Faits-divers

Affaire Caillé: Le tribunal de commerce renvoie sa décision au 13 février

Le tribunal de commerce de Saint-Denis s'est penché sur le rééchelonnement de la dette du groupe Caillé. Face aux demandes des créanciers de ne pas accepter ce plan et la position du Groupe Caillé, le tribunal de commerce de Saint-Denis a tranché et décidé de renvoyer l'affaire après les vacances judiciaires, au 13 février 2013. Elle demande au Groupe Caillé de revoir sa copie, pas satisfaisante en l'état.


Affaire Caillé: Le tribunal de commerce renvoie sa décision au 13 février
La demande de rééchelonnement de la dette du Groupe Caillé est mal passée du côte des créanciers, les banques en tête. Le groupe avait vu en septembre 2011 la validation par le tribunal de commerce du remboursement de la dette de 221 millions d'euros sur les 10 prochaines années. Un an après, en septembre dernier, le groupe aurait dû s'acquitter du premier versement de 7% soit 15 millions d'euros. Mais, sur les 28 sociétés du Groupe, seules 25 avaient honoré l'échéance. Parmi les trois dernières sociétés (Foncière 2001, Sodexpro et le Groupe Caillé SAS) se trouve la holding du groupe.

Une demande qui ne passe du côté des créanciers qui réclament que le plan de rééchelonnement de la dette soit respecté. C'est dans ce sens qu'ils sont allés plaider leur cause auprès du tribunal de commerce. En plus des créanciers, le commissaire à l'exécution du plan, le cabinet Chavaux et Picard, a rendu un avis négatif sur la demande du Groupe Caillé.

La vente du Géant Canabady pour compenser une partie de la dette

La demande de rééchelonnement a été examinée hier après-midi par le tribunal de commerce de Saint-Denis. Ce dernier a accordé un nouveau sursis au Groupe Caillé - jusqu'au 13 février - pour revoir sa copie. Le plan de rééchelonnement présenté n'étant pas satisfaisant en l'état pour le tribunal.

Pour compenser une partie de la dette, le Groupe Caillé pourrait se servir de la vente du Géant Canabady au Groupe Hayot. "En ce moment, un protocole d'accord est sur le point d'être signé à Paris", a expliqué Philippe Lauthier, président du directoire du Groupe Caillé, devant le tribunal de commerce hier après-midi. Cette vente permettrait de payer la première traite de la dette pour cette année estimée à près de 7 millions d'euros. La vente du Géant Canabady devrait rapporter près de 10 millions d'euros.

Le renvoi de l'affaire devrait permettre au Groupe Caillé de revoir sa copie sur le plan de rééchelonnement de la dette. La copie définitive devra être présentée au tribunal avant le 23 janvier.
Jeudi 6 Décembre 2012 - 07:53
Lu 997 fois




1.Posté par TROP GRAVE le 06/12/2012 08:36
C'est grave et y'en a marre du groupe Caillé et de son pédégé incompétent.
Il est nul et pendant qu'il obtient des délais supplémentaires pour des raisons incompréhensibles et injustifiées, cet argent n'est pas ré-injecté dans l'économie, les entreprises en difficulté à qui il doit de l'argent souffrent, meurrent et les emplois valsent ..

Pourquoi on le met pas en RJ ou même en liquidation pour que d'autres gestionnaires compétents reprennent les sociétés, que les créanciers soient payés avec ce qui peut être vendu avant qu'il ne brule tout (mieux vaut 30% cash tout de suite que 7% à la St Glinglin) ?

Il faut maintenant que le droit s'applique à monsieur Caillé comme à tout le monde et que le favoritisme et les pass-droit dont il bénéficie cessent. Au fait, combien de juges du tribunal de commerce de St Denis sont de sa famille ?

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:53 Le CROSS évacue un marin philippin par hélicoptère

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales