Politique

Aides du CCAS de St-Louis : Claude Hoarau a son comité de soutien


Aides du CCAS de St-Louis : Claude Hoarau a son comité de soutien
 
Le collectif "Solidarité Claude Hoarau" est né aujourd'hui à Saint-Louis. Une quarantaine de personnes se sont réunies pour dénoncer les procédures faites à l'encontre du maire de Saint-Louis dans le cadre des aides du CCAS. Fin octobre, Claude Hoarau avait été placé en garde a vue, les enquêteurs le soupçonnaient d'achat de voix (lire ici : 10 heures de garde à vue pour Claude Hoarau et son adjointe).

Présent aujourd'hui au milieu de ceux qui le soutiennent, le maire est revenu sur cette affaire en expliquant qu'il était "inattaquable" et qu'il avait subi "une troisième garde à vue pour des broutilles". Selon lui, même ceux qui appartiennent à la mouvance de son adversaire politique n'auraient pas témoigner contre lui pour attester d'un présumé achat de voix.

"Face à l'injustice, la révolte est légitime"

Après avoir remercié l'ensemble des personnes qui s'étaient déplacées pour lui apporter leur soutien, le maire s'est excusé de leur avoir causé des soucis en laissant entendre qu'ils avaient dû répondre à une convocation des gendarmes dans le cadre de cette enquête. "Vous n'avez pas à vous excuser Monsieur le Maire. Quand on a besoin d'aide, on vient vous voir" lance une dame dans l'assistance qui assure qu'à Saint-Louis, "on a toujours été communistes".

D'après Claude Hoarau, les gendarmes auraient entendu environ 150 personnes dans cette affaire mais aucune n'était présente ce matin parmi celles qui avaient fait le déplacement pour la création de ce collectif.

"Face à l'injustice, la révolte est légitime, couverte par la loi morale. (...) les donneurs de leçons ont le ventre plein", a notamment souligné ce matin Claude Hoarau pour légitimer les aides distribuées à "ceux qui sont en détresse".

La création de ce comité de soutien intervient plusieurs semaines après la garde à vue du maire, "le temps de réunir tout le monde" expliquent t-ils. Difficile pourtant d'être convaincu que tous ces militants communistes ont spontanément créé ce collectif. Le maire a d'ailleurs précisé que tous n'avaient pas été mobilisés pour des raisons pratiques, car ils auraient été trop nombreux. "Nous aurions pu être 300. Si nous devons aller au tribunal, nous serons plus nombreux" a promis Claude Hoarau. Preuve que c'est bien le maire qui a mobilisé ses sympathisants dans l'espoir de faire pression sur la justice.

Jeudi 8 Décembre 2011 - 16:46
Lilian Cornu
Lu 1137 fois




1.Posté par maroco le 08/12/2011 16:18
Encore 40 personnes pour soutenir ce type. Dans quelques jours il devrait y en avoir encore un peu moins.

2.Posté par muppets le 08/12/2011 16:45
" A Saint-Louis on a toujours été communiste ..." ben dis donc, encore une maladie à éradiquer, cela ne devrait pas être trop dur, il ne reste plus que quelques foyers d'infection à la Réunion.

3.Posté par ALEXANDRA le 08/12/2011 17:32
C'est pas des jeunes !!! car les jeunes ont compris et ne se laissent pas manipuler.
Je ne savais pas qu'un CCAS d'une mairie pouvait faire oeuvre de charité pour ses concitoyens !!!

4.Posté par CITOYEN LAMDA le 08/12/2011 19:36

TOUT LE MONDE CONNAÎT BIEN LE REFRAIN QUE LES COMMUNISTE RESSORTENT DEPUIS DES Décennies , "LES COMMUNISTES N'ONT JAMAIS , NE PEUVENT PAS ?AVOIR TORT : LA JUSTICE EST MACRO !!

5.Posté par l''homme de l''ombre le 09/12/2011 10:13
Des paroles extrémistes pendant cette réunion et HOARAU qui parle comme dans les annés 80 de tout casser . derrière tout ça Géraud Legros Geoffroy le lieutenant politique du parti envoyé à saint-louis par le parti pour remetre l'ordre dans la propagande communiste Géraud Legros un communiste dur entrainé en europe de l'est attention l'homme de l'ombre formé par le KGB

6.Posté par Mar du maire le 15/12/2011 08:52
La y faut pu soutient un boug kom sa la; y faut envoye a li marché!!!
Li la roule a nous agarde zot zimpot li lé un mentèr!!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales