Social

ARAST : vendredi, le redressement judiciaire et fin avril, le plan social

Laurent Técher (notre photo), président du conseil d’Administration de l’Association régionale d’aide sociale territorialisée, et deux administrateurs ont reçu hier soir, pendant presque deux heures, l’intersyndicale et une délégation des salariés de l’ARAST en grève depuis mardi.


“Notre question n’a pas changé: quel est l’avenir des employés de l’ARAST?”, avait rappelé Valérie Pérez, représentante de l’intersyndicale, au moment d’entrer en salle de réunion.
“Nous leur avons confirmé que l’on s’oriente vers un redressement judiciaire. Cette décision sera prise vendredi. Le redressement judiciaire sera suivi d’un plan de restructuration sur lequel nous devons encore travailler”, a répondu Laurent Técher, président du conseil d'administration, à l’issue de la rencontre.
“C’est l’ensemble des services qui sont concernés par cette restructuration”, a confirmé Valérie Pérez. “La mise en place de ce plan social se fera en concertation avec l’intersyndicale. Elle nous avait demandé d’attendre une dizaine de jours pour définir sa position”, a précisé Laurent Técher.
Du côté des salariés, le mouvement se poursuit aujourd’hui. Les 400 employés en grève illimitée ont prévu de se rendre au Conseil général à 9h00 ce matin. Nassimah Dindar ou son représentant doivent s’attendre à des questions précises. Une motion y sera également déposée.
Ce document signé par l’ensemble des syndicats de la structure sociale sera également remise à la préfecture dans la journée.
Mercredi 8 Avril 2009 - 07:34
Jismy Ramoudou
Lu 1093 fois




1.Posté par etjosedire le 08/04/2009 09:13
Avec ses lunettes solaires collées sur la tête, tout le monde peut ressentir l'impression d'avoir affaire à une personne qui fait un passage éclair avant de filer faire autre chose. Et pourtant ! ce n'est pas une mince affaire qu'elle a sur les bras si toutefois elle en est consciente.

C'est à ce genre de détail qu'on peut parfois se faire une idée.

Le redressement est le doux euphémisme pour dire liquidation, car vu le déficit abyssal il n'y a qu'un miracle pour remettre les comptes à flots.

Je crois que les victimes de ces "responsables" doivent fourbir leurs armes sur le plan juridique et non administratif car du côté de ce dernier tout est dit.

Courage à vous tous qui vous mobilisez !

2.Posté par anonyme le 08/04/2009 10:31
Organigramme pléthorique, et ce sont les salariés qui vont payer de leurs emplois le poids d'une structure alourdie d'une inutile hiérarchie arborescente, endormie sur des ressources institutionnalisées, qu'elle croyait garanties par une mission de service public : un outil social d'un tel intérêt pouvait être mieux organisé, de façon rationnelle et efficace, et surtout mieux contrôlé, sur le plan des dépenses. Résultats : des déceptions, bientôt des pleurs, et des bénéficiaires qui attendront.

3.Posté par Basile le 08/04/2009 13:19
Dans la foulée, il faudrait aussi liquider le Département...

4.Posté par papapio le 08/04/2009 13:53
Oui Basile, à condition de confodre en même temps les alliances de la Région.
L'UNAF, l'UDAF, l'ARAJUFA, AREL, AREMO, ARPEGE, et autres PMI, Services Sociaux, psychologues, Pédopsychiatres, ....etc....ont-ils une déclaration à faire suite au colloque en présence aussi du Juge Lavigne d'octobre 2004 ? NON ???

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales