affaires comorien a du soudain faire face à une charge en règle des autorités comoriennes et notamment du patron de l’aviation civile locale Jean-Marc Heintz bien connu à Mayotte du tempos où il possédait sa propre compagnie aérienne Comores Aviation et assurait lui-même la desserte entre Mayotte et les Comores avec ses Let 410. Actuel grand patron de la règlementation aérienne des Comores, Jean-Marc Heintz, a tout fait pour que Int’Air Iles ne puisse continuer ses activités et pour ce faire, tous les prétextes étaient bons, allant même jusqu’à reprocher l’immatriculation sud africaine de l’A 320 loué en Afrique du Sud. En effet, la règlementation comorienne imposerait que les avions d’une compagnie aérienne ayant son siège aux Comores soient immatriculés dans ce pays au bout de six mois. L’A 320 étant loué, le changement d’immatriculation devenait impossible et du coup exit l’A 320. Puis ce furent les Cessna Grand Caravan de la compagnie qui furent pointés du doigt. Dans ces conditions, il ne restait au patron d’Int’ Air Iles qu’à jeter l’éponge ce qu’il a fait la semaine dernière…
 
 
AB aviation même sort

L’autre compagnie comorienne AB Aviation d’Ayad Bourane qui assurait ses vols dans la zone entre Mayotte et les autres iles de la lune a connu également un sort comparable à Int’Air Iles puisqu’une nouvelle fois l’aviation civile comorienne décidemment très sourcilleuse, a également trouvé tous les prétextes pour que la compagnie mette la clé sous la porte. Il est vrai que sa gestion était plutôt singulière et elle s’est donc sabordée aussi en laissant des ardoises, notamment à Mayotte où elle était interdite de séjour. Mais à y regarder de plus près, si c’est le bocson dans l’aérien aux Comores, c’est que visiblement il y avait baleine sous galet et ces derniers jours le voile s’est levé en partie sur ce qui se tramait en coulisses à Moroni. Inzoudine Seffoudine a jeté l’éponge avec Int’ Air Iles et a renvoyé son avion au loueur Sud-Africain. Exit l’A 320, tandis que les Cessna restaient cloués au sol. Or voilà qu’au même moment une nouvelle compagnie prenait son envol depuis l’aéroport Hahaya, Blue Sky une compagnie africaine sollicitée semble-t-il par les Comores pour désenclaver l’île.

Le premier vol de cette jolie compagnie qui s’est déroulé le 29 juillet a failli tourner à la catastrophe, un problème de train étant à l’origine d’un demi-tour d’urgence et d’un retour à Moroni précipité, alors que l’avion devait rejoindre Anjouan. Des travaux "magnégné" avaient été effectués sur l’appareil empêchant ensuite le train d’atterrissage de rentrer normalement !!! Or il semblerait que derrière cette jolie compagnie aérienne, se cache en réalité une proximité avec Jean-Marc Heintz qui aurait revendu son matériel à cette compagnie, lorsqu’il a cessé Comores Aviation. On comprend mieux dès lors son acharnement à éliminer toute concurrence comorienne… Décidément l’aérien est un monde impitoyable.
 
 
Air Corail jette l’éponge et Int’Air Iles revient

Coucou voilà Air Corail

Et comme si tout ce foutoir aéronautique Comoro-Comorien ne suffisait pas, voilà qu’on apprenait la semaine dernière qu’une nouvelle compagnie allait s’implanter à Hahaya, mais cette fois en voyant plus grand, puisqu’ Air Corail, c’est son nom, devait étendre ses ailes jusqu’en métropole pour desservir Marseille et d’autres destinations notamment Djeddah et Maurice avec un Airbus A 330-200, de 305 places.

Le business plan savamment distillé pour qu’il se propage un peu partout est plutôt impressionnant puisque tout y es détaillé, avec un seul petit souci ; c’est qu’à la lecture détaillée de ce document, on s’aperçoit que l’affaire ne serait pas viable plus de quelques mois…Comme par hasard cette compagnie serait montée par Erick Lazarrus connu pour avoir créé à la Réunion en 2003 la compagnie Air Bourbon, dont on connait la durée de vie et les problèmes qui ont mis en pétard pas mal de passagers grugés, quand la boutique à mis la clé sous la porte. Pourtant là encore, Air Bourbon, qui devait se  positionner sur la ligne Réunion-Paris pour combler le vide laissé par AOM avait été présentée par son fondateur Erick Lazarrus comme LA compagnie qui allait tout révolutionner.

La révolution a tourné court… Si le premier vol Réunion-Paris du 7 juin 2003 fut un succès, les sourires avaient disparus en 2004  avec la fin de l’expérience et des centaines de passagers grugés cloués au sol.

Mais voilà que soudain Erick Lazarus s’est ressenti pousser des ailes, en lançant son projet Air Corail, dévoilant même le nom des futurs responsables, dont François Le Bihan bien connu à Mayotte, car responsable de Mayotte Air Service depuis des années. Sauf que patatras, Air Corail n’existera pas, puisque mardi dernier 1 août, un communiqué précisant que : "Compte tenu des réactions négatives, voire hostiles, au lancement du projet Air Corail, les promoteurs de ce projet ont décidé de renoncer à la création et au lancement de cette compagnie aérienne aux Comores../.. Par ailleurs il nous semble important de préciser que M. François Le Bihan, comme d’autres personnes citées, a été pressenti de longue date de par ses grandes qualités professionnelles pour ce poste de directeur général adjoint chargé de l’exploitation,mais qu’il a décliné cette offre lorsque nous lui avons présenté ce projet en mars dernier..." annonçait la fin de l’histoire.
Bref, Air Corail n’aura été qu’un grand coup de bluff oudri on ne sait pourquoi…


Int Air Iles reprend ses vols

Et comme dans le monde de l’aérien rien n’est jamais figé, les surprises arrivent quand on s’y attend le moins ? Voilà que Int Air Iles refait surface avec la publication le 1er août, d’un communiqué entre les autorités comoriennes avec le président Azali en personne et Inzoudine Seffoudine, concernant "la recherche de voies et moyens pour qu’Int’Air Iles puisse reprendre ses activités ". Activités qui ont effectivement repris dès hier à l’aide des Cessana Grand Caravan, qui ont effectué leurs rotations entre Mayotte et les Comores comme il y a quelques jours encore.
Décidément on marche sur la tête !

 



Suivez le ZinfosBlog Air Info OI.
Samedi 5 Août 2017 - 08:00
Denis Herrmann
Lu 1116 fois




1.Posté par MICHOU le 10/08/2017 09:14

C'est sûr qu'un homme avec un nom bien "local" avec les connaissances des réseaux et du terrain n'a aucune chance face à un Ketchup importé.
C'est comme les embauches en général, chez nous aussi, malgré des fiches de poste demandant une bonne connaissance du terrain et du contexte, c'est un extérieur qui sera privilégié, dans le cadre parfois d'un véritable réseau de recrutement organisé.
Etonnant que les Comoriens, si prompts à manifester n'aient pas fait entendre leurs voix. L'adoucissement et enrobage par la sauce rouge doucereuse sûrement

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter