Social

ARAST : Fin des grèves de la faim et réunion à la Villa du Département

Les ex-salariés de l'ARAST sont retournés ce matin à la Villa du département, pendant qu'une réunion informelle entre élus devait y avoir lieu. Les trois grévistes de la faim restant ont eux mis fin à leur privation hier soir.


"Madame Dindar a souhaité ce matin faire le point avec l'ensemble des élus, mais elle a été boycottée par les élus de l'opposition qui estiment qu'il n'y a rien à retirer d'une réunion informelle où rien n'est écrit et où chacun parlera en fonction de ses intérêts", expliquait ce matin Paul Junot dans l'hémicycle du Conseil général. Plusieurs élus ont refusé de participer à cette rencontre, estimant qu'il n'était pas utile de prendre part à une réunion non-officielle où tout pouvait être dit sans être enregistré. Stéphane Fouassin, maire de Salazie, Daniel Gonthier et Serge Hoareau, conseiller généraux de l'opposition, ont, par exemple, décidé de ne pas s'y rendre.

Les réunions se succèdent donc autour du dossier de l'ARAST. Hier, avait eu lieu la rencontre avec le cabinet de la présidence, qui donnera lieu à une autre réunion à la préfecture, vendredi. Paul Junot, secrétaire général de la Confédération Française des Travailleurs Chrétiens (CFTC) exprimait par ailleurs ses espoirs suite aux résultats de la rencontre avec Matthieu Louvot, conseiller technique au cabinet de Sarkozy : "Il n'était pas au fait du dossier, mais il a dit que le dossier serait porté par l'Elysée directement. On ne peut être qu'encouragé par cette déclaration et espérer que la situation se débloque dans les prochains jours".

Fin de la grève de la faim demain

Après ces déclarations pleines d'espoir pour les salariés, la grève de la faim s'est arrêtée aujourd'hui à son dixième jour. Les neuf grévistes qui avaient entamé cette privation n'étaient hier plus que trois et ont mis fin à leur grève hier, après leur audience à la préfecture, à l'exception de Paul Junot. Aujourd'hui, le syndicaliste était le seul gréviste restant, précisant qu'il y mettrait fin dès demain.

Si la promesse de l'Elysée est tenue, c'est dans les prochains jours que la situation devrait se dénouer. Paul Junot estime que la prise en main de l'affaire par le cabinet du président représente une garantie pour les ex-salariés qu'on s'occupe de leur cas : "Le mouvement va s'arrêter au moment où les droits des salariés de l'ARAST seront rétablis, et il y a des chances pour que ce débloquage soit effectif d'ici vendredi".

Dans la vidéo, Paul Junot explique la grève de la faim qu'il poursuit depuis maintenant dix jours.
Mercredi 20 Janvier 2010 - 12:59
Johanne Chung To Sang
Lu 2672 fois




1.Posté par la verité le 20/01/2010 17:22
les 1000€ prend encore un coup, il faut 3 fiches de paie RIB lettre de licenciement etc...et prendre rendez vous avec une assistante sociale qui evaluera si on a droit ou pas a cet argent je croyais que c'etait une aide d'urgence qui ne passerait sur les comptes bancaires et qu'il etait pour tous les ex futur arast academy. la nominé nassima fait de la résistance quand elle va se décider a agir dans la vérité car ses mensonges a répétition commence a nous enervé. et le soi disant rendez vous à la préfecture vendredi est un leure encore un, mais c'est la je pense que les choses vont dérape car c'est la goutte d'eau qui va faire deborder le vase et j'espere que la nominé et menteuse nassima, le prefet ,et l'AGS et les elus fantomes sont pret a assumé leur résposabilité dans ce dossier qui perdure et de ce qui va se passer dans les prochains jours

2.Posté par GGrun le 20/01/2010 20:28
Jusqu'à quand ces personnes vont être renvoyées de pouvoirs en caisses, de droite à gauche pour avoir les moyens de survivre ?
Les débauches d'argent pour un président de la République en tournante, pour des présidents d'EDF, Véolia et autres amis du précédent; MAIS quand des gens qui travaillent ont une simple revendication IL N'Y A PLUS D'ARGENT.

Ce n'est pas la faute de la canicule, du cyclone ou d'un tremblement de terre.

Et puis, en France, les indemnités de licenciements sont un droit LEGAL.
Un service public comme celui de l'ARAST devrait être intégré dans le PUBLIC, conseil général ici de part la définition des pouvoirs en France.
Que deviennent les personnes a qui ce service est du ?

Réembauche de tous et toutes les ARAST dans un service du Conseil Général au service des personnes.

Mais celle d'une absence de DEMOCRATIE.

3.Posté par Elie..... depuis 1811 le 21/01/2010 10:49
Le beure et l'argent du beure !

Attention mes compatriotes de Feu Arast.... vous etes en train de demander le beure ou l'argent du beure !!!!

La loi doit etre respecter... vos droits de sélariées licenciés doivent s'appliquer immédiatement..... mais être intégrer systématiquement au Conseil Général.... FO pas rêver.... réveillez vouis... pensez plutot à vous investir dans une démarche de recherche d'emploi .... On mérite mieux que l'assistanat à la Réunion... disait un grand homme... euh du moins par la fonction ... dernièrement ici même !

4.Posté par thierry le 21/01/2010 11:21
si l'élysée s'en mêlé, il s sont sauvés !!!

demandez donc aux salariés d'arcenor mittal s'ils croient encore au père Noel....

5.Posté par léa pour le MTKR le 21/01/2010 15:34
EN SOUTIEN AVEC LES EX- ARAST
Des membres du MTKR (Mouvman Travayèr Krétien la Rénion) se sont relayés pour rendre visite aux travailleurs de l’ARAST en grève et les soutenir moralement et matériellement.
Lors de la réunion de son bureau (20 / 01 /10), le MTKR a décidé d’exprimer publiquement cette solidarité.
Nous partageons leur détresse, leur colère, voire leur rage devant l’injustice dont ils sont victimes. « Nous avons travaillé, nous avons cotisé ; nous devons donc être payés normalement ; cela devrait couler de source dans le pays des droits de l’Homme et dont la devise est « liberté, égalité, fraternité ».
Mais non ! Ils sont obligés de faire grève, dont celle de la faim, pour réclamer ce qui leur est dû ; et ce sont eux qui sont malmenés par les forces de l’ordre et pas ceux qui ont laissé pourrir la situation jusqu’à la faillite de leur entreprise.
Leur dignité est minée de l’intérieur.
« L’ouvrier mérite son salaire ». Chaque famille doit vivre de son travail.
Nous demandons aux pouvoirs publics, à tous les niveaux, de tout mettre en œuvre pour cette justice. Il y a urgence ; et il ne s’agit pas seulement de calmer une colère, mais de reconstruire la dignité.
Aux Réunionnais, plus particulièrement aux chrétiens, nous leur demandons de manifester concrètement leur soutien afin d’exprimer leur solidarité à ces travailleurs fatigués, à bout de force, mais d’un courage exemplaire.
« Les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des hommes de ce temps, des pauvres surtout et de tous ceux qui souffrent, sont aussi nos joies et nos espoirs, nos tristesses et nos angoisses ».(Concile Vatican II).


Le MTKR

6.Posté par La Pulomoll Verte le 21/01/2010 18:00
L'Arast m'interpelle, me taraude, m'inquiète mais ne m'étonne plus.
Qu'ont donc foutus les honorables membres du conseil d'administration de cette usine à gaz ????
J'ose pensr que la magistrature debout, assise, à genoux, voir, à croupeton posera aux administrateurs de cette gigantesque gabegie les bonnes questions.
Particulièrement celles qui mènent directement à la case prison sans passer par les 5000€ de la case départ de ce "Monopoly" douteux.

Mais bon là, je rêve.....

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales