Sport

Affaire des quotas : Pour Chantal Jouanno il n'y a "pas d'atteinte à la loi"


Affaire des quotas : Pour Chantal Jouanno il n'y a "pas d'atteinte à la loi"

Enquête sur l'affaire des quotas dans le football français : Acte 1. Peu avant midi en métropole, Chantal Jouanno, la ministre des Sports, a présenté les conclusions de l'enquête administrative du ministère. Un peu plus tard dans la journée, ce sont les résultats de l'enquête interne de la FFF qui seront rendus public.

Pour les trois inspecteurs du ministère des Sports, il n'y a pas d'"éléments ou de faisceau d'indices qui permettrait de dire qu'il y a atteinte à la loi de 2001 sur les discriminations", annonce la ministre. En conséquence il n'y a "pas lieu de saisir la justice", estime Chantal Jouanno, même si "les moyens pour limiter les bi-nationaux ont effectivement été débattus. Le sujet a été abordé de manière maladroite et déplacée. Il y a des sous-entendus à la limite de la dérive raciste mais il n'y a pas eu de projet d'instauration de quotas".

En revanche, cette dernière considère que c'est à la Fédération de "décider de la poursuite ou non de la mission" de François Blaquart, le Directeur Technique National, actuellement suspendu de ses fonctions.

Concernant le sélectionneur de l'équipe de France, Chantal Jouanno explique que "Laurent Blanc assistait à ce type de réunion pour la première fois. Il n'en était ni organisateur ni pilote. Les auditions montrent qu'il découvrait le débat et qu'il n'avait aucun projet ni avis arrêté".

Un DTN en "totale autarcie"

Reste maintenant pour les principaux protagonistes à attendre la deuxième commission d'enquête, celle diligentée en interne par la FFF et menée par Laurent Davenas, président du conseil national de l'éthique, et Patrick Braouezec, président de la Fondation du football. Selon Le Monde, le rapport considère que si des "propos inadmissibles" ont été tenus, rien ne prouve qu'ils aient été suivi d'actions.

En revanche, la commission pointe des dysfonctionnements au sein de la FFF, notamment qu'il n'y ai eu aucune réaction alors que la direction de la Fédération était en possession des enregistrements et que des journalistes de Mediapart sont venus rencontrés des membres avant la publication de l'affaire. Enfin, le fonctionnement en "totale autarcie" du DTN est également pointé du doigt. DTN nommé par la Fédération et non par le ministère, comme c'est le cas dans tous les autres sports.
Mardi 10 Mai 2011 - 15:06
Lu 927 fois




1.Posté par le taz le 10/05/2011 15:34
voila la france du 21ième siècle qui se profile, victoire éclatante d'un modèle définit mis en place dans les années 80, devinez par qui ?? y parait qu'on fête le grand homme aujourd'hui même. ce grand homme qui aura mis en place une france qui devra dorénavant déterminer si l'ensemble des décisions prises ici ou la sont ou pas racistes, ou discriminatoires.... des procès, des révélations douteuses, des dénonciations, et va y en avoir à la pelle.
bravo, vraiment, bravo. on nous a longtemps vanté le modèle multi-culturel avec tous ces enrichissements. et vous savez comment ça risque de finir ? avec un FN proche du pouvoir, voire au pouvoir dans 15-20 ans et une vie sans libertés dans une société qui se traite de raciste toutes les 2 minutes !
et pour recoller à jouanno, je dirai qu'ils ont besoin de l.blanc pour reconstruire l'edf, donc ils essayeront de le protéger un temps. mais le mal est déjà fait.
A sa place, je leur collerai ma démission et j'irai bosser dans un pays ou l'on peut encore dire ce que l'on pense des blacks, des blancs et des beurs.
Ici, terminé. la police de la pensée veille et va faire des procès à tout va. Prochain rdv sur médiapart et la dénonciation que mme michu aurait chanté sous sa douche…..

2.Posté par nono le 10/05/2011 15:41
Dites les gars, vous la trouvez comment notre Ministre des sports... ? Moi, avec tous les respects que je lui dois, elle me parait très bien et qui plus est jolie. Ce n'est que mon avis...

3.Posté par Pierre Frédéric Dupuy le 10/05/2011 15:58
Selon le monde, qui le cite, le rapport de la commission d'enquête dit en fait qu'il y a bien eu des propos "inacceptables" mais qu'ayant été tenus à huis clos sans qu'une application n'en soit faite, ça n'est pas illégal. Autrement dit, ils sont passés entre les gouttes simplement parce qu'ils l'ont fait en missouk et sans aller jusqu'au bout.

4.Posté par MC. Solarium le 10/05/2011 18:13
@post 3, lorsque vous dites "ils sont passés entre les gouttes", sans doute mais à l'exception toutefois de Blaquart qui lui aurait été viré...?

5.Posté par Tanbi le 10/05/2011 21:26
1.Posté par le taz le 10/05/2011 15:34

Ainsi la question question que vous sous-entendez c'est de pouvoir être vraiment libéré de la chape de plomb qu' enfin Sarko, Guéant et les autres ont permis:

C'est de pouvoir être raciste tout haut ce que tellement de français pensent raciste tout bas...

C'est une fausse liberté mais le début d'une vraie prison de l'esprit...


Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales