Social

ARAST : le Conseil général lance un ultimatum aux ex-salariés

Cet après-midi, un communiqué du Conseil général proposait aux ex-salariés de l'ARAST une enveloppe de 336.000€ qui serait délivrée "dès libération des locaux du Palais de la Source". Après concertation des uns et des autres, décision a été prise de poursuivre l'occupation du Conseil général, les ex-salariés refusant de céder à la pression.


Ambiance fébrile ce matin au Palais de la Source. L'ex-ARAST attendait patiemment une réponse de la Préfecture qui pouvait peut-être mettre fin au conflit de plusieurs semaines, opposant le Conseil général et les ex-employés licenciés. L'attente du communiqué dure plusieurs heures. C'est finalement vers 14h30 que les occupants prennent connaissance du courrier envoyé à la Préfecture et signé Nassimah Dindar.

"Je vous informe que j'envisage de réunir, dès libération des locaux du Palais de la Source, les instances délibérantes à effet de faire valider l'enveloppe de cette aide d'urgence à hauteur de 336.000€", écrit-elle au préfet. C'est donc une aide d'urgence de 1.000€ qui serait versée à 336 personnes, soit la moitié de celles ayant signé la CRP (Convention de reclassement personnalisé).

Moitié-moitié entre le Département et l'AGS

Ce versement intervient, car comme convenu à la préfecture la semaine dernière le Conseil général et les AGS s'étaient engagés à payer à chaque salarié une aide d'urgence de 1.000 €, se partageant les frais à moitié. "Les employés qui ont signé la Convention de reclassement personnalisé se sont retrouvés avec un trou dans leur salaire de décembre. C'est ce que comblerait les 1.000€ du Conseil général", expliquait Valérie Bénard, porte-parole de l'ex-ARAST.

Les AGS, au lieu des 1.000€ à 336 personnes de la CRP, se sont engagées à reverser à tous un second mois de préavis, et à ceux ayant signé la CRP, leur salaire du 5 au 25 décembre.

Indignation face au "chantage"

La lettre de la présidente du Conseil général mentionne aussi la "signature d'un protocole d'accord tripartite entre l'État, la représentante des ex-salariés de l'ARAST et le Département", afin de pouvoir, au bout du compte, peut-être toucher les indemnités tant attendues. Là encore, elle précise que le protocole doit "mentionner, principalement, la libération immédiate des locaux du Conseil général".

A l'annonce de ces conditions, les occupants de l'hémicycle ont montré leur indignation face à ce qu'ils ont nommé "chantage". L'assemblée générale qui s'en est suivi a pu montrer un vote où la majorité a décidé de tenir le siège du Conseil général. Les ex-employés de l'ARAST ont montré clairement leurs intentions cet après-midi : ils ne quitteront les lieux que lorsqu'ils auront obtenu leur dû, et en totalité, et non quelques aides d'urgence par ci et par là. "S'ils veulent qu'on quitte le Conseil général, ça veut dire qu'on gêne, et bien on va rester là tant qu'on n'aura pas ce qu'on veut !", clamait une ex-employée.

L'ex-ARAST ne veut pas céder, mais durcir le mouvement

Certains participants à l'assemblée cet après-midi proposaient de durcir le mouvement : "Il faut faire du bruit, bloquer le portail !". Bloquer le portail, c'est ce qu'ils ont d'ailleurs tenté de faire vers 15h30, avant que la sécurité ne le rouvre quelques dizaines de minutes plus tard.

Tout, en cette fin d'après-midi, laissait croire que le conflit ne prendra vraiment fin que lorsqu'ils obtiendront, indemnités pour certains et intégration pour d'autres. Au jour d'aujourd'hui, ils ne sont que 55 à avoir été réembauchés ailleurs, pour des contrats débutant dès le 1er février.

Dans la vidéo, ambiance au Palais de la Source aujourd'hui, et réactions de Valérie Bénard, porte-parole des ex-ARAST.

ARAST : le Conseil général lance un ultimatum aux ex-salariés
Lundi 25 Janvier 2010 - 18:24
Johanne Chung To Sang
Lu 2168 fois




1.Posté par SUPERKAT le 25/01/2010 18:47
SURTOUT NE CEDEZ PAS !!! car votre dynamique de groupe aurait du mal à reprendre le moovement une fois que la pauvrette et ses bras-cassés politiques (l'ex à la chemise déchirée, l'alimentaire des Avirons...) et administratifs incompétents (DGS, directeur de cabinet, DGA "la soupe"...) auront rangé leurs propos au fond de la poubelle des promesses. Ces gens là n'ont aucune parole ni dignité. Ils sont la honte de notre Département et la risée de leurs copains-coquins de la pyramide inversée ! Félicitations à Mme Bénard et tenez bon en ces moments difficiles. La pauvrette abdiquera tôt ou tard car son KANAR lé NOIR !

2.Posté par Appel à une grande manifestation départementale le 25/01/2010 20:04
Je propose deux choses :

- une grande manifestation départementale, un dimanche où chacun peut emmener sa famille et son déjeûner dans un lieu à définir, par solidarité avec les ex-arast.

- une pétition pour demander la démission immédiate de Nassimah Dindar et recherches des responsables de la liquidation de l'arast avec poursuites judiciaires.

3.Posté par Cambronne le 25/01/2010 20:11
De mieux en mieux dire que les Jacobins décidèrent de s’occuper de la reine, et ils accuseront Marie Antoinette de haute trahison. Le procès fut mené par Fouquier Tinville, et hormis la trahison, on l’accusa également d’inceste envers Louis 17 son fils. Devant une telle accusation, elle prit les femmes de l’assistance à témoin en prononçant le fameux : « j’en appelle à toutes les mères ! ».
AU secours monsieur Guillotin nous avons besoin de votre science , Il est grand temps de ressortir votre machine réductrice les têtes des nouveaux souverains Jacobins pétant de puis trop longtemps dans la soie

Des menaces qui sont les responsables de ce carnage ? Qui sont les salopards qui ne font preuve que d'une lâcheté morbide, pour avoir organisé cette véritable "chasse à l'homme" pire que les "colonnes infernales de Turreau"
Mais que voulez vous le voile de soie se déchire malgré le cynisme et l'habile fourberie dignes des pères du nazisme et du marxisme dans unisson nos promoteurs et les acteurs de la Révolution de 1789 sont des nains de jardins à côté du spectacle que le Conseil général nous offre certes il n'y a pour l'instant pas mort d'homme , mais quand même qui vous dit que l'esprit suicidaire des 1200 tiendra encore longtemps


L’histoire, paraît-il, ne se renouvelle pas. J’aimerais le croire, mais malheureusement, si les formes évoluent dans le temps, le fond reste dramatiquement identique : mêmes pulsions animales comme si l’homme ne pouvait s’échapper d’un tourbillon qui l’entraîne inexorablement dans une valse effrénée et tristement répétitive.

« To be or not to be, that’s the question ».
Cette question existentielle posée par Shakespeare, il y a déjà des siècles, revient au devant de la scène médiatique Réunionnaise sous forme de
« Sommes-nous, ou pas, des esclaves ».

Suite aux évènements et à l' escalade d'une violence qui pointe son nez , physique ou verbale, le sans médiatique l'abandon des politiques, qui émaillent jour après jour la « Révolution » des Ex de l'Arast face à l'incompétence crasse de quelques dirigeant du Palais de la Source , des voix se lèvent pour décréter, comme par désenchantement, « "mentionner, principalement, la libération immédiate des locaux du Conseil général". »(1) à l’image de notre Présidente qui n'a toujours pas renoncée à la fonction du poste d'Accusateur public, qu'elle occupe outrageusement , une présidente qui nous démontre sa couardise , sans la moindre modération elle exige et fait des menaces , sans chercher à comprendre et remettre en cause sa politique tyrannique et despotique , es tyrans ont feint de déclarer la guerre à leurs complices et à leurs alliés, pour la faire de concert au peuple français; et les traîtres demeurent impunis ! Trahir et conspirer semble un droit consacré par la tolérance ou par l'approbation de ceux qui nous gouvernent: réclamer la sévérité des lois est presque un crime pour les bons citoyens. Et oui c'est dingue car les français ne connaissent pas leur histoire de plus de 20 ans , l'adage si cruel pour la Réunion qui ne souhaite pas sombrer dans le sommeil du chômage perpétuel car sachant pertinemment que celui qui ne connait pas son histoire est condamné à la revivre. Un peuple sans mémoire est-il un peuple libre ? comment définir ce vaste sujet philosophique ?


Comment expliquer que pléthores élus que nos institutions ont vu passé depuis la révolution ou fut engendrée une hydre qui ose porter la main au summum de la science mortifère pour envoyer à l'abattoir des innocents , avec une arme de destruction massive, à l'égal de ceux que le despotisme a enfanté par une tyrannie et au mépris pour les hommes et femmes , devant l'horreur sans cela surpasse en perfidie et trahison .
Dure réalité surtout pour des pleutres censés représenter les citoyens que nous sommes , ces soiffard de pouvoir sans soif qu'on nomme les mandataires du peuple, ne sont occupés en respectables bouchers que de l'avilir et de l'égorger. [...] "mort aux cons vive la pédale" vaste programme dira le général de Gaulle

Quelle démissionne si elle en a le courage

4.Posté par jobard le 25/01/2010 21:00
Finalement Cambronne on s'en fout, ils iront tous voter pour l'Alliance ou pire ils n'iront pas voter, alors tant pis, ils croient que c'est la faute à l'AGS, au Préfet car ils faut trouver des têtes de turc parceque Vergès et Dindar leur ont dti, alors qu'ils sont les seuls responsables : l'Alliance avec le Vergès et la Dindar, qui achètent les voix pour continuer leur main mise sur la Réunion.

Alors tant pis.

5.Posté par ploumploum le 25/01/2010 21:12
C'est pas l'AGS qui est en tort dans ce micmac? Je croyais avoir suivi mais Jobard me met un doute. Nassimah aurait raison?

6.Posté par mamodo le 25/01/2010 21:18
Qui tire les fiçelles de cette affaire....à qui profite tout ces évènements.....c'est la potitique qui domine car les élections arrivent......que les ex employés de l'ARAST monte une liste....tout cela est farfelue.
les meneuses de cette affaire vont être courtisés......pourquoi le sénateur Vira est contre une enquête de l'IGAS......ça semble bizarre.Les élus de droite veulent tirer profit de ce conflit dans un but électoral....tous les coups sont permis pour faire exploser le C.G.

7.Posté par pierrot 974 le 25/01/2010 23:05
bon soir tenais jus quo bous les femme

8.Posté par Cambronne le 26/01/2010 11:31
5.Posté par ploumploum le 25/01/2010 21:12
C'est pas l'AGS qui est en tort dans ce micmac? Je croyais avoir suivi mais Jobard me met un doute. Nassimah aurait raison?

Nassimah n'aurait pas mis volontairement par terre une structure pour la faire à l'image d'un Phoenix qui renaît de ses cendres, Nassimah en grande inquisitrice du haut de sa tour d'Ivoire semble également décidée à tout faire pour rabaisser le petit personnel les EX de Arast dont certaines ont donné plus de 30 ans de leur vie au service des autres , comment expliquer cet empressement de reconstruire sur le sang impur une nouvelle structure avec des nouvelles têtes , alors l'AGS à parfaitement raison il y a une délocalisation avec de nouvelles embauches … parfois il est bon de connaitre mieux l'art de la guerre et surtout celle de l'ennemie en face car l'art de la défense contre les forces du Mal et se préparer à la guerre durable qui s'annonce...
Mais Nassimah l'a déjà dit elle n'en a rien à faire des EX donc des Réunionnais aussi ...J'espère qu'en temps et heure la plèbe ne deviendra pas autiste raide dingue "Shake Shake Shake" yes yes yes ...Satisfaction....



9.Posté par Vira danger le 26/01/2010 18:23
Le danger c'est Virapoullé, battu il veut revenir.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales