Economie

Aide alimentaire: Les associations refusent le nouveau réseau


Face à une nouvelle organisation de la distribution de colis alimentaires sur l'île et devant une convention cadre à signer, 16 associations ont refusé d'adhérer au nouveau Réseau réunionnais d'aide alimentaire (2R2A) de l'État hier. Selon elles, c'est un système mis en place pour des raisons politiques qui ne fonctionnera pas aussi bien que l'organisation actuelle.

Afin de combattre ce changement, ils ont formé le CAAAR (Collectif des associations d'aide alimentaire à La Réunion) et compte montrer à l'État qu'il n'a pas sa place dans ce système. "L'organisation en place marche parfaitement bien", affirme Joël Malet, président du CAAAR et de sa propre association, la FAM (Fondation André Malet) au Tampon, "pourquoi la changer?"

Il explique que c'est la Banque alimentaire des Mascareignes (BAM), avec les fonds européens qu'elle reçoit, qui fournit actuellement les associations de distribution. Chose qui risque de changer depuis que deux rapports de l'État en 2008 et 2010 ont dévoilé des dysfonctionnements au sein de la banque et qu'il a imaginé ce nouveau 2R2A avec la DJSCS (Direction de la jeunesse et sport et de la cohésion sociale). "L'État veut maintenant accompagner la BAM en l'autorisant à approvisionner seulement trois entités sur l'île qui nous distribueraient  les produits à leur tour". Il s'agirait de la Croix Rouge dans le Nord et l'Ouest, l'Arep dans le Sud et l'Espace solidarité dans l'Est. "Elles décideront de la gestion des fonds européens et comment distribuer les colis", précise Joel Malet, révolté.

400 tonnes de vivres sont livrées à 30.000 familles par an

Il relève ainsi deux problèmes : la première serait le manque d'équipements au sein de ces associations "qui n'ont même pas de chambres froides et des colis incomplets par rapport aux nôtres". "Elles reçoivent de l'argent pour s'équiper mais ne s'équipent pas", ajoute-t-il. Autre souci : le manque de transparence, car selon lui, les données des familles devront être remontées aux trois associations qui elles-mêmes les donneront à la BAM. "Mais nous autres associations n'auront les données de personne", explique-t-il.

"Nous ne sommes pas des enfants", affirme le président. "On pense automatiquement à la Croix Rouge quand on pense à l'aide alimentaire mais ceux qui sont sur le terrain, c'est nous". Il rappelle que 400 tonnes de vivres sont livrées à 30.000 familles par an.
Mardi 23 Décembre 2014 - 15:30
SH
Lu 2915 fois




1.Posté par noe le 23/12/2014 17:51
J'espère que ces bénévoles ne se servent pas dans les stocks avant les nécessiteux !

2.Posté par iliade974 le 23/12/2014 18:45
Il y a bien longtemps que je ne donne plus aux associations qui tentent de vous racketter à la sortie des grandes surfaces...
J'avais déja de gros doutes sur les bénéficiaires (soit disant necessiteux) de ces colis alimentaires, mais cet article me fait également douter de la crédibilité des instances dirigeantes de ces associations...

3.Posté par KLD le 23/12/2014 19:00
bravo à M. Joel !

4.Posté par véridik le 24/12/2014 09:08
la dernière fois qu'on m'a abordé à la sortie d'une grande surface, j'ai dis à la dame d'aller à l'arrière de la réserve demander aux gars de ne pas verser de la javel sur des denrées encore bonnes et de les lui donner...

5.Posté par MaamuT le 26/12/2014 12:50
Noe, j'aime bien tes contributions généralement, mais là, je crois qu'il faut que tu fasse la part des choses, Joêl en parle justement et le dénonce, c'est la nouvelle gestion qui sera ouverte à ce genre de détournements, la gestion actuelle est le fruit de personnes engagées qui se battent justement pour éviter un énième rattrapage politique qui comme tous ses précédents ne fera que tuer l'idée en quelques années seulement.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales