Faits-divers

Affaire Carl Davies: La thèse du décès accidentel refait surface


Affaire Carl Davies: La thèse du décès accidentel refait surface
Plus de quatre mois après la découverte du corps du marin britannique Carl Davies non loin du pont Vinh-San à Saint-Denis, les causes du décès posent encore question. D’abord, la piste accidentelle avait été avancée, puis celle du meurtre avec violences sexuelles. Finalement, la piste accidentelle refait surface.

Selon les informations du Quotidien, un expert parisien devrait être mandaté pour travailler sur l’hypothèse d’un accident de la route, dès les conclusions des 3e et 4e autopsies des médecins légistes anglais et français achevées.

L’expert parisien devra déterminer si les blessures relevées sur la dépouille de Carl Davies, et qui avaient laissé penser à un crime, pourraient potentiellement avoir été causées par l’impact avec un véhicule. Des reconstitutions sur ordinateur devraient être effectuées.
Mardi 20 Mars 2012 - 06:36
.
Lu 1430 fois




1.Posté par pere Plexe le 20/03/2012 08:17
purée
4 mois des "ZEXPERT" réyonnais pour aboutir a CA
FORTICHE les poulets ici

2.Posté par JD974 le 20/03/2012 09:44
Les restes de deux voitures doivent parler
L’hypothèse de l’accident d’un piéton alcoolisé d’abord avec une première voiture qui a pris la fuite, après un traumatisme crânien me semble la plus plausible, à cet endroit spécialement, là où la vision du conducteur comme celle du piéton du tournant sont gênées.
La seconde collusion que j’imagine cette fois avec un cadavre expliquerait la plaie de l’abdomen, post-mortem. Elle résulterait d’un second choc avec une autre voiture.
Des deux conducteurs, le plus responsable est le premier ; tandis que le second conducteur s’est montré plus gêné que le premier. Ce serait lui, me semble-t-il, qui aurait mis le cadavre là où il a été trouvé pour faire disparaître ce qu’il a cru être de sa faute !
Ce sont les restes de la seconde voiture qui doivent parler avec les moyens de la police scientifique, me semble-t-il.
Ce qu’il faut désormais, c’est permettre au second conducteur de parler de ses faits et gestes. Comment ? En lui assurant l’impunité, puisque la mort de ce jeune anglais ne lui est pas imputable, preuves de médecine légale publiées. Non ? Sans cela on n’avancera pas !

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales