Faits-divers

Affaire Moussajee: La Sogecore sort de son silence avant la remise d'un rapport d'expertise

Silencieuse depuis des années, la Sogecore a décidé de contre-attaquer au sujet de l'affaire Moussajee. Décidés à communiquer, ses dirigeants souhaitent donner leur version des faits. Une volonté qui coïncide avec la remise, dans quelques mois, d'un rapport d'expertise diligenté par le juge Niel et réalisé par deux experts indépendants près la Cour de Cassation. Un rapport provisoire a été rendu aux deux parties. Mais impossible d'en connaitre les premières conclusions pour le moment, secret de l'instruction oblige.


Affaire Moussajee: La Sogecore sort de son silence avant la remise d'un rapport d'expertise
Difficile de résumer l'affaire Moussajee contre la Sogecore en quelques lignes. Depuis 7 ans, les deux parties se retrouvent devant les tribunaux dans une interminable bataille judiciaire qui se résume par plus d'une centaine de procédures. Hésitant sur leur volonté de communiquer, les dirigeants de la Sogecore ont décidé de franchir le pas. Amir Meralli Ballou, PDG de la Sogecore, et Arzou Mahamadaly, directeur général, veulent donner leur vision de cette affaire. "Nous avons hésité à communiquer publiquement à propos de cette affaire car nous la considérons comme un contentieux commercial d'ordre purement privé", explique Amir Meralli Ballou.

Mais en face, les frères Moussajee ont décidé de médiatiser leur affaire en donnant leur propre et unique lecture du dossier jusqu'à présent, obligeant les dirigeants de la Sogecore à contre-attaquer publiquement. "Nous employons 200 personnes. La Sogecore existe depuis 1958 et nous avons toujours respecté la loi et les règlements (…). L'acquisition des centres Propneus en 2006 n'a pas fait exception à cette règle (…). Il nous a toujours été reproché un certain nombre de comportements déloyaux et d'intentions malhonnêtes (accusations blanchiment d'argent, fraude fiscale ndlr). Ces reproches extrêmement graves ne peuvent être objectivement fondés ou même raisonnablement soutenus", poursuit-il.

"Les Moussajee étaient dans l'urgence de trouver un acquéreur"

Sur l'acquisition, la Sogecore tient à rétablir certains faits. "Les Moussajee étaient dans l'urgence de trouver un acquéreur avant toute procédure collective. Au mois de juillet 2006, les difficultés financières sur les sociétés du groupe Moussajee ont commencé à s'accumuler auprès de tous leurs principaux financeurs", résume Amir Meralli Ballou. Lâchés par les banques (à l'exception de la BRED), les Moussajee étaient au bord de la liquidation judiciaire, faute de trésorerie suffisante. En plus des dettes contractées auprès de certains fournisseurs, les Moussajee avaient donné des cautions personnelles auprès des banques, plusieurs centaines de milliers d'euros, selon la Sogecore. "Ils ont souhaité accélérer l'acquisition des sociétés, car en cas d'ouverture de procédure collective, ils auraient perdu la main sur la cession de leurs entreprises", précise-t-il.

"Il n'existait pas d'intérêt stratégique pour la Sogecore à acquérir les sociétés (…). Ils disent que nous sommes des prédateurs, mais si cela avait été le cas, nous aurions attendu leur liquidation pour les racheter. Mais la volonté d'acquérir une entreprise, surtout des compétences de développement commercial, prévalait sur les seuls impératifs financiers", explique Amir Meralli Ballou.

La Sogecore injecte plus de 2 millions d'euros

Pour la Sogecore, les profils des frères Moussajee "jeunes chefs d'entreprise dynamique" étaient un des intérêts principaux de la transaction. S'en est suivie l'acquisition (70% Sogecore et 30% Moussajee dans le capital de la nouvelle société). "Contrairement a ce qui a été dit, la Sogecore a régulièrement payé l'acquisition. Les frères Moussajee avaient accepté de laisser leurs fonds dans les sociétés", ajoute Amir Meralli Ballou. En tout, la Sogecore va injecter 2 millions d'euros.

Mais après l'acquisition, les ennuis commencent avec la saisie de pneus "contrefaits" de marque Dunlop et Goodyear, opérée par les douanes. "Ce n'étaient pas des faux pneus, mais les Moussajee n'avaient pas l'autorisation des marques pour importer ces pneus. (…). Cela a jeté un froid sur nos relations naissantes", concède Amir Meralli Ballou. Une procédure amiable a été conclue entre les fabricants de pneus et la Sogecore.

300.000 euros d'écart dans les stocks

Puis des difficultés de valorisation des stocks ont été décelées en raison de la "mauvaise tenue de l'informatique et des outils de gestion", précisent les dirigeants de la Sogecore. "Il y a eu une anomalie dans les stocks. Entre le 30 juin 2006 et le 1er novembre 2006, un écart de 300.000 euros a été constaté", explique Amir Meralli Ballou. Pourtant l'acquisition avait été faite après un bilan approuvé par un expert comptable. "Nous avons intenté une procédure en responsabilité civile contre cet expert, une procédure toujours en cours", poursuit-il.

Sur la valorisation des sociétés au moment de l'achat, la Sogecore rappelle que 3 expertises judiciaires les a fixé à 456.000 euros. "Le prix n'aurait jamais été payé ? C'est faux, les Moussajee avaient pris l'engagement de l'injecter dans leurs sociétés et de ne pas y toucher pendant une période", précise-t-il. Même chose pour un terrain. Les frères Moussajee expliquent n'avoir jamais été payés. Là aussi, la Sogecore bat en brèche, rappelant leur position financière difficile. "L'argent a été injecté au compte courant de l'entreprise", rappelle Amir Meralli Ballou. Tout comme la disparition de stocks de pneus. "Les transferts ont eu lieu un an après l'acquisition des sociétés. Les Moussajee entretiennent la confusion à ce sujet. Oui nous avons fait un transfert, mais d'un entrepôt de notre société à un autre entrepôt de notre société. Honnêtement vous nous voyez (Amir Meralli Ballou et Arzou Mahamadaly ndlr) déplacer 10 containers de pneus dans la nuit ?", s'interrogent-ils.

Les Moussajee ont touché 1,450 million d'euros

Enfin, les dirigeants de la Sogecore rappellent que les frères Moussajee ne sont pas "ruinés" comme ils le prétendent. "Ils ont touché 1,450 million d'euros toutes indemnités confondues", lâche Amir Meralli Ballou. "A force d'activisme médiatique et de manifestations, les consorts Moussajee sont finalement parvenus à se faire artificiellement passer pour des victimes et a faire indûment punir la Sogecore pour des faits qu'elle n'a pas commis", ajoute-t-il.

Le tournant de l'affaire Moussajee pourrait venir de l'expertise judiciaire portant sur l'acquisition des sociétés Propneus . Une expertise menée par deux experts financiers près la Cour de Cassation. "L'expertise est quasiment terminée, nous avons obtenu le rapport provisoire, mais nous ne pouvons communiquer dessus pour le moment, secret de l'instruction oblige", tient à préciser Amir Meralli Ballou.

Un rapport d'expertise rédigé par deux experts de la Cour de cassation

"C'est un rapport objectif sur les rôles et faits de chacun", ajoute-t-il. Un rapport d'expertise favorable à la Sogecore ? Pas un mot de plus ne sera dit sur les conclusions provisoires rendues par les deux experts. Mais les dirigeants de la Sogecore ne pouvaient laisser passer "les nouvelles attaques" des Moussajee. "Ils affirment que le juge d'instruction avec ses experts est en train d'organiser l'impunité de la Sogecore", explique Amir Meralli Ballou.

"Un nouvelle tentative pour déplacer le débat (…) vers la dimension irrationnelle de lutte du bien contre le mal. Cette nouvelle tentative de désinformation vise, une fois de plus, à substituer aux stricts faits, une histoire rocambolesque au service de velléités indemnitaires", souligne-t-il. Selon la Sogecore, toutes demandes confondues, les frères Moussajee ont réclamé 12,817 millions d'euros de dommages et intérêts et veulent réclamer 7 millions supplémentaires à la Sogecore. "Il nous apparait aujourd'hui indispensable de dénoncer publiquement ces pratiques de discrédit afin de préserver la sérénité des travaux d'expertise (…). Travaux qui permettront de faire, une fois pour toutes, la lumière sur cette affaire", concluent Amir Meralli Ballou et Arzou Mahamadaly.

Le rapport d'expertise définitif devrait être rendu dans les trois prochains mois selon la Sogecore. Cette sortie médiatique, après de longues années de silence, laisse à penser que le rapport provisoire rendu par les experts de la Cour de cassation pourrait aller dans le sens de la Sogecore. Mais le secret de l'instruction empêche d'en connaitre les conclusions. Réponse dans trois mois.
Mardi 1 Juillet 2014 - 03:30
Lu 2506 fois




1.Posté par noe le 01/07/2014 08:14
Affaire à suivre en vrai !

2.Posté par portenawak le 01/07/2014 09:13
"nous avons toujours respecté la loi et les règlements"????? vraiment???? et voilà qu'ils se font ENCORE passer pour des victimes!! on les croirait presque!! j'ai déjà eu affaire avec la sogecore et je peux vous dire qu'ils ne respectent rien, ils achètent tout le monde!!!!

3.Posté par UnBandelespesseCocovide.... le 01/07/2014 09:59
S'ils sortent du bois, c'est qu'ils sont sûrs de leur affaire......

4.Posté par Blard le 01/07/2014 11:47
S'ils sortent du bois, c'est que le procureur Müller n'est plus en fonction et que les affaires reprennent...

5.Posté par Moussajee Salim le 01/07/2014 12:38 (depuis mobile)
Ils ont fait juger cette affaire par un tribunal arbitral de copains avec un ancien procureur général choisit comme arbitre et deux anciens profs de fac du PDG de la SOGECORE ! Un terrain cédé depuis 8 ans ne nous a tjs pas été réglé ! Des Menteurs !

6.Posté par lilas le 01/07/2014 13:22
4. Sauf que le procureur n'a rien à voir dans une affaire strictement civile renvoyée devant la Cour de Cassation.

5. Pour avoir recours à une procédure arbitrale, il faut l'accord des deux partis. De plus, je ne vois pas en quoi le fait que ce soit un ancien proc disqualifierait le tribunal. Pour ce qui est des deux anciens profs de droit, ce n'est pas à mon avis un problème: c'était il y a combien de temps? Ont ils gardé contact? Quelle était la nature de leur relation?

7.Posté par STOP INJUSTICE le 01/07/2014 14:42
La SOGECORE sort de sa torpeur, car ils savent que maintenant la partie est très mal engagée, pour eux, comment se fait il qu'ils ont attendu tant d' années.............
Qu' ils rendent l' argent du terrain volé aux Moussajee, à c'est vrai j' avais oublié, ils ont la justice dans leurs poches, et ce n'est pas compliqué............
Comment se fait il que le Dirigeant de la SOGECORE, préside toujours aux Prudhommes, malgré nos doléances;;;;;;;;;;;;?
Continuez à vous battre les Moussajee, ;;;;;;;;;;;;courage, vous êtes un parfait exemple....................
Le Président de l 'Association STOP INJUSTICE
Pascal BIEBER
0692 54 39 17
stopinjustice974@hotmail.fr

8.Posté par Assin Marc le 01/07/2014 15:46
STOP INJUSTICE,Pascal Bieber, Boomerang, Pocket mariage, condamnation.
Etes vous crédible pour parler de justice.
Je ne crois pas.

Marc Assin.

9.Posté par STOP INJUSTICE le 01/07/2014 16:30
Post 8 je n' ai rien à voir avec cette affaire, c'est un de mes ex commerciaux, qui a volé les gens, moi preuves à l' appui, en fin d' année 2008, j' ai sorti les supports, et au moment de les distribuer, on m'a mis en garde à vue, il n' y avait rien contre moi, mais un Procureur par vengeance m' a incarcéré, pour rien 4 mois et demi, voila pourquoi j' ai monté il y ' a plus de 5 ans l' Association STOP INJUSTICE.,et malgré ma sortie des supports, on a quand même envoyé une lettre plainte, contre moi, mais beaucoup de mes clients, savaient que je n' y étais pour rien;
Alors avant de parler, renseignez vous, et je suis à votre disposition, pour vous montrer les preuves.
Vous le savez très bien , quand on est gênant, on fait tout ici, pour vous détruire, voir exemple avec le Procureur MULLER,.................A très bientôt. contactez moi, merci Mr ASSIN et sachez que je n' ai pas été condamné, j' ai gagné en Cour de Cassation......................
Pascal BIEBER
0692 54 39 17
stopinjustice974@hotmail.fr

10.Posté par Jean Bernard le 01/07/2014 17:11
A post 9 vous avez tout compris ... ou pas .... ;)

Mais saviez-vous que Marc ASSIN est le cousin de Guy Tard ?

De l'humour dans ces commentaires, ça fait un peu de bien.


11.Posté par lilou le 01/07/2014 23:59
ça sent mauvais cette histoire … les secret d elisntrcution ?? encore une hérésie a leile d ela réunion ou la loi n'est pas apllqiuee en droit ,je suis convaincue que des négociations ont ue leu pr faire taire les mitants deveil citoyen …moussajee bravo a vous . continuez votre combat mais c'est sur que c'est loin d'être gagné je crois qu'il faut juste se rendre a l'évidence c'est qu'il nya que caricature d ejsutice ici soutenue par les service smetropolitains . la chasse aux soircieres avec mr muller ne trompe qe les gens credules d ela réunion…e ne vois as l'intérêt qu'auraient les moussajee a se battre autant sils ne pensaient pas avoir été floués ….

12.Posté par François FONTAINE le 02/07/2014 11:28
Etonnante la réaction de la SOGECORE qui sur cette affaire a peu communiqué. Soit ils ont eu des assurances, soit c'est le chant du cygne.

En tout état de cause, les accusations des frères MOUSSAJEE sont graves. Pour oser les proférer, ils doivent avoir en main des éléments probants et s'ils dénoncent une certaine inertie judiciaire, c'est qu'ils ont l'impression d'être les dindons d'une farce douloureuse.

En tout état de cause, le fait que le procureur MULLER se soit penché sur ce dossier (et d'autres qu'ils ont dénoncés) laisse à penser qu'il y avait matière à contester.

La SOGECORE veut faire passer les MOUSSAJEE pour des fraudeurs (affaire des pneus Dunlop) et pour des fausses victimes. Qu'en pense les MOUSSAJEE?

13.Posté par Moussajee Salim le 02/07/2014 13:46 (depuis mobile)
Post 11. Merci pour votre réaction.
Concernant la prétendue contrefaçon un non lieu a été rendu depuis le 4 septembre 2013 ! C'étaient de vrais pneus et c'est SOGECORE qui a tout fait pour faire traîner les choses pour pouvoir nous salir...

14.Posté par Moussajee Salim le 02/07/2014 13:49 (depuis mobile)
Post 11, écrivez moi sur mon mail smoussajee@yahoo.fr et je vous ferai parvenir des éléments de preuve ! Vous comprendrez à quel point la SOGECORE manipule l''opinion publique...

15.Posté par Moussajee Salim le 04/07/2014 09:25 (depuis mobile)
Pourquoi les actes de vente nous ont-ils été remis plus de 2 mois après la signature ? Pourquoi nous avoir imposé un tribunal privé "de copains" pour juger cette affaire ? Pourquoi avoir changé les logiciels de gestion juste à la veille des inventair

16.Posté par Moussajee Salim le 05/07/2014 12:25 (depuis mobile)
Dommage qu'il n'y ait pas encore eu de confrontation devant le juge d'instruction entre les parties ! En tout cas je souhaite une confrontation avec ces menteurs devant la presse et la vérité éclatera : nous avons des preuves !

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales