Social

ARAST : La réunion promise par l'Elysée n'aboutit pas

La réunion promise aux ex-salariés de l'ARAST par l'Elysée a eu lieu cet après-midi à la préfecture. Elle n'a abouti à rien de concret, au grand désespoir des manifestants, excepté au déblocage d'aides d'urgence supplémentaires, dont un second mois de préavis versé par les AGS et le Conseil général. Tout l'après-midi, la tension s'est faite sentir dans le jardin de la préfecture.


Pendant près de deux heures, se sont rassemblées autour de la table des négociations les parties impliquées dans le dossier, entre autres le Préfet, les AGS, le Conseil général en la personne d'Ibrahim Dindar, Monica Govindin, et Valérie Bénard, porte-parole des ex-ARAST. A l'issue de la rencontre, Valérie Bénard a pu rendre compte à ses camarades que rien n'avait été décidé pour leur sort à propos des indemnités. Les seules avancées consistent en un déblocage d'une aide d'urgence pour les personnes n'ayant pas signé la CRP (Convention de reclassement personnalisé) - qui sont au nombre de 430 - et la prise en charge de ces personnes par le Pôle Emploi; les quelques 672 personnes ayant signé la Convention elles, recevront des AGS ou du Conseil général, un deuxième mois de préavis, équivalent à un mois de salaire. La déception a remplacé les grands espoirs que les militants avaient placé dans la réunion d'aujourd'hui. Le dossier étant depuis mardi pris en charge par l'Elysée, ils espéraient une résolution rapide de leur situation et une fin de la crise. A la place, ils se retrouvent avec une autre réunion avec le préfet prévue pour lundi, où sera décidé qui de l'AGS ou du Conseil général paiera, et quoi. Évanouissements et tensions chez les ex-employés. Ces réunions qui se succèdent sans mettre fin au conflit commencent à échauffer les esprits. La tension était plus que palpable cet après-midi au jardin de la préfecture, où quelques 300 personnes siégeaient. On a notamment pu constater que le ton montait sérieusement entre les ex-salariés de l'ARAST eux-mêmes, les esprits s'échauffant encore plus à l'annonce des conclusions de la rencontre. Avec la chaleur, le stress et l'énervement face à leur situation précaire, deux femmes ont été victimes de malaises, s'évanouissant dans la foule. Dans la vidéo, les précisions et réactions de Valérie Bénard, porte-parole de l'ex-ARAST, et de Paul Junot, secrétaire général de la CFDT. On peut aussi y voir un aperçu de l'ambiance à la préfecture cet après-midi, qu'on pouvait qualifier de tendue, entre malaises, crises de colère, et les siffllets et huées des manifestants.
Vendredi 22 Janvier 2010 - 21:23
Johanne Chung To Sang
Lu 2317 fois




1.Posté par hanuman le 22/01/2010 21:46
On ne plus rien attendre de quelqu'un qui est entrain de faire ses valises. C'est dommage !!!!

2.Posté par pauvres Ex-Arast le 22/01/2010 21:55
Inimaginable que la rencontre de cet après-midi soit un échec cuisant. Toute la Réunion attendait une fin de conflit (qui n'a que trop duré). Quelle déception !
Pourquoi madame Dindar n'avez-vous pas eu le courage de vous rendre à la préfecture ?
Nous avons pu voir à la télé ce soir des images des salariés couchés sur la chaussée pour empêcher les véhicules de sortir de la villa du département ou essayer de forcer le portail d'entrée. Ils sont désespérés ces malheureux.
Je suis offusquée, Madame Dindar que vous ayez dit sur RFO, qu'il s'agissait de combines d'avant élections. vous ne manquez pas de culot.
Reconnaissez que vous n'étiez pas à la hauteur d'une présidence de CG donc veuillez laisser votre place à celui ou celle qui serait le plus à même de le diriger.
N'avez-vous donc pas conscience d'accumuler les bourdes ? Quelle piètre image vous donnez là. Je pense sincèrement madame, que la vie politique ne vous portera plus chance car vos capacités sont trop limitées. Vous voilà bien isolée de tous les partis. Vous avez trahi la droite, votre ancienne famille politique et les autres partis seraient suicidaires de vous faire confiance à nouveau. Voilà où vous aura menée votre ambition démesurée. Au-revoir madame...

3.Posté par enfan dun ex salaries de l'arast le 22/01/2010 22:14
quelle honte pour la reunion on est pas reconnu comme des français mais reconnu quand t-il faut payer les impots et voter!!! la il nous connaise.
Quand on est policer ou vigile ect.. personne a donner le droit a ce jeune homme de frapper Mimose quelle honte!!!!!!!!!!!!!!!!!
Mais ensemble ne lachons pas mê^me si la rentrée scolaire arrive sans argent pas d'effets, pas de vétements .Je suis désoler mais les plus gro zozo mange les plus petit et eux ils vonts manger la salade et bin nous on mange la racine et en tant qu'adolescand je soutien ma maman et tt les autres ex-salariés de l'Arast et courage a Mimose

4.Posté par militante le 22/01/2010 22:36
Aujourd'hui nous nous retrouvons dans une situation ou nous avons l'impréssion que le droit n'existe plus. Le combat que nous menons depuis ces deux semaines est plus que légitime. Madame dindar se permet de faire un communiqué de press sur une réunion qu'elle n'a même pas estimé nécèssaire de se présenté!!! comment peut elle se rabaissé à jouer sur la stratégie de la "division" au journaliste a propos de MME BENARD.je demande a mes collègues de ne pas s'y méprendre!!!! diviser pour mieux règné!!! restons solidaire et ensemble nous montrerons notre déterminations.

5.Posté par OSAK le 23/01/2010 00:06
1- Qui s'est rendue à Paris avec un billet payé par nos finances, pour porter une lettre à l' Elysée et demander secours au locataire du palais?
2- qui est venue sur une télé locale nous dire avec la fierté de quelqu'un confiant d'un heureux dénouement, qu'elle avait discuté du problème de l'Arast avec Sarko qui manifestement est à ses yeux un SAUVEUR ?
3- Qui s'est affichée aux basques de Sarko lors de sa visite ?
4- Qui malgré toutes ces gesticulations se retrouve toujours avec le bébé Arast sur les bras et ce marmaille là, lu kri ke lu la faim ?

6.Posté par sans soucis le 23/01/2010 09:37
c'est bien triste tout cela.nassimah était absente ,serait-elle en train de rédiger sa lettre de démission ? quand à la monica que fait-elle , à part parader devant les caméra ,elle enfonce nassimah un peu plus chaque jours et l'autre n'a rien vu venir ,pauvre nassimah. les autres élus brillent par leur absence , le maire de st denis ne vient même pas soutenir ces mères de familles en détresses , la honte ! mr fidji au secour ,pour elles ,faites un geste . mr hoarau émannuel,quitter cette assemblée c'est à cause de vous que l'ex directeur de la mdph a été viré, vous faites plus du mal que du bien , il a cru en vous , il vous a fait confiance ,vous l'avez éjecter , vous êtes le maillon faible , la trahison ,ce n'est pas par vous que les ex-arast auront leur salaire ,du balais , vous et votre patronne bien-aimée . BON COURAGE A TOUT LES EX- ARAST .

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales