Faits-divers

Affaire Citroën: L'inspection du travail refuse le licenciement du salarié protégé

La nouvelle est tombée ce matin, Eric Dorval, secrétaire de la CGTR chez Citroën, a reçu la notification de l'inspection du travail suite à la demande de licenciement faite par la direction de CFAO. Dans ses conclusions, l'inspecteur du travail en charge du dossier "annule" l'autorisation de licenciement du salarié protégé. Une victoire pour Eric Dorval.


Affaire Citroën: L'inspection du travail refuse le licenciement du salarié protégé
L'affaire a fait grand bruit en début de semaine (voir : Citroën: La direction a-t-elle cherché à falsifier des documents pour licencier un salarié protégé ? ). La procédure de licenciement pour faute lourde d'Eric Dorval, secrétaire CGTR chez Citroën, a connu un rebondissement après le revirement de position d'un huissier de justice, Me Harry Magamootoo. Ce dernier affirme, dans une lettre envoyée le 24 juillet à la direction de CFAO Motors, n'avoir jamais mentionné Eric Dorval dans son constat d'huissier réalisé lors de la grève du 20 juin dernier sur le site de la concession Citroën de la Rivière-des-Galets. Une grève où avait eu lieu un "ralé poussé" entre plusieurs salariés du site, l'huissier de justice et le directeur de la concession du Port.

S'en était suivi la rédaction d'un constat d'huissier dans lequel l'huissier de justice expliquait avoir été poussé par un salarié, qui n'est pas Eric Dorval. Un constat réalisé en présence du directeur de la concession, dans son bureau, et appuyé six jours plus tard par une plainte déposée à la police. Selon Me Magamootoo, tous les deux avaient désigné comme étant "l'agresseur" un salarié autre qu'Eric Dorval. Sauf que cette version sera changée le lendemain par la direction. Une procédure de licenciement est lancée à l'encontre du secrétaire de la CGTR. Mis à pied, il attendait d'être reçu par l'inspection du travail dans le cadre du débat contradictoire pour statuer de son licenciement. Une procédure normale pour un salaire protégé.

"L'autorisation de licenciement de M. Dorval est refusée"

Ce débat contradictoire s'est tenu lundi dernier en présence de la direction du groupe CFAO, de l'huissier et de représentants de la CGTR chez Citroën. L'huissier a réaffirmé devant l'inspecteur du travail que le nom mentionné dans son constat n'était pas celui qu'il avait donné dès le départ. Dans la lettre envoyée le 24 juillet dernier à la direction de CFAO, il s'étonnait même qu'une telle procédure de licenciement est pu être engagée. "Cette procédure de licenciement a été engagée postérieurement à mon courrier du 1er juillet 2013 adressé à Madame P., au terme duquel j'ai transmis copie de ma plainte du 26 juin 2013, plainte qui a mis en cause Monsieur J. et non Monsieur Dorval et qui montre bien la contradiction évidente avec le procès-verbal de constat du 20 juin 2013", écrit l'huissier. Une version contredite le lendemain par la direction de CFAO (voir ici : La direction de Citroën donne sa version des faits et dément les accusations ).

Avec ces nouveaux éléments, l'inspection du travail a tranché très rapidement. Dans un courrier reçu ce matin par Eric Dorval, l'inspecteur du travail émet des "doutes sérieux" sur l'identité de la personne ayant commis des actes de violence lors de la grève du 20 juin dernier. Soulignant qu'Eric Dorval avait eu un rôle de "modérateur" dans le ralé poussé. L'inspecteur du travail a précisé que la faute lourde n'est pas établie. "L'autorisation de licenciement de M. Dorval est refusée", conclut l'inspecteur du travail dans son courrier.

Joint par téléphone ce matin, Eric Dorval exprime sa satisfaction à l'énoncé de ce courrier. "C'est une très bonne nouvelle, je suis très soulagé par cette décision", explique-t-il. Maintenant il se pose la question de sa "réintégration" au sein de l'entreprise. "J'attends que la direction me contacte. Je suis depuis le 25 juin dernier sans salaire et je vous avoue que c'est très dur", souligne-t-il.

Cette décision sonne comme un sérieux désaveu pour la direction de CFAO Motors, mais le feuilleton ne fait que continuer...
Vendredi 2 Août 2013 - 15:12
Lu 1921 fois




1.Posté par nicolas de launay le 02/08/2013 16:58
honte à CFAO
honte à sa direction locale
honte à celles ou ceux qui de près ou de loin, ont participé à cette mascarade INDIGNE.

j'espère que monsieur Dorval saura obtenir la juste sanction pénale et civile envers ceux là, et de justes et conséquents dommages et intérêts.

voilà une affaire très grave, et qui démontre à quel point il est important de reconsidérer à la Réunion, la manière dont le monde des affaires (mais il s'agit ici que de simples enfoirés) gère l'Homme Réunionnais.

j'espère que la DRH sera foutue dehors sans ménagement, et que sa direction locale soient interdits de gérer à vie.



Nicolas de Launay, ancien responsable de l'audit interne du groupe FOUCQUE.

2.Posté par Paul JUNOT le 02/08/2013 20:30
Si le délégué syndical veut prendre contact avec le mouvement de défense de la Réunion il peut nous envoyer mail à mouvement.defensereunion@gmail.com en joignant les pièces du dossiers pour nous éclairer.

3.Posté par Lf le 03/08/2013 11:47
Si il y a eu falsification de documents, il n'y aura pas de poursuites contre les patrons voyous? "Faux et usage de faux", ...

4.Posté par Le chanteur agacé le 03/08/2013 16:49
…La musique adoucie les mœurs…

Hé hooooo M. Delaunay …il faut se calmer,
Maintenant que vous avez accusé,
venez chanter avec moi svp.

Comment un auditeur,
peut-il porter,
de telles accusations,
sinon fondées,
sur la base uniquement,
d’une information,
non contradictoire,
est-ce professionnel ?

Vous vous permettez,
de tirer des conclusions,
basées uniquement,
sur des articles de presse.
Je me trompe peut être,
vous êtes vous déplacés,
pour en discuter,
avec la direction,
de cette société ?

Êtes-vous dans le vrai ?
Nous lisons la même chose,
Mais n’en faisons pas tout à fait,
la même analyse :

Je comprends qu’un huissier,
a transmis à la presse,
des documents de son client,
à l’encontre de son serment.
Il est vrai qu’en ce moment,
c’est la mode partout,
tout le monde se sent,
l’âme d’un « lanceur d’alerte»…
Dans le cas de Snowden,
les infos étaient fiables,
mais dans cette affaire,
nous n’en savons rien.
Chacun devra prouver,
qu’il dit vrai. …Y a une chose qui est sûre,
il devra réussir à prouver ses dires,
car un huissier qui a menti, n’est plus un huissier.
Ce qui est vrai pour l’un est aussi vrai pour l’autre.

1/De toutes les manières, l’huissier a avoué
s’être « trompé ».
En résumé, il valide son rapport
et plusieurs jours après,
l’huissier agressé
modifie sa version
« Étrange, bizarre » « Ai-je dit “bizarre” ? Comme c’est bizarre »... dit la chanson. (refrain)

2/ Je lis que l’huissier et le Directeur concerné,
suite aux agressions subies,
ont du se réfugier,
…l’huissier n’a pas l’air
de contester ces faits…il ne conteste que le nom
d’un des agresseurs…
Mais pourquoi un Directeur,
préférerait-il accusé un innocent,
et devoir tous les jours,
« supporter » la présence du méchant,
sur son lieu de travail,
alors qu’il peut tout bonnement,
le faire licencier,
pour faute lourde.
« Étrange, bizarre » « Ai-je dit “bizarre” ? Comme c’est bizarre »... dit la chanson. (refrain)

3/ M. Junot, vous défendeur des droits…
vous devriez effectivement,
étudier le dossier…mais des deux côtés svp.
Hier sur internet,
le syndicat Automobiles
soutenait M. Dorval…je ne comprends pas,…
ce n’était pas déjà le cas…
Mais qui est donc ce syndicat
qui le soutien…et pourquoi ?
« Étrange, bizarre » « Ai-je dit “bizarre” ? Comme c’est bizarre »... dit la chanson. (refrain)

4/ Il est écrit que M. Dorval,
n’a pas été payé depuis le 25 …juin,
annulant même ses vacances.
Il devrait porter plainte,
Attaqué la DG.
Mais qu’attendez-vous,
depuis ces 5 semaines,
je ne trouve rien…dans la presse la dessus
« Étrange, bizarre » « Ai-je dit “bizarre” ? Comme c’est bizarre »... dit la chanson. (refrain)


En conclusion,
Tous ces commentaires m’agacent
Car accusateur, ils ne font que montrer des coupables, ces gens « différents »

Si l’on se fie aux informations,
trouvées ici et là,
ce groupe a décidé d’investir des millions,
dans des bâtiments.
C’est assez visibles je crois,
pour relancer une marque tombée bien bas,
…Si ces faits s’avérait exact,
ils ont même à l’époque,
décidé de reprendre,
l’ensemble du personnel.
(j’en souhaite autant aux salariés de HG Automobiles)

Je suis content d’apprendre,
que dans une économie en CRISE,
de grands groupes continuent
à croire et à investir,
dans l’homme réunionnais et son île « brassée »

Je vous propose d’attendre,
les conclusions de cette affaire…
M. Delaunay, tout le monde vous regarde…
Si vous avez raison dans vos propos,
alors vous avez raison de vous battre,
comme vous le faites.
A l’inverse, si vous vous trompez …
que ferez-vous pour vous faire pardonner ?

Signé : un autre réunionnais…
dit "Le chanteur agacé"

5.Posté par nicolas de launay de la perriere le 03/08/2013 18:23
4.

1/ de launay et non delaunay.

2/je cite les écrits du journaliste :
L'huissier a réaffirmé devant l'inspecteur du travail que le nom mentionné dans son constat n'était pas celui qu'il avait donné dès le départ. Dans la lettre envoyée le 24 juillet dernier à la direction de CFAO, il s'étonnait même qu'une telle procédure de licenciement est pu être engagée. "Cette procédure de licenciement a été engagée postérieurement à mon courrier du 1er juillet 2013 adressé à Madame P., au terme duquel j'ai transmis copie de ma plainte du 26 juin 2013, plainte qui a mis en cause Monsieur J. et non Monsieur Dorval et qui montre bien la contradiction évidente avec le procès-verbal de constat du 20 juin 2013", écrit l'huissier.

3/ le directeur est infoutu de reconnaître ses salariés..? ou a t il mis en responsabilité le sieur Dorval afin de mieux obtenir le nom de celui qui fût à l'origine de la pousse (quoi de plus normal dans l'automobile que la pousse, me direz vous !). rappelons la chronologie simple des évènements (cf article de zinfos974)
--------------------------------
"Le 21 juin, le constat d'huissier est adressé à la direction de CFAO pour modifications, si nécessaire. Des rectifications sont effectivement apportées dans la journée et le projet de constat est renvoyé à l'huissier.

Les modifications sont prises en compte, sans relecture de la part de l'huissier de justice, "dans un contexte d'urgence", avoue-t-il.

Le 24 juin, le directeur de la concession dépose plainte à la police suite à ce qu'il qualifie d'agression.

Le 25 juin, Eric Dorval est mis à pied.

Le 26 juin, l'huissier de justice dépose plainte à son tour.

Le 2 juillet, Eric Dorval est convoqué pour un entretien préalable à licenciement."
------------------
comme l'a souligné un précédent intervenant, comment un huissier peut il proposer un "projet de constat"...est ce une pratique régulière et/ou est ce à demande de la direction de la CFAO que le dit document a été transmis..?

Dans tous les cas, l'huissier remet en cause la validité des corrections apportées par la CFAO. et lui..il est assermenté.

4/ pour qu'un directeur en arrive à se réfugier, c'est qu'il a bien maltraité ses salariés. quelle qualité managériale en effet qui fût démontrée là par cet individu..!

5/ je réagis aux articles de presse.. eh bien ? n'ai je pas ce droit ? si les écrits repris décrivent la réalité des faits et des positions de chacune des parties prenantes, en quoi serai je non autorisé à y porter un commentaire éventuellement sévère ? si vous en êtes à penser que mes écrits ont une portée quelconque au delà de ma personne...comment dire... quel crédit vous m'apportez! et ceux qui n'auraient rien d'autres à faire que scruter mes écrits et prises de position...comment dire encore... quel manque d'occupation et de centres d'intérêts dans leur vie respective..!

Pour le reste qui concerne le blanc seing que vous donnez à cette société qui investit des millions comme vous le dîtes à la Réunion, si elle ne le faisait pas, d'autres le feraient à sa place.
Le monde des affaires, comme la nature, a horreur du vide.

La marque CITROEN ne pouvant ne pas proposer de réponses à ses clients localement.


Pour conclure, "vous chantiez...? et bien dansez maintenant"
jean de la fontaine (et non delafontaine).

6.Posté par je comprends le 03/08/2013 19:40
Pendant ce temps cabri i mange salade
Mr Dorval espérons pou ou que l'employeur débloque out situation sinon ou néna pou prend le fond kan ou lé salarié protégé il y a quand sa complexité (situation vécue)
bon courage

7.Posté par Paul JUNOT le 03/08/2013 20:12
Au chanteur agacé. Vous seriez peut être moins agacé si au lieu de chanter vous vous engagiez pour les causes qui vous interpellent sans attendre toujours que les autres le fassent et de tomber ensuite sur ceux qui tentent de faire avancer ces causes. Ce n'est certainement pas avec un personnage tel que vous que justice sera rendue. Pour la part moi non plus je n'ai pas pris de vacances pour rester sur le terrain et apporter ma contribution dans cette période de grande confusion mentale.
Et depuis mon appel d'hier je reste toujours dans l'attente d'un mail de M Dorval si jamais il souhaite que notre mouvement fasse une intervention. A partir de son interpellation, nous interpellerons aussi la direction de CFAO. Mais sans interpellation de M Dorval , nous n'entreprendrons rien . Il est fort possible que M Dorval a déjà pris les devants et s'est entouré de personnes pour assurer sa défense et défendre ses intérets sans passer par notre collectif. Ce qui est tout à fait compréhensible.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 11 Décembre 2016 - 11:10 Route de Mafate: Un motard décédé après une chute

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales