Société

Affaire des enfants baptisés sans le consentement de la mère : Mgr Aubry réagit

Monseigneur Aubry réagit aujourd'hui à la diffusion d'un reportage sur une chaîne de télévision locale au sujet de l'affaire des enfants baptisés sans le consentement explicite de la maman.


Affaire des enfants baptisés sans le consentement de la mère : Mgr Aubry réagit
Le 2 juillet dernier, la presse locale se faisait l'écho de la colère d'une mère qui avait découvert que ses trois enfants de confession musulmane avaient été baptisés sans son consentement, par leur tante.
Seconde stupeur, la mère de famille découvrait que l'une d'elles était en train de préparer sa communion. Avec son avocat, Me Mihdoiri Ali, elle avait alors décidé d'entamer une action en référé au tribunal de Saint-Denis pour obtenir une décision empêchant l'église de procéder à cette communion. Eglise qui, entretemps, a pris la décision d'annuler la communion (voir article précédent).

Hier, une chaîne de télévision a relaté une rencontre entre Me Ali et l'évêché de la Réunion, Monseigneur Aubry. Le journaliste a présenté cet échange comme une sorte de "médiation", or pour Monseigneur Aubry, l'entretien qui s'est déroulé pendant une heure vingt en présence du Père Marc-Antoine Fontelle (conseiller juridique et juge ecclésiastique) n'était qu'une "simple rendez-vous demandé la veille par maître Ali".

Dans un communiqué daté de ce jeudi, l'évêché précise : "Cette maman avait confié ses enfants à sa sœur par une attestation écrite. Par ailleurs, des décisions de justice avaient confié la garde des enfants à cette même sœur en laissant ouverte la question de l’autorité parentale. La tante des enfants les a fait baptiser selon le désir des enfants. Il ne s’agit nullement de  "baptêmes forcés" comme cela a pu être écrit, et dit les jours précédents sur certaines ondes radiophoniques."

Une inversion des séquences qui "oriente la perception du sujet"

Il poursuit : "Le reportage télévisé a inversé les deux séquences filmées d’un seul tenant à l’évêché. La prise de parole de maître Ali a été présentée comme une "réaction" à ma "déclaration" alors que l’avocat a parlé en premier et l’évêque en seconde position. Ce qui m’a permis de rectifier délicatement quelques données de sa part. Cette inversion des séquences oriente de fait la perception du sujet traité", regrette l'Evêché.

A l'arrivée de l'avocat au rendez-vous, Monseigneur Aubry affirme avoir été surpris de la présence de la mère des enfants et de la grand-mère, précédés des journalistes. "Une médiation aurait en même temps supposé la présence de la partie adverse. Ce que j'ai dit à mon interlocuteur", précise l'Evêché. Hors la présence de la mère et de la grand-mère, il a donc reçu l’avocat "par courtoisie" précisant ne pas vouloir "interférer dans une querelle familiale qui doit être tranchée par la justice vu les points de droit en litige. Nous avons pris le temps d’échanger et avons conclu qu’il ne s’agissait pas d’un conflit de religions. Dans le contexte flou, émotionnel, passionné et médiatisé de la querelle familiale, devant l’intervention de l’avocat en référé, le curé du Port n’a pas fait faire la première communion aux enfants et a donné la garantie qu’ils ne participeront pas aux activités de l’Eglise catholique."

Les enfants choisiront leur religion à la majorité

Selon l'Evêché, il n'est pas possible d'annuler un baptême. Toutefois, "si un baptisé demande explicitement de ne plus faire partie de l’Eglise catholique, sa demande doit être prise en considération et inscrite en note marginale sur le registre de baptêmes. Il a été dit aussi publiquement que les enfants choisiront leur religion à leur majorité comme si cela résultait d’un accord entre l’évêque et l’avocat. La foi relève de la conscience de la personne, enfant ou adulte. La pratique officielle et publique du culte peut être différée à la majorité par une décision de justice tout comme elle peut être anticipée par le même processus. Et si les personnes à qui les enfants sont confiés ont la délégation de l’autorité parentale, ces personnes deviennent la référence incontournable."

En conclusion, Monseigneur Aubry appelle à la prière et à la préparation au pardon : "En présence de la mère et de la grand-mère - toutes deux catholiques - et de leur avocat, j’ai insisté pour que dans ce conflit, les membres adultes d’une même famille ne se traitent pas comme des ennemis et pensent à l’intérêt supérieur des enfants. J'ai fait valoir aussi la nécessité de la prière et de la préparation au pardon. Pour permettre à la justice de se prononcer sereinement dans cette affaire, j’ai souhaité que les uns et les autres ne fassent pas "monter la pression médiatique" afin de ne pas aggraver le conflit familial. L’Eglise catholique attachée au respect de son propre droit en harmonie avec le droit civil n’exclut donc aucune des parties. Elle est respectueuse de la liberté religieuse et du dialogue interreligieux, dans le souci du bien commun."
Jeudi 7 Juillet 2011 - 15:19
.
Lu 2197 fois




1.Posté par noe974 le 07/07/2011 16:37
Des querelles de famille ...et on implique des enfants ....
On ne doit pas choisir de religion pour ses enfants , ils choisiront eux-mêmes , à leur majorité , la ou les religions qu'ils voudront ...
Adorer Dieu est une affaire strictement personnel en connaissance de causes ...
A l'heure actuelle , des enfants sont baptisés , font leur communion et puis envoient tout le monde en ballade après ...ils ne vont plus à la messe ....mais aux boums !
La communion est devenue une affaire de fête , sans plus ... Après moi , le déluge , semblent dire ces enfants après leur communion ....

2.Posté par ki kose le 07/07/2011 17:24
Connerie que tout cela. Rien à foutre de cette histoire de clocher Soit disant un même Dieu avec des enfants terribles. La solution : la laïcité. Contrairement à ce que l'on pense, les églises ne sont pas toutes pour la paix, mais pour la dominance. Sinon pourquoi tant de haine et de querelles de pouvoir.... Comment rendre compatible des religions qui sont toutes convaincues d'être dans La Vérité... Donc l'autre est le mauvais, à détruire... Bref pas ma tasse de thé.

3.Posté par David Asmodee le 07/07/2011 18:01
"Selon l'Evêché, il n'est pas possible d'annuler un baptême. Toutefois, "si un baptisé demande explicitement de ne plus faire partie de l’Eglise catholique, sa demande doit être prise en considération et inscrite en note marginale sur le registre de baptêmes. "

C'est ce que j'ai fais. Une demande de débaptême.
Un baptême a la valeur qu'on lui donne. J'ai pissé sur le mien depuis longtemps.

4.Posté par Feroz le 07/07/2011 18:01
Pas d'accord avec 1.
Il me parait bon au contraire que les parents qui sont adeptes et pratiquants d'une religion, quelle qu'elle soit, élèvent leurs enfants dans cette religion. Cela permet de les associer à leurs rites, au besoin de leur donner des principes moraux et ça fait partie intégrante de l'éducation.
C'est d'ailleurs ce qui se passe généralement dans ces familles.
Et rien n'empêche bien entendu l'enfant devenu adulte (souvent ça se passe avant) d'adhérer ou non au choix de ses parents.

De même pour les familles athées car finalement l'athéisme est une religion ...

Bien sur si la communion est une fiesta et rien d'autre (là je parle pour les catholiques mais on peut transposer) il serait plus logique de ne pas être hypocrite et de s'abstenir.

Dans le cas présent je continue de penser que la tante n'avait pas à outrepasser le choix de sa soeur, mère des enfants.

Et quand je vois que l'évêque dit : "la tante des enfants les a fait baptiser selon le désir des enfants" il nous prend pour des idiots car il parait évident que la tante le voulait et on peut imaginer qu'elle a fait pression sur les enfants pour qu'ils acceptent.
Croyez vous qu'il aurait tenu les mêmes propos si c'est la mère qui avait été catholique et la tante musulmane ?

5.Posté par le congo chez tintin le 07/07/2011 18:05
Surpris, je pensais qu'il aurait fait son dhimmi et se serais couché comme une carpette.

Bonne et saine réaction, un peu tardive toutefois !

6.Posté par le congo chez tintin le 07/07/2011 18:29
Dans le cas présent je continue de penser que la tante n'avait pas à outrepasser le choix de sa soeur, mère des enfants.

++++++++++++++++++++++

Elle n'a rien outre passé puisque la mère biologique a perdu son autorité, et que le juge a confié l'autorité parentale à la mère !!!


Et pour perdre une autorité parentale faut y aller très fort, serais curieux de connaitre la pathologie de la mère biologique....
Si la mère s'est convertie alors qu'elle n'avait pas toute sa tête par exemple...quelle légitimité dans ce choix imposé à ses enfants ?

7.Posté par môvélang le 07/07/2011 18:48
l’église après avoir convertit et baptisé ses de forces les sauvages emploie maintenant le ruse.
Moi, j'ai été baptisé à la naissance par mes parents terrorisés par l'église qui avaient peur de l'enfer
Moi, je n'ai peur ni de Dieu qui n'existe pas,ni du bâtard qui se prends pour son fils, ni de ses suppôts qui violent des enfants
Mais j'ai quand même peur du voisin qui pourrait voler mes poules, du flic qui pourrait me mettre un PV ou du chien qui pourrait mordre ma voiture.
en 2001, il y en a encore qui dans leur cerveau c'est comme pour les chevrettes, c'est encore mélangé aux boyaux

8.Posté par alois le 07/07/2011 21:29
l'education religieuse fait partie integrante pour ma part a l'Education globale quel'on donne a ses enfants une fois plus grand les enfants pourront decider eux meme de suivre la voix indiquée par leurs parents ou encore en choisir une autre.. libertée de religion comme d'expression de penser ou autre....

9.Posté par gerard blassard le 07/07/2011 23:01

Un baptême a la valeur qu'on lui donne. J'ai pissé sur le mien depuis longtemps.

môvélang ( bien choisi ton pseudo en français langue de (...) )
l’église après avoir convertit et baptisé ses de forces les sauvages emploie maintenant le ruse.

Moi, j'ai été baptisé à la naissance par mes parents terrorisés par l'église qui avaient peur de l'enfer
Moi, je n'ai peur ni de Dieu qui n'existe pas,ni du bâtard qui se prends pour son fils, ni de ses suppôts qui violent des enfants
.....................................................................................................................................


La haine obsessionnelle pour le christianisme on retrouve toujours ici ses membres !

Que des déjections verbales vu le niveau de stupitidé et aveuglé terriblement par votre haïne vous les sortez certainement d'en bas par ce trou qui vous sert aussi de bouche vos slips doivent en être remplis

De telles paroles de haînes ne vont qu'avec des l'individus qui ont le même reflet que leurs paroles

des pisseurs de ce genre là qui se veulent hors de l'église heureusement mais en parlent à chaque occasion !!! merci d'en être conscient

pas étonnant les loups sont lâchés , un jour il faudra passer à la caisse

j'ai connu dans mon village un homme athé et si fier de l'être toujours à dire du mal de l'Eglise avait pourtant laissé un mot chez son notaire pour que l'on fasse son enterrement à l'Eglise et plus tard ses enfants ont découvert un image de la Vierge Marie dans la doublure de son inséparable chapeau



pauvre fou
Vomissez toute votre bile mais quelle illusion de croire de pouvoir détruire le Royaume de Dieu qui n'est pas sur terre

Dieu reconnaîtra les siens




10.Posté par Bayoune le 08/07/2011 06:32
Konm bann gro blan lontan, lo ma tante la zi parèy, la ipoze o batème kato o zanfan. Aubry Kosa i vé dire lozanfan la vouli, ou pran anou pou dé kouyon, dopi kan in marmay, ki koné pa in merde i pé désidé rante dann oute léglize, é pran la désiziyon fé in kominiyon pou ke lo ma tante i fé la fète. Sé in forme deskrokeri, konm lo denier de la foi qu'on faisait payer aux parents pauvres pour que leurs enfants soient baptizé ou fasse la communion. Mi pé asire Aubry mon zanfan lé pa baptizé, ils sont en bonne santé, et ça ne leur manque pas.

11.Posté par fiuman le 08/07/2011 14:51
Être athée ne signifie pas transpirez la haine comme gerard blassard, effectivement dieu n'existe pas, les religions sont de très grandes sectes qui manipulent des faibles d’esprits, les "croyants" sont plus à plaindre qu'à haïr.

12.Posté par David ASMODEE le 09/07/2011 07:35
"Que des déjections verbales vu le niveau de stupitidé et aveuglé terriblement par votre haïne vous les sortez certainement d'en bas par ce trou qui vous sert aussi de bouche vos slips doivent en être remplis "

Les histoires de bouches et de slips remplis, on les trouve plus chez les curés pédophiles que chez les athées.

"et plus tard ses enfants ont découvert un image de la Vierge Marie dans la doublure de son inséparable chapeau "
Y'en a qui l'impriment sur du PQ aussi.

13.Posté par A Asmodee le 18/04/2013 09:06
Je me suis longtemps demandé quel nom "propre" on pourrait donner à une vraie merde. Grâce aux posts 3 et 12, j'ai enfin trouvé !

14.Posté par Carlos.P le 26/06/2013 23:18
Mgr Aubry dit qu on ne peut annuler un baptême. On se demande que vaut le consentement d'un nouveau né. Sans un consentement éclairé un contrat n'existe pas. Pourquoi en matière de religion cela serait différent.

On verra quelle sera la décision de la justice républicaine. un français fait un procès à l'Eglise qui a refusé d'annuler son baptême.

http://www.dna.fr/actualite/2013/05/27/il-veut-faire-annuler-son-bapteme

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales