Faits-divers

Accident du Moufia : Vive émotion à l'ouverture du procès


De nombreuses personnes sont présentes au tribunal correctionnel de Saint-Denis ce mardi après-midi. Amis, proches et familles des cinq étudiants mortellement fauchés et de l'étudiante grièvement blessée, le 10 décembre 2014 au Moufia, ont souhaité assister au procès du jeune conducteur à l'origine de l'accident tragique. 

Agé de 20 ans, il risque 10 ans de prison. L'étudiant en BTS avait perdu le contrôle de son véhicule à proximité de l'université. Sa Citroën C2 avait alors percuté un trottoir puis plusieurs arbres avant de faucher un groupe d'étudiants qui revenait de la station-service. 

Le jeune originaire de Saint-Louis est inculpé pour avoir involontairement causé la mort des cinq étudiants et d'avoir blessé (avec une ITT supérieure à 3 mois) l'étudiante. Un accident causé avec des circonstances aggravantes. Le conducteur roulait à 105km/h sur un axe limité à 30 km/h. Il avait également consommé de l'alcool (un taux de 0,39 mg/l d’air expiré avait été relevé). 

L'émotion est vive au tribunal. Les familles - photos des jeunes dont la vie a tragiquement basculé dans les mains - se retrouvent face au responsable de l'accident. Un jeune qui a déjà exprimé des remords et qui se retrouve pour la première fois devant la justice. 
Mardi 1 Septembre 2015 - 14:37
GG sur place
Lu 2271 fois




1.Posté par Caffreman le 01/09/2015 15:52
Je vais être méchant mais les remords ne ramenerons pas les victimes.
La condamnation non plus mais au moins justice sera rendu.

2.Posté par noe le 01/09/2015 17:20
Il sera reconnu "irresponsable" par les corbeaux en soutane d'apparat noire !
La Justice à la sauce Tobira le relâchera très vite ... seulement un simple rappel à la loi , façon de dire !

3.Posté par Pamphlétaire le 01/09/2015 21:02
2.Posté par noe le 01/09/2015 17:20

Cela pourrait faire un bon sketch réunionnais. J'entends par là sur l'auteur et la Justice.
S'il y en a qui ne comprennent pas le sens de ces deux phrases, qu'ils s'adressent à M. DUPUY qui me contactera et j'en dirais un peu plus. Car je veux bien déblatérer mais depuis une source sure et je ne me trouvais pas au tribunal lorsque le juge a
prononcé l'identité de l'auteur pour vérification.

Pour les victimes, je l'ai déjà précisé en décembre 2014 : il n'est pas dans le cours normal de la vie que les parents voient partir leur enfant. Quant à Lorraine, pourvu qu'elle s'en remette sans séquelle le plus rapidement c'est ce que je souhaite le plus ardemment mais elle ne pourra jamais oublier...J'arrête là, car je vais devenir mauvais et mes propos seront coupés.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales