Politique

Affaire Terre Rouge/Bachil Valy : "Ce ne sont pas des embauches politiques"


Affaire Terre Rouge/Bachil Valy : "Ce ne sont pas des embauches politiques"
L'affaire du foyer de Terre Rouge est revenue sur le devant de l'actualité avec l'audition de Nassimah Dindar, jeudi 2 août. Brièvement, l'histoire remonte à 2008, peu après les élections cantonales. 17 employés du foyer d'enfance de Terre Rouge ne voient pas leur contrat renouvelé. Remplacés quelques temps plus tard, ils déposent plainte en tant que "victimes de l'alternance politique".

L'audition de la présidente du Conseil général a été l'occasion d'interroger l'un des deux vice-présidents du Conseil général visés, Bachil Valy. "Les gens qui étaient en contrat avaient des CDD, s'ils étaient en CDI on aurait pu parler de discrimination. Mais ils n'ont pas été renouvelés. Après c'est le jeu de la concurrence", explique-t-il.

A la question, "Parmi les personnes embauchées sur ces postes, y avait-il des militants à vous?", Bachil Valy ne se défile pas : "On a pris connaissance de poste disponibles. On est sollicités tous les jours, c'est normal de faire des recommandations. Depuis 15 ans, je n'arrête pas de faire des courriers d'orientation", déclare le maire de l'Entre-Deux. Il ajoute : "On reproche le fait qu'il y ait des militants, mais ces recrutements ont été faits après la campagne électorale et à un moment où je ne savais pas encore si j'allais être dans la majorité ou l'opposition. Ce ne sont pas des embauches politiques, je ne suis pas d'accord".

Un "épais dossier" insinuait le journal de l'île en parlant de cette affaire de Terre Rouge, il est vrai que l'affaire traîne depuis bientôt 4 ans... Bachil Valy s'interroge : "C'est un dossier qui aurait pu être bouclé en un an, voilà 4 ans que la procédure se poursuit, que les auditions se multiplient. Il n'y a rien dans ce dossier", conclut le conseiller général.
Mercredi 8 Août 2012 - 20:17
Lu 1537 fois




1.Posté par Mwa la pas di le 09/08/2012 06:10
Il nous prend pour des cons.....

2.Posté par Mamie le 09/08/2012 08:01
Si comme vous dîtes, il n’y a rien dans ce dossier, pourquoi autant d’interrogations et tant d’année d’enquête, si la plainte de ses 17 employés était recevable, c’est normal que la justice fasse son travail. Si vous êtes innocent vous ne serez pas condamné.
Certes sur le plan du droit du travail, l’employeur n’est pas obligé de renouveler un CCD si l’entreprise n’a pas les moyens financier pour le faire.
Mais on n’est pas dans ce contexte, cette pratique est courante en politique, on a promis, il faut récompense ses proches.
C’est le véritable problème des contrats aidés, contrôlés par les politiques en place afin de maintenir sous perfusion son électorat.
Et on s’étonne du taux d’abstentionnistes aux élections. Il faut arrêter ses méthodes d’un autre temps et redonner confiance à l’électeur pour qu’il aille voter en toute conscience, pour un programme, pour une personne capable de gérer une collectivité et non pas pour des promesses.

3.Posté par bilimbi le 09/08/2012 08:28
on devrais aussi questionner vlody sur ce genre de sujet, des promesses d'embauches sont faite par ce monsieur juste avant les élection, nous avons des preuves sur le tampon, l'entre deux, la riviere st louis et cilaos. il utilise le GCEIP pour satisfaire ces promesses electorales avec des sbires dans chaque commune, 90% des embauches au GCEIP sont pour les partisans de vlody ......

4.Posté par SHEITAN le 09/08/2012 12:30
Dans un département avec un taux de chômage record, les prestations sociales qu'elles soient familiales ou de solidarité représentent souvent la seule rentrée d'argent fixe. Comme le réunionnais est débrouillard il y a aussi l'économie parallèle, les becquages de clés, le travail au noir... Dans ce contexte, les élus subissent une forte pression : leur propre business, et donc pour la plupart la majorité de leurs revenus (un gars comme Michel Fontaine, radiologue, est une exception), dépendant de leurs capacités à satisfaire les demandes pressantes de leurs employeurs (nous, le peuple), ils doivent se consacrer (normalement) au développement de la société, ce qui créera des emplois...
Comme la situation générale n'est pas facile, qu'ils n'ont pas de baguette magique, ils vont au plus simple, ils fournissent un poisson plutôt que d'enseigner la manière de pêcher : un petit contrat.
Un bilan des mouvements de poste au conseil général (et ses officines) depuis l'arrivée de mme Dine et de son dard tout riquiqui serait édifiant à ce sujet... De même les manœuvres du GLAIVE et du GEICEP mériteraient certainement de vraies investigations journalistiques... ou autres.

5.Posté par André le 09/08/2012 13:35
"On a pris connaissance de poste disponibles". Comment se fait-il que se soit les élus qui embauche, n’y a pas un service de ressource humaine au foyer de terre rouge. Pourquoi ne pas renouveler le contrat de ses personnes ayant déjà une expérience dans les services. Les élus sont-ils missionnés par le pôle emploi. Vos explications ne sont pas crédibles.

6.Posté par ...étonnant pseudo ! le 10/08/2012 15:40
Attention post 4, d'après ce que l'on dit, seul le diable porte ce nom... SHEITAN ! serait-ce vous ?

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales